Partagez | 
 

 Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Sam 7 Avr - 18:32

Depuis une semaine qu’elle était en contrées humaines, elle cherchait vainement la mère de Luna… Elle n’aurait cru qu’il serait aussi difficile de la trouver, encore faudrait –il qu’elle soit en vie. Il faudrait bientôt qu’elle retourne voir les siens, espérant que rien ne soit arrivé pendant son absence. Kalyäh savait toutefois qu’elle pouvait avoir confiance en Elenna, elle saurait quoi faire en cas de problème.

Les deux soleils venaient de tirer leur révérence, se cachant derrière les montagnes. La nuit tombait doucement, étalant son voile noir accompagné des trois lunes. Un sourire éclaira le visage de la thériantrophe qui contemplait ce spectacle. Les ruelles étaient encore agitées, il y avait beaucoup de mouvement à Berill malgré l’air mauvais qui y rôdait. Tout semblait plus sombre ici, plus sombre que sur ses terres.

La chef des sudistes marchait dans les rues pour retourner à l’auberge où elle demeurait, ses pas étaient plutôt lent, elle contemplait l’architecture qu’elle connaissait que peu dans son coin. Ici, c’était différent de chez elle… Kalyäh ignorait si elle s’habituerait un jour à cette vie. Ce n’était pas dans sa nature, ni son mode de vie. Ici, elle n’avait pas de racine, elle était totalement désemparée, elle étouffait.

Tournant le coin d’une ruelle, elle sentit quelque chose derrière elle, comme si on l’épiait, qu’on la suivait. Kalyäh se retourna rapidement et jeta des regards furtifs autour d’elle, mais la nuit rendait la tâche difficile. Seules les lueurs des lunes éclairaient désormais Berill. La thériantrophe comprit qu’elle n’était pas dans son élément et qu’elle ne gagnait pas à rester là, n’importe qui pourrait la surprendre. En restant sur ses gardes, elle continua sa route pour arriver sur la place publique où il y avait un peu plus d’activités et que les lieux étaient un peu plus illuminés. Elle profita de l’occasion pour se défiler assez rapidement, faisant en sorte qu’on perdre sa trace si on la suivait réellement. Kalyäh prit une nouvelle ruelle plus étroite et marcha d’un pas rapide, mais son esprit demeurait calme et en contrôle de la situation. Elle ne voulait pas s’affoler pour un rien, mais elle n’espérait ne pas être prise au piège.

Puis elle s’arrêta. Un passant la prit par le bras pour l’interpeler, elle faillit sortir sa dague pour le blesser et s’enfuir discrètement, mais elle se retint à la dernière seconde. Ce dernier ne lui voulait pas de mal, il avait seulement une simple question à lui poser.

« Savez-vous où est le marché d’Iragor? » Lui demanda-t-il.

Kalyäh fit un signe de tête négatif, soulagée de ce qui venait de se produire. Au même moment que l’homme lâcha son bras, quelque chose lui tomba dessus violemment. Quelqu’un venait de la frapper si fort qu’elle s’effondra sur le sol. Elle ignorait si c’était une mise en scène, mais pendant que son attention était portée sur le passant, elle venait de se faire prendre au piège. Kalyäh avait mal et n’osait même pas ouvrir les yeux pour voir celui qui en voulait à sa peau.


Dernière édition par Kalyäh Taliësin le Ven 4 Mai - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Dim 8 Avr - 14:07

Artemis avait quitté la jungle Ekalas depuis maintenant quelques semaines. Il avait repris ses activités d’assassin et commençait à regagner sa réputation de numéro 1. On le sollicitait de toute part à coup de messages secrets ou d’envoyés diplomatiques. Le jeune homme prenait son temps pour se décider, il voulait un gros coup, quelque chose de dangereux et de grassement payé. Il aimait l’or, c’était indéniable. L’assassin ne travaillait pas pour des clopinettes et en général il se faisait payer d’avance grâce à sa réputation de fine lame.

Le jeune homme se détendait dans un lieu de beuverie et de débauche. De douces créatures tentaient de le charmer pour lui soutirer de l’or ou tout simplement pour passer une soirée avec le grand Artemis. Avant il aurait apprécié cela, mais depuis son départ de la jungle Ekalas, il ne cessait de voir le visage de la jeune thériantrophe. Poliment il refusait les avances qu’on lui faisait, il ne s’était pas encore totalement remis et avait besoin de temps pour réfléchir. Le silence se fit soudainement et des pas lourds se firent entendre derrière lui. Il ne se retourna pas, il savait au son de leurs pas qu’ils étaient 5 et assez armés, ça lui suffisait. A n’en pas douter c’était très probablement un client fortuné qui venait le trouver. Artemis changeait souvent d’endroit, mais il aimait bien celui-là et y venait de temps à autre pour qu’on puisse le contacter. Un homme assez âgé lui parla avec force et l’invita à parler dans un lieu plus discret. Artemis ne se retourna pas, il en fallait plus que ça pour l’engager. On déposa sur sa table un coffre rempli d’or et quelques bourses, juste pour qu’il écoute la proposition. L’homme semblait motivé et très riche. Pour piquer la curiosité du jeune homme, il mentionna même le fait que la mission serait « périlleuse » et qu’il voulait « le meilleur ». Il n’en fallait pas plus à l’assassin pour piquer sa curiosité, il était prêt à écouter la requête de cet homme.

Un mois s’était écoulé après cette fameuse nuit et l’assassin pistait avec discrétion une autre forme sombre qui filait dans la nuit. Pour la première fois de sa vie, il avait refusé le genre de mission d’assassinat qu’il aimait. L’employeur en question lui avait avoué être maudit, c’était un riche thériantrophe. Il lui avait demandé de tuer ce qu’il considérait comme la source de ses ennuis : Kalyäh Taliësin. Il considérait que le clan du sud était une aberration de la nature, tout comme lui et désirait donc la tête de leur chef en pensant que peut-être ça le libérerait de ce cauchemar. Artemis avait très vite comprit qu’il parlait de la jeune femme. Il avait dû refuser l’offre, voulant tenir sa promesse qu’il avait faite. Il respectait la chef et son clan, ils ne méritaient pas la mort à ses yeux.

Malgré ce refus, il avait quand même enquêté avec discrétion pour suivre le riche thériantrophe. Celui-ci n’avait pas mis longtemps à engager une autre guilde d’assassins assez côtés. Artemis s’était demandé pourquoi il faisait ça ? Ca ne lui ressemblait pas vraiment d’agir ainsi. Désir de revoir la jeune femme en vie ou bien dette à payer ? Il n’en savait lui-même pas grand-chose et s’en fichait. La seule chose dont il était sûr, c’est qu’il voulait faire échouer cette chasse à l’homme. La guilde en question qui avait été engagé avait d’ailleurs joué un rôle assez important dans la destruction de la confrérie. Ils s’étaient allié temporairement à d’autres guildes pour mettre un terme à la vie de l’assassin et des siens. Quelle douce revanche que de faire échouer une mission aussi importante et de les faire passer pour faibles. S’il réussissait son coup, il y avait fort à parier que la guilde des lames soit la proie d’autres guildes ambitieuses. La faiblesse et l’échec n’étaient pas toléré à Berill, de même que la puissance et la gloire attisaient la convoitise et les alliances.

Alors qu’il pistait l’homme en pensant qu’il le mènerait de façon logique à Kalyäh, Artemis le vit soudainement accélérer. C’était bon signe, depuis des semaines qu’il le suivait, il avait eu à faire avec un assassin particulièrement calme et bougeant peu. Depuis quelques jours ça avait changé, il avait dû recevoir des informations sur la venue de la jeune femme. Le jeune homme était perché sur un toit assez bas. A Berill les maisons étaient petites et généralement collées. C’était très pratique pour marcher dessus et pister quelqu’un, même si ça démontrait la pauvreté de la population majoritaire. Artemis accéléra discrètement le pas sans faire trop de bruit. Il découvrit une forme jetée à terre et l’assassin perché au dessus d’elle. Un troisième homme s’enfuyait et ressemblait à l’un de ces nombreux crève-la-faim qui vendait leurs services pour quelques pièces. La cible sortit un poignard, il devait agir vite. En un coup d’œil il comprit que la jeune femme s’était fait à moitié assommer par un véritable pro et que celui-ci allait la tuer comme ça, froidement. Sortant un couteau de lancer, il le jeta sans trop prendre le temps de viser. Chaque centième de seconde comptait avant la mort de la thériantrophe. Le projectile se ficha dans le bras de l’homme qui hurla. Artemis sauta à terre et atterrit avec souplesse, sa longue cape déployée avec majesté. Il fonça sur l’autre assassin et en quelques passes rapides tout fut fini. Celui qui avait jadis appartenu à la guilde des lames s’effondra. Le jeune humain n’avait pas eu trop de mal à l’abattre du fait qu’il l’avait blessé et qu’il était plus expérimenté. Néanmoins, il avait eu à faire à un bon adversaire, en pleine forme il aurait pu y laisser la vie.

Artemis se détourna de la vue du cadavre ensanglanté et fixa la jeune femme qui avait l’air hébétée et donc faible de façon temporaire. Sa capuche était rabattue comme à son habitude et il parla d’une voix étrangement froide.

« Ce n’est pas très prudent de se promener seule à Berill. Ici c’est le territoire des assassins et des guildes, pas des thériantrophes. »

Il fit un petit sourire après avoir dit ça et il se pencha pour lui tendre la main et l’aider à se relever. Il avait rapidement jeté un coup d’œil : pour le moment ils n’étaient pas suivi. Ca n’allait peut-être pas durer. Ce contrat aussi grassement rémunéré avait du faire des envieux, la jeune femme devait être traqué par au moins une autre guilde, mais il était inutile de l’affoler. Tant qu’elle restait avec lui, elle avait toutes ses chances de survie. Le jeune homme s’était fait capturer et avoir de façon lamentable dans la jungle, mais ici c’était son domaine. Il connaissait chaque rue de la ville, les différents ennemis qu’il pouvait rencontrer et des lieux sûrs où passer la nuit.

« Ne me dîtes pas que vous êtes venu pour me voir ? »

Là le ton était légèrement amusé et moqueur, encore une chose qui ne lui ressemblait pas trop. Ces quelques semaines après son retour l’avaient légèrement transformé en un autre homme. Il avait gagné un peu d’humanité et d’humilité surtout, ça lui avait fait du bien sur le plan humain. Malgré ça, il n’avait en rien baissé sa vigilance, il restait toujours le même être calculateur et en alerte permanente. La thériantrophe récupérait doucement mais n’avait pas encore saisi sa main. Sans doute ne réalisait-elle encore pas ce qui venait de lui arriver. Prenant l’initiative, il lui attrapa la sienne et la releva. Avant qu’elle n’émette le moindre son il posa son doigt sur ses lèvres douces et fit pareil pour lui. Il lui intimait de faire silence, ici les murs avaient des oreilles. Il se recula et avec un geste de la main lui indiqua de le suivre, il connaissait un endroit sûr non loin d’ici.

