Partagez | 
 

 L’artéfact disparu [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
avatar
Messages : 53

MessageSujet: L’artéfact disparu [Terminé]   Mar 8 Mai - 14:27

Les Hauts-elfes s'étaient réunis près de la fontaine mystique, le conseil des hauts-elfes avait une annonce importante à faire. L'heure n'était pas à la rigolade et tous les visages semblaient inquiets, attendant impatiemment que l'on parle. Un homme encapuchonné s'avança devant tous, on le connaissait très bien sous le nom de Trahïl Lionne. Il n'avait même pas besoin de parler qu'on savait de qui il s'agissait, ce qu'il dégageait était suffisant pour le reconnaître. Il enleva son capuchon, dévoilant ses prunelles bleutés qui émanaient cette attitude paisible.

"L'heure est grave, mes enfants... Vous l'aurez comprit, l'un de nos artéfacts a disparu. Ouvrez tous les yeux et les oreilles, écoutez la nature pour que l'on puisse trouver ce coupable. Nous misons sur les pirates, sachant qu'un navire d'une couleur ébène a été aperçu près des côtes la nuit dernière. Nous les pourchasserons jusqu'à retrouver notre précieux bien, ou alors... ils auront entre leurs mains une arme puissante."

Les murmures s'amplifièrent autour de lui, le peuple elfique était visiblement inquiet.


Sont conviés à participer au rp: Armeline Uriell & Aélith Lyria, ainsi que tout autre personne désirant résoudre le problème


Dernière édition par Maître de jeu le Mer 29 Aoû - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Sam 12 Mai - 4:53

Armeline, debout tout près de la fontaine, commença à craindre que quelque chose c'était passé de grave. Elle sentait que la nature était affolée. Elle donnait de petits coups sur son bracelet pour se calmer en attendant que leur grand sage parle enfin, et leur explique pourquoi il les avait convoqués à une heure si tardive. A la lueur des flambeaux, les vieux visages fatigués étaient tournés vers Trahil Lionne. Il était au-milieu d'eux, et s’apprêtait à leur révéler un grave évènement qui venait de se produire. Toutes les personnes hautes-placées étaient venues. D'un côté, les conseillers du Sanctuaire, et le reste de l'autre côté.

"L'heure est grave, mes enfants... Vous l'aurez compris, l'un de nos artéfacts a disparu. Ouvrez tous les yeux et les oreilles, écoutez la nature pour que l'on puisse trouver ce coupable. Nous misons sur les pirates, sachant qu'un navire d'une couleur ébène a été aperçu près des côtes la nuit dernière. Nous les pourchasserons jusqu'à retrouver notre précieux bien, ou alors... ils auront entre leurs mains une arme puissante."

Armeline fut surprise et son cerveau eu besoin d'un moment pour assimiler cette nouvelle. Comme elle venait de rentrer de son long voyage, elle n'avait eu aucunes informations de ce genre. Les elfes se mirent à murmurer tous en même temps. Trahil leva les mains pour les faire taire.

"Surtout, il ne faut pas vous affolez. Nous allons sûrement réussir à les rattraper. Nous connaissons à peu près la direction qu'ils ont prise, mais il va nous falloir des volontaires pour partir à la mer. Il serait nécessaire qu'un des gardiens du Sanctuaire, car ils ont vu le bateau et pourraient le reconnaître."

Il dit ça avec un calme absolu, tous ses gestes étaient lents et gracieux, et Armeline serait en pleine admiration si la situation n’était pas aussi grave.

"Ils sont sûrement parti vers Garganta, pour pouvoir se cacher dans les grandes régions désertiques et gelées des terres nordiques. Mais nous enverrons aussi deux bateaux vers Cartale, pour être sûr. Nous nous devons de les rattraper."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Lun 21 Mai - 16:25

Farawyn était en parfait état de transe, communiant corps et âme avec la nature qui l’entourait. Il pouvait ressentir les vas et viens de la sève du grand séquoia sur lequel il s’était adossé depuis plusieurs heures, mais il sentait aussi l’herbe, qui poussait lentement tout autour de lui. En ce concentrant, il pouvait même sentir l’excitation et les sentiments complexes qui émanaient du couple de lapin, occupé à copuler énergiquement à quelques pas de lui, dans un terrier peu profond. Farawyn profita de cet instant de calme pour se vider la tête. Il fit part, comme il aimait le faire, de ses sentiments à Dame Nature, et cherchait ainsi, la paix intérieure. Alors qu’il approchait d’une extase mentale, d’un point culminant de bonheur et de calme, le paroxysme du vide en soi, un cri déchirant le tira de son état de transe.

