Partagez | 
 

 Jaicur Naämio[Terminée][Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 13

MessageSujet: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   Mer 4 Juil - 17:55

Nom : Naämio
Prénom : Jaicur
Surnom : Patte Blanche
Sexe : Mâle
Âge : Arrive à la trentaine.
Métier : Mercenaire.
Principauté Humaine : Berill

Description Physique :


De haute stature, Jaicur dépasse la majorité des habitants de Berill. Son expérience personnelle ne lui permet pas de comparer son gabarit à d'autres populations, il ne connait que celle-ci. Svelte, les circonstances qui ont jalonnées sa vie ont fait de lui un homme particulièrement dextre et agile. Sa souplesse contribue à lui conférer une démarche mesurée et silencieuse, qui faisait froid dans le dos. Il est de ces hommes qui peuvent aisément se fondre dans leur environnement. De plus, sa tenue profite à cette compétence naturelle. En effet, son capuchon mauve et son masque de fer font de lui une personne impossible à identifier, et lui permettent de se glisser où bon lui semble. Sa tunique cache une fine armure qui recouvre son ventre et des plaques de la même compositions sont disposées sur ses avants bras, dissimulant la courbe de ses muscles bien dessinés, façonnés par son entraînement intensif au tir à l'arc, auquel il se montre particulièrement doué. Doté d'un carquois remplit de flèche, dont certaines ont été trempée dans un poison de sa propre confection, et d'un arc long, à grande portée, récemment acheté suite au décès de son prédécesseur, Jaicur possède également une dague à sa ceinture qui est recouverte par sa tenue, ainsi que divers artefacts plus ou moins utiles -dont une sacoche de plantes vénéneuses destinées à empoisonner ses flèches.
Quelque chose dans son aspect a on ne sait quoi d'imposant. Bref, il a de l'allure.
Quant à son masque, Jaicur a veillé à le rendre unique. De multiple entailles dans le fer et divers détails ont concouru à faire de ce masque, un objet singulier. Il y a deux trous parfaitement adaptés à le forme de ses yeux, d'une couleur à mi chemin entre le gris et le bleu, et de petites ouvertures pour respirer. Il s'était abstenu de demander une cavité pour la bouche. Ce qui a pour effet de modifier le timbre de sa voix. Le masque lui donne un son métallique, ce qui tend à éloigner Jaicur de l'être humain, des émotions, de l'humanisme.
Due à une anecdote, on l'appelle désormais Patte Blanche, et le nom de Jaicur a été oublié. En effet, Patte Blanche porte désormais son masque en permanence, sauf pour dormir, lorsqu'il est à l'abri des regards, dans sa cache qu'il s'est aménagé en Berill.

Description Psychologique :

Si son masque et ses vêtements font de Jaicur un être singulier, il n'en font pas moins un être isolé. Ce masque donne une multitude de visages à Jaicur, mais cache le véritable homme qu'il était en dessous, son âme. Depuis toujours, Jaicur était quelqu'un de réservé, qui n'arrivait pas vraiment à se mêler aux autres du fait de sa situation. Sa situation, la voilà : Orphelin, mais en possession d'un logis et sous la tutelle de son oncle, il partageait des relations avec les autres enfants des rues. Cependant, Jaicur rentrait tout les soirs pour dormir et manger, tandis-ce que ces enfants restaient dehors, n'ayant nulle part où aller.
Les aléa de la vie ont fait de lui un homme froid, distant et avare en mots. Endurcit par son existence, Patte Blanche est un homme intransigeant, qui obtient toujours ce qu'il veut d'un échange entre son commanditaire et lui. Il n'a que peu de considérations pour la valeur d'une vie humaine et ne rechigne jamais devant la tâche qu'il lui est donnée d'accomplir, c'est à dire, celles qu'on lui confie en tant que mercenaire. Prompt à agir, il déborde d'initiative et a l'esprit habile.
Au fil des ans, à cause de son manque cruel de relations avec autrui, un rempart impénétrable s'est hissé entre lui et les autres. Et pourtant, si la solitude lui a convenu toute sa vie durant, il commence tout juste à aspirer à nouer une relation d'amitié avec quiconque le voudrait bien. Malheureusement, considéré comme une turpitude et une arme par ceux qui l'engagent, il ne peut pas satisfaire ce désir croissant. Sans pour autant être lassé de sa condition d'outil performant, il souhaite quelque chose de plus.
Un de ses plus grand défauts, ou sa plus grande qualité, est sa paranoïa irrationnelle et constante, qui le pousse à se méfier de tout, et à faire preuve de prudence. Toujours méticuleux dans ce qu'il fait, Patte Blanche n'était que peu apprécié par les autres mercenaires, peut-être par jalousie, peut-être par mépris, à cause de son masque qui avait fait de lui, un assassin unique.


