Partagez | 
 

 Rencontre nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 35

MessageSujet: Rencontre nocturne   Jeu 19 Juil - 19:25

Heïsera était un peu mécontente de la tournure qu’avaient prise les évènements. Elle n’avait jamais souhaité répondre à la demande de la dame mais son métier l’obligeait à assumer les messages des demandeurs. Elle avait été habituée à envoyer de vraies lettres importantes, pas de la pacotille qui servait simplement à satisfaire les désirs d’une femme en manque d’amour. C’est pour cela qu’en sortant de la maison, elle souffla bruyamment. Elle désirait rentrer chez elle en Endar, retrouvé son petit frère qui survivait difficilement face à la perte de son grand frère. Elle s’arrêta quelques secondes et prit la décision de se transformer en son animal totem, le mieux serait de rentrer dans une semaine et d’organiser son départ de l’île d’Endar rapidement.

Elle s’approcha d’un arbre des landes, plutôt bas, s’agrippa avec agilité sur une branche et réussit à s’agenouiller sur une portion du tronc de l’arbre. Là, elle se déshabilla, plia ses habits correctement dans sa sacoche et ferma doucement les yeux, insistant pour être extrêmement droite, puis s’enferma dans son esprit à la recherche de ce lieu de paix et de douceur, où l’humain devient l’animal. Elle n’eut aucune difficulté à retrouver son animal dans la plaine qu’elle avait elle-même imaginé. Elle s’approcha de lui d’un pas souple et s’agenouilla en signe de salut ; Celui-ci fit de même, appréciant un tel acte de bien saillance. Les relations qu’Heïsera avait avec son animal totem étaient assez particulière, ni amitié, ni bienveillance, juste un profond respect entre deux êtres différents. Elle hocha la tête comme pour le questionner sur sa volonté d’intervenir, la chouette accepta simplement en se posant sur son épaule et la femme aux cheveux argentés devint un magnifique oiseau blanc aux yeux sombres. Elle attrapa ses deux sacoches à l’aide de son bec et partit en route de Berill, dans la ville de Thortan.

La demoiselle n’appréciait pas cette ville. Elle était située dans les terres humaines et était difficile d’accès : seuls ceux qui savent pouvaient y aller… De plus, les assassins en manque de butin commençaient réellement à proliférer dans la région de Berill. Cela lui donnait froid dans le dos, elle ne souhaitait pas que son frère devienne orphelin, il ne survivrait pas à un tel coup dur. Elle vola dans les nuages, essayant de cacher sa silhouette par la similitude du blanc laiteux de son corps et du ciel. Elle ne fit que peu d’halte pour sortir des Lande, voyageant vers le Sud, le vent devenait de plus en plus chaleureux.

Elle arriva un soir à la frontière du Kandor, une légère sueur perlant à son front. Elle se cacha près d’un sommet épineux et se retransforma avant de se vêtir de ses vêtements habituels. Elle scruta le ciel avec ses yeux perçants, elle voyait mieux de nuit grâce à son animal totem, elle aperçut une ombre au loin, mais crut à un songe en cherchant mieux. Elle continua sa route espérant passé inaperçu, grimpant d’arbre en arbre pour trouver du gibier, observant chaque recoin pour débusquer un ennemi potentiel. Cependant elle était fatigué et bien que son flair excellé en tous sens, elle ne put sentir la silhouette ténébreuses qui ne cessait de l’approcher, prêts à attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentinelle
avatar
Ennemis : Sa témérité
Messages : 40

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Jeu 26 Juil - 3:16

( pnj Fondol', joué par Samyëeh Na'Shäen )



[ En Kandor deux jours plus tôt ]

L’eau boueuse lui montait jusqu’à la taille, et s’écoulait sans remous et sans bruit vers laval, serpentant sous un îlot de saules , dont les branches caressaient lascivement la surface du ru profond, avant de disparaitre de sa vue dans une courbe abrupte .Lui collé contre l’un des énormes piliers qui supportait la large passerelle du pont haletait . Il suait , malgré un bandeau de courent glacé qui lui enserrait les mollets et menaçait de l’attifer d’une crampe , tant ses muscles étaient crispés par l’effort.
Et soudain, alors qu’il croyait les avoir semé, ils apparurent, non pas sur la route qu’il avait lui-même emprunté pour leur échapper, mais dans le bosquet d’arbre en contrebas. Ils étaient trois, et fourrageaient hargneusement de leurs armes, le rideau dense qu’offrait les branches basses des pleureurs. Les saules avaient masqués leur arrivé, mais aussi la retraite de Fondol’ . Instinctivement le blond se baissa, l’eau le happant pour le soustraire à la vue de ses poursuivants. Seul la partie supérieure de son visage surnageait encore, et le pilier faisait écran le rendant invisible.
Intérieurement, il pestait. Dans sa fuite, il avait tout perdu ! Non pas qu’il eu possédé grand-chose, mais il ne pourrait pas retourner au bourg non loin pour faire " emplettes" sur le marché à présent. Ce serait suicidaire d’envisager de se montrer dans cette ville, avec à ses trousses, les conspirateurs. Quelle mauvaise fortune l'avait fait se trouver au mauvais endroit, au moment où il fut le moins judicieux de se trouver là ! Il portait la poisse , c'est sur !

