Partagez | 
 

 Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 19 Mar - 6:44



Daëron Thaliôn passait toutes ses journées isolé dans les hauteurs de la Montagne de la Victoire. Il avait son coin de prédilection suis à un pèlerinage qu'il avait exécuté quelques mois plus tôt. Adepte de la méditation et de la recherche de la voie vers le calme et la sérénité de l'esprit il était parti en excursion des jours durant. Traversant neige, pluie, froid ou aridité il avait fini par trouver un coin tranquille encre vierge de toute fréquentation. Les lieux paraissaient si purs, étrangers à toute perturbation, toute violence. C'est cette aura dégagée par cette caverne donnant sur un plateau qui avait tant attiré le Tériantrophe. Seul le vent venait caresser la roche et provoquer un sifflement perpétuel régulier. C'est en ce lieu que Daëron venait travailler son manuscrit qu'il nommait "Les voies de l'Agartha". A l'intérieur se trouvait tous ses secrets, toutes les applications martiales qu'il avait mis au point et développé. Il maîtrisait parfaitement les bases du combat. A partir de ses bases communes, il avait passé des années entières à analyser les comportement des animaux. Passant au crible leur attitude au combat, leurs attaques, leurs défenses, leurs positionnement.....rien n'avait échappé au jeune Maître. Il comprenait parfaitement les lois de la nature. A partir de là il avait tracé les bases de chaque techniques et de là naquit le traité "Les Voies de l'Agartha". Mais la perfection n'existant pas il lui fallait oeuvrer sans cesse à son amélioration. C'est donc en ce lieu qu'il venait s'entrainer et retranscrire sur papier chacune des techniques. Cependant, le lien entretenu avec son animal Totem lui imposait de n'utiliser que l'art du combat correspondant. Les autres seraient enseignés à ses hommes de mains, ses frères ainsi qu'exceptionnellement à des personnes jugées méritantes.

Pour Daëron un tel apprentissage exigé un certain ascèse du corps et de l'esprit. Respect de la nature et de ses lois, respects des animaux et principalement de son animal Totem, tranquillité de l'esprit et ouverture de l'âme pour accueillir toutes les énergies positives sortant des tripes de la Terre. Avant d'atteindre une telle maitrise et de telles techniques, Daëron s'assurait que son apprenti était prêt.

Le tériantrophe arriva enfin sur le plateau. Il pénétra dans la caverne et y déposa ses affaires. Chaque geste, chaque pas se répétaient inlassablement dans le même ordre à chacune de ses présence là haut. Il faisait un temps magnifique, il était tôt ce matin là. Une longue semaine d'abstinence alimentaire ajoutée à un entrainement physique et des exercices de méditation attendait l'assassin. Il ne menait jamais sa troupe avec lui, ni personne d'autre d'ailleurs. Avant de partir il avait envoyé en mission les autres "Trois Venimeux". Une famille de nobles, amis du Chef de Clan avait demandé de l'aide à cette dernière pour repousser une attaque de pirates sur la côte Est de notre territoire. En guerre avec une autre famille noble, celle-ci avait fait appel à des mercenaires des mers pour intimider son ennemis. De cette lutte intestinale était en jeu le monopole commercial dans cette région. Il finit par sortir de la caverne puis alla se positionner sur le rebord du plateau. Il contempla le vide qui s'ouvrait à ses pieds avec à des centaines de mètres en dessous une longue étendue forestière...à perte de vue. Il s'étira quelques minutes puis entama quelques mouvements de bras et de jambes de manière lente et décomposée dans un parfait équilibre et d'une fluidité éblouissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille du Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 51

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 19 Mar - 10:18


La jeune fille n’en était pas à son premier voyage, elle partait parfois une journée ou deux après avoir la permission de sa mère pour explorer le territoire. Bien sûr elle ne pouvait se douter qu’en réalité elle n’était pas seule, souvent sa mère était tout près, la laissant réellement seule lorsqu’elle était certaine qu’elle ne courrait aucun danger. Cependant, cette fois-ci la jeune fille était réellement seule, sa mère étant trop occupée pour veiller sur elle. C’est bien pour cette raison qu’elle lui avait fait promettre de ne pas se transformer, lui soulignant que c’était dangereux et que personne ne pourrait l’aider si elle perdait le contrôle. C’était donc dans un silence félin que la fillette approcha l’emplacement secret de son frère de sang. De plus en plus, Luna vivait au rythme de son totem. Ayant le même que sa mère cela créait un lien très proche entre les deux femmes. Cependant, bien que son lien avec sa mère fût à ce point puissant elle n’avait aucune idée de ce qu’elle allait trouver dans cette grotte. Bien sûr Kalyäh avait confiance en elle, mais son enfant était trop jeune pour connaître les grands secrets de la chef de clan. Ce n’était pas pour mal faire et la fillette se doutait qu’elle était encore trop jeune, sa mère lui disait souvent qu’elle allait tout lui dire en temps voulu.