Il ouvrit doucement les yeux, regardant fugitivement autour de lui. Personne. Non, forcément : le cri devait venir de plus loin. La fine oreille de Farawyn le fit pencher pour la direction du Sanctuaire. En se levant, il aperçu des compatriotes se précipitant d’un pas leste et rapide vers la fontaine. Il se pencha avec grâce, mis la main sur son fourreau, et l’attacha habilement autour de sa taille. Beaucoup de ses compagnons ne comprenaient pas cette habitude qu’avait Farawyn de toujours être armé. Mais combien d’entre eux pourraient comprendre ce que l’on ressent, quant l’on a vécu ce qu’il avait vécu ?! Aussi Farawyn ne portait pas vraiment attention à la plupart des regards interrogateurs tournés vers sa lame. Il se mit rapidement en marche, en direction du Sanctuaire. En chemin, il croisa la douce Armeline, qui ne sembla pas le voir, ses pensées semblées fort sombre, à en jugé par sa mine. Farawyn ne pu s’empêcher d’admirer son visage. Elle avait des traits si fins, même pour une elfe, qu’elle semblait faite de cristal. Sa chevelure aux reflets dorés ondulé dans son dos alors qu’elle dépassait rapidement Farawyn. Il lui emboita le pas.

Ils arrivèrent à la grande fontaine mystique. Farawyn constata que la plupart des elfes du voisinage était déjà rassemblé là, d’un coté de la fontaine. Armeline se dirigea du coté opposé de la fontaine, ou Farawyn reconnu quartes autres Conseillers. Au centre, proche de la fontaine, se tenait le vénérable Trahïl Lionne. Farawyn se plaça juste derrière lui, aux cotés des autres Conseillers. Trahïl, respectés de tous, ôta alors son capuchon, et l’assemblé se tut soudainement. Il dit alors d’une voix claire et sonnante :

"L'heure est grave, mes enfants... Vous l'aurez compris, l'un de nos artéfacts a disparu. Ouvrez tous les yeux et les oreilles, écoutez la nature pour que l'on puisse trouver ce coupable. Nous misons sur les pirates, sachant qu'un navire d'une couleur ébène a été aperçu près des côtes la nuit dernière. Nous les pourchasserons jusqu'à retrouver notre précieux bien, ou alors... ils auront entre leurs mains une arme puissante."

Farawyn se rappela alors la réunion du conseil de la veille. Il est vrai qu’un éclaireur de l’est avait rapporté la présence d’un navire aux couleurs bigarrées aux larges de leurs côtes. L’information n’avait soulevé aucune réaction de la part du conseil. Après tout, ce n’est pas les pirates qui manquent dans ces eaux, et il n’était pas rare de voir un navire s’approcher d’un peu trop près des côtes. Mais ce qui préoccupa le plus Farawyn était l’information concernant l’artefact. Il fallait avoir du culot pour oser venir ici, au Sanctuaire, dérobé un artefact elfique, en pleine nuit. Et, quel artefact ? Ses compatriotes aux oreilles pointus avaient le chic pour collectionner les objets sans valeur apparente, et pourtant plein d’un pouvoir mystique parfois fort obscur. Farawyn en avait vu, des artefacts ! Bon nombre était inutile, d’un pouvoir insignifiant, mais il savait que certains, au contraire, était bien plus puissant. D’après Trahïl, celui-ci pouvait être une arme puissante. Avant qu’il ne finisse de raisonner, le sage reprit la parole, faisant taire la foule d’un geste de main :

"Surtout, il ne faut pas vous affolez. Nous allons sûrement réussir à les rattraper. Nous connaissons à peu près la direction qu'ils ont prise, mais il va nous falloir des volontaires pour partir à la mer. Il serait nécessaire qu'un des gardiens du Sanctuaire se joignent à eux, car ils ont vu le bateau et pourraient le reconnaître."

Farawyn acquiesça d’un signe de tête. Trahïl avait raison d’être optimiste, il ne fallait pas démoraliser les gens. Malheureusement, Farawyn ne savait que trop bien que la flotte elfe n’était forcement en mesure de traquer un navire aussi efficacement qu’il ne le faudrait. Le vieux reprit

"Ils sont sûrement parti vers Garganta, pour pouvoir se cacher dans les grandes régions désertiques et gelées des terres nordiques. Mais nous enverrons aussi deux bateaux vers Cartale, pour être sûr. Nous nous devons de les rattraper."

Alors que la foule s’agitait de nouveau, Farawyn réfléchit rapidement à la situation, et à ce qu’il convenait de faire rapidement. Trahïl se tourna vers les autres Conseillers, et s’approcha. Farawyn s’adressa à voix basse au Conseil. Sa voix n’avait pas le ton las et fatigué habituel, et dans ses yeux brillé une lueur qui n’y avait pas brillé depuis trop longtemps. Il leur dit :

« Mes amis, cher conseillers, il est temps d’agir sagement. Trahïl l’a dit : nous nous devons de les rattraper. Mais objectivement, aucun d’entre nous ne peux ignorer le fait que notre flotte n’est pas à même de traquer ce navire ! Aussi devons nous ruser ! Je ne pense pas que ce navire se dirige vers la Cartale, il n’est rien là bas, si ce n’est jungle et forêt vierge. Non, je ne pense pas que ce soit là bas que se dirige notre cible. Il se pourrait fort bien que ce soit l’œuvre de pirate, auquel cas, il n’est pas impensable qu’ils se dirigent à présent vers Garganta. »

Les conseils qui l’entouraient et l’écoutaient avec grande attention l’interrogèrent du regard. Farawyn avait laissé sa phrase en suspens.