Sa dextre , engourdie par le froid , chercha dans sa ceinture le manche de son poignard. Par chance , il était encore là, et dans sa botte , il avait un stylet qui s’était vérifié une arme redoutable, car le quatrième larron manquait. " Crève " fut l’écho de son esprit " crève charogne ! si tes trois compères approchent, je les saignent comme toi, les porcs ! et ils te rejoindront "

"Le moulin , il ne peut être que là-bas !" Hurlait une voix glauque…

"Yaeh, j’y vais avec Graëden, toi va voir au pont s’il y a des traces" , fut la réponse ..
Fondol’ risqua un œil, deux des hommes descendirent le long de la rivière et très vite ils disparurent dans la courbe des ses méandres. Le troisième remonta une piste de gibier qui longeait la rive.
" En toute logique, il va me chercher sous le pont , c’est une cache trop prévisible " paniqua l’adolescent, et puis une idée germa . Il plongea et s’écarta doucement à l’autre extrémité du pont , encore invisible à son poursuivant , et dégrafa sa capuche , la libérant de son veston élimé. Il la coiffa avec précaution sur quelques têtes de roseaux du coté amont de la rivière, qui , sous les ondulations de l’eau boueuse, la faisait bouger doucement , comme si une tête émergeait de l’onde dans l’ombre du pont. Le subterfuge prit. Le colosse, tout excité qui à présent se penchait de la balustrade du pont pour lorgner dans le courent, vit l’étoffe râpeuse et se coula sans bruit vers la rive , au plus prêt du leurre. Soudain sans crier gare, il plongea littéralement sur sa cible , son épée en avant , s'écrasant sur l'eau et la capuche. Une fraction de seconde plus tard, Fondol’ se propulsa à son tour, son élan décuplé par la peur et la poussée de l'eau.Il lui enfourcha le dos, et trancha la carotide de l’homme, d'un geste sec, nerveux .
" Et de deux " haletât-il . Il ne vit pas le filet sanglant qui emportait la vie du colosse tournoyer doucement dans le tourbillon de l’eau, alors que le corps de sa victime s’agitait en soubresauts grotesques. Dans sa fuite, il emporta sa capuche, et une bourse bien maigre à la ceinture du conspirateur, l’épée du moribond ayant été happée vers le fond. Sans les deux autres larrons à sa poursuite, il l’aurait récupéré, et peut être vérifié que le corps ne portait pas de bijoux, mais là, il ne fallait pas perdre de temps.
La pénombre qui doucement étendait sa chape allait facilité sa fuite, et coupant la ligne d’horizon, la chaine montagneuse qui supportait Thortan, la capitale du Berill allait masquer les lunes durent au moins une bonne heure, avant que leur course les mène vers le zénith. Assez longtemps pour mettre de la distance entre lui et les hommes en chasse.
Fondol’ se guida à l’aura des étoiles et des lunes pour filer vers la frontière du Kandor à deux jours de marche. Il devrait se faire oublier ... Oublier… lui ne saurait jamais effacer les dernières heures de cette journée, où tout avait basculé, tout ! Elles le hanteraient jusqu’au plus profond sommeil … jusqu’à la mort …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier de Berill
avatar
Messages : 21

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Lun 30 Juil - 16:46

Les violents coups de sabots sur la terre battue se faisaient entendre, brisant le silence de la nuit qu’il appréciait tant, puisqu’il pouvait réfléchir sans être dérangé. Cela faisait maintenant plusieurs kilomètres que Tristan sillonnait un chemin bien précis, à dos de son étalon aussi déterminé que lui. Il n’avait que pour seule lumière les trois lunes accompagnées des nombreuses étoiles qui éclairaient faiblement la route, mais le Chevalier ne s’arrêtait jamais. Il avait prévu atteindre la frontière de Berill avant que sonne minuit.

C’est à Ekalesias que leur route s’était dispersée. Ils avaient besoin d’un temps dans leur contrée respective. Séparés, ils réussiraient mieux à trouver les informations nécessaires à la poursuite de leur quête de justice. Quelques heures plus tard, Dark star vit finalement la frontière de cette contrée qu’il avait servie quelque temps. Un faible sourire s’installa sur son visage comme s’il était soulagé. Ralentissant la cadence, Tristan et sa monture arrivèrent lentement aux portes de la ville des assassins. Il sentait déjà le mal se propagé autour de lui-même s’il n’y avait pas encore mis les pieds.

Il s’arrêta finalement devant la grosse porte massive. L’un des gardes en haut d’une tourelle le toisa d’un regard froid et implacable, mais qui ne fit sourciller Dark Star qui en avait l’habitude.

« Nom et prénom, raison de votre visite. » Dit le gardien des portes sur un ton monotone, comme s’il en avait marre de son boulot.

« Je suis le Chevalier Tristan Kerns… Je reviens chez moi. »

La voix de Dark Star avait quelque chose de mystérieux, mais il avait toutefois prononcé ses paroles de façon ferme. La grosse porte commença à descendre doucement, laissant le champ libre au cavalier qui attendit qu’elle soit totalement ouverte avant de pénétrer dans la cité. Il fit un signe de tête au garde avant de disparaître de sa vue. Le chemin demeurait sinueux et dangereux jusqu’à son arrivée à la capitale, il fallait donc rester vigilent. Il savait les hommes de cette contrée avaient, pour la plupart, de bien mauvaises intentions.

Encore dans les montagnes, il s’arrêta un instant près d’une petite source d’eau qui s’échappait de cette dernière afin que sa monture puisse s’y abreuver. Il remplit également sa gourde pour se rafraîchir. Tristan s’adossa contre une roche et contempla le silence… les lunes brillaient fièrement dans le ciel et la voûte céleste était à son meilleur. Minuit approchait. Alors qu’il allait remonter en selle, il entendit des bruits tout près… des branches qui craquaient. Il su immédiatement qu’il ne s’agissait pas d’un animal, mais c’était bien des bruits de pas. Tristan tapota son cheval pour le calmer afin qu’il demeure silencieux et scruta les environs… Quelque chose n’allait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentinelle
avatar
Ennemis : Sa témérité
Messages : 40

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Sam 4 Aoû - 11:19

( pnj Fondol', joué par Samyëeh Na'Shäen )



[Les ténèbres sont le destin des illuminés]

" Si mes oreilles ne m’ont pas trahie l’affaire que j’ai surprise et que doivent régler Graëlig et son acolyte, maintenant que deux d’entre eux sont "refroidis", ne leur permettra pas de me poursuivre au-delà d’une poignée d’heures, où ils manqueraient leur rendez-vous et leur contrat serait déshonoré. La mort les attendra alors, car il n’y a pas de demi-mesure lorsque le vice était ta maîtresse et que tu flirtais avec la fange infecte des bas-fonds du Berill."
C’était l’espoir que Fondol’ nourrissait en son fort intérieur pour leur échapper, qu’ils aillent accomplir leur contrat en priorité.