Ce fut donc avec une totale ignorance de cet endroit qui avait été cachée aux yeux des gens du clan que la fillette s’introduit dans la caverne. Grâce à son totem, elle pouvait avancer à pas feutré, restant totalement silencieux dans le but de ne pas déranger les animaux qui pouvaient être endormis ici. Ce qu’elle trouva fut très loin de ce qu’elle avait imaginé, en fait jamais elle n’aurait pensé qu’une caverne perdue dans un coin aussi reculé aurait pu contenir autant d’équipement. Peu à peu elle s’enfonça dans la gueule du cobra pour y voir un homme. Celui-ci semblait s’entrainer à faire des mouvements étranges, ne la voyant pas, car elle était cachée derrière la paroi rocheuse. Dans un sens elle ne comprenait pas ce qu’il tentait de faire, ses mouvements étaient trop étranges et la jeune fille n’avait pas encore totalement développé son esprit guerrier même si le fait de vivre avec sa mère l’avait beaucoup aidé. Son espionnage ne dura pas longtemps, car quelque chose la surprit, un serpent. La petite fille eut un sursaut, s’il y avait bien un animal qui pouvait la surprendre c’était celui-ci. À la limite elle en avait quelque peu peur vu qu’elle ne comprenait pas cet animal à sang froid qui, au final, n’était pas si différent de son totem. Tous les deux chasseurs discrets et de puissants tueurs la principale différence entre les deux animaux était que l’un avait le sang-froid et l’autre le sang chaud. Luna échappa un petit cri de surprise et se tourna rapidement vers celui qu’elle espionnait. Elle n’était pas certaine, mais son apparence lui rappelait quelque chose, peut-être connaissait-il sa mère. Dans un sens elle espérait vraiment qu’il était un ami de Kalyäh, car si c’était le cas la relation qu’il avait avec sa mère pouvait la protéger. Alors qu’il la repérait, elle recula d’un pas, pris de peur. Sans le quitter des yeux, elle recula d’un autre pas, marchant sur la queue du serpent avec le bout des orteils. Elle lâcha un autre cri de surprise puis tomba sur les fesses. Son regard se posa soudainement sur le serpent qui semblait se préparer à se défendre de ce qu’il percevait comme une attaque. Elle recula encore un peu sans savoir comment réagir, se refusant de pleurer et de céder à la peur même si tout indiquait qu’elle était totalement effrayée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 19 Mar - 17:03


Il était depuis plusieurs heures. Le silence et la calme avait envahit son esprit qui était ouvert seulement à la brise qui claquait contre les parois rocheuses de la montagne. Répétant inlassablement les mêmes gestes dans une lenteur artistique et une souplesse quasi inhumaine. Le spectacle était saisissant et un tel niveau lui avait demandé tant d'années de sacrifices et d'efforts. Le soleil s'était levé depuis un moment maintenant, venant frapper de ses rayons le visage de tériantrophe. Son chang pao ne faisait qu'une avec lui. Il aimait à se retrouver seul de temps à autre afin de ne refaire qu'un avec la nature. L'énergie dont elle regorgeait pénétrait le corps de Daëron, nourrissant chaque parcelle de son être. Un bruit cependant brisa cette harmonie. Habitué à rester concentrer et faire abstraction du moindre parasitage, il arrêta pourtant son entrainement. Cet endroit était suffisamment à l'écart du monde pour ne pas attiré quelqu'un en ces lieux. Venir se perdre ici était impossible. Il descendit sa jambe droit, qui rejoint la gauche pour se mettre à pieds joints. Ses bras regagnèrent le long de son corps, les mains posées à plat, la paume contre la cuisse. Il resta silencieux. Son instinct le laissait penser qu'il n'y avait aucune raison de se méfier. Pas de danger. Il inspira profondément, gardant les yeux fermé, concentré vers sa cible. Il la localisa dans la caverne. Elle tentait de rester discrète, tout en se rapprochant de lui. Daëron analysait chacun des pas. Au contact du sol et aux craquements des graviers sous le poids des déplacements, il pu déterminer qu'il ne s'agissait pas d'un adulte. L'homme de bougeait toujours pas, guettant le comportement de l'enfant. Oui car il s'agissait bien d'un enfant. Il décida de le laisser faire pour aller au bout de son idée. Voulant probablement se faire discret pour l'espionner, Daëron le laissa faire pour voir de quoi il était capable. Puis soudain quelque chose vint perturber le petit jeu auquel il se prêtait. Un son familier lui parvint aux oreilles ainsi qu'un bruit sourd. L'enfant tomba au sol et étouffa un cri. Il semblait apeurer mais dans un élan de courage ne laissait rien apparaître. Il venait de marcher sur l'animal, le sortant de son sommeil. Le serpent s'enroula sur lui même, sa tête puis il se redressa sur environ 30cm. Il gesticulait lentement, fixant sa cible de ses yeux rouge et sifflant. Sa langue fourchue sortit soudain de sa bouche. Il restait à immobile, guettant surement le moindre mouvement de l'enfant pour se jeter sur lui. Inutile de préciser qu'à cette distance, le jeune tériantrophe n'aurait aucune chance. La rapidité de l'animal aurait de lui.


Daëron aimait ces animaux, il les comprenait mieux que personne. En lui marchant dessus, le serpent s'était senti offensé, l'enfant avait profané son territoire, son espace vital. Daëron se retourna enfin et ouvrit les yeux, toujours aussi paisible. Il découvrit alors une jeune fille d’environ 6/7 ans. Sa silhouette, masquée en partie par l'obscurité de la caverne, lui était familière. Il avança d'un pas sur jusqu'à la découvrir totalement. Il reconnu cette petite fille qu'il voyait parfois dans le village lorsqu'il se rendait au QG du Chef du Clan. Plus encore, il voyait cette enfant courir et jouer dans le palais...il s'agit ni plus ni moins que de la fille du Chef. Aucune émotion ne gagna le visage de Daëron qui avança de plus belle pour se retrouver à seulement 2 mètres de la scène. Le serpent lui, était encore focalisé sur l'enfant et commença à entreprendre une manœuvre offensive alors que la jeune Luna était paralysée.