Artemis marchait devant de façon rapide pour se mettre en sécurité au plus vite sans forcément attirer l’attention, c’était rusé. Il entra dans une maison vide et ferma la porte une fois qu’elle fut rentrée. Il n’y avait plus d’occupants depuis qu’il avait fait le ménage, c’était devenu l’une de ses maisons. L’humain alluma quelques bougies pour faire de la lumière et s’assit dans une chaise les pieds sur les tables. D’un geste de la main il lui indiqua qu’elle pouvait faire de même. Le jeune assassin la regardait avec un air curieux et amusé, pour lui c’était la routine cette attaque.




Revenir en haut Aller en bas
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Ven 13 Avr - 11:58

Les yeux encore fermés, elle respirait profondément, prête à n’importe quelle situation. Elle n’était pas sur son territoire, ne connaissait pas les lieux et avait visiblement à faire à un professionnel. Quelqu’un avait mit sa tête à prix, il n’y avait pas de toute. Ici, chez les humains, elle savait que les thériantrophes étaient peu appréciés, du moins par ceux qui connaissaient leur existence. Alors qu’elle sentait son heure venue, prête à riposter et se battre jusqu’à son dernier souffle, elle pensait à sa petite fille. Il était hors de question qu’elle la laisse seule, qu’elle l’abandonne. La pauvre avait déjà été abandonnée une fois…

Kalyäh entendit des bruits différents, comme si tout venait de changer. Un corps s’effondra au sol et elle comprit qu’elle était hors de danger, du moins elle l’espérait. Elle ouvrit les yeux, apercevant une silhouette qu’elle avait déjà vu avant... Artemis Enteri. La chef des sudistes se souvenait de ses paroles avant qu’il ne quitte ses terres, il avait prévu revenir. Pourtant, le destin en avait décidé autrement et il l’avait mit une seconde fois sur sa route? Hasard? Kalyäh se frotta la tête fixant l’homme d’un regard calculateur. Allait-il lui faire payer les heures passées dans son clan? Elle l’ignorait, quoi qu’il en soit elle espérait avoir agit de façon juste.

« Ce n’est pas très prudent de se promener seule à Berill. Ici, c’est le territoire des assassins et des guildes, pas des thériantrophes. »

Un sourire accompagna ses propos et il lui tendit la main pour l’aider à se relever. Kalyäh éprouvait encore une certaine haine face aux gestes qu’il avait posés dans la jungle. Elle hésita quelques instants, espérant déceler quoi que ce soit chez lui.

« Ne me dites pas que vous êtes venu pour me voir? » Ajouta-t-il sur un ton moqueur.

Sans qu’elle puisse ajouter quoi que ce soit, il attrapa sa main et déposa un doigt sur ses lèvres, signe qu’il voulait qu’elle demeure silencieuse. Il lui fit signe de le suivre sans qu’elle se fasse prier. S’il avait voulu la tuer, la brutaliser, il l’aurait déjà fait. Ils marchèrent rapidement jusqu’à une maisonnée qui semblait abandonnée. Il n’y avait pas de lumière à l’intérieur et aucun signe de vie. Ils entrèrent dans cette dernière et Kalyäh sentit un frisson la parcourir. Une sensation étrange régnait dans cette demeure, mais elle n’aurait su dire quoi. Artemis alluma des bougies, créant une ambiance chaleureuse et s’installa confortablement, les pieds sur une table. Il l’invita à faire de même comme si tout était normal, mais elle ne bougea pas.

« Merci. » Dit-elle simplement en jetant des regards aux alentours.

La thériantrophe n’avait pas l’habitude de la ville, de ces maisons aussi collées l’une à l’autre. Elle se sentait en position assez désavantageuse et espérait bientôt retrouver sa jungle et sa fille. Du bout des doigts, elle caressa le tissu du fauteuil à côté de celui d’Artemis.

« Combien de chances avais-je de tomber sur vous… la première fois que je remets les pieds chez les humains, seulement quelques semaines après votre départ? »

Ses lèvres s’étirèrent, laissant place à un faible sourire illuminé par les bougies. Elle contempla l’homme qui était à ses aises… il avait visiblement l’habitude de ce genre de situation. Vivait-il sans cesse de fuite? La liberté avait-elle seulement une signification à ses yeux?

« Pourquoi m’avoir sauvée? » Demanda-t-elle en contournant le fauteuil pour s’asseoir.

Kalyäh ignorait ses intentions et ce qu’il fallait faire… partir de cette ville au plus vite au risque de se faire poursuivre? Rester dans cette demeure avec un homme qu’elle savait assassin? Était-il judicieux de lui accorder un soupçon de confiance? Les réponses viendraient à qui sait attendre…

La chef des sudistes passa sa main dans les cheveux, derrière la tête. Elle avait une bosse assez prononcée à cause l’autre homme qui l’avait projeté sur le sol. Encore heureuse qu’elle n’ait pas perdue connaissance. Les vêtements sur son bras était déchirés et sa peau quelque peu éraflée, mais rien d’alarmant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Dim 15 Avr - 14:10

La thériantrophe ne bougeait pas, peut-être encore sous le choc. Il est vrai qu’Artemis n’inspirait pas la confiance. Même s’il venait de la sauver, tout s’était passé rapidement, elle n’avait pas dû avoir le temps de comprendre exactement ce qu’il se passait. Le jeune homme restait calmement assit sur sa chaise, il ne voulait pas l’affoler.

« Merci. »

Elle avait dit ça de façon légèrement évasive. Son regard ne cessait de bouger pour observer la maison, comme si un assassin s’y camouflait pour la tuer. Dans le fond elle devait être un peu effrayée, bien qu’elle ne le montrerait jamais à l’humain. Il la regarda caresser le fauteuil, un peu comme si elle vérifiait qu’elle ne rêvait pas.

« Combien de chances avais-je de tomber sur vous… la première fois que je remets les pieds chez les humains, seulement quelques semaines après votre départ? »

Kalyäh avait dit ça avec un petit sourire, elle avait donc réalisé qu’il venait de lui sauver la mise et qu’il ne lui voulait pas de mal. Artemis était pour une raison inconnue soulagé, il n’aurait pas aimé la voir effrayée et doutant de lui. Le jeune homme prit un air pensif, comme s’il réfléchissait à sa question. En effet combien de chances avait-il de la croiser à Berill ? La réponse était presque aucune, il sortait rarement et toujours avec discrétion.

« Pourquoi m’avoir sauvée? »

La chef des thériantrophes contourna le fauteuil pour s’asseoir confortablement non loin de lui. Visiblement elle attendait des réponses à ses questions et lui indiquait qu’elle avait le temps de les écouter. Elle mit sa main dans ses cheveux, elle avait probablement un peu mal au crâne après s’être fait assommé par un assassin professionnel. Le jeune homme n’avait pas l’habitude de se soucier du sort des autres, ainsi le fait de lui demander son état de santé ne lui avait pas traversé l’esprit. Il ne s’en voulait pas particulièrement, elle ne semblait pas être vraiment blessée et n’était déjà plus déboussolée. C’était bon signe, elle était fidèle au souvenir qu’il avait de cette jeune femme énergique et courageuse, il ne s’était pas trompé sur son compte, le sort le prouvait une fois de plus.

L’assassin enleva ses pieds de la table et la fixa droit dans les yeux. Il n’hésita pas une seconde sur la réponse à lui faire. Il allait être direct et aller droit au but comme à son habitude.

« Vous aviez toutes les chances de me revoir Kalyäh Taliësin. On m’a engagé pour vous tuer et je n’ai pas pour habitude d’échouer un contrat. »

Il avait dit ça sur le ton de la conversation, avec une petite pointe de mystère pour juger de sa réaction. Il ne s’attendait pas à la voir paniquer, ça n’aurait pas de sens. Elle savait très bien que s’il avait voulu la tuer ça serait chose faite. Certains aimaient jouer avec leurs cibles, ce n’était pas le cas d’Artemis. Le jeune humain avait également mentionné son nom complet pour lui montrer qu’il était quand même bien informé sur son compte. L’information était la base de son métier, ainsi que la filature. C’est ce qui lui permettait de surprendre et de ne pas l’être face à l’ennemi.

« Pourquoi je vous ai sauvé ? J’ai dû refuser la mission, il n’y avait pas assez d’or pour me motiver à un tel acte envers vous. »

Il disait ça d’un air sérieux, avant de se fendre d’un sourire pour montrer qu’il rigolait. C’était vraiment étrange quand on connaissait cet homme froid et solitaire de le voir sourire et s’amuser ainsi. La thériantrophe avait un effet plus que positif sur sa façon d’être. Néanmoins, le sourire ne dura pas longtemps. La guilde des lames était assez dangereuse et ne devait en aucun cas être sous-estimé. Il venait de tuer un de leur élément grâce à l’effet de surprise, cela ne se reproduirait peut-être pas. Artemis savait que la guilde enverrait d’ici peu de temps leurs meilleurs éléments pour comprendre ce qu’il s’était passé. Ils avaient une réputation à défendre et la partie risquait de devenir dangereuse. Le jeune homme prenait des risques énormes malgré sa connaissance des règles du jeu et ses capacités. Il se repassait mentalement le combat dans sa tête, il aurait très bien pu perdre à peu de choses près. Ca voulait donc dire que la guilde disposait d’éléments au moins aussi bon que lui, c’était pas très encourageant.

L’humain se releva et son visage devint soudainement plus calme, plus sombre comme à son habitude. Il marqua un petit temps d’arrêt avant de parler, comme s’il pesait ses mots.

« La guilde des lames est après vous, mandatée par un riche thériantrophe qui veut votre mort. Je connais très bien ceux qui en ont après votre vie, ils ne renonceront pas sur cet échec. Vos heures, ainsi que les miennes sont comptées si nous faisons de mauvais choix. »

Artemis ne mentait pas, il voulait lui exposer la réalité des choses. L’humain n’était pas effrayé, pour lui c’était presque un jeu dont il connaissait toutes les astuces. Ils avaient une chance de s’en sortir s’ils coopéraient et qu’ils avaient confiance l’un en l’autre. L’humain ne redoutait aucun membre de cette fameuse guilde. Ils étaient certes doué mais seuls quelques membres lui arrivaient à la cheville. D’ailleurs il venait d’en tuer un, il en restait au moins deux autres aux méthodes différentes. On les appelait les trois lames, c’était l’élite de la guilde, de vrais assassins professionnels. Il n’y avait aucun moyen de les distinguer d’autres assassins ordinaires si ce n’était leur style de combat. A Berill quelques noms circulaient, c’était fait exprès. Ces noms on les craignait et les admirait en même temps, c’était comme des sortes de légendes qui rendaient les guildes influentes et incontournables en matière de mercenariat. L’homme qu’il avait tué était gaucher, ce qui était relativement rare. Il n’y avait aucun doute possible, il avait entendu parler de celui que l’on surnommait « l’épée gauche ». Il restait les deux autres qui seraient probablement envoyé pour réparer cette perte et assurer le bon déroulement du contrat.