Histoire


Jaicur est né au royaume de Berill, mais n'a pas connu ses parents. Sa mère est morte en couche et il ignore tout de son père, si ce n'est qu'il détient le nom "Naämio" de celui-ci. Confié à son oncle, dont la profession occupait la majeure partie de son temps, il connaît une enfance difficile, à la recherche d'une identité. Il atteint donc la dizaine sous le joug d'une liberté sans contraintes et de fréquentations douteuses, c'est à dire, les autre orphelins des rues. Autodidacte, non initié aux conceptions morales, et sans la moindre éducation, il commet de fréquents larcins en compagnie des autres enfants pour trouver de quoi manger, ou tout du moins, de quoi agrémenter son quotidien, qui se révèle être terriblement vide. La rue étant ce qu'elle est, Jaicur se retrouve endurcis par cette expérience de précarité et développe de bonnes aptitudes pour survivre en milieu plus ou moins hostile.

Son talent pour le vol fini par être remarqué par son oncle, qui décida de le former afin d'en faire un outil efficace. Sous la tutelle d'un homme peu scrupuleux et cupide, Jaicur apprend donc les rudiments du maraudage et jalonne les étalages pour y commettre des larcins plus important et ainsi constituer une collection de babioles pour son précepteur.

Pour le moins versatile, son oncle lorsqu'il rentrait le soir dans son modeste logis affichait tantôt une mine réjouis, tantôt un air morne, signe d'une extrême lassitude. Mais il lui arrivait aussi de se mettre dans une colère noire pour des raisons qui échappaient à Jaicur. Il le frappait, l'injuriait, et lui hurlait que c'était "de leur faute" s'il le battait. Si la vie du jeune homme ne connaissait que peu de changements, celle de son oncle, en revanche, était très mouvementée. Si bien qu'un jour, peu être sur un coup de tête, ou sur une décision longuement préméditée, il décida de faire de Jaicur, une arme.
Tout cela commença dans le jeu, afin d'expérimenter le maniement de plusieurs armes sur son disciple, et de faire adhérer celui-ci à ce soudain changement. Lorsqu'il se révéla particulièrement talentueux au tir à l'arc, son oncle le fit procéder à des entrainements intensifs. Après tout, Jaicur n'avait pas grand chose à faire, comme il ne travaillait pas, et c'était de bon gré qu'il visait inlassablement cette cible fichée sur cette palissade en bois à longueur de journée, même lorsque son précepteur était absent, c'est à dire la plupart du temps.