Tu devrais faire attention petite....il n'est pas très judicieux de venir espionner les gens comme ça. Et tu vois là ce serpent, comment réagirais tu si un corps étranger pénétrait sur ton territoire ? Ca ne te plairait pas je suppose. Bien pour ce serpent il en va de même. Il se protège. Et au vue de la situation tu es une proie facile pour lui. Tu seras morte d'ici quelques secondes. Commence donc par apprendre à contrôler tes émotions. Si tu veux ne faire qu'une avec la faune et la flore, développer ton empathie avec les animaux et plus principalement avec ton animal totem, tu dois être capable d'ouvrir ton esprit. Aucun animal n'est méchant tu vois, ils ne font que défendre leur territoire. Nous les hommes et principalement notre race devons nous conformer à leurs modes de vie.

Le maître avança vers le serpent, qui sentit sa présence et se tourna vers lui. Daëron le fixa comme s'il l'hypnotisait. L'animal se désintéressa complètement de Luna. Puis l'homme approcha sa main vers le crotale puis s'en saisit sans que celui-ci oppose une quelconque résistance. Le serpent rampa le long de son bras puis se promena sur tout son corps.

Allez relève toi petite fille, que fais tu donc ici ?


Daëron s'approcha de l'enfant....le serpent regagna son avant bras avant de se tendre vers la jeune fille en ouvrant sa gueule et en sifflant.


Maintenant maitrise ta peur, il sent ta frayeur, il n'aime pas ça tu le met mal à l'aise. Tu veux devenir un véritable Tériantrophe alors commence donc par les bases. Tu ne pourras pas communiquer avec tous les animaux comme tu le feras avec ton animal totem. Car tu auras des liens privilégiés avec ceux de la même race. Cependant tu peux toujours influer sur leur comportement et éviter le pire. C'est ce qu'on appelle l'empathie tu te souviens ? Si tu échoue ce serpent va te mordre et inutile de te préciser que là où nous sommes tu ne survivras pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille du Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 51

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Mar 20 Mar - 7:29


Dès les premiers mots de l’homme, l’attitude de la fillette changea. Pas qu’elle avait plus peu de lui qu’avant, mais bien plus qu’elle était insultée que l’on croit qu’elle venait espionner. Elle fronça les sourcils, mais ne fit rien, il était armé et elle n’était pas en position de se défendre s’il décidait d’attaquer. Ce changement d’attitude soudain venait en grande partie de son totem, jumelé avec l’orgueil ses gênes de prédatrice l’incitaient à défendre son point et ne pas se laisser dominer. Cependant, elle était peut-être jeune, mais pas idiote. Elle avait bien compris le message de l’homme. Si elle ne coopérait pas, il était très probable que le serpent la tuerait. C’est alors qu’il prit le serpent sans hésiter, comme s’il était une partie de lui-même. Il faut avouer que c’est tout de même impressionnant de voir une personne jouer avec des êtres écailleux sans sourciller, il semblait même y trouver un certain plaisir. La jeune fille se redressa doucement, semblant hésitante quelque peu. Alors qu’un filet de lumière éclaira son visage l’homme pu voir que ses pupilles avaient quelque peu changé, sans le vouloir celle-ci avait pris leur apparence féline.

Il l’invita à se relever, ce qu’elle fit doucement. Bien que la peur fût toujours présente dans son cœur, elle paraissait déjà très forte. Dans sa façon de se tenir debout, il était aisé de retrouver quelques gestuelles de sa mère. La rumeur courrait dans toute la ville comme quoi la jeune fille était exactement comme sa mère lorsque celle-ci avait le même âge. La jeune fille finit par parler d’une petite voie, pas une voie diminuée par la peur, plus une voie discrète. C’était simple et courant chez les jeunes Tériantrophe, quand ils vivaient des émotions extrêmes leurs totems pouvaient s’éveiller sans que ce soit désiré. Pour certain enfant ce phénomène accentuait ces émotions, mais pour la jeune fille elle semblait être plus calme, plus sur d’elle.

-J’explorais, je ne savais pas que cette grotte était habitée, je ne voulais pas réveiller les animaux nocturnes qui pourraient y vivre.

Dans ses yeux et sa voir aucune trace de mensonge, elle le regardait dans les yeux sans broncher. Pourquoi elle aurait eu peur, personne ne vous punit si vous dites la vérité. Alors qu’elle expliquait sa présence dans l’antre de son congénère, celui-ci s’approcha doucement, laissant le serpent approcher de l’enfant la gueule ouverte. Ce n’était pas simple pour un enfant de ne pas avoir peur d’une créature qui a la gueule ouverte prête à vous dévorée en un instant. Le stress montait en elle alors que l’homme tentait de lui rappeler ce qu’elle avait appris sur l’empathie. Elle sentait son cœur battre à milles coup à l’heure, inutile de préciser que cela n’aidait pas son cas. Elle pensait à tout ce qu’elle avait appris, cherchait un moyen de se calmer et de retrouver le contrôle de la situation. Mais rien, elle ne savait pas quoi faire, elle n’était qu’une jeune enfant et elle avait encore tant à apprendre des gens autour d’elle. Dans ces situations elle ne pouvait rien faire d’autre que de tenter de faire comme son modèle, Kalyäh. C’est en se demandant ce qu’elle ferait dans une pareille situation que ses premières empathies lui revinrent à l’esprit. Elle se rappela que la clé n’était pas de tenter de comprendre la situation et de tenter de répondre à toutes les questions. Elle devait faire le vide, accepter la situation et se laisser emporter par celle-ci. Doucement elle leva un bras en regardant le serpent droit dans les yeux, suivant les indications de l’homme et oubliant sa peur. Il avait raison, ce n’était qu’un animal tout comme elle au final. Deux animaux se comprennent, c’est ce que sa logique d’enfant lui dictait. Pas de danger, tu ne connais pas c’est tout. Voilà ce que cette petite tête d’enfant pensait alors qu’elle approchait doucement sa main des crocs de la bête. Le contact visuel entre l’animal et la tériantrophe fut constant, durant des secondes qui semblaient durer des années, pendant quelques minutes qui parurent durer des millénaires. Peu à peu elle emmena sa main tout près de lui, sans peur, sans haine, elle était calme, elle avait besoin de cette tranquillité. Elle finit par caresser doucement la tête du serpent, qui la laissa faire, car il ne se sentait plus menacé par la fillette qui semblait avoir réussi à contrôler sa peur et sa méfiance.