Le jeune homme sortit de ses pensées assez sombres et attrapa un bout de tissu qui trainait pour le mouiller dans un sceau d’eau. L’assassin laissait toujours de quoi se soigner de façon temporaire dans ses maisons, il fallait toujours tout prévoir. C’était le secret de la survie et de la prospérité dans cette ville corrompue et infâme qu’était Berill. Il essora quelque peu le torchon et le tendit à la jeune femme.

« J’ai cru remarquer que vous aviez un peu mal à la tête, ça devrait vous soulager. Croyez sincèrement que je ne suis pas votre ennemi, vous allez devoir me faire confiance si vous tenez à la vie. »

Il avait dit ça de manière légèrement douce, il ne voulait pas la forcer. Il tenait à elle et même si elle refusait son offre, il ferait son possible pour la protéger. Le jeune homme ne voulait pas la perdre, c’était la seule chose dont il prenait conscience pour le moment envers elle. Les semaines passées loin de la jungle Ekalas ne lui avaient pas suffi pour déterminer la nature exacte de ses sentiments envers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Lun 16 Avr - 22:40

Un long silence s’installa entre eux après sa dernière question. La thériantrophe plongea son regard dans le sien afin d’essayer de découvrir ce à quoi il pensait. Il enleva les pieds de sur la table et sans hésiter, il formula sa réponse.

« Vous aviez toutes les chances de me revoir Kalyäh Taliësin. On m’a engagé pour vous tuer et je n’ai pas l’habitude d’échouer un contrat. »

Entendre ces paroles fut assez difficile pour Kalyäh qui en général, n’était pas du genre à avoir des ennemis. Elle laissait toujours une chance aux autres, Artemis était bien placé pour le savoir. Lui… lui qui avait tué l’un des siens, mais qui avait été libéré. Jamais elle ne saurait si elle avait fait juste. La chef des sudistes se mordit la lèvre inférieure, pensive. Elle n’aurait sans doute pas du venir à Berill.

« Pourquoi je vous ai sauvé? J’ai dû refuser la mission, il n’y avait pas assez d’or pour me motiver à un tel acte envers vous. »

Et il sourit. Un sourire comme elle ne l’avait jamais vu sur son visage. La thériantrophe arqua un sourcil tout en l’observant comme si elle attendait la suite. Elle comprit qu’il blaguait, mais ne trouvait pas le moment approprié. En fait, elle n’avait pas envie de rire face à cette situation…elle avait frôlé la mort et maintenant elle se retrouvait dans une maisonnée avec un assassin, une chance que c’était lui. Elle le fixa de nouveau, d’un regard attentif. Qu’allait-il sortir pour la suite?

« La guilde des lames est après vous, mandatée par un riche thériantrophe qui veut votre mort. Je connais très bien ceux qui en ont après votre vie, ils ne renonceront pas sur cet échec. Vos heures, ainsi que les miennes sont comptées si nous faisons de mauvais choix. »

Quoi? Un riche thériantrophe qui en voulait à sa vie? Et puis quoi encore? Kalyäh mit sa main sur ses tempes en soupirant. Pendant qu’elle réfléchissait, il trempa un bout de tissus dans une chaudière d’eau puis lui donna pour qu’elle puisse apaiser la douleur au crâne.

« J’ai cru remarquer que vous aviez un peu mal à la tête, ça devrait vous soulager. Croyez sincèrement que je ne suis pas votre ennemi, vous allez devoir me faire confiance si vous tenez à la vie. »

Elle prit le tissu et l’apposa derrière sa tête. Kalyäh releva la tête vers Artemis, debout près d’elle. La sudiste se releva pour être à sa hauteur et sourit.

« Je suis désolée… je suis encore sous le choc. Si je dois vous faire confiance… autant commencer maintenant. » Elle marqua une pause plongeant ses prunelles sauvages dans les siennes. « En espérant que je fasse le bon choix, encore une fois. J’espère que cette mission vaudra pour vous tout l’or que vous avez refusé.» Dit-elle en riant.

Kalyäh commençait un peu à se calmer, à se détendre. Elle sentait de nouveau la fatigue peser sur son corps lourdement. Elle fit quelques pas dans la pièce en se penchant pour tremper de nouveau le torchon dans la chaudière. Essorant se dernier, elle le déposa sur le rebord de la chaudière puis se releva.

« Quels sont donc les choix à faire? » Demanda-t-elle en le fixant.

Elle ne saurait pas comment l’expliquer, mais elle avait l’impression qu’à ses côtés elle était en sécurité. Pas autant que dans sa jungle, mais tout de même. Elle n’aurait jamais cru penser cela il y a quelques semaines, lorsqu’elle l’avait trouvé près du corps de Yuren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Mar 17 Avr - 14:01

La jeune femme n’hésita pas à prendre le morceau de tissu mouillé pour soulager sa douleur. Elle se releva pour être au même niveau que lui et sourit.

« Je suis désolée… je suis encore sous le choc. Si je dois vous faire confiance… autant commencer maintenant. »

Elle semblait finalement bien prendre la situation et accepter de confier sa vie entre les mains de l’assassin. Pour une raison inconnue, ça lui faisait plaisir et le rendait heureux cette confiance aveugle qu’elle avait en lui. Il n’avait aucune arrière pensée et ferait de son mieux pour la garder en vie et en sécurité, mais ça lui faisait quand même plaisir. La chef des thériantrophes du sud marqua une petite pause avant de plonger ses yeux dans les siens. Ca faisait une impression étrange au jeune d’être confronté à son regard. Il avait l’impression de faire face à quelque chose d’animal, de puissant qui pouvait l’anéantir en quelques secondes. Néanmoins on lisait une maîtrise et une grande intelligence dans ces beaux yeux. Amusé il se dit qu’il donnait peut-être la même impression, ils avaient au moins ce point commun là.

« En espérant que je fasse le bon choix, encore une fois. J’espère que cette mission vaudra pour vous tout l’or que vous avez refusé.»

Elle avait dit ça en riant et l’assassin lui rendit son sourire. Il avait compris la blague de la jeune femme. En effet, il s’était lui-même investi d’une mission de protection non rémunérée, il ne gagnerait donc probablement pas grand-chose, à part la satisfaction de détruire la réputation de ceux qui avaient décidé de sa chute et d’aider la seule personne qu’il appréciait. Sans aucune hésitation, il aurait refusé tout l’or et le pouvoir du monde pour ne pas la tuer. L’argent ça se gagnait facilement avec sa réputation, il n’en avait pas plus besoin que ça. Kalyäh marcha vers l’eau et essora le morceau de tissu, comme si elle avait besoin de bouger pour réfléchir.

« Quels sont donc les choix à faire? »

Elle avait dit ça sans peur en le fixant. La jeune femme comprenait que sa vie était en danger et elle voulait comprendre les règles du jeu et les options possibles. C’était tout à fait logique et légitime de sa part, après tout l’instinct de survie était le plus fort dans ce genre de situation.

Artemis prit un air pensif quand elle dit ça. Il se massa le menton avec sa main droite et mis la gauche à la perpendiculaire de son autre bras. Il tournait légèrement autour du fauteuil où elle était, ça l’aidait à se concentrer. C’était un homme d’action, c’était purement psychologique pour lui de bouger, ça lui donnait des idées en général. Son visage exprimait seulement une intense réflexion, il n’y avait aucun sourire ou aucune grimace. Le jeune homme n’avait pas une infinité de solutions faisables. Cela ne faisait que quelques minutes qu’ils avaient quitté la scène du meurtre, il pouvait donc supposer que la guilde des lames n’était pas au courant. D’un autre côté, l’homme qui s’était enfui avait très bien pu aller vendre l’information à la célèbre guilde. S’il y avait bien une chose qui se payait sans retenue à Berill, c’était les informations. L’assassin ne voulait pas jouer avec le feu et considéra que dans moins d’une heure, ils seraient pisté dans le pire des cas, ils devaient agir vite et avec efficacité.

« Nous avons deux solutions. Nous terrer ici et tenter la confrontation face à deux assassins professionnels. Ou bien bouger en permanence et en apprendre plus sur eux. »

Le jeune homme avait bien résumé la situation en quelques phrases comme à son habitude. Rester ici c’était mourir. Une maison en permanence vide ça ne passait pas inaperçu, elle serait sûrement visité par les deux lames. Il leur fallait fuir et en apprendre plus sur leurs ennemis. A Berill il existait des vendeurs d’informations rares sur certaines personnes. L’assassin en connaissait un justement assez fiable et qui lui avait permis plusieurs fois d’obtenir des informations cruciales sur ses victimes. C’était un riche marchand en apparence, mais en vérité il était bien plus que cela. Markus avait bâti un solide raisons d’oreilles indiscrètes. La ville et ses intrigues n’avaient pas de secret pour lui. L’homme un peu grassouillet avait côtoyé la noblesse de Berill et certaines légendes mêmes, c’était l’un des meilleurs de ce côté-là. Pour Artemis, une petite visite à Markus s’imposait. Ce même Markus qu’il avait payé à prix d’or pour faire croire à sa mort. En dehors de Kalyäh, c’était peut-être la seule autre personne en qui il avait confiance, bien qu’il ne le considérait pas comme un ami, mais comme un bon contact. Ils se rendaient des services mutuellement, ça marchait comme ça dans la ville.

« On va aller rendre visite à Markus et en apprendre plus sur les deux lames. Il me faut connaître leur méthode opératoire et nous aurons peut-être une chance de survivre. »

Artemis avait dit ça avec un sourire et insisté sur le mot « deux ». Le jeune homme semblait plus que satisfait d’avoir éliminé l’un d’entre eux. S’il abattait les autres, il pourrait vivre de nombreuses années supplémentaires tranquille, personne n’avait encore osé tenter l’exploit suicidaire de tous les éliminer. Il se leva et fixa la jeune femme avec un regard calme et un visage neutre. Il la contemplait, c’était peut-être la dernière fois qu’il aurait l’occasion de la regarder ainsi.