« Je me disais, que … Hier lors du conseil, on nous a parlé d’un navire étrange, aux couleurs bigarrées. Les navires des pirates n’ont pas de telle couleur, au contraire, ils ont plutôt tendance à être sombre. Aussi, je pense que cela pourrait plutôt être une bande de mercenaire, humains, ou des Clans, du Nord ou du Sud ! Qui sait ! »

Les conseils ne semblaient pas tous de son avis. Il reprit :

« Nous devrions immédiatement faire partir une missive à la Tour des Guerriers de la Lande. Ils nous serons d’une grande utilité je pense ! »

Ayant ainsi parlé, Farawyn contempla ses compagnons conseillers. Jamais ce genre d’actes n’avait été commis ici, et Farawyn sentit la pression et le stress palpable chez chacun d’entre eux.



Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar
Messages : 53

MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Ven 1 Juin - 13:15

HRP: Continuez ^^ le MDJ n'interviendra pas souvent!

Trahïl Lionne écouta les propos des siens, mais sous sa cape un air inquiet persistait. Il craignait le pire... En s'approchant de Farawyn, il déposa une main sur son épaule, approuvant ses dires assez sages.

"Les poursuivre par nous-même serait assez fou. Nous n'avons pas les armes, ni la flotte nécessaire. La ruse, comme l'a dit ce cher Celithralas sera notre seule chance de retrouver ce qui nous est dut. Pourtant, il faudra d'une façon où d'une autre les retrouver."

Il retira son capuchon dévoilant son regard qui s'assombrissait en même temps que le ciel. Il faudrait sans aucun doute qu'ils envoient un navire en patrouille... ne serait-ce que pour repérer leur trace, même si ce dernier ne ferait sans doute pas le poids.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Ven 1 Juin - 21:50



HRP : Tant que les Role Players interviennent .... Very Happy j'aimerais évité le monologue Very Happy



Farawyn ne parvint pas à déchiffrer le regard du vieil homme. A vrai dire, il ne savait même pas à savoir ce qu’il pensait en lui-même de tout ce qui se passait. Mais il appréciait que ce sage homme approuve ses dires. La foule alentour commençait à s’impatienter, des apostrophes s’élevaient de la foule, concernant ce que le Conseil se préparait à faire. Farawyn réfléchissait beaucoup, trop à son gout, et c’est dire, au vu des capacités de réflexion d’un Haut Elfe. Il cherchait à tout prix à structuré ses pensés, le raisonnement logique était la clé. Aussi, après un certain moment, voyant qu’aucun des membres du Conseil de semblait décidé à dire quoi que ce soit, Farawyn d’un air résolu prit la parole. Son ton était différent, et on ressentait son habituelle lassitude dans sa voix :

« Pourquoi quelqu’un s’intéressait-il soudainement à un de nos artefacts ? La réponse dépend de plusieurs facteurs. Le premier, et je commencerais par là, est lié à la nature propre de l’artefact. Que sait-on de lui ? Dame Armeline, peut être en savez vous un peu plus que moi sur ce sujet ? Je n’ai malheureusement pas le bonheur d’être bien informé sur les provenances et attribut de tout ces … objets. Quoi qu’il en soit, il me semble avoir comprit qu’il est, pour la personne qui le possède, une grande source de pouvoir. De pouvoir destructeur si je ne m’abuse. Je m’emploierais donc à parlé d’une arme ici ! »

C’était là une bien belle ironie … Farawyn bien que s’identifiant tout à fait aux Hauts Elfes, ne pouvait s’empêcher d’avoir un regard critique et amer sur ces derniers, comme sur toutes choses d’ailleurs. Pourquoi un peuple pacifique comme le sien s’était-il employé a crée des artéfacts magiques qualifiable d’armes, puisqu’ils sont pacifiques ? Non décidément, c’était peu compréhensible pour Farawyn, mais l’ironie de la chose le fit rire intérieurement : si cet artefact pouvait dévaster des contrées aisément, il serait alors fort comique de voir que, finalement, la faute incomberait aux elfes, incapables de contrôler et de conserver un de ses artefacts. Le moyen ultime de concilier les termes de ‘meurtrier’ et ‘pacifique’. Reprenant le fil de ses pensées, Farawyn continua, puisque personne ne prenait la parole :