-Je ne voulais pas lui faire de mal, ce n’était qu’un accident.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Mer 21 Mar - 15:50




Cette fillette, elle ressemblait trait pour trait à sa mère. Non pas physiquement mais dans son comportement, dans ses gestes, dans son aura. Daëron se rappela alors la première fois qu'il aperçu Luna. Elle n'était alors qu'une enfant de quelques mois à peine, peut être 18 mois tout au plus. Des rumeurs courraient sur ses origines. Le chef étant apparut avec ce bébé si innocent dans ses bras un jour. depuis les années étaient passées et ce mystère tomba dans l'oubli. Au cours de ces dernières années il avait eu l'occasion de la rencontrer encore et encore. Mais peut être que pour elle, encore jeune, le souvenir d'avoir rencontré Daëron restait flou. A cet âge on ne se souci guère des gens, on pense à s'amuser avant tout, bien qu'avec sa mère son éducation soit des plus stricte malgré son amour. Un souvenir le marqua particulièrement pourtant.

Le vent glacé de l'hiver, peut être le plus rude que le tériantrophe ait connu, soulevait par à coups les lourds rideaux rouge carmin de la fenêtre de sa demeure. Il faisait frais dans cette grande chambre presque vide où il n'allumait jamais aucun feu. Préférant comme son animal totem, les environnements froids. Daëron aimait méditer en ces lieux, sentir la morsure du froid piquer sa peau pâle et nue. Et goûter le silence, un luxe dans cette maison par ailleurs plutôt brillante d'accoutumée. Dehors la neige tombait depuis l'avant veille et avait maintenant recouvert d'un linceul blanchâtre le paysage magnifique, pourtant si coloré en été sur les grandes étendues du territoire du Clan du Sud. Ce jour, l'homme marcha jusqu'à la fenêtre, écartant d'un geste le rideau afin de plonger son regard sur la forêt. La couverture laiteuse et immaculé offrait un contraste saisissant avec la nuit noire. Quelque part dans le ciel nocturne, l'astre lunaire se cachait derrière d'opaques nuages. Soudain, Daëron aperçut une lueur vacillante, très loin, à l'Est. La lueur se déplaçait à une allure vive. Elle laissait apparaître des silhouette. Les personnes en question devaient être proche de la "passe des trois renards". Le tériantrophe avait alors ouvert sa porte puis était sorti pour s'avancer sur le seuil, près du garde corps sur perron. Dans le calme persistant de la nuit, un cri aigu traversa la forêt pour parvenir jusqu'à ses oreilles. Un cri d'enfant. Daëron se mit à courir au travers du bois, ne perdant pas du regard la lueur. Au fil des mètres, il pouvait observer qu'il s'agissait de cavaliers qui effectuaient des vas et vient le long d'un ruisseau tout en lançant des rires sardoniques pouvant faire froid dans le dos. Probablement à le recherche de l'enfant, oui mais pour quelle raison s'en prendraient ils à un gosse. La forêt devenait plus clairsemée au fur et à mesure que le terrain s'élevait en pente plus abrupte. Des blocs de rochers gris et moussus aux angles arrondis par le temps et l'eau émergeaient de loin en loin. Il se rapprochait enfin puis ralentit sa course pour entamer une progression discrète. Son attaque serait rapide et fatale. Il était à proximité, peut être 30 mètres, ou 20 mètres à peine. L'un des deux hommes pris la parole.


Range ton croc petite, il ne m'impressionne pas...et sort de là ou je t'éventre. Tu n'aurais pas du t'éloigner ainsi. Ta maman ne t'a jamais rien appris?

La voix était roque mais douce. On aurait dut celle d'un vieillard, mais vibrant d'une force surnaturelle.

Montre toi sale bête!!!


Surgissant soudain de l'ombre, une petite gueule sortie des légendes vint e coller à quelques centimètres du visage de l'homme. Il sursauta avant de lâcher son poignard qui chuta en tintant sur le sol. Mais la jeune enfant ne maitrisait pas encore son animal totem. Elle perdit rapidement le contrôle avant de se transformer à nouveau en humaine et de sombrer dans le sommeil, épuisée des efforts fournis depuis surement de longues minutes. Les deux hommes se reprirent et se ruèrent sur l'enfant. Le reste ne fut qu'une bref carnage auquel elle n'assista pas...par chance surement. Daëron avait fait payer à ces mercenaires, marqués du sceau du Clan du Nord. Il avait demandé à ses hommes de renvoyer leurs corps à leur chef en guise de mise en garde. Lui, avait raccompagner la jeune Luna auprès de sa maman. Elle ne sut jamais rien de cette histoire, peut être même que ce souvenir s'était déjà effacé de sa mémoire. Puis Daëron sortit de sa pensée et vit Luna caresser l'anima. Elle avait pris sur elle et contrôler partiellement sa crainte du serpent.