Régulièrement, les vautours et les chacals se repaissaient des corps encombrants des victimes, mais aussi et surtout, des tueurs à gages, contrebandiers ou autres malfrats, qui finissaient souvent eux mêmes liquidés par une bande concurrente. Personne ne pouvait deviner le nombre de crimes ainsi voilés par le rocher monstrueux, sur lequel avait été bâtie la ville et qui était impossible à escalader sur ses principaux versants. Il restait le domaine incontesté des rapaces. Ainsi, bon nombre de corps étaient balancés depuis les créneaux des remparts de Thortan, sans que personne n’en retrouve une quelconque trace.
Le blond misait sur cette mission que ses poursuivants avaient à remplir, pour espérer qu’ils avaient abandonnés leur traque, ou du moins temporairement. Car tous à Thortan savaient que les à-pics rocheux étaient le tombeau des traitres et de la racaille et qu’ils prenaient le risque de finir là s’ils échouaient sur leur mission. Ne restait plus qu’à mettre le plus de distance possible entre les tueurs et sa précieuse personne.
Il avait gagné une journée entière, ne s’étant arrêté qu’une petite heure. La peur de s’endormir trop profond pour rester en alerte, ne lui avait pas permis de trouver du repos. Il s’était recroquevillé sous un fourré dense, normalement habité par quelques gibiers, chevreuils, probablement , au regard des touffes de poils pris dans les branches. Mais lorsqu’il avait fermé les yeux, la scène des quatre malfrats, venant conspirer dans l’alcôve des catacombes s’était mis à défiler sous ses yeux, comme un bandeau écarlate et horrifiant.
Lui était venu là pour porté un petit caillou blanc auprès de sa sœur, morte bien trop jeune , écrasée par une charrette. Sa façon à lui de se souvenir d’elle, si frêle, si fraiche. Elle avait aimée les cailloux blancs, comme ça, juste pour le plaisir, alors il lui en apportait à chaque fois qu’il pouvait. Il était là , assis sur ses talons , en méditation, lorsque des voix l’avait surpris. Un groupe de six colosses avaient élu leurs quartiers dans la galerie , pour conspirer l’enlèvement d’une bourgeoise, et Fondol’ les avaient entendu. Ce n’est que lorsque le gang ressortait pour quitter les lieux, que l’un d’eux , le dernier à vouloir sortir se ravisa, Il avait eu l’idée de vérifier que personne d’autre n’occupait l’endroit. Fondol’ s’était cru perdu, jamais il aurait imaginé sortir vivant du piège ou il s’était trouvé, par inadvertance. Le jeune homme était assez futé pour comprendre qu’il faisait un témoin gênant, et donc , un homme à abattre , alors la peur l’avait guidé . De ses deux mains, il avait agrippé fermement un long stylet qu’il gardait en permanence caché dans sa botte droite. Il avait rampé sous un boyau qui servait d’aération pensant être hors la vue du malfrat qui opérait à la fouille, mais celui ci se baissa sur ses quatre fers juste devant lui . Avait il cru à un animal ? un rat peut-être l’endroit en recelait. Le molosse avait pris appuis, d’une main sur le mur, exposant son flanc gauche devant le boyau. Fondol’ ne lui laissa pas le temps de réagir lorsqu’il vit l’adolescent,qu’il lui enfonçait déjà son stylet en plein cœur. Sa retraite s’opéra par le boyau. Le jeune était souple et fila comme une anguille vers la sortie de la galerie, pour s’enfuir plus loin encore ... jusqu’à la rivière …
Il venait de commettre un meurtre ! lui qui avait su se préserver de toute tentation malfaisante était devenu un criminel … Comme il s’y attendait, il avait été pris en chasse , avait tué un deuxième larron et s’était condamner à devenir un fugitif…
Après le deuxième jour de cavale, il arrivait enfin à la frontière du Kandor. La pénombre régnait, la faim le tenaillait aussi durement que sa peur et justement, un bruit étrange qu’il n’arrivait pas à définir avec exactitude lui parvenait depuis la hauteur des arbres qui l’entourait …
" Ils sont la, ils sont à mes trousses !" fut sa première pensée … Il se tapis entre les racines noueuses d’un arbre immense et brandis son poignard, qui que se fut, s’il s’agissait de ses poursuivants ou d’aucun autre, il lui faudrait de quoi survivre une fois passé la frontière ….


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 35

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Lun 6 Aoû - 15:50

Heïsera sentait au plus profond de son être que quelqu’un la scrutait. Ses yeux plus perçants de nuits que de jours pouvaient parfaitement voir les mouvements suspects dans les arbustes, les cachettes potentielles, etc. Cependant la faim et la fatigue avaient eu raison de sa méfiance et l’avait poussé à ignorer le danger. Elle se décida donc à chasser pour combler le trou béant qui se formait dans son estomac.

Elle entreprit d’escalader une partie de la montagne aux rochers fins et coupants pour pouvoir mieux débusquer sa future proie. Elle sauta avec élégance et parcourait quelques mètres grâce à son animal totem avant de s’accrocher à quelques blocs solides bien ancrés dans la montagne. Puis elle grimpa sur un petit espace étroit et s’agenouilla dans les ténèbres de la nuit. Elle chercha la présence d’un gibier, inspectant les moindres crevasses d’un simple regard quand enfin elle remarqua que deux buissons avaient bougé sans que le vent n’en soit responsable.