Après quelques secondes d’observation, il se ressaisit. Cette maison était devenue un piège, il allait faire en sorte qu’elle le soit, mais pas pour lui. Il fouilla dans un placard et en sortit un immense baril de poudre qu’il fit rouler près de l’entrée. Il saisit de la ficelle qui pendait vers là et la relia là aussi près de la porte. Il attrapa une bougie qu’il arriva à caler sur la poignée, à un souffle de tomber. S’emparant d’un peu d’huile, il en badigeonna en bas de la porte jusqu’à la ficelle. Son piège était fin prêt et lui arracha un sourire. Le moindre mouvement de poignée et la bougie tombait. L’huile s’enflammerait et rejoindrait la ficelle, qui elle-même rejoindrait la poudre. L’explosion détruirait la maison en intégralité en à peine 3s. Personne ne pouvait survivre à ça, même pas lui. Malheureusement, il avait à faire à des pros, alors ils ne s’y laisseraient peut-être pas prendre. Dans le pire des cas ça aurait le mérite de les ralentir, dans le meilleur ça en tuerait au moins un, voire les deux, mais il ne rêvait pas trop à ce sujet là.

Se retournant vers la thériantrophe, il lui passa à côté assez rapidement.

« On s’en va par le toit, il y a une trappe que j’ai fait installé. »

La jeune femme le suivit et en à peine trente secondes, ils étaient déjà dehors. Elle était étonnamment souple et n’avait eu aucun mal à faire un peu d’acrobatie. Il l’avait déjà observé lors de sa poursuite dans la jungle Ekalas. Alors qu’ils s’éloignaient de la maison, l’humain jeta un regard en arrière. Son visage n’exprimait rien, ni la joie, ni la tristesse et surtout pas le remord de tuer de potentiels innocents. C’était la guerre, il n’y avait plus de règles, plus de limites à sa survie et à celle de la métamorphe. Leurs pas résonnaient en silence sur le pavé alors que la nuit était encore bien présente. Nul doute que le feu d’artifice ne tarderait pas à s’exprimer dans toute sa splendeur.
Revenir en haut Aller en bas
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Mar 17 Avr - 20:19

Le temps filait rapidement, Kalyäh avait l’impression que ça faisait déjà deux heures qu’elle avait quitté les ruelles en compagnie que l’assassin. Ce dernier se mit à marcher autour du fauteuil, un air pensif accroché au visage. Pendant qu’il réfléchissait, elle jeta des regards à l’extérieur de la maison. Un plan était-il déjà en œuvre pour la retrouver? Réussirait-elle à duper cette guilde d’assassins? Les paroles d’Artemis résonnèrent dans sa tête et elle sortit brusquement de ses pensées, ramenant son regard sur lui.

« Nous avons deux solutions. Nous terrer ici et tenter la confrontation face à deux assassins professionnels. Ou bien bouger en permanence et en apprendre plus sur eux. »

Ses paroles donnaient l’impression qu’au final, il n’y avait qu’une seule solution de plausible. Kalyäh n’avait pas envie d’attendre l’arrivée de ces pseudo assassins… elle ne resterait pas là à rien faire. La deuxième option était plus plausible… Mais bouger pour aller où? Visiblement, Artemis avait un plan déjà tracé et elle en aurait bientôt les détails.

« On va aller rendre visite à Markus et en apprendre plus sur les deux lames. Il me faut connaître leur méthode opératoire et nous aurons peut-être une chance de survivre. »

Après avoir prononcé ces paroles, Artemis la regarda drôlement. Elle fronça les sourcils, intriguée par ce regard étrange, puis il revint à son visage neutre. Il sortit un gros baril de poudre et installa ce qui lui paru un piège. Elle devait l’avouer, c’était ingénieux, mais est-ce que ce sera suffisant?

« On s’en va par le toit, il y a une trappe que j’ai fait installée. »

Et il passa à ces côtés comme un coup de vent, elle ne manqua pas de le suivre du regard, puis fini par le suivre également. Ils grimpèrent par cette fameuse trappe et ils se retrouvèrent à l’extérieur, sous le clair de lune. L’air frais caressa son visage et effleurèrent sa chevelure d’ébène. Elle le suivit dans le silence pendant quelques instants, puis dit dans un murmure :

« Qui est Markus? » Elle marqua une pause puis continua. «Il ne serait pas plus judicieux que je retourne chez les miens plutôt que de me cacher ici, sur leur territoire? Ils ne pourraient plus m’atteindre là-bas… »

En effet, cette solution pourrait être applicable dans la mesure où ils ne la suivraient pas. Mais elle ne savait rien d’eux, il avait raison sur ce point. Il fallait qu’elle s’assure que ni eux, ni personne d’autre ne la suivrait jusque dans son village, elle voulait garder l’anonymat. Elle n’avait pas l’habitude de passer inaperçue, de voyager dans l’inconnu. Elle n’avait pas de temps à perdre, les siens l’attendraient et s’inquiéteraient si elle s’éternisait ici, à Berill.

« Cela me surprend que vous ne connaissez pas déjà ses méthodes opératoires… »

Lui, Artemis Enteri qui se vantait de connaître ses terres, pourquoi ne savait-il pas déjà tout cela? Elle avait tout de même prononcé ces paroles sur un ton d’amusement pour détendre l’atmosphère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Jeu 19 Avr - 17:05

La jeune femme suivait l’assassin en silence. L’air était frais et le vent léger. Il avait son éternelle capuche sombre rabattue sur son visage. Ses deux lames jumelles fièrement exposé dans son dos et ses couteaux de lancer visibles pour une partie également dans son dos. Sa grande cape bougeait avec grâce au rythme de ses mouvements.

« Qui est Markus? »

La jeune femme avait murmuré ces mots pour que seules ses oreilles l’entendent de façon nette. C’était un peu comme si elle craignait d’être écouté et suivi. Le jeune homme la comprenait et préférait cette attitude un peu paranoïaque que trop détendue, il ne fallait jamais sous-estimer qui que ce soit ici, et surtout pas les guildes d’assassins.

«Il ne serait pas plus judicieux que je retourne chez les miens plutôt que de me cacher ici, sur leur territoire? Ils ne pourraient plus m’atteindre là-bas… »

Le jeune homme ne dit rien et continua d’avancer. Kalyäh avait dit ça sur un ton neutre, bien qu’au fond de sa voix on sentait que c’était ce qu’elle désirait. Ca ne marchait pas comme ça à Berill, il était inutile de fuir ou de se cacher face à une guilde aussi puissante que celle des lames. Même si elle parvenait à rentrer chez les siens en vie, ils enverraient les moyens pour l’abattre. C’était déjà utopique de penser qu’elle pouvait rentrer chez elle en un seul morceau. Ils savaient qu’elle était ici à Berill, les sorties de la ville devaient être déjà surveillées et certains gardes corrompus. La bataille se livrerait dans la ville, c’était inéluctable.

« Cela me surprend que vous ne connaissez pas déjà ses méthodes opératoires… »

La chef des thériantrophes avait dit cela avec amusement pour le taquiner. La remarque toucha au but et il esquissa un petit sourire face à la pique. Il tourna son visage vers elle, tout en continuant à marcher à un rythme normal pour ne pas attirer l’attention. Le jeune homme réfléchit à la question et à la meilleure façon de répondre à toutes ses questions. Elle cherchait à tout comprendre et c’était tout à son honneur.

« Markus est un vendeur d’informations fiables, c’est un bon contact. »

Il répondait ainsi à sa première question sans trop de détails, c’était inutile de l’inquiéter inutilement. Il n’y avait aucun intérêt à lui dire que l’homme était un amoureux inconditionnel de l’or et qu’il n’hésiterait pas à les trahir s’il était sûr que le jeune homme y reste. L’assassin avait d’ailleurs eu l’intelligence de signaler au dénommé Markus qu’il était en vie. Il l’avait grassement rémunéré pour que le secret soit conservé. L’humain grassouillet avait des principes et le connaissait bien. Il ne vendrait pas son nom à moins d’une extraordinaire somme d’or et à moins d’être sûr à 100% qu’il soit abattu. S’il y a bien une chose qu’Artemis ne pardonnait pas, c’était bien la traîtrise. Les deux lames étaient de ceux qui avaient les capacités nécessaires pour en venir à bout, il jouait donc un jeu dangereux en prenant contact avec le marchand. En effet, il risquait de dévoiler ses failles, plus que d’obtenir des informations qui pourraient l’aider.

« Retourner chez-vous est exclu, la guilde des lames en a après vous. Toutes les sorties de la ville sont discrètement surveillées en ce moment même pour vous abattre comme un gibier apeuré. »

Il énonçait là encore une évidence. Quand l’une des plus puissantes guildes d’assassins en avait après vous, il ne fallait pas sous-estimer ses moyens pour vous retrouver et vous tuer. Il fallait se méfier de tout et de tous, surtout les pauvres gens à l’allure de mendiants ou d’opprimés.

« Je connais juste certains noms et quelques rumeurs qui courent sur eux, mais rien de bien concret. J’ai besoin de connaître leurs armes favorites pour comprendre leur style de combat et en déduire le lieu d’attaque optimal. Il nous faut également savoir s’ils travaillent en solitaires, s’ils aiment la confrontation directe ou l’assassinat quelle que soit la méthode. Toutes ces informations restent secrètes et inconnues. »

Artemis venait de lui faire un petit cours rapide de tout ce qu’il fallait savoir sur l’ennemi. Chaque détail comptait, chaque information pouvait se révéler capitale et l’aider à prévoir un plan fiable. Alors qu’ils marchaient et qu’ils avaient quitté la maison depuis plusieurs dizaines de minutes, on entendit une immense explosion. Celle-ci arracha un petit sourire au jeune homme. Les gens sortirent de leur maison pour se diriger l’air inquiet vers le bruit. Artemis ne se retourna pas pour voir la lumière menaçante qui brillait au loin.

Les minutes avaient passé, Markus habitait assez loin dans l’immense ville. Ils marchaient d’un pas tranquille jusqu’à une maison à l’allure richement décorée. L’assassin s’arrêta et la pointa du doigt pour confirmer qu’ils étaient arrivé à destination. Il l’amena près d’une maison et lui parla d’une voix calme.

« Je reviens, ne bougez pas d’ici. »

Quand il la quitta il fit un petit sourire et la regarda, un peu comme s’il rigolait d’une bêtise qu’il avait fait. La jeune femme ne le savait pas, mais il l’avait mise devant une maison de passe. C’était la protection parfaite pour elle de rester ici et de faire de façon involontaire semblant d’attendre un riche client. Artemis entra dans la maison et les minutes s’écoulaient, puis les dizaines de minutes. Finalement, il ressorti avec ce calme et cette retenue qui le caractérisait. Pour un nez humain on aurait pu percevoir légèrement l’odeur de sang sur ses lames, alors pour une thériantrophe ça tournait à l’évidence. Le jeune homme s’était très vite aperçu que Markus l’avait vendu, il n’avait pas agi comme d’habitude. De plus, il lui avait un peu trop rapidement donné des informations probablement fausses sans trop prendre le temps de marchander. Dans le doute, il s’était senti trahi et l’avait froidement abattu lui et ses quelques gardes. Dans la bataille silencieuse qui s’était déroulée, il avait évité de peu d’être empalé. Pour un œil attentif, on pouvait voir qu’un morceau de sa cape avait un trou, mais dans la nuit c’était très difficile à observer. En revanche, il était désormais fixé, ils étaient suivi de près et l’ennemi ne tarderait pas à passer à l’attaque.