Non, tu dois apprendre que rien n'arrive par accident, tous tes choix te seront guidés par ton instinct. Puis tu dois aussi apprendre à ne pas t'excuser. Un adversaire lui ne s'excusera jamais, tu dois te montrer hermétique à toute démonstration de faiblesse...quelle qu'elle soit Luna.


Luna se sentait en confiance. Trop, car elle croyait le serpent acquis à sa cause. Mais comprenait elle seulement ces créatures au sang froid? L'anima profita du moment où elle baissa sa garde pour jeter sa gueule en direction de son coup. Daëron stoppa net l'attaque du serpent à quelques millimètres d'une veine du cou.


Tu vois petite, ne te fit jamais aux apparences. Les serpents sont fourbes et malins. Les animaux ont chacun des comportements différents et au cours de ton apprentissage tu devras apprendre à les analyser. Non pas pour les amadouer, mais pour te laisser une chance de survivre.. Au fait que fais tu donc ici si tu n'espionnait pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille du Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 51

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 26 Mar - 7:12

La jeune fille ne savait pas beaucoup de choses sur cet homme, en fait elle ne savait rien de rien. Tout simplement qu’il était venu quelques fois rencontrer sa mère pour des raisons plus obscures que la nuit. Elle figea totalement quand le serpent lui fonça dessus, sans le grand guerrier la fillette serait devenue le repas du prédateur. Bien qu’elle était très intelligente pour son âge il était toujours compliqué pour une enfant de tout comprendre aussi rapidement, surtout quand celle-ci découvre autant de choses et ce à chaque jour. Elle le regarda un instant, gardant son calme devant la bête. Ce qu’elle retenait le plus était de toujours garder un œil sur ce qui l’entourait, si elle était distraite elle finirait en nourriture.

-J’explorais le territoire et je suis tombé sur cette grotte. Je marchais silencieusement parce que je pensais des animaux nocturnes s’y trouvait. Mais, comment connaissez-vous mon nom?

Malgré qu’elle ne se souvienne pas de lui son instinct lui dictait de faire confiance en cet homme, qu’il n’était pas un ennemi. Soudainement, un puissant cri d’aigle retentit au loin, l’un de ces cri majestueux que vous prenez le temps d’écouter avec attention. Bien que la petite ne compris pas la signification de ce cri particulier, Daëron put facilement décrypter le message. C’était l’un des gardes du palais royal qui veillait discrètement sur la jeune héritière. Bien sûr il était évident que le garde laissait à l’homme la responsabilité de la jeune fille. Luna ne semblait pas prendre les paroles du teriantrophe à la légère. Au contraire, elle semblait très attentive à ce qu’il lui disait. La jeune fille voulait réellement apprendre, et ce, très rapidement. Tout au fond d’elle le désir de pouvoir aider les siens bouillait comme de la lave en fusion. Bien sûr comme tout enfant elle voulait aussi s’amuser, mais le fait de grandir avec une mère aussi importante et d’avoir connaissance de toutes les responsabilités qu’elle avait lui avait permis de grandir un peu plus vite. Elle finit par hocher doucement la tête puis regarda l’homme avec un air sérieux.

-J’ai encore beaucoup à apprendre, merci de m’enseigner ce que vous savez. Je ne sais pas qui vous êtes, mais mon instinct me dit que vous êtes une personne en qui je peux avoir confiance.

Elle recula d’un pas en regardant le serpent, pas dont elle avait peur, mais simple mesure de précaution. Daëron avait raison, elle devait se méfier et s’assurer de pouvoir se défendre en tout temps. Pas seulement pour sa propre sécurité, mais aussi parce que des gens avaient besoin d’elle. Son résonnement s’arrêtait là, elle ne pensait pas à la réaction des gens qui vivrait son décès ou encore la douleur de perdre quelqu’un. À un si petit âge, elle n’avait encore jamais perdu un être cher, elle ne pouvait donc pas concevoir réellement le mal que l’on ressentait lorsque cela nous arrivait. Elle finit par regarder l’homme un instant et dit doucement.

-Est-ce que ce serai possible d’apprendre à vos côtés?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 2 Avr - 7:41

Il écouta
la jeune fille parler tout en analysant son comportement, ses gestes, traduisant chacune de ses paroles. On pouvait en apprendre beaucoup sur l'état d'âme et le caractère de quelqu'un de cette façon. Mais cela demandais des années de pratiques, de méditation ainsi que d'ouverture d'esprit. Daëron sortit de la caverne et retourna au bord de la falaise, laissant la petite fille dans son coin. Il lui tournait le dos et ferma ses yeux. La brise venait caresser son visage, faisant flotter ses quelques mèches.

Tu sais, apprendre est un terme assez vaste, tu peux apprendre tout un tas de choses et une vie entière à t'y consacrer ne suffirait pas. Il t'en faudrait des dizaines. Sais tu seulement ce que tu souhaite réellement apprendre Luna ?


Il se retourna vers la jeune fille et lui fit signe de venir près de lui.

Je peux t'enseigner beaucoup de choses, mais tu devras te plier à chacune de mes exigences et cela sans rechigner. Ta maman connait probablement ma façon de fonctionner et que tu sois son enfant n'y change rien. Je te traiterai comme n'importe qui d'autre alors n'attends pas de traitement de faveur.