Cette entraînement s'étira sur deux années et l'isola des rares amis qu'il s'était fait son enfance durant. Jaicur devint quelqu'un de solitaire, plus qu'il ne l'était déjà. En fait, il n'avait jamais connu de situations propices pour se lier d'amitié avec les autres, et il était un enfant réservé.
Il y avait lui, son oncle, et les autres enfants de la rue, qui étaient différents.
Lorsque Jaicur rentrait chez son oncle le soir, eux restaient. C'était la raison principale du gouffre qui s'était creusé entre lui et le reste du monde. Si bien que son oncle pouvait l'influencer à sa guise. Par l'intermédiaire de "jeux" dont un enfant ne comprend pas de quoi il en retourne vraiment, son précepteur fit de lui un assassin, une machine.
D'abord, il lui désigna une cible au hasard une nuit, un homme, lancé comme un défi, que Jaicur accepta, que Jaicur considéra comme une cible mouvante, rien de plus. Et puis finalement, ce fut des gens qui "dérangeaient" son oncle, des gens qu'il fallait mieux supprimer. Extrêmement adroit, Jaicur ne manquait que trop rarement ses cibles. Loin de celles-ci lorsque sa flèche leur transperçait la gorge, ou le cœur, Jaicur ne considéra pas pleinement ce qu'impliquaient ces meurtres. Exempt de notion du "bien" et du "mal", de ce qu'il fallait faire et de ce qu'il ne fallait pas faire, le jeune homme, à l'orée de l'adolescence ne fut guère affecté par ces assassinats, la mort le laissait indifférent. Sa notion de la valeur d'une vie humaine changea simplement.

On ne peut pas vraiment parler de lavage de cerveau lorsque ledit cerveau n'a jamais été formé. Jaicur avait simplement à faire à un entraînement poussif et à une doctrine haineuse de la part de son oncle pour seule éducation.

Mais ce fut lorsque son précepteur cru avoir formé l'arme ultime, un objet en quelque sorte, que tout changea pour Jaicur, qu'une chance d'émancipation s'offrit à lui. Certes, elle s'offrit à lui, mais de manière cruelle.
En effet, son oncle tenta d'abuser de lui, un soir alors qu'il était ivre, ivre d'alcool et ivre de rage, pour des raisons qui restaient inconnues de Jaicur. Bien qu'il fut un individu difficilement impressionnable, le jeune homme s'enfuit sans demander son reste, s'emparant simplement du frustre arc en bois, de cette piètre dague que lui avait offert son précepteur et de son carquois tout aussi miteux. Il disparut à la lueur des lunes, non à pas furtifs comme il avait coutume de le faire, mais tout azimut, bouleversé par la tournure que prenait les évènements.
Ce n'était plus un jeu.
Il se réfugia sous un porche, et essaya d'y passer la nuit. Il comprit tout à coup ce qui le séparait des autres orphelins, ce froid glacial, cette insécurité qui vous empoignait lorsque les soleils disparaissaient derrière l'horizon. Il venait de perdre une part de sa naïveté et de son insouciance en s'apercevant que si lui possédait un logis pour dormir, les autres orphelins dormaient à même le sol, dehors, qu'importe les intempéries.

Il s'éveilla à l'aube, et heureusement pour lui, car on le traquait. Cependant, il l'ignorait, il ne voyait aucun danger alentours. Et c'est lorsqu'il s'approcha des portes de la ville qu'un garde l'intercepta pour lui demander de décliner son identité, et ce qu'il pouvait bien faire avec un arc et un carquois remplis de flèches. Jaicur n'eut pas à mentir, après tout, il n'était personne.
Sauf que le physique de l'adolescent corroborait avec la description qu'on lui avait faite. Un capuchon mauve qui se remarquait à peine, semblant être le vêtement parfait pour devenir invisible de nuit, des loques tout juste présentables en guise de vêtements, long et mince, plus grand que l'aurait laissé présumer son âge, sans pour autant être un colosse. Oui, le garde avait bien en face de lui l'assassin que lui avait dépeint Dajgore, l'oncle de Jaicur.
Au moment où le garde, nonchalamment lui annonça qu'il était coupable de ces multiples assassinats, Jaicur fit preuve d'initiative. Il lui écrasa le pied de son talon, se libéra de son emprise indolente, et profita de la surprise de ce dernier pour se faufiler et fuir Berill en prenant ses jambes à son cou. On tenta bien de le rattraper, mais sa légèreté triompha du lourd équipement des gardes, qui de toute façon, n'accordaient pas tant de foi aux propos pernicieux de Dajgore, il n'en était pas à son premier coup tordu, ce fourbe. Après tout, assassin en herbe ou non, il n'était plus dans la capitale, Thortan, et ne les concernait donc plus.