« Si je me base sur le fait que cet artefact est une arme, relativement puissante et dangereuse, cela répond donc plus ou moins à ma seconde question, le pourquoi ! Volé un artefact ne mène à rien, sauf si l’on peut s’en servir pour tuer de ses congénères avec : là est la subtil logique de ces gens inférieurs que sont les humains les plus bas, et les thériantrophe les moins éclairés … pourquoi que les moins éclairés d’ailleurs ? Ce sont des peuples faibles, mais passons, là n’est pas la question ! Non maintenant que l’on sait pourquoi, la question qui s’impose est qui ? Car comme je me suis laissé emporter à le dire, cela pourrait être des humains ou bien des thériantrophe, mais je faisais alors ici allusion aux clans du Nord et du Sud, et aux 5 Royaumes humains, mais il me semble avoir oubliés quelques inconnus à mon équation : les pirates, bien que j’émets des doutes à ce propos, et des elfes. »

Ses paroles choquèrent plusieurs personnes dans l’assemblé qui, s’étant tue, l’écoutait avec grande attention. Parlait-il d’une trahison interne ? Non, c’était impossible ! Et le bateau alors ? Mais, si c’était un leurre ? Et dans ce cas là, pourquoi ? C’était le genre de question que Farawyn venait de soulever dans la foule. Il leva la main d’un geste impérieux, et le silence revient partiellement. Il continua donc son discours :

« Je ne m’étendrais pas plus sur le sujet pour le moment, mais c’est une éventualité à considérer il me semble, camarades. J’en arrive donc à mon quatrième point : comment ces individus, quels qu’ils soient, ont eu connaissance de l’existence de cet artéfact ? Je veux dire que, même moi, qui suit conseiller du sanctuaire, ne connait pas toutes les … » Farawyn se retint de dire babioles. « … choses, que nous gardons ici au sanctuaire, et encore moins leurs pouvoirs. Comment des étrangers peuvent alors le savoir ? Cependant, je me laisse à penser que la puissance de cet artefact en fait surement la connaissance dans des milieux … fermés ? Quoi qu’il en soit, cela ne conforte un peu plus mes dires concernant une possible fuite venant de … de l’intérieur, disons-le ! »

Il laissa les gens parlés un moment, mais avant qu’un autre conseiller ne puisse dire quoi que ce soit, il reprit la parole d’un ton autoritaire, imposant le respect et l’attention.

« Nous devons immédiatement songer à un moyen de récupérer cet artefact, c’est une évidence, mais avant de penser à le récupérer, il faudrait penser à le retrouver. Je préconise que les guerriers de la Lande soient mobilisés immédiatement, toutes leurs forces doivent être dirigés sur la recherche de cet objet, quelqu’un a des recommandations à ce sujet ? »

N’étant en aucun cas décisionnaire de ce genre de chose, il soumit tout de même l’idée au Conseil, qui déciderait que faire par la suite … le plus vite sera le mieux, pensa Farawyn. Il se perdit alors dans des considérations géo politiques. Ils allaient avoir besoin d’aides. Les guerriers de la Lande ne seraient pas assez nombreux. Et le nombre ne faisait pas tout, il fallait également des … connaissances. Les elfes avaient le bon gout d’être neutre en termes de relation avec tout le monde, du moins, dans une certaine mesure. Aussi Farawyn songeait à envoyé des émissaires quérir des informations auprès des dirigeants de ce monde, mais également des espions, qui seraient surement plus efficace qu’un détachement d’homme armée des Guerriers de la Lande.

Farawyn reprit la parole pour émettre un doute :

« Mes amis, j’espère avoir rapidement votre avis sur la question, et sur les différents points que je viens d’énumérer. Je souhaite aussi vous rappelez qu’en cas de revendication du vol, par qui que ce soit, nous serons bien obligé de rentrer en état de conflit. Peu d’entre vous aime ça, mais nul ne peut se cacher de cette réalité. Et si jamais une guerre ouverte éclate entre nous, et n’importe qui, il nous faudra des alliés. Des alliés forts et puissant … en compte t’on dans nos amis ? … »


Sur ces mots, il tourna les talons, et s’écarta un peu du cercle des conseillers, pour s’assoir contre un arbre non loin. La foule s’était bien dispersée déjà, et seuls les conseillers restaient à proximité. Il attendait leur réaction, priant pour autre chose que leur pragmatisme pompeux habituel.

Il n’avait réellement aucune idée de qui avait pu faire le coup, et pourtant, dans sa tête, tout les scénarios possibles et imaginables prenaient forme, petit à petit. Il espérait pouvoir se soustraire rapidement à ses obligations de séance au Conseil pour partir enquêter de son coté. Malheureusement, il ne pouvait faire ce qu’il voulait, sans l’approbation de la majorité du Conseil, il se devait de rester présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Mer 6 Juin - 12:48

Aélith était entrain de priée les soleils couchant pour veiller sur les Elfes même lorsque les lunes seront maîtresses du ciel, lorsqu'un jeune homme entra en courant chez elle et lui dit.

