Partagez | 
 

 Venn Trigorin [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souverain de Meniev
avatar
Ennemis : Les piiiiiiraaaateees
Messages : 144

MessageSujet: Venn Trigorin [Validé]   Ven 27 Avr - 0:34

Prénom & Nom : Venn Trigorin
Aussi dit : Le Faucon
Sexe: Masculin
Âge: 42 ans
Race: Humain

Groupe: Principautés humaines
Rang: Capitaine de Section de Meniev, Section Archerie
Métier: Maitre Archer
Passe temps : La chasse, Venn est un excellent chasseur, et la lecture, Venn aime bien se renseigner sur l’histoire, et les grands stratèges du passé.

Description physique:
Venn n’est pas de ces hommes que l’on sait guerrier du premier coup d’œil. Il n’est ni impressionnant par sa taille, ni par sa masse. Pourtant il était relativement musclé, et dans une parfaite condition physique. Non, ce qui en impose chez lui, c’est son regard. Ses yeux vert et pétillant, où brule la flamme de l’intelligence. Ses yeux s’inscrivaient à merveilles dans son visage, fin, aux traits gracieux, uniquement perturbé par une vieille cicatrice à la pommette droite, petite entaille souvenir d’une ancienne bataille. Les traits de sa solide mâchoire étaient dissimulés sous une barbe noire, fournis et bien entretenu, dans laquelle Venn aime à fourrager lorsqu’il réfléchit. Sa barbe en fait, s’inscrivait à merveille dans le prolongement de ses cheveux qui avaient la même couleur, qu’il portait court, et qu’ils ne coiffaient jamais, laissant le choix à son épis de pointé dans la direction qui lui plaisait. Venn n’étais pas très grand, mais se trouvait dans une moyenne raisonnable, du haut de ses 1m75. Il avait la peau relativement claire, malgré un bronzage persistant, témoignant des heures passées dehors, à s’exercer sur son arc. Ce même entrainement lui avait valu des mais écorché, pleines d’entailles (oui, une flèche, ça pique et ça coupe !), qu’il ne cachait pour rien au monde, après tout, il n’y voyait qu’un signe de sa maitrise durement gagné ! En résumé, Venn n’étais en aucun cas remarquable de par sa stature, et il ne s’habillait pas pour se faire remarquer non plus, il aimait à porté de grandes tuniques de couleurs sobres, allait du gris anthracite au gris matin d’hiver, qu’il ceinturé avec son baudrier. Lorsqu’il menait ses hommes à la bataille, il aimait porter sa tenue fétiche, son baudrier d’apparat, ses épaulettes et son casque à ergot.

Description psychologique:
Venn est avant tout sociable, et calculateur. Il aime s’entouré d’ami, et évite de se faire des ennemis, cependant, il ne rechigne pas à devoir se débarrasser de quelques têtes gênantes dans son entourage. Dans une taverne, il n’y a pas de meilleur compagnie, capable de parler de tout, il est doter d’une solide culture générale, qu’il a su se forger aux cours de ses longues années de voyages dans sa jeunesse. Proche de ses amis, il est loyal et prêt à tout pour venir en aide à quiconque lui est cher, et quiconque le mérite. Modeste, il n’aime pas le luxe et le faste depuis un drame de jeunesse, aussi ne se sent-il pas tout le temps à l’aise entres les grands manoirs de Coji, mais il est doté d’une grande volonté, et est capable de prendre sur lui, jusqu’à un certain point. Lorsqu’il endosse le costume de militaire, et donc de conseiller tactique, il s’avère être un fin stratège, doté d’un sens du devoir exemplaire, et d’une logique imparable, qu’il n’a cessé de démontrer auprès de ses supérieurs. Il peut se révéler froid et cruel vis-à-vis de ses ennemis, mais jamais sans raison. Sa voix est à l’image de sa façon de parler, posée, son ton, réfléchit et calme.