Elle figea son esprit, le vent caressant délicatement ses cheveux et sifflants sur ses fines oreilles. Elle pensa à ce lieu si beau, si calme et respirant la pureté qu’elle avait baptisé Utopie dans son enfance : un lieu présent dans son esprit comme le point de rencontre entre elle et l’animal. Elle le chercha quelque temps avant de le trouver près d’un cours d’eau en train de s’abreuver du nectar de la vie. Puis d’un simple mouvement de tête, l’animal comprit son devoir et se lia à elle comme deux cellules mutent ensemble pour devenir plus forte. Elle ouvrit ses petits yeux perçants plus enclins à voir dans l’ombre puis sans la moindre hésitation, s’envola dans le ciel avant de fendre le ciel en direction de ce qui semblait être un lapin. Elle le manqua de peu : il avait été alerté par un autre bruit dans la nuit.

Elle retourna sur sa falaise quelque peu essoufflée… et remarqua qu’elle n’avait même pas pris la peine de se déshabiller pour se transformer. Elle se plaignit d’un manque de discipline puis se jura de prendre un peu plus soin de ses affaires. Elle cacha ses affaires à l’aide de son bec dans un coin de la montagne et retourna son regard vers l’espace de chasse. Il y avait un grand animal non loin de là, c’était évident. Les arbustes ne cessaient de trembler, l’air était palpable, les sens étaient en éveil. Dans l’ombre d’un bosquet de ronces se cachait sans aucun doute un animal faisant approximativement la taille d’un furet. Elle recula un peu et déploya ses ailes afin de s’envoler dans la clarté de la lune. Elle décida de voler plus haut dans le ciel cette fois pour mieux visualiser son ennemi et ainsi le prendre réellement par surprise. Elle ne savait pas alors que sa proie l’avait déjà pris en chasse…

Elle retenta sa dernière opération et fendit le ciel en direction de l’animal. Cependant elle n’attrapa pas un furet mais écorcha plutôt un humain au visage pâle marqué par un regard craintif. Elle se débattit férocement, criant de toutes ses forces, elle ne pouvait pas être prise ainsi. Le couteau de l’homme était déjà proche d’elle…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier de Berill
avatar
Messages : 21

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Lun 6 Aoû - 21:32

En fermant les yeux, le chevalier de Berill avait pu se fondre dans son environnement et ainsi percevoir le moindre son à travers le sifflement des vents. Il avait repéré la provenance des bruits qu’il avait perçus, un peu plus bas dans la montagne. Il décida de laisser sa monture à cet endroit car il pouvait faire le chemin en quelques minutes à pied et il savait que ce serait plus sûr de cette manière. D’un pas méfiant, la main sur sa lame, il s’avança donc dans la pénombre à la recherche de ce qui pourrait bien être un danger. En premier lieu, il croyait que quelqu’un le suivait et il n’avait pas l’intention de poursuivre sa route avant d’avoir trouvé le fautif. Il préférait éliminer les dangers à la source plutôt que de les traîner sur plusieurs kilomètres.

Après quelques instants de marche, il s’arrêta, fixant la forêt d’un œil calculateur. Il releva la tête vers le ciel et aperçu quelque chose de bien déteriné : un animal, plus précisément une chouette, fendit l’air à toute vitesse pour s’attaquer à ce qui se trouvait dans un buisson à proximité. L’animal avait repéré la même chose que lui apparemment…

Aussitôt, les cris de l’animal retentirent et il vit le buisson bouger beaucoup moins discrètement cette fois. C’est de là que provenaient les légers bruits qu’il avait entendu. Il profita de la diversion pour dégainer son épée en la plaçant devant lui et s’avança vers l’ennemi. Bien entendu, il ne savait pas que la chouette en question était un thériantrophe, mais il trouvait bien pitoyable la position de l’homme qu’il découvrit en tenant l’oiseau entre ses mains, prêt à le tuer. Un sourire déforma doucement son visage alors qu’il voyait la scène.

« Laissez cette chouette… elle vous a surpris rien de plus! Vous n’aurez pas grand-chose de consistant comme repas, qui plus est. Elle a certainement prit peur ou alors croyait que vous étiez l’une de ses proies. » Dit Tristan en plaçant son épée bien en évidence pour se protéger. « Vous me suiviez depuis combien de temps? Je n’aime pas que des voyageurs clandestins se retrouvent sur ma route. »

Tristan avait présumé qu’il le suivait, mais en réalité ce n’était peut être pas le cas. Pendant ce temps, la chouette criait toujours et se débattait de façon assez impressionnante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentinelle
avatar
Ennemis : Sa témérité
Messages : 40

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Dim 12 Aoû - 5:17

[color=#f58905]


( pnj Fondol', joué par Samyëeh Na'Shäen )



[On peut tenter de tracer son destin mais c’est lui qui fixe la règle du jeu]

Etait-il entrain de perdre la raison ? Comment, alors qu’il s’était trouvé tapis entre les racines d’un arbre à scruter un mouvement dans les branches avoisinantes, qui bruissaient de façon inquiétantes , s’était il trouvé dans des buissons , attaqué par un volatile ? Cette incohérence le troubla , son plan avait été de fouiller les environs, pensant avoir repérer un voyageur qu’il pouvait soudoyer pour obtenir quelques vivres ou lui subtiliser de quoi survivre quelques temps en continuant de se cacher. Mais cet oiseau le prenait de cours … L’adolescent se débattit à force gestes, usant de son poignard pour intimider la bête et la faire fuir. Au mieux, si le rapace serait touché par sa lame, il en ferait son repas . Une fraction de secondes, il pensait avoir eu raison de l’animal, lorsqu’il se laissa surprendre par une voix.Pris de court, il lâcha la chouette qui repris son envol .
Son poignard fermement brandis entre ses doigts tremblants sous l’énervement et le dépit, il fit face à ce qui lui sembla être un cavalier. L’homme portait des bottillons et des guêtres de monte et son épée ne semblait pas lui servir à faire de l’esbroufe, nul doute qu’il saurait la manier avec bien plus d’efficacité que lui ne le ferait avec sa petite lame de boucher. Il lui fallait trouver un moyen de se sortir de là. Portant sa senestre à sa joue lacérée par l’oiseau nocturne qui lui cuisait, il se justifia du mieux qu’il pu :
"Vous suivre ? Comment aurais-je pu ? je suis à pied, et vu votre tenue, vous êtes à cheval, Messire. "
Puis pris d’une illumination quant à l’agression qu’il venait de subir, il poursuivit :
"Une chouette ne s’attaque pas à un humain, mais à des proies bien plus modestes, celle-ci aurait pu passer son chemin la haut dans le ciel , elle à choisi de fondre sur moi, prenant le risque de froisser ses ailes dans les buissons , cela manque de sens ! Je suis prêt à parier qu’il ‘agit d’un thériantrophe , vous devriez vous en méfier, car d’instinct , un pur animal n’agit pas ainsi, une chouette aurais freiner sa course lorsqu’elle aurait vu que sa proie n’est pas ce qu’elle attendait "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 35