Jaicur l'ignorait, il ne ralentit que lorsque le souffle lui manqua, et se terra dans la plus proche forêt que le hasard avait mené à lui. Ayant le sentiment d'être définitivement apatride, Jaicur se montra indécis durant les premiers jours de son exil. Puis, la faim lui rappela qu'il n'avait point le loisir d'être oisif et de jouer aux penseurs. Déterminé, il se mit à agir, afin de régler leur compte à ces maudits gargouillis qui lui embrumaient l'esprit. De l'eau, il avait trouvé de l'eau, dès le premier jour où il était arrivé en ce lieu. Sa course lui avait donné terriblement soif, et l'instinct -sans doute- l'avait guidé vers ce ruisseau. Si Jaicur souffrait de la soif, alors tout organisme vivant pouvait également être en proie à cette carence en eau.

Il se rendit donc sans plus attendre vers la source qui était, selon lui, censée mettre un terme à la faim qui le tiraillait. Arrivé sur place, il dégaina son arc et encocha une flèche... qui lui fut d'un maigre secours face à l'absence totale de créatures dont il aurait pu se repaître. Dépité, il goûta aux quelques algues qui jonchaient la rive. Il laissa bien rapidement tomber cette tentative grotesque qui lui donnait la nausée, mangeant plus de boue qu'autre chose. Il devait attendre, simplement attendre, les animaux finiraient par avoir soif.

Et c'est ce qu'il fit, il attendit. Mais, et s'il existait une autre source d'eau non loin qui réduirait ses efforts à néant ? Ce renard, là, ne l'avait sûrement pas trouvée puisqu'il était venu ici. Habile d'esprit, Jaicur ne s'empara pas immédiatement de son arc et de ses flèches, mais attendit que le mammifère relâche son attention pour s'abreuver. Ci-fait, il ne lui laissa aucune chance, et l'exécuta d'un trait.

Voilà comment Jaicur remédia au problème de la faim. Et lorsqu'il se mit à pleuvoir, il s'occupa du problème d'un abri. Et lorsque des prédateurs virent en lui un déjeuner, il régla l'affaire en confectionnant des leurres, en sécurisant son territoire et ainsi pouvoir dormir en paix. Et lorsque l'hiver s'insinua entre les branches des arbres, il résolu le problème du froid en usant des peaux de bêtes. Il apprit également à distinguer les végétaux nocifs des comestibles, et à en faire des atouts pour ses flèches en les enduisant méticuleusement de ces plantes empoisonnées.
C'est ainsi qu'il survécu au contexte hostile de la nature pour un jeune adulte, et se fit oublier de Thortan, et même Berill pendant quelques temps.

Il avait dix-sept ans lorsqu'il se décida enfin à revenir à la civilisation. Non pas que cette vie lui manquait, mais il avait atteint les limites de la solitude, et il lui semblait avoir beaucoup évolué, alors qu'il avait eu tout le temps de s'étonner à propos de tout ce qu'il l'entourait. Il avait désormais, trois ans plus tard, une vision tout à faire différente des choses. Il s'était rendu compte des tendances inacceptables que lui avait inculqué Dajgore, et s'il ne se sentait pas prêt à l'affronter, il n'en était pas moins déterminé à lui rendre la monnaie de sa pièce. Il se sentait particulièrement vindicatif à son égard, son heure viendrait, il le savait.