L’assassin regardait la jeune chef droit dans les yeux. Son regard montrait qu’il hésitait. Il n’avait aucune idée de cachette et ne savait rien sur l’ennemi. Ils étaient mal parti, ça allait être ardu. L’humain commençait à se faire la réflexion qu’ils devaient sortir de Berill pour peut-être avoir une infime chance de survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Mar 24 Avr - 23:15

Leur cadence rapide passait sans doute inaperçue dans ce monde d’assassins, ils se faufilaient rapidement vers une destination inconnue pour la chef des thériantrophes… ils allaient voir un certain Markus dont elle ignorait l’identité et ignorait s’il pouvait être fiable. Pourtant, certaines pensées demeuraient dans son esprit, des pensées qui la rassurait quant aux intentions d’Artemis, des intentions qui visiblement étaient bien présentes pour l’aider. Il répondit à sa question assez simplement sans offrir plus de détails, ce qui était amplement suffisant pour satisfaire sa curiosité. Sa deuxième réponse fut moins plaisante et la remettait malheureusement à sa place… Il était inutile de tenter de s’échapper par les portes de la ville, elle finirait abattue comme un animal sans défense.

Par la suite, l’humain apporta plus de précisions sur ce qu’il allait chercher comme information auprès de Markus en expliquant pourquoi il n’en savait pas plus. Elle ne répondit pas préférant garder le silence et sa concentration sur le chemin qu’ils prenaient. Quelques instants plus tard, un bruit d’explosion retentit jusqu’à ses oreilles, mais elle n’osa pas regarder au loin, se doutant tout de même qu’il s’agissait de l’endroit où ils s’étaient cachés plus tôt. Un certain soulagement s’empara d’elle en s’imaginant que s’ils avaient été prit dans le piège, cela les ralentirait sans doute un peu.

Artemis s’arrêta finalement près d’une maison en lui disant de rester là, qu’il reviendrait. En s’éloignant, il fit un sourire un peu étrange, elle ne saurait décrire l’air qu’exprimait son visage. Kalyäh attendit sagement son retour, préférant ne pas se mêler à cette histoire. Lorsque l’assassin ressortit de la maison, elle remarqua tout de suite que quelque chose clochait : L’odeur du sang flottait dans l’air et elle remarqua la petite déchirure sur sa cape… Elle avait l’habitude des détails et ceux-ci ne lui échappèrent pas.

Le regard de l’humain croisa le sien, il pourrait y lire une certaine crainte s’il portait attention à son regard. Kalyäh soutint son regard quelques instants en essayant de découvrir à quoi il pensait…

« Markus n’était pas très fiable à ce que je vois… »

Elle posa ses doigts sur le tissu de sa cape, les laissant glisser sur le trou de sa cape. Kalyäh sembla réfléchir en ne cessant de le fixer. Quant a lui, il gardait le silence comme s’il attendait qu’elle dise quoi que ce soit. Sa main glissa finalement sur son bras.

« Vous n’êtes pas obligé de faire ça pour me protéger. Je ne veux que vous vous retrouviez dans une telle situation à cause de moi. Je vais trouver un moyen de quitter Berill sans passer par les portes principales… je ne peux pas croire que c’est impossible. »

Il aurait pu y laisser sa vie, la guilde à leur trousse saurait les retrouver et ils n’épargneraient certainement pas Artemis. Kalyäh ne souhaitait pas entraîner des gens dans sa défaite. La chef des sudistes lâcha son bras et fit quelques pas en arrière, son regard devint un peu plus sombre.

« Vous auriez pu y rester. Si quelqu’un a à y rester, ce sera moi et personne d’autre. »

Un dernier sourire apparu sur ses lèvres, un sourire discret et plutôt forcé. Elle n’appréciait pas vraiment le fait de se retrouver seule, mais elle préférait cela à devoir risquer la vie de quelqu’un d’autre. La thériantrophe rabattu son capuchon sur sa tête et déposa la main sur le pommeau de son épée. Peut-être qu’au levé du jour pourrait-elle rejoindre clandestinement l’une de ces charrettes marchandes qui quittaient Berill, elle se cacherait à l’arrière et réussirait peut-être à sortir ainsi… dans le cas contraire, elle finirait soit empalée par une épée ou la gorge tranchée… La chef du clan du sud fit demi-tour et s’enfonça dans la pénombre en espérant qu’il ne la suive pas, qu’il comprenne ses intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Jeu 26 Avr - 15:45

Alors qu’il réfléchissait, la jeune thériantrophe le fixait dans les yeux. Ce n’était pas un regard de provocation, elle essayait juste de comprendre ce qui s’était passé. Fidèle à lui-même, il ne laissait rien transparaitre, aucune émotion qui puisse faire penser à ce qu’il venait de faire : tuer. Artemis lisait l’appréhension dans son regard et c’était compréhensible. Elle se savait presque condamnée et sa seule chance de sortie venait de s’envoler avec la mort de Markus. Le jeune homme restait calme, il avait déjà connu des situations dramatiques similaires. Lorsque sa guilde avait été mise à prix, il avait dû s’enfuir face à de véritables machines à tuer surentrainées. De plus, il ne voulait pas l’effrayer, avec de la chance elle n’aurait rien remarqué.

« Markus n’était pas très fiable à ce que je vois… »

L’humain sourit intérieurement, elle l’impressionnait. Comment avait-elle su alors qu’il n’avait rien changé à son comportement ? Elle posa sa main sur la cape, l’endroit où il avait failli être empalé. Ca semblait impossible qu’elle puisse avoir remarqué ce détail et la nuit de plus. La jeune thériantrophe semblait cacher bien des surprises, à n’en pas douter elle était une bonne alliée. Sa main glissa lentement sur son bras et avant même qu’elle ne poursuive, il en déduisit qu’elle allait lui faire ses adieux. Il la connaissait un peu après l’avoir observé, ça semblait compatible avec sa façon d’être. Le jeune homme ne bougea pas et ne dit rien par rapport à Markus, il n’y avait pas grand-chose de plus à ajouter.

« Vous n’êtes pas obligé de faire ça pour me protéger. Je ne veux que vous vous retrouviez dans une telle situation à cause de moi. Je vais trouver un moyen de quitter Berill sans passer par les portes principales… je ne peux pas croire que c’est impossible. »

Après avoir dit ça, elle le lâcha et recula de quelques pas. Son regard semblait presque vaincu, comme si elle se condamnait pour le laisser vivre. La réalité était celle-ci malheureusement, maintenant Artemis était traqué et connu. Il aurait pu la laisser et prolonger légèrement sa vie, mais cela n’avait pas de ses pour le jeune homme. Il aimait bien la thériantrophe, il devait l’avouer. De plus, ce n’était pas un lâche. A deux ils avaient les moyens de peut-être gagner, voire de tuer quelques uns de leurs poursuivants dans le pire des cas. Il ne répondit toujours pas à Kalyäh, il ne voulait pas l’effrayer inutilement, mais sortir de Berill était bel et bien impossible. Maintenant ils n’étaient pas seulement recherchés par l’une des plus puissantes guildes de la région, mais également par une bonne partie des habitants. Les marchands, les mendiants, les gardes, tous étaient corrompu ici. Ils avaient sûrement une bonne prime sur leur tête et n’importe qui était prêt à les dénoncer contre quelques pièces d’or. Ca marchait comme ça ici, c’était la loi du plus riche.

« Vous auriez pu y rester. Si quelqu’un a à y rester, ce sera moi et personne d’autre. »

La jeune femme rabattit sa capuche et s’en alla avec un petit sourire d’adieu. La peur se lisait dans chacun de ses gestes, on sentait la perte de confiance qui l’habitait en temps normal. Elle posa la main sur son épée comme preuve, il n’y avait rien de mieux pour vite se faire repérer que de paraître nerveux. Elle était néanmoins très courageuse et forçait le respect, l’assassin appréciait cette qualité. Ces paroles elles mêmes étaient dignes de louanges, elle ne voulait pas le mettre en danger. Artemis n’hésita pas une seule seconde, pour la première fois de sa vie il avait envie de sauver quelqu’un de façon volontaire, sans chercher une quelconque rémunération. Son honneur le lui dictait, après tout elle l’avait épargné alors qu’il était à sa merci. Son cœur le lui suggérait aussi, bien qu’en général celui-ci restait froid et sans aucune émotion particulière.

Le jeune homme la rejoignit rapidement et posa sa main sur le bras qui tenait l’épée. Avec douceur, il l’écarta de son arme. Ils auraient besoin de mettre toutes les chances de leur côté pour l’emporter, aucune faute aussi infime soit-elle ne devait être commise. Tandis qu’ils marchaient dans la rue pavé à un rythme régulier, il lui chuchota quelques mots sans prendre le temps de la regarder. Il était concentré à jeter des coups d’œil discrets de sous sa capuche pour déceler un potentiel comportement suspect de la part des habitants.

« Soyez plus calme, on sent votre peur à des kilomètres à la ronde. »

Artemis exprimait une vérité certaine en disant cela. La jeune chef était trop tendue, mais c’était tout à fait compréhensible. Contre des assassins professionnels, la meilleure attitude à adopter était de se calmer et de garder le contrôle de son corps. Lorsque confrontation il y aurait, seules la vitesse et la précision désigneraient les vainqueurs.

« On ne quitte pas la ville, on se fera repérer trop facilement. En revanche, on peut faire semblant de le vouloir et choisir le lieu de la confrontation. »

Il avait dit ça avec une pointe d’amusement et de malice. Artemis connaissait Berill comme sa poche, mais c’était probablement le cas de leurs ennemis invisibles. La seule chose qu’il ne connaissait pas, c’était les capacités réelles de Kalyäh. Il se doutait qu’elle pouvait se métamorphoser en animal, mais lequel ? Ils n’avaient pas le temps devant eux, et le jeune homme le savait. Il n’était sûr que d’une chose, un animal avait besoin d’espace pour se battre. Ces petites rues étroites n’étaient pas un bon environnement pour la jeune femme, ça expliquait probablement qu’elle ai pu se faire avoir aussi facilement par l’assassin. Artemis allait provoquer l’affrontement dans un espace grand, il lui laisserait la place de dévoiler ses talents. C’était un coup de poker qu’il tentait là, car si la jeune femme ne pouvait pas se métamorphoser, ils seraient grandement désavantagés. Il ne doutait pas qu’elle soit une fine lame, mais ça paraissait presque inconcevable qu’elle puisse rivaliser avec deux bretteurs de grande renommée. Lors de son périple à la jungle Ekalas, elle l’avait eu à l’arc, grâce à la hauteur des arbres. Il n’y avait pas meilleu rlieu de bataille pour un archer qu’un grand espace vide: la visée en devenait facilité. L’humain devait faire confiance à son instinct et à son sens de l’analyse qui ne le trahissait jamais, ce n’était pas le moment de douter de lui.