Histoire:
Venn est né en l’an de grâce 645, le 14 Avril exactement, à Mordun, la capitale de l’Ekalesias. Son père était un contre maitre renommé dans la marine à l’époque, et sa mère, puisse t’elle reposé en paix, était une fille de joie. Fort heureusement pour lui, à sa naissance son père s’occupa de lui, ne l’abandonnant pas, comme le fit sa mère, juste avant de mourir égorgé au fond d’une ruelle. Ainsi il reçu une bonne éducation dans une grand école du port de Mordun, et à l’âge de 15 ans envisageait de devenir marin, un jour, comme son père, qu’il aimait d’un amour inconditionnel, et qu’il idolâtrait. Puis, le jour de ses 16 ans, son père lui ramena d’un de ses voyages un arc et un carquois de flèche. Le garçon se passionna pour l’objet, et la pratique du tir à l’arc devint vite pour lui plus importante que la navigation marine. Il passa un grand nombre de journée en haut des collines surplombant la ville, les yeux rivés sur sa cible, s’exerçant encore, et toujours. Ses ambitions changèrent, plutôt que devenir marin, il souhaitait gagné sa vie en magnant un arc, il voulait rentré dans l’armée du royaume !

C’est ainsi que le jour de ses 18 ans, son père l’envoya suivre une formation d’archer dans la meilleur école militaire de Fejuar. En quelques années Venn devint un excellent archer, rivalisant de talent avec les meilleurs de ses instructeurs. Il obtint, un jour d’entrainement, le surnom de ‘Faucon’ pour avoir, dit on, fendu sa propre flèche sur une cible mouvant à 50 pieds ! Il apprit non seulement à se servir d’un arc, mais il apprit également à mener une troupe au combat, comment se faire comprendre et respecter de tous, et comment gagner, ou du moins essayer de gagner une bataille, dans diverses conditions. Ces années passées dans une caserne lui apprirent surtout le contact humain, en effet, à son arrivé, Venn n’avait pas d’expérience humaines, n’ayant jamais quitté son quartier de Mordun. Au contact des autres soldats il apprit comment manipuler les hommes, comprendre leurs craintes et leurs ambitions, et s’en servir contre eux pour les détruire, ou pour se les mettre dans la poche.

Cela lui fut fort utile un bon jour de printemps de sa seconde année d’apprentissage : leur instructeur les avaient séparés en deux groupes d’une vingtaine d’individu, instruisant les uns de défendre une fortification, et les autres de la prendre. Venn tomba dans le groupe des attaquants, qui se trouva être commandé par un camarade de Venn, assez médiocre stratège, quoique fort bon spadassin. Leur groupe se tenait à la lisière d’un petit bois, planifiant leur attaque sur la fortification, de l’autre coté de la vallée. Ils avaient déjà parcouru une bonne distance depuis leur point de départ, et leur chemin avait était jalonné d’ordres contraires, d’erreurs de commandement, et d’hésitation. Alors que Stak, leur leader, annoncé son plan de bataille, Venn, d’ordinaire calme et discret pris la parole d’une voix forte et claire. Qui ici voudrait suivre une chef incapable de faire un choix, scandait-il ? Son plan ne les mèneraient qu’à une mort, aussi fictive soit-elle, certaine ! Pourquoi attaquer de front, alors qu’à nombre égale, les défenseurs avaient l’avantage des fortifications ?! Prenons les par surprise, de nuit, et sur deux flancs, proposa t-il alors. C’était un plan assez inhabituel, dans ces contrés ou l’on préférait la stratégie classique, la bonne vieille méthode. Il se tourna vers un ami à lui dans la troupe, et lui parla directement, lui demandant si il souhait mourir ainsi ? Lors de sa première mission, fut-ce t’elle d’entrainement ? Puis à un autre, un haut elfe pas si haut que ça, ce qui impressionnant toujours les gens, sa petite taille, il lui rappela que son père avait était un grand stratège dans le temps, serait-il fier de voir son fils ridiculiser de la sorte ? Prenant conscience qu’il se rendait coupable de subordination, Venn se calma. A son grand étonnement, des approbations fusèrent dans le groupe, et bientôt il fût voter à main levé que Venn devait mener l’opération. Ainsi donc, ils mirent le plan de Venn en exécution, prenant par surprise les hommes en défense, qui ne s’attendaient pas à voir survenir une troupe sur chaqu’un de leur flanc fut prise au dépourvu, et l’exercice fut une victoire écrasante pour les attaquants.