Une fois Luna assez proche il se saisit de ses bras, qu'il plaça dans un certaine position, puis se baissa et positionna ses jambes d'une autre. Pour apprendre il fallait commencer par les bases. Il fallait maitriser les postures de bases pour pouvoir prétendre à autre chose. Elle devrait passer des heures et des jours entiers à faire subir à son corps et son mental le plus dur des entrainements.

Les postures que je vais tâcher de t'enseigner sont pratiquées dans plusieurs styles différents. Tout l'art du combattant est basé sur son équilibre. Dans cette position tu dois avoir les jambes écartées de part et d'autre du corps, pieds parallèles, genoux pliés, buste vers l'avant. Tu dois répartir ton poids équitablement sur chacune de tes jambes pour te fatiguer le moins possible. Le bassin ne doit pas basculer vers l'arrière. C'est la position la plus stable. C'est la position du cavalier. Maintenant en voici une autre.

L'homme changea à nouveau l'orientation des bras, leur inclinaison ainsi que la position des jambes. Il lui montrerai divers façon de se tenir en combat.

A chaque ennemi tu devras t'adapter, adopter la posture adéquate. Maintenant tu vas adopter une posture sur une jambe, pointe du pied avant tendue, légèrement au-dessus du sol buste central. Tout ton poids repose sur la jambe arrière. Cette position permet de frapper du pied avant très rapidement

La jeune fille avait du mal à suivre et cela était normal. Elle devrait rester concentrer sur chacune des paroles de Daëron et les assimiler. Il n'était pas du genre à répéter deux fois. Réputé pour son intransigeance par ceux qui connaissait sa véritable identité, il ne s’embarrasserait pas d'une élève incapable de suivre un de ses cours. Il remarqua certains détails qui n'allait pas alors que Luna tentait de répéter les gestes. Ils manquaient de conviction, de jus et surtout elle ne répétait pas de fois la bon geste. Le tériantrophe réajusta la position de Luna la regarda droit dans les yeux, trahissant une certaine sévérité.

Si tu veux devenir une bonne combattante, tu dois apprendre à écouter. Chaque geste doit être exécuté à la perfection, tu dois être capable de répéter sans cesse le même geste au millimètre près. Allez recommence.


Daëron entraina Luna pendant près d'une heure à répéter les premières postures démontrées.

Garde le buste droit, les jambes fléchies et la tête dans l'axe. Tu n'es pas fatiguée, la fatigue est située là à cet endroit. SI tu n'es pas capable de la surmonter alors tu n'as rien à faire ici. Allez continues. Il pointa du bout de son doigt la tempe droite de l'enfant.


Maintenant Daëron allait lui apprendre une autre série de postures et mouvements. Pendant que la jeune fille se pliait aux exigences de son Maître, ce dernier alla chercher son outre d'eau. Il revint vers son élève et bu quelques gorgées. Le soleil tapait de plus et il fallait se désaltérer dans ces conditions. Il sentait Luna fatiguer à vive allure. Il avait conscience qu'à son âge ses efforts intensifs et répétés étaient insupportables. Si elle voulait arrêter, elle le pouvait mais devrait en subir les conséquences.

Bien maintenant regarde et fais comme moi. Ce mouvement est un pas d'esquive de base. Tu fais unpas d'esquive sur le côté, la jambe du côté de l'esquive passe au-dessus de l'autre jambe et se dirige à 45° vers l'extérieur. Le poids repose entièrement sur la jambe qui se pose. Pense à toujours restée fléchie.


On était à la mi journée. Daëron continua à faire subir à Luna une souffrance physique qu'une enfant humain ne pourrait supporter autant. Et cela pendant encore deux heures. Le reste de l'après midi, il apprendrait à l'enfant ce qu'il fallait savoir sur le code des arts martiaux. Cet art demandait de s'astreindre à une conduite particulière, des valeurs particulières et un mode de vie spécial. La respiration également prenait une part importante. Il prendrait le temps de lui enseigner tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille du Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 51

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 9 Avr - 13:53

Elle attendait une réponse, gardant le silence malgré son désir d’enchérir pour le convaincre. Elle avait bien vu qu’il n’était pas homme à être pousser, il aussi calme que les arbres qui attendent et observent. Il parla d’un ton calme et sérieux, lui faisant signe de le rejoindre. La jeune fille s’exécuta doucement elle ne répondit pas, car elle sentait bien qu’il avait compris sa demande, qu’il n’avait pas besoin d’une réponse vocale alors qu’il avait déjà une réponse autre. Il lui expliqua que son statut de changerai rien aux façons d’apprendre. Dans un sens la jeune fille appréhendait quelque peu les difficultés, mais elle était contente d’être traitée comme tous les autres. Elle savait qu’elle pouvait réussir comme les autres pas besoin de traitement de faveur pour devenir plus forte. Elle hochât la tête sans hésiter, un air sérieux et déterminer s’affichait à son visage. Si sa mère lui avait transmis une valeur importante, c’était bien celle de ne jamais abandonner, peu importe la douleur et la fatigue.

Une fois devant lui il lui prit les bras et les plaça dans une position de combat, dès qu’il commença a relâché la prise elle contracta ses muscles pour garder la position. Ensuite ce fut autour des jambes à prendre position de combat. Rapidement elle sentit ses membres s’alourdir, son jeune corps n’avait jamais subi une telle pression et un tel entrainement. Beaucoup auraient laissé tomber et demander une pause, mais pas elle, elle n’en avait pas le droit tant qu’il ne le lui donnerait pas et elle le savait. Elle resta plusieurs minutes avant qu’il ne prenne la parole, lui expliquant la position et comment bien répartir son poids pour la rendre efficace. Rapidement il put voir qu’elle modifiait son centre de gravité pour mieux contrôler son équilibre. Puis il enchaina sur une autre position, puis une autre. Au bout de quelques heures, l’épuisement était de plus en plus présent, si bien qu’elle commençait à trembler de fatigue.