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Mer 15 Aoû - 14:42

Heïsera s’envola sur une branche au-dessus des deux hommes. Son cœur battait la chamade, sa fatigue avait eu raison pendant quelques temps de ses instincts animaux. Elle resta postée sur son arbre et observa les deux hommes qui visiblement ne se connaissaient pas.

Le plus jeune qui avait tenté de la faire fuir semblait mal à l’aise et sévèrement marqué par une angoisse inexplicable pour le moment. Le second avait le visage paisible d’un homme maître de lui qui avait vu assez de choses dans sa vie pour ne plus être étonné de rien. Elle le fixa plus longuement et comprit à la façon dont il tenait son arme que cet homme ne pouvait être qu’un guerrier. Elle reporta son regard sur le jeune homme qui tenait dans sa main un couteau et comprit qu'il était préférable de ne point les gêner : deux hommes armaient face à une pauvre chouette sans défense n'annonçait rien qui vaille. Elle s’envola sur une seconde branche plus proche des deux hommes et surprit une conversation la concernant. Le plus jeune avait deviné ses origines, tous deux allaient sûrement se méfiait d’elle. Elle les fixa d'un air penaud, une douleur nauséeuse imprégnant son gosier, ses pensées s'embrouillaient peu à peu, il fallait fuir ou (sûrement) mourir.

Elle ne pouvait se transformer sans risquer d'attirer l'attention sur elle et se retrouver totalement nue devant eux. Elle déploya donc ses ailes et s’envola à son rochet pour se retransformer et tenter de fuir ce lieu inhospitalier. Elle apprécia pendant quelques secondes le vent sur son plumage, tout semblait si simple dans le ciel... Arrivée à son repaire, elle entreprit un atterrissage discret qui en raison de sa fatigue et du fait qu’elle était sous-alimentée s’avéra être désastreux. Elle s’étala de tout son long sur un rocher comme une mouche sur une vitre. Le choc la força à reprendre forme humaine et elle dégringola pitoyablement sur son tas de vêtements.

Elle resta quelques secondes couchée sur eux dans son plus simple apparat, visiblement inconsciente. Cependant une petite bourrasque de vent réveilla ses sens et la sortit de ses songes artificiels.
Déboussolée, elle secoua la tête pour retrouver ses esprits puis vociféra intérieurement sur sa maladresse. Décidément elle n’avait pas réussi sa tentative de fuite discrète. Elle s’habilla à la va-vite malgré un mal de tête croissant puis mit ses sacoches en bandoulières pour tenter une fuite impossible.

Il semblerait qu’aujourd’hui, le destin ait décidé de s’acharner sur elle car alors qu’elle descendait soigneusement de sa montagne, elle glissa sur une roche fragile et s’écroula sur un sol poussiéreux et humide. Elle maudit son corps intérieurement avant de se rendre compte qu’elle était coincée sous une grosse pierre.

Complètement découragée, elle resta immobile attendant patiemment que les deux hommes viennent à elle. Sa jambe coincée, ses multiples blessures sur le visage et les hanches avaient eu raison de sa bonne volonté. Humiliée, déboussolée et épuisée, elle accepta le pire comme un évènement doux et bien venu. Elle ferma les yeux et profita de ce court instant de répit comme si c'était le dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier de Berill
avatar
Messages : 21

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Lun 20 Aoû - 21:00

Le chevalier de Berill avait détaillé le jeune homme d’un regard accusateur lourdement posé sur ce dernier. À bien y penser, celui-ci ressemblait plutôt à un adolescent en fuite qu’à un de ces assassins intarissables, ce qui ne manquait pas de le rassurer. Il n’avait pas le temps de se lancer dans un combat interminable, même si c’était son lot de tous les jours. Les propos de ce dernier provoquèrent un rictus amusé chez Tristan, qui fit un pas vers lui.

« Inutile de brandir ce poignard vers moi. N’accusez pas cette chouette de tous vos maux, elle n’y est pour rien. S’il s’agit d’un thériantrophe, je suis persuadé que ses intentions n’étaient pas mauvaises.»

Connaissant quelques thériantrophes, Tristan n’avait pas cette crainte perpétuelle que les humains avaient en posant leur regard sur eux. Lui était plutôt un homme juste qui ne se fit pas aux légendes, mais plutôt à la personne se trouvant devant ses yeux. S’il se fiait aux ragots, ses choix auraient été influencés et il ne serait pas le justicier qu’il est aujourd’hui. Le chevalier jeta un œil juste au-dessus de lui, constatant que la chouette s’était rapprochée. Il la jaugea d’un regard curieux quelques instants, essayant de percer le moindre mystère, puis reporta son attention sur le jeune homme brandissant encore son poignard. Quelques instants plus tard, Tristan entendit le fracas de ce que devrait être une chouette s’étalant sur le sol. Il n’y porta pas plus attention, se disant que cette dernière, ou plutôt ce thériantrophe, était bien maladroit.