-Vite prêtresse il y a un rassemblement à la fontaine vous devez venir, la nature et le peuple des Elfes vont mal.

Aélith du prendre plusieurs secondes pour sortir de sa transe. Comment ça mal? Que se passait t'il? La prêtresse se calma, détestant lorsqu'elle sentait le sentiment d’inquiétude monter en elle. Lorsque son esprit fut serein, elle partit vers la foule.

-...ils auront entre leurs mains une arme puissante."

Trop tard, Aélith avait trop tardé et n'avait pas entendu du discours du sage. Mais la foule avait l'air si affolé que la prêtresse se contenta de rester en arrière sous un arbre et d'écouter les diverses discussion. Elfe...Vole... Pirates... Fourbes... Artéfacts. Il fallu un petit moment pour que la prêtresse comprenne que l’artéfact avait été volé par des pirates à se qu'elle avait pu entendre. Cela était étrange, pourquoi les pirates auraient pris se risque surtout lorsqu'ils disposaient déjà d'un nombre extraordinaires d'armes? Peut être que le peuple elfique c'était trop rapidement jeté sur une solution de facilité. Ce peuple d'ordinaire calme avait l'air de fauves en cage, chacun parlant avec son voisin de mission, de récupération, de combats. Elle écouta avec attention chaque mot du conseiller. Il était certainement l'un des seuls Elfes calme dans l'assemblé et réfléchis. Quelques elfes étaient rentrés chez eux, d'autre débattaient dans leur coin. La prêtresse sortit de l'ombre et prit une profonde inspiration avant de se lancer dans la foule et de parler devant ces êtres inquiets.

- Elfes calmez-vous! Pourquoi toute cette agitation, nous sommes un peuple calme naturellement et réfléchis. Pourquoi réveillons nous la nature qui se cache des lunes en dormant avec nos cris et notre stress? Pensez vous que parce que les soleils sont ailleurs vous avez le droit de devenir des fauves en cage? La moitié d'entre vous n'ont pas écouté le conseiller Celithralas parler. Vous avez en tête une vengeance contre les pirates! Vous vous êtes lancés tête baissé sur cette piste des pirates sans réfléchir. Oui nous avons vu des bateaux à nos portes, mais d'autres peuples ont des bateaux, les clans du sud ou du nord, les humains aussi. N'oubliez pas qu'on ne peut pas juger des êtres vivants sans preuves, oui les pirates ont fait du mal aux elfes mais rien vous avez bien entendu rien ne peut nous affirmer que se sont les responsables...

Aélith s'arrêta de parler quelques secondes se trouvant à présent devant les conseillers.

- Elfes vous semblez outrer lorsque notre conseiller à proposé l'idée d'un traître mais pour l'instant c'est l'une des meilleurs pistes que nous avons! N'oubliez pas ces Elfes qui nous on trahi comme Calyssa Nel'Ruhnia, cette Elfe qui a tué une vingtaine d'Elfes de tous âges.

A l'évocation de cette triste tueuse, plusieurs elfes baissèrent la tête et s'empêchèrent de verser une larme pour leurs amis morts.

-Je sais que nous sommes dit comme des êtres supérieurs dans les légendes mais n'oubliez pas que les elfes ont des cœurs, et des sentiments, comme la colère qui peut expliquer la trahison. L’artéfact volait à une grande puissance effectivement, si ne me trompe nous avons en notre garde l'artéfact qui regorge des pouvoirs destructeur. Alors oui nous devons tout faire pour le récupérer le plus rapidement et le remettre à sa place avec comme nous l'a dit le conseiller les choses que nous gardons précieusement.
Nous avons besoin d'aide pour le récupérer notre bien d'après notre conseillé, bien je lui accorde, après tous nos navires ne sont pas aussi bien équipés que ceux des pirates et nous n'avons pas autant d'armes que les humains. Mais pourquoi devons nous demander de l'aide aux guerriers des landes? Comment pouvons-nous savoir qu’ils n'ont pas volés l'artéfact? Le cœur des êtres vivants est un mystère pour tout le monde et même pour les plus sages de notre terre. Personne ne peut savoir comment les autres peuvent réagir. Vous pensez peut être que je suis trop vigilent et que les guerriers nous ont souvent aidé. Mais je vous répondrez ceci, si nous avions été assez vigilent jamais nous n'aurions perdu l'artéfact. Après je ne suis qu'une prêtresse et je ne m'occupe pas des autres peuples et je suis en contacte avec eux que très rarement. Mais je vous demande de ne surtout pas plonger tête baisé vers une vengeance qui n'apportera rien de bon à la nature.

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar
Messages : 53

MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Jeu 21 Juin - 18:07

HRP: Si Armeline ne répond pas, passez son tour!