Doté d'une paranoïa peu commune depuis que son oncle, tout ce qu'il avait et tout ce en quoi il croyait, l'avait trahis. Il s'était refusé à rejoindre Berill à découvert, craignant d'être reconnu par un des gardes qui se souviendrait de lui, ou que son oncle lui tombe dessus. Ce qui était parfaitement absurde. Mais c'est en étant prudent, et excessif dans la circonspection que l'on se fait des vieux os dans ce genre de milieux, le milieux des assassins. Tout d'abord, vivre en forêt lui avait enseigné une furtivité et une précaution qu'il n'avait pas eu en ville. Les animaux sont un trésor d'instinct, et il est pour le moins ardu de les surprendre. Mais lorsque les surprendre devient quelque chose de nécessaire à sa survie, on se fond dans la peau du prédateur, et on s'adapte, on apprend, vite. En ville, le sol n'était pas inégal et accidenté comme en forêt, les brindilles et les feuilles mortes n'étaient pas légions. Ainsi, marcher silencieusement semblait maintenant être un jeu d'enfant pour Jaicur.

Jaicur résolvait les problèmes à mesure qu'ils se confrontaient à lui, c'était un jeune homme pleins d'initiatives, et de dextérité. Lorsque celui de rentrer en ville sans se faire repérer se présenta à lui, il confectionna un masque dans du bois sombre, dont il perça deux orifices pour les yeux, un pour le nez et un autre pour la bouche. Il s'amusa à lui donner une âme, à en faire un visage réaliste en ajoutant de menus détails qui faisaient la différence, une ride par ci, une ride par là, un rictus, une fossette.

Mais malheureusement, les plans qui semblent être les plus infaillibles finissent parfois par tomber sur un os. Lorsqu'il se présenta aux portes, son masque attira l'attention d'un garde qui lui demanda et de retirer son masque, et de décliner son identité. Jaicur obtempéra, de peur d'attiser la suspicion plus qu'il ne l'avait déjà fait avec son allure hétéroclite, et présenta au garde une patte de lapin -porte bonheur- tout en retirant son masque.

-Patte Blanche. On me surnomme Patte Blanche.

L'ironie du surnom plu au garde, qui passait sa journée à demander qu'on lui montre "patte blanche" justement. Mais ce ne serait clairement pas suffisant pour passer sans encombre. Jaicur préféra s'expliquer à propos de son arc avant que le garde ne lui demande de plus amples informations à ce propos :

-Cet arc est mon outil de chasse. Comme vous pouvez le constater, je suis un chasseur.

Il agita la patte blanche de lapin sous le nez du garde pour appuyer ses dires. Devant l'air mi-sceptique, mi-amusé du garde, Jaicur donna d'autres précisions, afin de fonder une histoire crédible :

-Je viens en ville pour vendre le fruit de mon métier ! Voyez plutôt.

Il se tourna pour lui montrer les provisions qu'il avait fait, pas vraiment dans l'objectif de les vendre, mais qu'importait, il y avait de quoi être vraisemblable. Et comme il avait l'air honnête, et que de toute façon, les chasseurs étaient tous des singuliers, et que celui-ci avait de l'humour, le garde céda et laissa Jaicur pénétrer dans Thortan.

Celui-ci salua l'homme en armure diligemment et nota sa tête dans un coin de son esprit.
Et c'est de cette anecdote que Jaicur détient le surnom de "Patte Blanche" qui fait de lui un mercenaire qui a la faculté de se fondre inlassablement dans son environnement car ne possédant pas d'identité connue par quelqu'un d'autre que lui même. Peu après, il régla son compte au garde qui l'avait interpelé, dans la plus grande discrétion, afin de faire disparaître l'unique témoin qui avait vu son visage, et jamais on ne retrouva le coupable. Les gardes avaient de nombreux ennemis, l'enquête se révéla futile.

Jaicur avait disparut, ne subsistait désormais que Patte Blanche, nom sous lequel il se présentait désormais.