Son attention se reporta sur le jeune homme qui lui semblait des plus désemparé. Il avait un choix à faire à présent : le laisser dans cet état sur la route et risquer qu’il s’attaque à des gens sans défenses, ou alors comprendre ce qui l’amenait là et l’aider du mieux qu’il le pouvait. Le choix lui semblait clair…

Un autre bruit attira son attention et il se retourna automatiquement vers l’origine du bruit : une femme venait de dégringoler de cette même falaise où la chouette avait atterrit plus tôt et celle-ci, contre toute attente, était coincée sous une pierre suffisamment lourde pour l’empêcher de bouger. Le destin avait donc mit une seconde âme en détresse sur son passage… Tristan se retourna vers l’autre inconnu :

« Ne restez pas là et venez m’aider à la sortir de là. Mettez de côté votre rancune. »

Le chevalier rangea son épée dans son fourreau, considérant que l’homme à ses côtés ne constituait pas un ennemi. Il se dirigea en même temps vers la femme et commença à tenter de soulever la grosse pierre. Il regardait attentivement le visage de la jeune demoiselle et lui trouva quelque chose de charmant, même si elle était assez amochée.

Après un effort continu, les deux hommes réussirent à enlever ce qui écrasait la jambe de la jeune demoiselle, au grand soulagement de Tristan. Il n’aurait pas souhaité laisser une demoiselle en détresse de la sorte. Considérant les dégâts, il préféra ne pas la bouger en premier lieu, car une telle chute pouvait être fatale si elle atteignait certains organes.

« Comment vous sentez-vous? Croyez-vous que vous pourrez vous relever ou nous devons prendre certaines précautions? » Il s’accroupit près d’elle afin de voir si elle n’avait pas perdu conscience. « Est-ce que vous pouvez me dire votre nom? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentinelle
avatar
Ennemis : Sa témérité
Messages : 40

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Jeu 30 Aoû - 14:49



( pnj Fondol', joué par Samyëeh Na'Shäen )




"Si ses intentions n'étaient pas mauvaises, elle a quant même failli me crever les yeux! " Ronchonna l'adolescent à la remarque de l'homme qui lui faisait face.
Aussi longtemps qu'il sentirait la présence du volatile , il ne lâcherait pas son arme. D'ailleur il ne tendait pas vraiment à faire confiance au cavalier . Il ne ferait plus confiance à personne après sa mésaventure qui l'avait mis en fuite . Fondol' ne comprenait pas encore par quel acharnement du destin , il avait du tuer deux hommes. Il n'avait même pas choisi de le faire. Il s'était simplement réveillé sur le constat que deux de ses traqueurs étaient morts et il lui semblait que c'était lui qui les avait tués. Dans cette aventure, son libre arbitre avait perdu le contrôle pour se substitué à l'instinct animal qui était en dormance en chaque être, le besoin inné de survivre. A présent, la panique lui tenaillait les tripes et ne lâchait pas du mou, chaque évènement prenait pour lui des proportions démesurées. Il était un assassin, et cela l'horrifiait, à cela se greffait la crainte d'être suivit par les comparses de ses victimes. La mort rôdait, et déjà il sentait sa faux qui ballançait en lévitation sur sa tête !
Et cette femme à laquelle il était entrain de porter secoure , elle était un oiseau ! Et si la chouette l'avait vu ? qui pouvait être certain qu'aucun volatile n'eut été témoin de ses deux assassinas? peut-être même était elle accoquinée à la bande qui voulait sa mort ? Sans la présence du cavalier, il aurait pu envisager de tuer la misérable , elle aurait été dans une position vulnérable, compètement à sa merci , sous les éboulis, mais la présence du cavalier rendait impossible toute action hostile .
Fondol' , choisi d'agir en sorte que, ni la thériantrophe , ni le cavalier ne se doute du plan qui prenait forme en son esprit. Si la femme était en mesure de reprendre la route seule, il se ferait son ombre pour fondre sur elle au moment opportun. Sinon, il devrait agir plus finement pour la mettre hors d'état de lui nuire en surveillant le cavalier.
Il s'obligea à rester calme , et ne rien laisser paraitre de son projet. Il réussi même à afficher un visage impassible et neutre , sans dévoiler aucune émotion.
Le cavalier prenait les directives et Fondol' le laissa faire , il attendit sagement accroupis à coté de lui, de savoir si la femme-chouette était sérieusement blessée, ou si ses égratignures étaient superficielles. De cela dépendrait la suite , qu'allait faire les deux inconnu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 35

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Lun 10 Sep - 16:23

Heïsera était dans une position inconfortable : elle n’aimait pas être à la merci de qui que ce soit. Elle était extrêmement affaiblie à cause de ce malheureux rocher qui l’avait condamnée à rester immobile en attendant les secours. Son petit frère lui manquait terriblement, elle n’aurait jamais dû le laisser seul, il avait réellement besoin d’elle en cette période trouble.

Les deux hommes, comme elle l’avait prévu, vinrent à elle. Ils n’avaient pas l’air de vouloir l’attaquer ; cependant, la chouette resta sur ses gardes : on ne peut se fier à qui que ce soit dans cette forêt.

Après quelques minutes à pousser le gros rocher, les deux inconnus parvinrent à libérer la jeune femme terrifiée. Elle ne savait pas ce qu’ils lui voulaient ; néanmoins, l’officier avait rengainé son épée alors que l’autre gardait sa lame en main. Ils ne semblaient pas vraiment d’accord sur la position à adopter avec elle. Cependant, le jeune soldat, en s’accroupissant près d’elle, lui dit :

« Comment vous sentez-vous? Croyez-vous que vous pourrez vous relever ou nous devons prendre certaines précautions? Est-ce que vous pouvez me dire votre nom? »

Il ne semblait pas hostile, ce qui rassura légèrement la chouette. Elle ressentait quelques douleurs dans tout le corps mais rien qui l’empêcherait de se déplacer. Néanmoins, sa jambe qui était coincée sous la pierre était écorchée et une petite plaie s’y était formée.

« Je… Je crois que ça va aller, je dois pouvoir me lever… Merci beaucoup… » Dit-elle gênée, en se levant précautionneusement.