La voix de Farawyn retentit dans le Sanctuaire. Ses questionnements étaient réellement fondés, et il avait raison d’étaler les problèmes à la vue de tous. Ses paroles fracassantes projetèrent des réactions dans la foule, des gens n’appréciaient pas ses dires. Déjà, on voyait que le peuple des Hauts-Elfes se mettait à bouger, qu’ils sortaient de cette latence, de leur zone de confort. Trahïl Lionne écouta les propos de la prêtresse par la suite qui avait une parole très juste. Tous ces commentaires tournèrent dans son esprit jusqu’à ce qu’il prenne la parole.

« Mes très chers confrères, consoeurs… L’artéfact qui nous a été dérobé peut être considéré comme une arme, effectivement, et il est d’une valeur inestimable. Je ne puis vous révéler sa puissance, car celle-ci doit demeurer secrète et que quelques hommes connaissent l’existence de nos reliques. Je n’écarte pas non plus la possibilité qu’il y ait un traître parmi nous, mais cette situation pourrait créer d’énormes tensions dans notre peuple. C’est la dernière chose que je souhaite, mais il faut tout de même y penser. Pour ce qui est de nos voisins les Guerriers de la lande, je ne puis m’avancer sur le sujet. Tant que nous n’aurons pas trouvé le coupable, tous ceux qui entraveront notre route seront nos ennemis. En espérant que nos Guerriers soient de notre côté, car en effet ils sont déployés très bientôt aux quatre coins du continent. »

Alors que ses paroles touchaient à leur fin, une silhouette se démarqua du lot et s’arrêta aux côtés de Trahïl. Dévoilant son visage, la femme aux prunelles dorées fit face à la foule. Il s’agissait d’Alennÿe Esertïs, l’érudit du Sanctuaire.

« Mon peuple… Je suis dans l’obligation de vous dévoiler les secrets que les trois lunes m’ont apportés les nuits dernières. J’aurais cru à un simple fantasme de mon imagination à prime abord, mais avec les évènements récents, je me permets de penser que ces visions puissent avoir un certain sens. J’ai vu une terre… pas celle que nous connaissons, mais quelque part au-delà des mers. Cette terre m’a semblée tellement réelle… et elle est habitée. Et si le navire responsable de ce vol proviendrait de ces terres? »

Le silence tomba dans la foule, puis des murmures s’en suivirent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Jeu 12 Juil - 13:19

La foule était dans tout ses états, les paroles de Farawyn,
en partie entendu par le peuple sylvestre, créèrent un effet boule de neige
dans les esprits. Il est vrai que semé la zizanie de la sorte n’était peut être
pas l’action la plus sage que le conseiller ai pu faire, mais qu’importait,
c’était maintenant chose faite. Il fallait observer les réactions. C’était
primordial. Mais soudain, une forte curieuse personne, que Farawyn connaissait
bien sans en être réellement proche,
Aélith Lyria, la prêtresse, gardienne de la foi sylvestre, protectrice des
esprits, s’approcha, s’extirpant difficilement de la foule agitée. Son discours
fut criant de vérité, et son ton était cru. Elle ne manquait pas de culot de
s’adresser ainsi à la foule, qui, si elle n’avait était composé d’être aussi
sage et réfléchit que des elfes, lui aurait surement causé bien du tord. Cependant,
elle était tout à fait dans le vrai, et Farawyn estima qu’il sera peut être
sage qu’il aille sans plus tarder consulter la prêtresse. Soudain, Alennÿe
Esertïs, la grande érudite du Sanctuaire, et de ce monde, sage parmi les sages,
essence de raison pure, un des esprits
les plus acérés de ce monde, dotée d’une culture dépassant de loin celle que
l’on pourrait acquérir en apprenant par cœur une encyclopédie, s’approcha de la
foule, et aux côtés de Trahïl, prit là parole.






Ses paroles jetèrent un grand froid dans la foule. Le
silence s’abattit sur les elfes comme une lame fougueuse qui s’abattrait sur
les roches gelés des côtes de Garganta. Farawyn se prit un instant à espérer,
entre deux pensés aux allocutions de l’érudite, que ce calme dure le plus
longtemps possible. C’était illusoire ... Rapidement, une rumeur grouillant
s’éleva de nouveau de la foule entassée. Farawyn faillit perdre son calme, et manque
de peu de s’emporter et de faire taire la foule d’une injonction sèche. Il n’en
fit rien, et, dans un effort de discipline, se força à songer rapidement aux
dires de l’érudite. Sans grand succès. Le brouhaha environnant lui fit perdre
son inébranlable, ou du moins, presque inébranlable, tranquillité. Faisant un
pas en avant, et d’une voix courroucé, laissant transparaitre la colère, il
dit :






« SILENCE ! Mes amis, je n’ai bien peur que cette
audience publique se termine ici. Je propose que le Conseil se réunisse
immédiatement ici même, à huit clos, et que Dame Esertïs et Dame Lyria se
joignent à nous, quant à vous, estimés compères sylvestres, je vous enjoint de
quitter immédiatement les parages, et de vous en allez jaser plus loin. »