Il prit la tête de l’expédition encore une fois et marchait d’un pas un peu plus rapide. Non loin d’ici, il y avait une grande place de vendeurs ambulants. Elle était assez vaste et immense, encombré seulement des étalages de marchandises. Ca serait le lieu idéal pour une confrontation. Il avait bien d’autres idées de lieux sympathiques en tête, mais ça serait compliqué de les atteindre. Le jeune homme ne pensait pas en avoir le temps et il ne voulait courir aucun risque. Alors qu’ils marchaient depuis quelques minutes, l’immense bazar apparu devant eux. Des centaines et des centaines de marchands ambulants avec leurs stands. Ca sentait pas mal d’odeurs de nourritures et d’autres un peu moins agréables. Jetant un regard rapide autour de lui, il ne voyait rien. Encore une fois sans se retourner, il expliqua à la jeune femme son plan.

« C’est ici que tout va se passer. Je vais vous donner de l’espace, faîtes en bon usage. Surtout, suivez-moi, sinon nous sommes morts. »

Leur allure était rapide et laissait transparaître une fausse impression de panique. C’était le but de la manœuvre voulue par Artemis pour découvrir leurs poursuivants. En à peine quelques secondes, il repéra du mouvement. On les suivait discrètement, un homme qui se faisait passer pour un marchand et l’autre en tenue un peu plus discrète. Un assassin et un informateur à n’en pas douter. Le jeune homme n’hésitait pas à bousculer les gens, accélérant un peu le pas sous les protestations. Les deux silhouettes firent de même, son intuition était donc la bonne. Soudainement sans prévenir, l’humain se retourna et lança un couteau avec précision en pleine tête de l’assassin présumé. L’autre homme essaya de s’enfuir mais subit le même sort. La foule autour d’eux assista au massacre et commença à légèrement paniquer. Le jeune assassin sortit ses deux lames jumelles et ce fut la panique générale. Tout autour d’eux en à peine quelques minutes dans les cris et les paroles de protestation, les gens s’enfuyaient. Quelques centaines de secondes plus tard, le silence était presque total. Aucun garde ne venait et ne viendrait. Ils avaient probablement été payés pour ne rien faire. La guilde des lames semblait surestimer ses deux meilleurs éléments, ils n’allaient pas tarder à être fixé sur l’étendue de leurs capacités, c’était une question de temps avant qu’ils ne viennent.

« Nous devons être prêt à tout, même au plus surprenant. »

Le silence pesait lourd, mais il ne dura pas. Deux silhouettes sombres apparurent au bout du bazar. Ils avançaient à la même cadence sans se presser, un peu comme des chats qui avaient acculé leur proie. Rien qu’à leur façon de faire, Artemis en déduisit qu’ils avaient l’habitude de travailler ensembles et que c’était les deux lames. Les légendaires assassins de la guilde des lames étaient devant eux, à plusieurs pas de distance. Ils semblaient sûrs d’eux et seuls, comme si la mort était l’unique issue pour l’humain et la thériantrophe.

Artemis les jaugea du regard et s’écarta à peine de Kalyäh. Rapidement, il saisit quelques couteaux de lancer et les projeta pour tester leurs réflexes. Les deux hommes esquivèrent sans trop de difficulté avec une certaine agilité. Le jeune homme venait de perdre quelques munitions, mais il avait gagné un renseignement précieux et insolite. L’un d’eux faisait un bruit étrange de chaines et l’autre n’en faisait justement aucun. De plus, le jeune homme ne voyait aucune arme apparente, était-ce possible qu’il se batte à mains nues ? Plus il réfléchissait à cette hypothèse, plus elle lui paraissait vraisemblable. Un duo, l’un à mains nues pour le corps à corps et l’autre utilisateur de chaine pour les combats à distance et à moyenne portée. Ca se tenait et c’était possible, il allait vite en avoir le cœur net.

L’homme qui semblait avoir des chaines rigola.

« Je prend notre célèbre Artemis, celui qu’on a cru mort. La femme devrait pas faire trop de difficultés rien qu’à la façon dont elle tient son arme. »

Le ton était vraiment moqueur et ils se séparèrent, sûrs d’eux. L’assassin regarde du coin de l’œil la façon dont la jeune femme tenait son épée. La position était classique et semblait efficace, mais pour une fine lame comme lui, on sentait que ce n’était pas la perfection. L’épée ne semblait pas son fort et les ennemis l’avaient vu.

Artemis se rua sur l’homme aux chaines. Celui-ci ouvrit sa cape et en fit tournoyer une dans chaque main. Les armes qu’utilisait l’homme étaient fines, mais l’acier semblait solide. De plus, au bout des chaines se trouvaient des sortes de poids ayant la forme d’une goutte. Le moindre coup et à n’en pas douter c’était plusieurs os qui seraient brisé et le combat serait fini. L’assassin les maniait avec dextérité et maintenait l’humain à distance. Il semblait jouer et prendre son temps. Artemis tenta de lui lancer deux autres couteaux qu’il esquiva avec une grande aisance tout en maniant ses deux morceaux de métal.

L’autre assassin s’était arrêté à quelques mètres de Kalyäh et semblait attendre qu’elle bouge. A n’en pas douter il avait une technique redoutable, vu qu’il n’avait aucune arme. La bataille qui venait de commencer s’annonçait ardue et pas encore gagné.


Dernière édition par Artemis Entreri le Ven 27 Avr - 6:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Jeu 26 Avr - 21:43

La chef des sudistes venait de tourner le dos à l’une des seules chances qu’elle avait de survivre. Elle savait très bien que sans l’aide d’Artemis, elle finirait fort probablement par être tuée. Pourtant, elle n’avait pas été élevée de façon à demander de l’aide, elle préférait prendre ses initiatives elle-même, au risque d’être confrontée au danger. Il aurait été plus judicieux de rester à ses côtés, mais ses convictions lui indiquaient le contraire. Elle acceptait sa mort et voulait la combattre seule, sans entraîner personne dans sa chute. Le seul regret qu’elle avait c’était de ne pouvoir passer le restant de ses jours aux côtés de sa fille, de pouvoir lui inculquer ses propres valeurs… d’être là pour elle dans les moments les plus difficiles. Seule cette pensée était suffisante pour lui apporter un peu d’espoir.

Alors qu’elle réfléchissait en marchant d’un pas assez rapide, elle entendit des bruits derrière elle, puis sentit une main sur son bras. Sans se retourner, elle savait très bien qu’il s’agissait d’Artemis qui la rattrapait, mais elle ne saurait expliquer pourquoi il faisait cela. D’un simple geste, il écarta la main de la thériantrophe qui était, quelques secondes plus tôt, posée sur son arme. Elle comprit son geste et l’approuvait, elle n’était pas très prudente… Plus le temps filait, plus son appartenance à la jungle se démarchait. Elle ne pouvait se mouvoir aussi discrètement dans la ville, tous ses gestes la trahissaient. La voix de l’humain retentit doucement près d’elle, mais elle savait qu’il ne la regardait pas, trop occupé à épier les alentours. Kalyäh faisait de même, mais de façon assez discrète, comme si elle ne voulait pas se rendre à l’évidence.

Sa peur? Elle ne saurait dire si c’était de la peur ou plutôt cette tristesse qui s’emparait d’elle seulement à l’idée de ne plus revoir les siens. La chef du clan du sud ne répondit rien, lui jetant qu’un simple regard. Il lui confia alors qu’ils ne quitteraient pas la ville, mais qu’ils pourraient le faire croire. C’était judicieux comme idée, mais les assassins professionnels tomberaient-ils dans le panneau? Kalyäh en doutait quelques peu… mais elle ferait confiance à Artemis qui, après tout, s’y connaissait.

L’humain accéléra le pas et semblait réfléchir et la thériantrophe ne parla pas, non seulement pour ne pas le déranger dans sa réflexion, mais aussi pour essayer de reprendre son calme, ce qui était plutôt efficace. Comment avoir l’air normal quand on savait que des assassins étaient à ses trousses? Elle comprit qu’elle avait un talent particulier pour contrôler ses émotions et le mit en œuvre sans plus tarder. Dans la même lancer, il lui montra le terrain de la confrontation, lui expliquant les raisons de son choix… et surtout… surtout Artemis lui dit de rester près de lui. Il était bien décidé à tout mettre en œuvre pour une réussite, Kalyäh ne pouvait plus cracher sur une telle opportunité. Elle aurait, au moins, essayée d’être fidèle à elle-même.

Et l’inévitable arriva. Le talent d’Artemis ne manqua pas à la tâche et deux hommes tombèrent dans la foulée. Elle comprit dans la seconde où elle l’avait vu agir qu’il s’agissait d’ennemis. Lorsqu’il sortit ses deux lames jumelles, la thériantrophe en profita pour saisir son arc-à-flèche. Il serait plus facile d’attaquer à distance quand son coéquipier serait à ses côtés pour la protéger de plus près. En même temps, elle en profita pour méditer, pour faire l’appel à l’animal en elle… dans le cas où elle aurait à se transformer. Les paroles de l’humain tranchèrent de nouveau le silence… Elle était prête.

La thériantrophe était concentrée lorsqu’elle vu les assassins en question marcher vers eux. Elle sentait déjà la satisfaction apparaître sur leur visage même s’ils étaient dans la pénombre. L’assassin à ses côtés agit en premier, lançant des projectiles vers les deux hommes qui esquivèrent facilement.

Les paroles des ennemis brisèrent le silence, des paroles moqueuses. Visiblement, l’homme sous estimait Kalyäh. Elle avait beau ne pas avoir reçue la formation d’un assassin, mais elle savait très bien se battre, étant elle-même maître d’armes. Ses heures d’entraînement lui porterait certainement fruit et elle avait un atout précieux qu’ils ne connaissaient pas. Savaient-ils seulement qu’elle n’était pas humaine?