« Heïsera Hedwen, c’est mon nom… A qui ai-je l’honneur ? » Répondit-elle, méfiante.

Ses jambes semblaient capables de la soutenir pour un moment et ses bras ne souffraient pas outre mesure. Elle pourrait donc reprendre la route rapidement puisque ses ailes de chouette récupéraient les blessures de ses bras d’humaine. La jeune thériantrophe décida alors de rentrer en Edar au plus vite, dès la fin de ces échanges de civilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier de Berill
avatar
Messages : 21

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Dim 16 Sep - 20:10

Son regard tiqua sur la lame que le jeune adolescent avait gardée dans ses mains, comme s’il se méfiait encore de quelque chose. Il représentait encore un danger malgré que Tristan avait l’impression que les tensions s’étaient apaisées. Le chevalier le comprenait, après tout, à Berill on ne savait jamais à quoi s’attendre. Les assassins étaient plus nombreux que partout ailleurs et peut-être avait-il été élevé de façon à toujours maintenir son arme à portée de vue, mais cela pourrait un jour lui coûter la vie s’il croisait le chemin d’un homme moins clément.

Quoi qu’il en soit, il n’y porta pas attention plus longtemps car la jeune femme thériantrophe lui adressa une réponse, à son grand soulagement. Bien qu’elle ait l’air légèrement mal en point, elle réussit à se relever, mais vu sa chute et ce qui lui était tombé dessus, elle devait être considérablement blessée, plus qu’elle ne voulait sans doute le laisser paraître. Était-ce l’orgueil qui la poussait à répondre ainsi? Elle semblait légèrement mal à l’aise, mais elle se présenta tout de même suite aux questions du Chevalier de Berill.

« Enchantée Mademoiselle Hedwen. Je suis le chevalier Tristan Kerns de Berill. » Il marqua une pause en déposant ses iris bleutés sur l’adolescent qui tenait encore son arme. Le chevalier fronça les sourcils, songeur, puis porta de nouveau son regard sur Heïsera. « Souhaiteriez-vous que je vous accompagne jusqu’en ville, qu’on vous soigne un peu? Vous ne semblez pas en état de faire de la route, et même si j’ignore quelle est votre destination, je vous conseillerais fortement au moins une journée de repos. » Il avait parlé d’une voix amical. « J’ai un cheval qui pourrait vous porter. »Rajouta-t-il finalement.

Il disait ça par courtoisie, ce n’était pas dans ses principes de laisser une femme blessée seule dans un environnement dangereux. Elle se ferait tuer sans même qu’elle ait le temps de se rendre compte d’un quelconque danger. Lentement, il se retourna vers l’adolescent qui n’exprimait rien d’autre qu’un visage neutre dénudé d’émotions. Il se voyait mal offrir son aide à cette femme et d’ignorer complètement l’adolescent.

« Et vous, qui êtes vous? Auriez-vous besoin de quelque chose pour continuer votre route? » Dit-il d’une voix calme. «Ah… et vous devriez ranger votre arme afin d’éviter d’alarmer mademoiselle et les autres passants qui pourraient croiser votre route, certains pourraient être portés à croire que vous représentez une menace pour eux. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentinelle
avatar
Ennemis : Sa témérité
Messages : 40

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Ven 21 Sep - 10:37


( pnj Fondol', joué par Samyëeh Na'Shäen )




Si la femme se sentait suffisemment forte pour poursuivre seule son voyage, l'homme lui ne semblait pas vouloir l'entendre de cette oreille. Voila qui allait compliquer le projet de Fondol'.
Sentant que son arme engendrait la suspiscion , il la rangea dans son étuis à sa ceinture, afin de ne pas éveiller la méfiance du cavalier. Cet homme s'était présenté comme un chevalier de Berill, un adversaire aguérit au combat. L'adolescent devait donc se rendre à l'évidence qu'il ne pourrait lutter contre celui ci de front , sans y laisser sa peau. Il devrait donc jouer de la ruse en se faisant passer pour un adolescent naïf , voir candide s'il voulait se faire oublier et , ensuite, éliminer tout témoin postentiel de ses meurtres, car l'attitude d'Heïsera lui semblait peu crédible. Pour lui , elle simulait la fragilité pour endormir les deux hommes sur ses intensions.

"Elle joue la comédie, elle cache son jeu Fondol', c'est évident ! Elle te poursuit depuis la capitale pour t'occire, c'est certain ! C'est pour ça qu'elle s'est jetée toutes griffes dehors sur toi !"
Il fut heureux que le chevalier ne lui demanda pas ce qu'il faisait si loin de toute zone habitée, celà lui évitait d'inventer une histoire plausible et lui dit :

Je suis Fondol' ,un morceau de pain ne serait pas de refus, mais je n'ai besoin de rien d'autre Messire.

L'espace d'un instant, il avait eu envie de s'inventer une fausse identité, mais il s'était ravisé se disant que son mensonge se verrait dans son regard s'il trahissait la moindre hésitation et que , de toute façon, il n'était pas connu des vigiles de Berill, pour avoir commis un quelconque déli. Et puis, lorsque Heïsera serait morte, il quitterait le Kandor pour toujours. Il évita de regarder la Thériantrophe, elle pourrait détecter dans son regard un signe dévoilant que Fondol' l'eu démasquer comme étant la complice de ses poursuivants. Il devait être prudent et ne pas se trahir à présent. Ainsi en attendant que la Chouette fasse un choix, d'avaliser la proposition du chevalier où non, de cheminer avec lui , il pria interieurement qu'elle continua seule sa route pour lui faciliter la besogne...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 35

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Lun 8 Oct - 9:11

La demoiselle fut agréablement surprise par les propos du dénommé « Tristan Kerns », chevalier de Berill. Même s’il agissait par pure courtoisie, elle trouvait cela très appréciable de voir que tous les hommes n’étaient point mauvais. Elle le regarda quelques secondes avec un profond respect alors qu’il parlait avec le deuxième inconnu. Lors de l’échange des deux hommes, elle médita au sujet du choix qui s’offrait à elle : certes, elle était blessée. Cependant beaucoup moins que le chevalier semblait le penser. De plus, elle ne cessait de fixer le second homme qui avait enfin rangé la lame dans son fourreau et qui ne semblait avoir aucune envie de croiser son regard. Elle trouva cela vaguement étrange, compte tenu du fait qu’il l’ait aidé à la sortir du rocher quelques minutes avant, cependant la douleur se faisant quelque peu persistante, elle estompa sa méfiance et l’obligea à y repenser plus tard.