Pourtant, elle ne disait rien, non dans son regard on pouvait voir la détermination et l’obstination. Cette jeune enfant était la fille d’une grande guerrière, un modèle de vie pour ce jeune esprit qui avait encore tout à apprendre. Pourtant, elle savait déjà que Daëron était lui aussi un grand guerrier, pas parce qu’elle avait vu son entrainement. C’était dans son regard qu’elle l’avait compris, un regard déterminé, dur comme cette couche de glace immense qui recouvrait les régions de l’extrême nord. Elle voulait être comme eux, les surpasser, surtout elle voulait pouvoir suivre leur trace et devenir aussi honorable que ces personnes qu’elle estimait tant. Non rien de rien n’allait la faire flancher, elle ne voulait plus connaitre le mot abandonner, renoncer était trop tard dans sa tête d’enfant, car elle savait que sa mère n’aurait jamais accepté une telle éventualité dans sa vie de chef.

C’est donc d’heure en heure que l’enfant s’obstinait à faire des efforts beaucoup trop grands pour son jeune corps. À un tel point, qu’en fin de journée, ses petites jambes cédèrent sous l’intense travail qu’elle s’imposait. Elle tomba au sol comme une pierre de plusieurs tonnes. Elle respirait fortement sans dire un mot, son visage exprimant une fatigue extrême sans pouvoir en parler. Tout au fond de son esprit Luna entendait son totem rugir, fulminer contre cette faiblesse dont elle faisait preuve, lui criant de se relever sans attendre et de donner une leçon à cet homme qui la torturait ainsi. C’est alors qu’un combat débuta au plus profond d’elle-même, elle affrontait son totem pour lui faire comprendre qu’elle devait s’imposer tant de souffrance pour pouvoir devenir plus forte et défendre ceux qu’elle aimait. Les deux esprits ne pouvaient accepter la défaite, et ce, même si le félin savait pertinemment que la fillette avait raison. C’était à elle de réussir, à elle de dompter cet esprit si dominant qu’était le tigre blanc. Mais l’enfant n’arrêtait pas, elle avait beau être épuisée, presque morte sous le travail intense, elle n’arrêtait pas de se battre. Non, jamais dans son petit esprit le doute ne s’est fait sentir, elle affrontait ce dilemme intérieur avec rage et détermination. Pendant ce temps son corps prenait de plus en plus son apparence animale, cependant le rythme de la transformation était bien trop lent pour être normal. Si la transformation ne s’accélérait pas, elle prendrait surement plusieurs jours à finaliser celle-ci. Surtout que de temps à autre celle-ci s’inversait, un peu comme si ce combat mental déterminait quel des deux esprits serait le maître de ce petit corps. De retour dans l’esprit de l’enfant dont le regard était maintenant des plus absents, les coups fusaient de toute part, l’animal ayant un avantage naturel sur l’humain. Cependant, la jeune fille n’arrêtait pas, elle attaquait de plus en plus sans se soucier des blessures, frappant de toutes ses forces son totem si dominant.

Elle resta plusieurs heures inconscientes, son petit corps jouant entre son état félin et celui d’humaine. Pourtant rien à faire, peu importe les techniques que le clan connaissait son état ne changeait pas, seule la volonté de la fillette pouvait mettre fin à ce manège des plus étranges. C’est ce qui finit par arriver, bien que le totem était puissant, ce combat était avant tout un combat de volonté, plus le temps avançait plus la jeune fille, qui s’interdisait la défaite, semblait porter des coups puissants, faisant reculer son animal dans les plus grands recoins de sa tête. Lorsqu’il fut pris au piège, qu’il ne pouvait plus rien faire il lui adressa ces quelques mots.

-tu m’as défait, tu es la maitresse de ce corps. Feras tu comme tous les autres et enfermera ton totem pour mieux le contrôler?

C’est alors avec un air surpris que la jeune fille s’approchât du vaincu et s’agenouillant devant lui avec un air aimable. Elle le prit dans ses bras doucement et approchant sa bouche de son oreille. Elle prononça quelques mots qui résonnèrent dans la caverne sans toutefois se réveiller.

-non, je n’enfermerai jamais mon ami dans une cage.

L’animal la regarda doucement et frotta sa tête contre Luna avant de déposer celle-ci sur son épaule. Il lui dit quelque chose dans l’oreille, un secret qui serait peut-être connu un jour par d’autres gens.

C’est alors qu’elle se réveilla doucement, sous sa forme humaine. Elle regarda autour d’elle et vit le guerrier un peu plus loin. Elle commença à se lever avec beaucoup de difficulté, ses muscles déjà épuisés par l’entrainement étaient presque morts après ce combat mental des plus rudes. Toutefois, elle parvint avec toute la difficulté du monde à se lever. Elle regarda Daëron en tentant de se mettre en position bien que ses membres refusaient totalement l’effort exigé d’eux.

-Je vais rattraper le temps que j’ai perdu maître, je vous le promets.