Il portait son masque la plupart du temps, sauf pour dormir. Et si d'abord il aspira à un métier honnête, il flancha rapidement et s'orienta vers une profession qui correspondait plus à ses talents : Le mercenariat.
De fil en aiguille, il parvint à se faire une petite réputation, son masque y contribuant largement. En effet, il était bien plus simple de décrire un homme avec "un masque de bois" que les traits de n'importe quel mercenaire ordinaire. Son originalité lui valait sa notoriété, aussi maigre fut-elle.

Ainsi, avec l'argent qu'il gagnait, il pu s'acheter des vêtements à sa taille, faire confectionner un nouvel arc lorsque l'autre céda, plus résistant. Il apprit aussi à mieux maîtriser tout ce qui touchait au poison et aux végétaux.
Puis un jour, c'est son masque en bois qui vint à se dégrader progressivement, pour ne pas ainsi dire, pourrir. Les années avaient passée, Jaicur entrait désormais dans l'âge adulte, et il avait de quoi s'offrir les services d'un forgeron. Mais sans retirer pour autant son masque désuet, afin de ne pas avoir à se débarrasser de l'honnête homme par la suite pour conserver le secret de son identité, qui, de toute façon n'était connue que par son oncle, Dajgore et celui-ci avait oublié l'existence même de son neveu.

Ainsi, l'homme au "masque de bois" devint l'homme au "masque de fer", et, comme son masque, Patte Blanche s'endurcit. Il était intransigeant et obtenait la plupart du temps ce qu'il voulait. Jamais ses émotions ne prenaient le dessus, blindé dans sa solitude, dans son isolement, il semblait sans failles, sans faiblesses. Il était grand, plus grand que la plupart des habitants de Berill à ce qu'il avait constaté, et svelte. Si bien qu'il pouvait se montrer souple, et furtif de manière naturelle. Ses muscles s'étaient progressivement dessinés sur son corps, notamment ses avants bras et ses épaules, à force de tirer à l'arc. Son corps était couvert de plaques de protections légères et d'une fine armure camouflée par sa tunique qui ne le protégeraient sûrement pas du tranchant d'une épée mais qui pouvait lui éviter de nombreuses égratignures et blessures bénignes. Il possédait une tunique mauve et discrète, qui convenait bien à son tempérament réservé, dotée d'un capuchon, et une ceinture à laquelle pendait divers artefacts plus ou moins utiles -notamment un petit réservoir de poison où il enduisait ses flèches si nécessaire, sa dague, ou cette patte de lapin. Ses yeux étaient à mi chemin entre le gris et le bleu, bien que sa chevelure, coupée courte, soit d'un noir d'ébène. C'était un homme toujours prompt à agir. Quelque chose dans son aspect avait on ne savait quoi d'imposant. Bref, il avait de l'allure.

Un véritable rempart était hissé entre lui et les autres, hermétique, et pourtant, si la solitude lui avait convenu toute son existence durant -sa foi en l'être humain étant sapé par les complots dont il avait été l’exécutant, celui qui s'occupait de la basse besogne-, il avait en lui un profond désir de se lier d'amitié avec quelqu'un qui verrait en lui autre chose qu'une arme, une bonne arme certes, mais restant un outil au demeurant.

Ce masque lui donnait une centaine de visages, mais cachait la réalité de l'homme qui se trouvait en dessous, son âme.

Les gens appréciaient peu Jaicur, il faisait froid dans le dos, avec sa démarche mesurée et sa paranoïa perpétuelle. Les autres mercenaires ne l'aimait pas vraiment, peut-être parce qu'ils jalousaient son talent hors pair pour le tir à l'arc qui était un atout considérable pour la profession qu'il exerçait, ou peut-être par mépris, après tout, il n'était qu'un homme qui ne s'assumait pas, qui se cachait derrière un masque. Même ses commanditaires se méfiaient de lui, dans le sens où embaucher Patte Blanche était quelque chose de nécessaire, mais que Patte Blanche en lui même restait une vilenie dont on se passerait bien. C'était bien hypocrite de la part de ces qui ourdissaient eux-même les assassinats, mais Jaicur ne pouvait rien y changer.
Et lorsque ceux qui payaient ses services émettaient des doutes quand à la fiabilité de Patte Blanche compte tenu de son masque, celui-ci rétorquait, comme un leitmotiv :

-Ce masque est unique, le jour ou quelqu'un d'autre se trouvera derrière celui-ci, alors je serai déjà mort.