Kalyäh voulu tester l’homme qui avait choisi de venir vers elle en lui envoyant quelques flèches. Il était rapide et esquiva ses projectiles d’une façon assez spéciale. Elle avait l’impression qu’il prévoyait tout ses gestes et qu’il glissait sur le sol de façon à ce qu’on ne l’atteigne pas. Elle conclu que son arc ne lui serait pas utile et saisit son épée automatiquement. L’humain s’arrêta à quelques pas d’elle, l’observant d’une façon qu’elle n’appréciait pas trop. Visiblement, il attendait qu’elle fasse les premiers pas, qu’elle lance la première attaque. La thériantrophe se concentra, fixant l’adversaire d’un regard sauvage. Elle s’élança et asséna un coup d’épée par la gauche, mais il l’évita en faisant une roulade sur le sol pour arriver derrière elle. Un rire sinistre résonna dans le bazar, faisant frissonner Kalyäh. Sans tarder, elle riposta de nouveau avec plusieurs coups d’épée, mais chaque fois il les évitait gracieusement, jouant presqu’avec elle.

L’assassin la frappa au visage, ce qui eu pour effet de la déstabiliser et il pu s’emparer de son bras qui tenait l’arme pour le torde et le mettre derrière son dos. Elle venait d’être désarmée comme une vulgaire poupée et ne rivalisait pas contre quelqu’un qui était dans son élément. Ils en connaissaient sans doute beaucoup plus sur elle qu’elle ne pouvait en connaître sur eux et n’avait pas l’habitude de pourchasser des gens pour les tuer, contrairement à ces meurtriers.

« Un jeu d’enfant… » Lâcha l’assassin en entourant ses bras autour d’elle pour l’empêcher de bouger.

La thériantrophe ne vit d’autres solutions que de se transformer, ce qu’elle fit sans plus attendre, sous la surprise de l’assassin. Ses vêtements se déchirèrent laissant place à une fourrure blanche. La transformation le surpris et il lâcha prise, ne pouvant pas agripper un tigre qui faisait une taille beaucoup plus grande. Profitant de l’effet de surprise, elle bondit, dans un rugissement, sur celui qui venait de la désarmer et enfonça ses crocs sur son épaule à la hauteur de son cou. Une attaque dont il ne se remettrait pas facilement, puisqu’elle venait de lui perforer l’artère jugulaire.

La tigresse fit un bon en arrière, préférant ne pas être à la portée de l’assassin, mais restant tout de même sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Ven 27 Avr - 12:48

Le combat ne faisait que commencer et Artemis parvenait à jeter de très brefs coups d’œil pour observer la situation de la jeune femme et la façon de se battre de son ennemi. Celui-ci paraissait particulièrement agile et rapide. A n’en pas douter, elle affrontait un grand maître d’arts martiaux. Le jeune homme ne pouvait pas trop s’attarder sur ce qu’il voyait, il avait lui-même son propre combat à mener. L’assassin qu’il affrontait ne lui laissait aucun répit, il ne cessait de marteler l’air et le sol de ses chaines. Le cliquetis en devenait infernal et cadencé à la façon d’un orchestre mortel. Celui qui avait été le meilleur élément d’une puissante guilde passé devait reconnaître que l’homme connaissait bien son affaire.

Artemis tenta de le mettre en difficulté en s’approchant d’un étal de marchand, mais son adversaire malin anticipa et recula légèrement vers Kalyäh avec un sourire significatif. Il faisait clairement du chantage au jeune homme. Soit celui-ci continuait le combat qui semblait déséquilibré du fait qu’il paraissait presque impossible de l’approcher, soit il laissait la chef thériantrophe en deux contre une, vouée à une mort certaine. L’assassin n’avait pas le choix, il ne pouvait pas la laisser seule pour deux raisons. La première, c’est qu’il tenait à elle. Ca lui semblait impossible de la voir mourir sous ses yeux sans rien tenter. La seconde raison était un peu plus logique. Déjà qu’il avait un mal fou à se défendre sans pouvoir attaquer contre un ennemi, s’il devait en affronter deux il se savait condamné. Les deux lames n’avaient pas usurpé leur légende, ils étaient tout bonnement incroyables dans la maîtrise de leur style de combat.

Soudain, un bruit sourd se fit entendre, ça ressemblait à un coup de poing. Artemis jeta un rapide coup d’œil et vit Kalyäh en très mauvaise posture.

« Un jeu d’enfant… »

L’homme avait dit ça d’un ton froid, mais on sentait la joie malsaine de la victoire dans ses paroles. Son coéquipier avait jeté également un coup d’œil et semblait s’en amuser. Artemis ne se découragea pas, il devait avoir confiance en elle. Il se doutait qu’elle pouvait se transformer en une créature féroce comme son congénère qu’il avait froidement abattu, c’était le moment idéal pour le faire. La jeune femme dû se faire la même réflexion et en un éclair, une masse de poils blancs apparu. C’était une superbe tigresse avec un pelage atypique et relativement rare. L’animal exprimait la beauté, la grâce et surtout la puissance. Son adversaire qui tantôt l’avait facilement maîtrisé reçu une morsure assez féroce au cou avant que la bête ne le lâche et le fixe avec un regard de prédateur prêt à tout.

L’assassin saignait beaucoup, il venait d’être touché à un point vital. L’humain tituba un peu sur ses jambes pour reculer. Il allait perdre lentement ses forces et ses réflexes, voire probablement mourir s’il n’était pas soigné. La tigresse avait bien fait de se reculer, il aurait pu lui porter un sale coup avant d’être dans un état plus que pitoyable. Cette vision arracha un petit sourire au jeune homme, Kalyäh avait gagné. C’était une question de secondes avant que son adversaire ne s’écroule. Le pauvre homme avait mis une main pour tenter de stopper légèrement l’hémorragie, mais il était fini d’avance.

La dernière lame restante avait compris la situation. Il devait vite se débarrasser de l’allié à la thériantrophe s’il voulait l’emporter. Répétant ses assauts avec force et vitesse, Artemis avait toutes les peines du monde à esquiver les multitudes de coups qui pleuvaient sur lui. Alors qu’il dansait littéralement sur place, le jeune assassin ne calcula pas totalement bien son coup. Son dos toucha un étal, il ne pouvait donc plus reculer rapidement. Son adversaire fit un sourire et lança deux chaînes à l’unisson. L’humain croisa ses lames et réussit à dévier une chaîne se dirigeant droit vers sa tête. Vu la puissance et la vitesse, ça l’aurait salement assommé, voire pire. En revanche, il ne put esquiver l’autre qui s’écrasa avec un bruit sourd sur son bras gauche. Hurlant de douleur, il en lâcha son arme et bascula derrière l’étal. Il avait envie de rester prostré au sol et de gémir sous la douleur, mais ce n’était pas le moment. Essayant de garder son calme il recula en rampant. Son adversaire accouru et le fixa d’un air mauvais.

« Ainsi fini Artemis, la fausse légende. Tu vas payer pour le gaucher et la honte que tu as infligé à notre guilde assassin. »

Le jeune homme ne voyait qu’une seule solution à ce stade là. L’ennemi n’était qu’à deux mètres et près d’un étal en bois. Il aurait donc du mal à bien manier ses armes étranges, il fallait en profiter. Il venait de sous-estimer l’ennemi et de tomber dans le piège de la « fausse légende ». Lançant son épée avec vitesse, il se rua en avant pour tenter de l’avoir avec la lame secrète cachée dans sa manche droite. Le bras gauche n’étant plus valide et probablement cassé, c’était son dernier espoir. L’homme fit un petit bond de côté et comprit qu’il ne pourrait pas se servir de ses morceaux de métal. Il les laissa tomber et attrapa le bras tendu d’Artemis sans trop de mal. Il lui plaqua contre le dos, avant de lui mettre le visage contre terre et de l’écrabouiller. Pour augmenter la douleur, il lui tordait lentement le bras. Ce dernier ne pouvait plus rien faire, il avait perdu.

Le dernier espoir d’Artemis restait Kalyäh, il fallait prier qu’elle ai vaincu son adversaire comme il le pensait et qu’elle surgisse dans le dos de son oppresseur. Cet homme là et son style de combat atypique était bien trop fort pour lui, il devait lui reconnaître ça.
Revenir en haut Aller en bas
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Dim 29 Avr - 1:27

L’assassin blessé recula de quelques pas, titubant. Il était désormais trop occupé à empêcher sa blessure de saigner et ainsi perdre tout son sang, il ne pouvait donc pas demeurer sur ses gardes, il était à la merci de la tigresse. Sans tarder, l’animal fit un bond vers lui, ses deux pattes avant écrasèrent l’humain sur le sol et sa tête se fractura sur ce dernier. Le choc fut suffisant pour lui enlever la vie, elle n’eu besoin de rien faire de plus, ce qui lui suffisait. L’adrénaline emplissait cependant encore le corps de l’animal. Alors que ses yeux bleu perçant se retournèrent vers Artemis, elle entendit les paroles de la victoire prononcées par son compagnon… il semblait si sûr de lui et il eu raison. En quelques instants, ce dernier réussit à mettre Artemis hors jeu, ce dernier se retrouvant dans une position fâcheuse. Kalyäh aurait très bien pu fuir à cet instant, mais elle n’était pas du genre à laisser les autres payer pour elle, même s’il s’agissait d’un assassin… Elle lui devait tout de même cela.

À une vitesse assez impressionnante, la tigresse bondit sur l’autre assassin et le projeta plus loin sur le sol, enfonçant sa mâchoire puissante sur sa poitrine à gauche, dans l’espoir de perforer un organe important. Il ne lui restait, qu’à cet assassin aux chaines métalliques, qu’à agoniser sur le sol… et payer pour avoir sous estimer leur cible. La tigresse se retourna vers Artemis, tournant autour de lui en l’observant. Les rayons des trois lunes brillaient sur son pelage… et du sang pouvait se voir sur sa mâchoire. L’animal fini par s’asseoir devant lui, le laissant se relever et reprendre ses esprits.

La thériantrophe sentait le regard de l’humain sur elle, elle ne saurait dire si c’est parce qu’il était impressionné ou pour une autre raison, mais elle ne bougea pas. Le silence planait sur la place publique qui était déserte depuis un bon moment, comme si les gens n’osaient y mettre les pieds. Après avoir reprit son calme, elle se releva et fit le tour du bazar, comme si elle cherchait quelque chose. Après quelques minutes, elle s’arrêta et on vit son corps se métamorphoser tranquillement jusqu’à ce qu’elle reprenne une forme humaine. Elle saisit un vêtement en lin, une espèce de tunique de mauvais goût, puis s’habilla. Elle se retourna pour aller ramasser ses armes et ses effets qui n’avaient pas été détruits lors de la transformation.

Son attention se porta de nouveau sur Artemis qui s’était relevé. Ses pas lents se dirigèrent vers lui pendant qu’elle jetait quelques regards aux alentours. Combien de temps lui restait-il avant que quelqu’un d’autre ne refasse surface?