Son visage, crispé et dur, et ses yeux, emplit d’un regard
froid et ferme, ne laissait guère le choix aux Elfes de la foule, qui,
lentement, commençaient à s’éloigner, murmurant de plus belle, quelques uns
lancèrent un regard par-dessus leurs épaules, les uns haineux, les autres
surpris, d’autres encore, compatissant. Lorsqu’il se retourna vers Trahïl, il
esquissa un petit sourire, espérant que ce dernier ne lui tienne pas rigueur
d’avoir usurpé son rôle d’ancien, et qu’on ne lui reproche pas, une fois de
plus, son impétuosité, que l’on chercherait ensuite à couvrir par ses jeunesse
et son passé… ce genre de comportement l’insupportait, aussi, il ne
laissa le temps à personne de s’exprimer et prit la parole
rapidement :






« Estimés membres du
Conseil, très estimés érudite, chère prêtresse, ce que l’on vient d’apprendre
là est de la plus haute importance, et vos révélations, Madame, sont
troublantes. Si ma mémoire ne me joue pas de tours, les mots de nos éclaireurs
de la nuit dernière, reportant la présence d’un navire prêt de nos côtes,
décrivaient, je les cite : «un
navire étrange aux couleurs bigarrées ». Ce genre de vaisseaux
n’est de toute évidence pas courant dans nos eaux. Alors pourquoi pas un navire
venu d’une autre terre que la notre ? »






Et s’ils n’étaient pas seuls ?
Farawyn connaissait les us et coutumes de chaque peuple de ce monde, du moins,
ce que peuple connus de ce monde, car, c’était des réflexions qu’il avait
souvent : et si nous ne connaissions pas tout ce qu’il y a à connaitre sur
ces terres de Merak ? Il lui était même déjà arrivé de se demander s’il ne
pouvait pas avoir de terre autre que Merak, par delà les mers. Mais jamais il
n’avait entendu de rumeurs à ce propos, malgré les flottes nombreuses qui
sillonnaient les eaux, quelqu’un avait déjà du y songer, aussi, la possibilité d’existence de cette terre, ou
de ces terres, ailleurs, était réduite à néant par les croyances populaire.
Mais pourtant … Pourquoi pas … Ils devaient en avoir la certitude. Mais
comment ? Envoyés une flotte en direction de ces terres était du suicide …
d’ailleurs, vers ou aller ? Ensuite, une autre question surgit dans
l’esprit de Farawyn. Aussi, il préféra s’exprimer et laisser libre court à ses
idées :






« Il m’est avis qu’il n’est
pas impossible que cet artefact ai était dérobé par des visiteurs d’un autre
monde que Merak, des gens d’une autre contrée. Aussi, devons nous en avoir le
cœur net, et il faudrait pour cela envoyé une flotte par delà la mer. Mais,
vers où ? Partir ainsi, sans savoir vers ou, ni pour combien de temps n’est
que pure folie ! Sans idée de la destination, un navire peut arriver au
bout du monde sans croiser son objectif, et l’équipage pourrait mourir cent
fois de famine qu’ils ne seraient pas encore arrivés ! Cependant, on ne
peut rester sans rien faire de cette information. Mais de plus, je me demande,
comment un peuple venant du bout de ce monde, de par delà les caprices de
l’océan aurait eu connaissance de cet artefact ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Jeu 9 Aoû - 20:51

Depuis le début il était la, pourtant sa chaise demeurait vide. Oh il y'avait évidemment une explication logique à cela, en fait Lehran s'était posé aux cotés de ses confrères elfes spectateurs. Il n'avait guère réfléchi à la situation et à bonne distance peu de personnes ne semblaient l'avoir remarqué. Mais comment échapper à la clairvoyance de Trahïl Lionne, son confrère l'avait immédiatement remarqué, connaissant son gout pour les facéties celui-ci préféra de ne faire aucune remarque concernant l'attitude de Lehran.

Avant l'agitation il ne sait pourquoi Lehran était en discussion avec un lapin, l'elfe parlait de nourriture et de ce qu'il avait cuisiné la veille. Tout cela lui rappela la saveur de son repas et la cueillette qu'il fit au préalable. Cet étrange il avait alors ramassé un objet singulier, une perle ambrée, difficile à dire en tout cas ce genre de joyaux était très rare. Ne trouvant point son propriétaire Lehran avait alors décidé d'abandonner, après tout son diner n'avait déjà que trop attendu.

Éloigné, l'elfe ne perdait aucune goutte des discours et échange. Enfin son confrère Farawyn semblait le plus apte à mener le débat. Les autres semblaient mitigés, de mon coté je partageais l'avis de Farawyn sur certain point même si je dois dire que son opinion sur certain le troubla quelque peu. Dame Aelith prit également la parole pour calmer les passions, j'approuvais cette initiative.