De retour à la caserne, l’instructeur de Venn vanta ses qualités de stratèges et de meneur d’homme, qui lui valurent d’être reconnu comme Stretgos de l’année dans son école.
On lui proposa un bon poste dans l’armée du royaume, mais il ne souhaitait pas rejoindre l’armée immédiatement, il voulait voir son père avant, en parler avec lui, et peut être, pourquoi pas, songer à une vie de mercenaire sur la mer, même là un archer est utile ! C’est en arrivant à Mordun qu’il apprit la nouvelle : le navire de son père avait essuyé une attaque de pirate, son père était en vie, mais dans un piètre état. En effet, ce dernier, victimes d’une flèche mal placé, s’était retrouvé paraplégique. C’est aussi depuis ce jour que Venn voue une haine aveugle envers les pirates.
Pour subvenir à ses besoins, ainsi qu’à ceux de son père, Venn s’engagea dans une milice locale, et voyagea ensuite comme mercenaire pendant une douzaine d’années. Il voyageât du nord au sud, de l’est à l’ouest, se battant pour toutes sortes de causes, rarement d’injustes, du froid de Lathor, à la chaleur étouffante de la jungle d’Ekalas. Il se fit de nombreux amis à travers le monde, et, il le savait, cela lui serait avantageux un jour ou l’autre. Il se fit de très bon ami chez les mercenaires, en particulier un elfe, qui mourut devant les yeux de Venn, de la main d’un pirate, encore un de ces satanés pirates ! Cela commençait à peser sur Venn, de voir ses proches massacrés par ces hommes sans honneur, ces choses qui ne se bâtaient que pour des trésors volés …

Un jour, qu’il campait à Pinasse depuis deux semaines, un messager lui apporta la nouvelle fatidique : son père s’était éteins. Venn, fou de rage de n’avoir pu être avec son père dans ses derniers moments, obnubiler par la soif de richesse, remit sa démission, vola un cheval et fis route vers Coji.
Il passa de longues journées enfermé dans sa maison familiale, puis, un beau jour, décida de rejoindre Coji, décidé à tourner la page. Il avait maintenant 32 ans, et se rendit compte qu’au cours de ces dix dernières années, il n’avait rien fait de sa vie, rien d’honorable. Il avait rencontré l’année précédente un homme assez important à Coji, qui disait pouvoir lui trouver un bon travail dans l’armée du royaume. Il commença par être garde de la ville pendant une longue année, ou il s’habitua aux environs, se familiarisant avec la ville, et les campagnes environnantes. Un peu avant que sa première année au service du monarque de Meniev ne s’achève, une grande bataille éclata à l’est, et Venn fût désigner comme membre de la garde du roi. La bataille dura plusieurs jours, long et pénible pour Venn, peu habitué à se retrouver au cœur d’une mêlée, il avait souvent besoin de lâcher son arc et de dégainer sa lame. Mais c’est cette même lame qui lui permit d’accomplir de grandes choses :
Les soleils déclinaient à l’horizon marquant la fin d’une troisième longue et rude journée de bataille. Le roi, épuisé par sa journée, finissait d’occire avec douceur et délicatesse un ennemis quant soudain un spadassin adverse, sortit de nulle part leva son arme, prêt à l’abattre sur le monarque, ce dernier ne vit le coup venir que trop tard, il se retourna, pour voir l’ennemis s’écrouler sur lui, une flèche enfoncé dans l’arrière du crane. Debout sur une pile de cadavre non loin, se tenait Venn, l’arc bandé, prêt à tirer une seconde flèche au besoin. S’écartant du champ de bataille, ou les troupes du rois prirent finalement le dessus, le roi fit par à Venn de sa gratitude, et lui promis de ne pas l’oublier une fois de retour à Coji.