Il l'emportait toujours lors de ces face à face avec le commanditaire. Encore une fois, sa prestance y était pour beaucoup.

Patte Blanche est maintenant connu des nobles de Thortan pour ses compétences et sa réputation d'homme de fer, insensible, et donc prêt à accomplir n'importe quel contrat qu'on lui soumet. Il n'en avait encore jamais décliné un seul, on savait donc que l'on pouvait faire appel à ses services lorsqu'un autre mercenaire déclinait une proposition.
Les nobles sont étrangement ceux qui ont le plus d'opposants dérangeants à faire disparaître, et comme ils ont de quoi payer, voilà un moment que Jaicur s'enlise dans les complots de l'aristocratie.

Il s'était aménagé une cache dans les égouts pour y confectionner d'autres poisons et y amasser des provisions, lorsque le temps est capricieux, il y dort aussi. C'est là qu'il peut également retirer son masque en toute sérénité.

Il ne s'était pas encore occupé de son oncle, Dajgore, mais cela ne saurait tarder, il l'avait depuis longtemps localisé et ce n'était plus qu'une question de temps, pour lui rappeler quelle pourriture a germé de la graine qu'il a semé jadis en Jaicur...

___

Code : Vu comme j'en ai bavé pour l'avoir, vous avez intérêt à me valider et plus vite que ça ! Validé par Arren ! XD
HRP : Voilà, j'espère ne pas avoir fait trop d'incohérences, si c'est le cas, je suis nouveau ici, pardonnez-moi !
Sinon pour parler un peu de moi, garçon, 17 ans, et je viens d'un autre forum RP qui n'est malheureusement plus très actif Sad
J'espère être bientôt parmi vous Smile À bientôt !
Ps : Je vous ai trouvé via un Top site.


Dernière édition par Jaicur Naämio le Sam 7 Juil - 9:10, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   Jeu 5 Juil - 5:51

Bonjour Jaicur, tous d'abord bienvenu.
Je me permet de poster pour te faire gagner du temp, à toi ainsi que aux personnes qui te validerons plus tard si ta fiche est bien.
As tu lus les règles?
Si tu fais attention tu verras qu'une fiche type de presentation existe... Je te conseil de la lire car pour le moment tu n'es pas validable vu que tu a juste fait une histoire. d'autre choses sont demandés.

Je m'excuse d'avance au pret du staff pour avoir posté.
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine du "Silence"
avatar
Ennemis : Tous les autres
Messages : 453

MessageSujet: Re: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   Jeu 5 Juil - 7:04

C'est gentil de vouloir aider mais il est interdit de poster sur les fiches de présentation Wink si tu souhaite le contacter tu peux par box ou mp ^^


Dernière édition par Arrenadd Hilern le Jeu 5 Juil - 7:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 13

MessageSujet: Re: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   Jeu 5 Juil - 7:51

Merci pour ton attention Néodilus, mais j'ai bien lu la fiche modèle de présentation dans le règlement, et j'y avais dénoté ceci :

Citation :
Le modèle de fiche est très fortement suggéré, à moins que vous puissiez proposer une fiche claire, lisible et jolie sans qu'aucune information ne manque.

Donc cette fiche modèle avec "Description physique, description psychologique" n'est pas obligatoire. Ces informations se trouvent dans l'histoire de Jaicur, tout au long de celle-ci, mais surtout vers la fin, lorsqu'il atteint son âge actuel.