Désormais elle se sentait coupable de s’être jeté sur ce jeune homme. Elle l’avait pris pour une proie de bon choix et, à cause de sa fatigue exacerbée et de son épuisement psychologique, elle l’avait confondu avec un sanglier ou du moins, un animal de grande taille. Peut-être se sentait-il offusqué… et cela était bien normal, après tout. Elle attendit quelques secondes qu’une pause se fasse dans leur conversation puis, après avoir entendu le prénommé « Fondol’ » parlé, elle sentit que c’était sa chance.

« Je vous prie de me pardonner pour cette… agression, ce n’est point dans mes habitudes de chasser l’humain, messire Fondol’. » Dit-elle avec un petit rire gêné. « Je dois vous avouer, au risque de vous froisser, que je vous ai pris pour un animal, ou plutôt une proie. »

Elle s’arrêta, un moment, cherchant à lire dans le visage de l’humain. Elle ne vit rien.

« Je vous prie donc de bien vouloir me pardonner. »

Elle reporta son attention vers le chevalier. Il semblait empreint d’une profonde sagesse et d’une noblesse assez… captivante. Elle se questionna au sujet de sa proposition. Peut-être qu’elle pourrait les suivre, après tout. On ne sait jamais qui l’on peut croiser … Cependant elle ne souhaitait point déranger plus longtemps ces deux hommes à cause d’une blessure dont il n’était nullement coupable. De plus, il fallait qu’elle termine rapidement sa mission au sein de Berill pour pouvoir retourner auprès de son petit frère. Elle devait simplement se trouvait un lieu où se reposer pendant un ou deux jours, puis sous sa forme de chouette, elle rejoindrait la capitale pour apporter le message à son destinataire. Et surtout… les impressions sont parfois trompeuses, particulièrement en ce lieu. Il fallait se méfier de tout et parfois la solitude était le plus grand atout pour survivre. Voilà le principal enseignement qu’elle avait pu tirer de ses nombreux voyages.

Elle recula donc deux pas, souriant toujours respectueusement aux deux individus, puis fit une légère révérence avant de dire :

« Je vous remercie pour votre aide, la générosité est une denrée rare de nos jours. Cependant je ne peux accepter votre invitation. Je vous ai assez importuné, il est temps pour moi de vous laisser. Cependant j’ai une dette envers vous deux et je serais ravie de m’en défaire d’une quelconque façon. Si un jour, vous ressentez le besoin d’envoyer un message, je me ferais un plaisir de le faire. »

Elle marqua une pause, prit sa sacoche sur le sol, puis attendit leur consentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier de Berill
avatar
Messages : 21

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Ven 12 Oct - 17:40

Le temps se refroidissait peu à peu et de nombreux nuages vinrent obscurcir Berill et ses environs. Le chevalier sentait la fatigue gagner son corps après cette longue route, il lui tardait de rentrer chez-lui pour un repos bien mérité, mais il devait avant tout être au service de ces deux jeunes âmes qu’il ne laisserait pas sans s’être assuré qu’ils étaient en possession de leurs moyens. L’adolescent fini par se présenter d’un ton naturel et qui coulait doucement. Le chevalier ne décela aucune crainte, ni hésitation, et remarqua qu’il avait même rangé son arme.

« Je dois bien avoir un morceau de pain pour vous, mais tous mes effets sont sur mon cheval à une centaine de mètres plus loin. »

Les deux hommes se regardèrent un instant et la thériantrophe prit la parole sans plus tarder. Elle s’excusa d’abord auprès de l’adolescent de l’avoir attaqué, apparemment l’aurait-elle prit pour une proie. C’était une situation assez cocasse qui fit sourire le chevalier, même s’il ne dit pas un mot. Cette Heïsera semblait inexpérimentée dans la chasse, ou alors certains paramètres avaient faits en sorte de troubler son jugement, ce qui avait causé cet incident.

Finalement cette dernière se retourna vers Tristan et recula de deux pas. De la façon qu’elle agissait et qu’elle bougeait, il comprit immédiatement qu’elle refuserait son offre. Le chevalier n’insisterait pas, le choix lui appartenait après tout.

« Au plaisir de vous revoir, demoiselle Hedwen. » Dit-il avec un signe de tête courtois. « Je vous souhaite bonne chance sur la route. Si vous avez besoin de moi, vous pourrez me trouver facilement à Thortan. »

Sur ces mots d’adieux, il se retourna vers Fondol. « Je vais aller chercher du pain et de l’eau pour vous, ça ne prendra que quelques minutes. »

Dark star se retourna et marcha d’un pas assez rapide vers sa monture. Il donnerait à l’adolescent ce qu’il avait besoin et retournerait chez lui en vitesse. Une fois qu’il eu atteint sa destination, il monta sur l’étalon noir et entreprit de retourner à l’endroit d’où il venait. Seulement… à son arrivée, il n’y avait plus personne. Ni Heïsera, ni Fondol.

En l’espace de quelques minutes, les deux jeunes gens qui l’accompagnaient avaient disparus et il ne relevait, pour l’instant, aucune trace. Le chevalier fronça les sourcils et resta un moment à contempler les environs. Aucun bruit n’attirait son attention, c’était le calme plat. Il commença donc à suivre le chemin dans l’espoir qu’il les retrouverait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.
» Nuage nocturne premier entrainement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: MerakTitre :: KandorTitre :: Berill-