Comme promis, Venn fût récompensé, nommé de titres honorifiques, et promu au rang de sergent de sa garde personnelle. Au cours des années, et des batailles, des liens fort se créèrent entre le père du jeune Diony Sabazios et Venn, qui monta rapidement dans la hiérarchie de l’armée royale. En 5 ans, Venn accéda au rang de Capitaine de Section des Archers du Royaume de Meniev, qu’il mène d’une main de fer depuis maintenant 4 ans. Il renomma la section qui devint les Larmes du Faucon de Meniev, sa section qu’il affectionnait tant lui rendait bien, en quatre année elle gagna la réputation de meilleur compagnie d’archer de Merak, ou régnait une discipline sans égal, et ou les soldats se sentaient mieux qu’avec leur propre famille.

C’est à la tête de cette compagnie que l’on retrouve Venn, en l’an 687, au service du roi Diony Sabazios, le fils de son bienfaiteur, pour qui il a un grand respect, et qu’il avait promit de protéger, à son père, des années auparavant.

SECTION HRP

Code: Validé par Kalyäh
Comment as-tu trouvé le forum?: Un site de référencement type classement Top-Forum
As-tu des commentaires?: Veuillez pardonner mon orthographe et ma grammaire qui laisse à désirer, j'essaie de cacher ça Very Happy




Dernière édition par Venn Trigorin le Ven 27 Avr - 15:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souverain de Meniev
avatar
Ennemis : Les piiiiiiraaaateees
Messages : 144

MessageSujet: Re: Venn Trigorin [Validé]   Ven 27 Avr - 14:15

Up, MàJ, finit ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Venn Trigorin [Validé]   Ven 27 Avr - 14:44

Bienvenue sur Les Lunes de Merak!

Très jolie fiche, ton histoire m'a beaucoup plu! On apprend pas mal de détails sur ton personnage c'est bien!

Juste une précision:

"ola un cheval et fis route vers Coji.
Il passa de longues journées enfermé dans sa maison familiale, puis, un beau jour, décida de rejoindre Coji, décidé à tourner la page."

Comment il décide de rejoindre Coji alors qu'il y est déjà? J'ai mal compris?

Sinon, dans ton histoire tu parles du soleil, faudrait mettre au plusieurs pour les soleils car il y en a deux, d'où le joli code!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Souverain de Meniev
avatar
Ennemis : Les piiiiiiraaaateees
Messages : 144

MessageSujet: Re: Venn Trigorin [Validé]   Ven 27 Avr - 14:59

Je prend note de tout ça, et je corrige ça rapidement Smile
Pour l'histoire du cheval volé : il est mercenaire, et en mission à Pinasse ( deux lignes plus haut ;D )
Pour l'histoire de soleilS, je change ça tout de suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Venn Trigorin [Validé]   Ven 27 Avr - 15:02

C'est plus le "fit route vers Coji"
et "décida de rejoindre Coji"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Le Grand Maître
avatar
Messages : 101

MessageSujet: Re: Venn Trigorin [Validé]   Ven 27 Avr - 15:17

J'aime bine moi aussi, c'est très bien écrit et agréable à lire. Pour ce qui est de l'orthographe et d ela grammaire, on fait tous des erreurs, mais tâche de faire ton possible pour que ce soit le plus net possible, nous te faisons confiance. Si tu as besoin d'aide, le dictionnaire reste ta meilleur référence Wink, sur ce je pense bien te valider!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Venn Trigorin [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Venn Trigorin [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: L'Antre du joueurTitre :: Sanctuaire des Joueurs :: Fiches de présentation :: Fiches Validées-