Néanmoins, si cela pose problème, faites moi signe et je créerai ces deux sous parties.

edit : Apparemment c'était le modèle graphique qui n'était pas obligatoire, au temps pour moi.
edit 2 : CONTRE au temps pour moi ! : Finalement, on me souffle qu'effectivement, cette description physique et psychologique en sous partie n'était pas obligatoire ! yihaa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tour de la Citadelle
avatar
Messages : 256

MessageSujet: Re: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   Sam 7 Juil - 2:21

Bonsoir! ou bon matin puisqu'il est présentement 1h du matin par chez nous! xD (ouais, le méchant modo se couche tard Rolling Eyes )

En tout cas, bienvenue parmi-nous! Tout d'abord, laisse-moi te dire à quel point tu m'as fait grincer des dents : en effet, j'avais vu cet avatar sur 9gag et je m'étais dit qu'il serait cool de créer un personnage avec cet avatar. Mais TROP TARD! xD Tu aies passé avant moi! Hahahaha! tongue Enfin, très cool l'Image. Wink

Mais bon, l'avatar ne fait pas tout le personnage et laisse-moi te faire part de quelques commentaires :

Tout d'abord, dans tes descriptions physiques et psychologiques, tu changes souvent de temps de verbe, passant du présent, à l'imparfait et sans oublié le passé simple. Personnellement, ça m'a fait froncé les sourcils, car le rythme de lecture est différent à chaque temps de verbe.

Sinon, je ne vois que de bons commentaires à dire : le tout se lit de façon fluide, tu as un excellent vocabulaire, aucune faute qui saute violemment aux yeux, l'histoire est cohérente et tu te laisses même de la place à l'évolution en RP. Bravo!

Moi, j'adore! Donc, si c'était juste de moi, tu serais validé!

Je te souhaite une bonne journée!
What a Face


___________________________________________________________________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.genetique-fr.forumactif.com

avatar
Messages : 13

MessageSujet: Re: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   Sam 7 Juil - 8:30

Tout d'abord, merci pour tes remarques.

Au début, en lisant ton post, je me suis montré sceptique, et après relecture, j'ai constaté que effectivement tu avais raison (Pour la description physique et psychologique que j'avais un peu vite fait après mon Histoire). En effet, si l'emploi du passé et de l'imparfait est parfois volontaire, il l'est tout autant involontaire dans d'autres cas. (Je dois avoir du mal à préférer un "a" à un "avait" ou un "est" à un "était") C'est corrigé, et les rares passages qui sont au passé composé et à l'imparfait sont désormais volontaire, j'ai uniformisé le reste au présent.
(Quand on écrit, l'habitude reprend le dessus quelquefois, et l'habitude, c'est l'utilisation du passé.)

J'ai bien fait de m'emparer rapidement de cet avatar alors, parce que c'est lui qui m'a fait reprendre le RP, il est à la base de ma démarche ici, et c'est grâce à lui que je suis là. Et ça mon coco, tu peux le dire, elle pète le feu cette image Smile Ahah

Je vais juste encore faire une petite correction (Je pensais que Berill était une ville et non un territoire qui comprend plusieurs villes comme Thortan.), et donc je vais remplacer Berill par Thortan, c'est à peu près tout.

Voilà c'est fait Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   Sam 7 Juil - 11:29

Bienvenue sur Les Lunes de Merak!

Une très bonne histoire, bien réfléchie! J'ai bien aimé, on voit vraiment ton personnage évoluer au fil du temps. Je te valide sans plus tarder, pense à générer ton parchemin d'identité si ce n'est déjà fait. Bon rp!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Jaicur Naämio[Terminée][Validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jaicur Naämio[Terminée][Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kemya Dre' Helientas, ou Les Hurlements Du Désespoir...(Terminée)[validée]
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» [Validée]sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant et fouteur de merde [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: L'Antre du joueurTitre :: Sanctuaire des Joueurs :: Fiches de présentation :: Fiches Validées-