Des révélations, des doutes, l'obscurité et la discorde pouvait à tout moment emporter la classe dirigeante elfique. Alors Farawyn eut la bonne idée d’exiger le huis clos. Les voisins en partant ne purent s’empêcher de râler, mais enfin l'elfe put faire son apparition une fois la foule parti.

Calme et serein Lehran n'initia aucune entreprise tentant d'expliquer sa présence parmi la foule. Il était la et c'était le principal, comme à son habitude silencieux, dégageant une aura apaisante celui-ci ce dirigea à sa place, au sein des sept.

Arriver ainsi comme une fleur n'aurait eut guère d'intéret, il fallait bien prononcer quelques mots. Après tout l'avis de Lehran était clair.


"Mes amis à vos dires l'ennemi viendrait potentiellement du nord. Malgré mes connaissances versés dans l'occulte je n'ai pas eu connaissance de cet artefact. Mais l'art des arcanes est terrifiant et l'épée ne sert à rien face au destructeur vent de feu. A vrai dire j'aurai aimé que ce conseil dans sa totalité soit au courant des trésors que protège notre civilisation. Comme Farawyn l'a dit, il s'agit d'une arme. Quelle crédibilité avons-nous en tant qu'anciens et conseillers du peuple si la grande majorité ignore la présence de nos trésors les plus précieux."

Les mots auraient put paraitre lourd de jugement, mais le regard souriant de Lehran semblait indiqué le contraire. Impossible de déterminer ses pensées, insondable comme d'habitude. Comme Farawyn, Lehran pensait à l'ironie de la situation. Un peuple pacifique possédant une arme de destruction considérable, voila une drôle de chose. Mais Lehran allait s'attaquer au cœur du problème.

"Cela a déjà été dit ne sombrons pas dans la suspicion. Gardons en tête la thèse la plus probable, celle-ci mérite des moyens, évidemment. Les autres pistes devront être soulevés par la suite c'est un fait. Bien, tachons de penser comme le capitaine du mystérieux navire qui se serait emparé de l'artefact. Un crime parfait pour lui, hop j'arrive, si on me voit on ne reconnaitra pas mon bateau et hop je prends l'artefact et je pars au faveur de la nuit. Bien que pense t-il, ce capitaine? Les elfes vont chercher dans les terres, mais bien sur ne vont rien trouvé et s'ils ont la brillante idée de me chercher en mer, bonne chance car me trouver c'est chercher une terre dans l'océan."

Lehran calmement se releva, observant les membres de ce conseil et jaugeant leurs regards. Ce qu'il allait proposer n'allait point plaire à tout le monde.


"En réponse je suis contre à l'idée de Farawyn, les guerriers de la Lande ne nous serait d'aucune utilité pour chercher dans l'océan. Non je demande à ce que l'on demande... aux Pirates eux-même. C'est un choix que notre ennemi ne nous croit pas capable, c'est un fait. Mais c'est un choix qui demeure logique malgré le coté périlleux de la chose. Ils connaissent l'océan, ils savent maitriser l'océan et ils seront loyaux tant que nous aurons de l'argent à débourser. Je n'ai fait qu’emmètre mon avis évidemment, je comprendrai aisément le refus de ce conseil."

Il avait surtout peur qu'on dise encore qu'il est sénile et puis il ne connaissait aucun pirate. Pourtant c'était la solution qui lui paraissait la plus logique... Enfin il croyait...
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar
Messages : 53

MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   Mer 29 Aoû - 19:51

Le conseil avait décidé de se réunir suite à la grande nouvelle qu’avait annoncée Alennÿe Esertïs. C’était une décision assez judicieuse compte tenu de la situation, et elle pourrait leur parler un peu plus de ses visions. Silencieuse, elle écouta les propos de Farawyn et par la suite ceux de Lehran. Ainsi donc ils voulaient chercher dans les mers et faire appel au pirate? Alennÿe écarquilla les yeux, fixant les deux hommes d’un regard pensif.

« Je ne crois pas que demander aux pirates soit une solution. Ce sont des pillards, des voleurs… et même, la plupart du temps, des tueurs. Confier la recherche de notre si précieux artéfact ne fera que mettre notre puissance en péril. »

L’érudit fit quelques pas, tournant sur elle-même. Ses yeux dorés se posèrent finalement sur Farawyn.

« Je saurai comment nous rendre là-bas, mes visions me le révèleront sans doute… il le faut. Pensez à la proposition de prendre les mers et le destin mettra une solution sur notre route. »

Le conseil échangea par la suite quelques mots, puis décidèrent de se réunir dans un peu moins d’une semaine, afin de se laisser le temps de méditer sur ce qui avait été dit et de prévoir mettre en place un plan qui saurait être à la hauteur.


HRP : Le rp va être terminé, je vais en ouvrir un deuxième pour la suite^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L’artéfact disparu [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L’artéfact disparu [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Religion] L'artefact
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» Artémius Minéos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: MerakTitre :: Illithil :: Le Sanctuaire Elfique :: La fontaine mystique-