« Vous allez bien? » Dit-elle dans un murmure. « Partons d’ici. »

Profitant de cet accalmit, elle se dirigea vers les ruelles sans plus attendre. Le calme de ces dernières la faisait sentir un peu mieux, espérant qu’il n’y ait pas un autre de ces assassins qui la suivait à la trace. Elle n’avait pas l’intention de s’éterniser à Berill et ne comptait surement pas y remettre les pieds avant longtemps. L’image de sa fille égailla son esprit et la fit sourire… c’était suffisant pour la dissuader de risquer sa vie de nouveau.

« Merci pour votre aide… Est-ce qu’il y a d’autre chose que je devrais savoir, d’autres pièges? » Dit-elle en remettant son arc-à-flèche sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Lun 30 Avr - 10:30

Artemis étouffait lentement contre le sol. Son bras commençait à le faire réellement souffrir, mais il n’y pouvait rien. Soudain, les pressions exercées cessèrent et il fut de nouveau libre. Il releva lentement la tête pour admirer son bourreau ensanglanté qui gisait un peu plus loin. Il avait été projeté avec force apparemment. Devant ses yeux, il vit une masse de poils qui s’approcha non loin de lui. Il releva encore un peu la tête pour regarder la super tigresse tâché de sang le regarder avec un air curieux. Le jeune homme espéra l’espace d’une petite seconde qu’elle restait maîtresse de cet animal en elle. Soudain, la tigresse se mit à bouger et à faire des cercles autour de lui, un peu comme si elle observait une proie. Ca ne plaisait pas beaucoup à l’assassin qui restait au sol, comme s’il essayait de ne pas faire de geste brusque, histoire de ne pas l’effrayer. A cette distance, si elle passait à l’attaque, il était mort. Il suffisait de voir avec quelle facilité la tigresse avait vaincu les deux humains, ça faisait peur. L’animal cessa de tourner et s’assit devant lui. Artemis fut rassuré et son regard fut soulagé. Le jeune homme se releva, tout danger semblait écarté.

La tigresse bougea enfin et s’en alla. Elle revint peu de temps après avec de nouveaux habits et ses armes. La transformation en animal avait semble-t-il quelques inconvénients logiques. Elle marchait lentement et ne cessait d’observer les alentours, comme si elle était nerveuse.

« Vous allez bien? »

Elle avait murmuré ces mots, visiblement elle craignait d’être écouté. L’assassin hocha de la tête, il était en un seul morceau. Son bras lui faisait encore mal, mais il aurait pu subir bien pire.

« Partons d’ici. »

Artemis allait le lui suggérer, en effet ils n’avaient plus rien à faire ici. Sur le trajet, il pu remarquer qu’elle souriait. Etait-elle heureuse de leur victoire ou bien pensait-elle à autre chose ? Il ne le saurait sans doute jamais, mais ce n’était pas très grave.

« Merci pour votre aide… Est-ce qu’il y a d’autre chose que je devrais savoir, d’autres pièges? »

Après avoir dit ça, elle remit son arc sur son épaule, comme si elle était prête au combat. Cette femme était une véritable chef dans l’âme, ça se ressentait. Elle était combative et remplie d’honneur, autant de qualités qu’appréciait l’assassin. L’humain médita ses paroles, réfléchissant sur la réponse à lui formuler. Les pièges il y en aurait tant que ce fichu contrat serait sur sa tête. La solution était donc de tuer le riche thériantrophe pour l’annuler. Maintenant qu’ils avaient vaincu les meilleurs éléments de la guilde des lames, il ne fallait pas tarder à éliminer le métamorphe.

« Disons que nous sommes quitte. »

Artemis venait de répondre à ses remerciements. En effet, sans elle il n’aurait jamais pu survivre et inversement. Il n’y avait pas besoin d’épiloguer là-dessus, ils ne se devaient plus rien.

« Il n’y aura plus de pièges, je vais aller m’occuper personnellement de notre ami commun. »

Il avait dit ça d’un ton froid et déterminé. Maintenant que la guilde des lames était hors jeu, il fallait se hâter de tuer l’employeur avant qu’il n’apprenne la nouvelle et n’engage d’autres guildes plus puissantes sur l’affaire. Le jeune homme prit la tête de la marche et la guida vers la sortie de la ville. Il se doutait aisément qu’elle n’avait plus qu’une seule envie : partir loin d’ici. Le trajet se déroula sans encombres jusqu’aux portes. Il ne percevait la présence d’aucun ennemi et cette pensée lui arracha un petit sourire. La nouvelle de la mort de leurs meilleurs éléments avait dû les faire fuir le secteur de façon définitive. Artemis se retourna vers elle et lui fit signe d’attendre quelques instants. Il se dirigea vers un garde qu’il connaissait bien et qui prit une teinte blanchâtre en le voyant arriver. Les deux hommes parlèrent quelque peu et une bourse d’or fut rapidement échangée entre l’assassin et le garde. Celui-ci revint vers Kalyäh avec une expression neutre.

« J’ai encore quelques détails à régler ici, il n’y aura plus aucun problème désormais. »

L’assassin faisait référence à l’assassinat du riche thériantrophe. Il marqua une petite pause et l’observa. L’humain devait reconnaître qu’il avait apprécié leur courte collaboration et que cette femme l’intriguait au plus haut point. Il ressentait des émotions bizarres auprès d’elle, comme s’il ne voulait pas la voir partir.

« Nous nous reverrons Kalyäh, je compte prendre quelques vacances dans la jungle Ekalas, une fois mes affaires terminées. »

Il avait dit ça avec un petit sourire et attendit la réponse. Une fois qu’elle l’eu proférée, il s’approcha et lui attrapa la main pour lui déposer un baiser dessus. Le jeune homme était un véritable gentleman au fond de lui, bien qu’il ne s’amusait pas à courtiser de jolies dames en général. Après ce petit geste amical, il rabattit sa capuche et s’enfonça dans la nuit. La thériantrophe ne risquait plus rien. Le garde avait été payé pour la laisser passer sans difficultés.

Artemis trouva avec aisance l’employeur qui fut tout d’abord ravi de le voir. Celui-ci devait croire que la légende avait changé d’avis. Son expression se mua rapidement en une grimace apeurée, une dague plantée dans la gorge. Le riche thériantrophe ne fut pas le seul à mourir cette nuit là. L’assassin rendit visite à quelques langues indiscrètes. Il vendit à prix d’or l’information qui allait secouer toute la hiérarchie des guildes d’assassin : les lames étaient diminuées. Kalyäh serait désormais tranquille et lui venait de devenir soudainement très riche et très respecté. Les lames ne seraient bientôt plus qu’un souvenir, l’information allait être rapidement transmise à bon prix à tous. C’était ça Berill, quand on perdait de sa puissance, le pouvoir avait tendance à changer rapidement de mains.

L’assassin devait rester ici encore quelques jours, pour vérifier que tout se passerait normalement et que personne ne comptait reprendre la mission. La suite de son voyage le mènerait sûrement de nouveau à la jungle Ekalas. Il s’était enfin avoué la vérité à lui-même : il aimait la thériantrophe. Il ne savait pas si ce sentiment était réciproque, mais il saurait être patient à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   Ven 4 Mai - 11:56

La bataille était gagnée, mais peut-être pas la guerre. Kalyäh était heureuse d’en être sortie et de pouvoir possiblement passer à autre chose. Les paroles d’Artemis vinrent déranger sa pensée, il disait qu’ils étaient quittes. Elle devait l’avouer, s’il n’avait pas été là, elle serait sans doute morte et enterrée. Il lui assura qu’il n’y aurait plus de pièges, qu’il s’en occuperait personnellement. En même temps, elle était soulagée de ne plus avoir à faire à ces brutes… mais qu’adviendrait-il d’Artemis, l’assassin mystérieux?

Une fois arriver à la grande porte de Berill, elle ressentit un sentiment de liberté s’emparer d’elle. Si près des longues routes dangereuses, si près d’un nouveau départ. Elle pouvait désormais caresser l’espoir de revoir Luna. Dans ses pensées, elle ne vit pas et n’entendit pas les échanges avec les gardiens, elle fixait inlassablement cette porte qui était le dernier obstacle à franchir. Lorsqu’il revint vers elle, son expression se faisait neutre, comme à son habitude, elle ne pouvait rien y déceler. Ses prunelles sauvages se posèrent sur lui, comme si elle attendait qu’il dise quoi que ce soit.

« J’ai encore quelques détails à régler ici, il n’y aura plus aucun problème désormais. » Dit-il en marquant une pause. Kalyäh se doutait de quoi il s’agissait, mais elle préférait ne pas poser de questions et demeurer dans l’ignorance. « Nous nous reverrons Kalyäh, je compte prendre quelques vacances dans la jungle Ekalas, une fois mes affaires terminées. » Ajouta-t-il.

Ces paroles avaient été prononcées avec un léger sourire qu’elle ne manqua pas de remarquer. C’était étrange de l’entendre dire cela alors qu’elle-même l’avait chassé de son territoire…Mais comment l’empêcherait-elle de revenir si c’est ce qu’il souhaitait? Elle craignait cependant la réaction des siens, qu’elle apaiserait au mieux le moment venu. Peut-être seront-ils plus cléments lorsqu’ils apprendront qu’il a sauvé la vie de leur chef?

« Soyez prudent, Artemis. » Dit-elle tout simplement.

En prononçant ses paroles, il s’approcha et attrapa sa main d’une façon assez délicate, et il déposa un baiser sur le revers de celle-ci. La thériantrophe fut surprise de ses manières, elle n’avait pas l’habitude de ce genre d’attentions. Chez elle, même si les hommes usaient aussi de galanterie, ils s’y prenaient différemment. Kalyäh se contenta de sourire, ne sachant pas trop comment réagir… elle était plutôt fermée à ce sujet. L’assassin rabattit sa capuche et disparu dans la nuit, laissant la chef du clan du sud à elle-même. Son visage éclairé par les trois lunes, elle traversa la porte qui la gardait enfermée à Berill sans problème.

Le voyage du retour fut extrêmement long et dura de nombreuses semaines. Elle ne souhaitait pas prendre de risques et demeura donc, dans tous les cas, assez discrète. La thériantrophe fit route par le territoire Meniev, puis Naskapi pour ensuite marcher sur des terres presque inhabitées pour finalement entrer dans la jungle d’Ekalas, à son grand soulagement. Dès qu’elle réussit à mettre le pied chez elle, Kalyäh comprit qu’elle était finalement en sécurité, elle sentait déjà l’énergie des siens même à cette distance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chance ou destin? [PV Artemis Enteri][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Liés par le destin. [Linvala, RP Court.] [Terminé]
» Le fabuleux destin de Primrose Heavensbee▬Terminée. ♛
» Artemis [terminée]
» [Terminé] Le destin est un farceur, il noue des liens où il veut. [Nowaki A. Shakespeare / Kanon Utsukushi]
» Je cherche mon destin... [Sujet Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: MerakTitre :: KandorTitre :: Berill-