Mais ce ne fut pas le cas, elle s’effondra une fois de plus au sol avant de retenter de se relever en vainc. Il était évident qu’elle fulminait intérieurement, la rage de l’échec était visible sur son visage, elle ne pouvait accepter de rester au sol alors qu’il était évident dans sa tête qu’elle se devait de continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Dim 15 Avr - 14:44


Daëron suivait attentivement les efforts de son élève. Il savait que c'était éprouvant pour un enfant de cet âge mais si elle aspirait à devenir une excellente guerrière il fallait passer au dessus de la douleur, qu’elle soit physique ou mentale. Les heures passaient. Daëron ne s'attendait pas à ce que la petite Luna réussisse au premier jour, fate de quoi cela ne lui servirait à rien de lui enseigner cet art. Elle avait du mal malgré sa volonté. Il respectait cela mais ne lui montra aucun signe de satisfaction, masquée par son sérieux habituel. Il ne lui ferait aucun cadeau. La petite fille était la première enfant qu'il accepta de prendre sous on aile.

S'en suivit une situation pour le moins surprenante. Luna fut déstabilisée, une conséquence de la fatigue et d'une douleur grandissante. Rapidement le maître compris que son animal totem reprenait le dessus sur son esprit. Il se rappela alors qu'à son âge il avait du lutter contre le sien pour en devenir le maître, puis au fil des mois, une part de lui même. Son animal totem avait fini par devenir lui même. Luna, elle, en était encore encore à la phase de domptage. Il fallait pour elle, qu'elle apprenne à surmonter ces épreuves. Aussi il n'intervint pas, laissant la jeune fille se battre mentalement. Elle finit au bout de longues minutes par sombrer. Daëron, voyant qu'elle ne bougeait plus s'en approcha et la ramassa pour la porter jusque dans la caverne pour l'allonger sur sa couchette contre la paroi.


Puis elle finit par ouvrir les yeux, marquée par la fatigue. La déception pouvait se lire sur son visage. Avec difficulté elle tenta de se lever. Ses membres endoloris tremblaient de fatigue, ses jambes flageolantes ne lui permis pas de rester debout longtemps. Quelques phrases...puis elle s'écroula à nouveau. Daëron la retint pour ne point qu’elle se fasse mal dans sa chute et la reposa sur la couchette. La jeune fille ne manquait pas de courage. Cependant le thériantrophe n'attendait pas d’elle qu'elle s'excuse. Demander le pardon est une marque de faiblesse, d'échec. Si elle avait tout donné ses excuses ne servaient à rien. Sinon ce qu'elle ne s'était pas investie au maximum de ses capacités...et donc qu'elle ne méritait pas que Daëron s'y intéresse. A son réveil il ne manquerait pas de lui en parler. Il la laissa se reposer une heure de plus avant d'aller la réveiller, en lui tapotant sur les joues et l'aspergeant d'eau fraiche car les soleils frappaient assez fort. La journée toucheraient bientôt à a fin, ils ne leur restaient plus que 2h tout au plus pour encore travailler.


Allez Luna...on a assez perdu de temps, tu tes assez reposée. Je tiens à t'apprendre les rudiment de cet art si particulier. Tu dois comprendre la doctrine des arts martiaux. Ensuite tu pourras rentrer chez toi avec que ta maman ne s'inquiète de trop.


Daëron s'installa à ses côtés et la regarda pendant qu'elel reprenait ses esprits.


Tu dois avant tout être honnête avec moi Luna. As-tu vraiment tout donné aujourd'hui ? Si ta réponse est affirmative tu ne dois pas t'excuser, ne montre jamais tes faiblesses et n'avoue jamais tes échecs.

....Maintenant écoute moi attentivement jeune Thériantrophe...les arts martiaux allient exercices pour fortifier le corps et l’esprit et mouvement du combat à l'aide des mains et des jambes. De là sont nés les arts martiaux. Nos ancêtres alors exposés au brigandage et aux assauts des humains plus particulièrement firent de leur technique et des aspects de leurs animaux totems un véritable art martial qui se transmit de générations en générations. Nous sommes à ce jour peu à pouvoir prétendre transmettre ces savoirs. Nos ancêtres commençaient à obsèrvèrer les animaux et se rendirent compte que la nature les avait dotés de moyens de défense performants. Ils ont donc appliqué les techniques animales à travers ce que l'on nomme les taos. Au départ il y avait 5 animaux et aujourd’hui nous pouvons trouver des techniques spécifiques à chaque animal.

5 animaux se sont distingués pour leur complémentarité...

- Le singe pour son adresse et son agilité
- L’aigle pour sa rapidité et sa précision
- Le tigre pour la puissance et sa férocité
- Le serpent pour sa souplesse
- Le scorpion qui résume à lui seul toutes ces qualités...

Enfin, ultérieurement, la pratique des armes est venue parfaire et compléter les techniques à mains nues : le bâton, le sabre, la lance. Les arts martiaux ne sont ni un sport de combat ni un jeu mais un art de la tactique. Une philosophie et un mode de vie dans lequel tu reste en permanence lié à la terre et ce qui l'entoure.


Daëron prit la main de Luna qu'il utilisa pour indiquer le corps, l'esprit via la tête et la technique au travers du poing......

Tu vois les arts martiaux sont avant tout une maitrise parfaite de ton corps, de ton esprit qui eux te permettront la maitrise technique. C'est pour ça que tu dois avant tout être en paix avec toi même et ton animal totem. Ce que j'ai vu tout à l'heure montre bien que tu n'es pas encore prête pour le reste. Travaille donc les bases et quand tu sera prêt, vraiment prête alors je t'enseignerai les techniques propres à ton animal. Il s’agit également d’un art de vivre qui nous pousse à la découverte de notre nature propre, à la réalisation de soi et à la connaissance pacifique des autres.
Le but d n’est donc pas de former les hommes et femmes à devenir forts et invincibles mais de faire renaître l’homme vrai et authentique qui somnole en chacun de nous en lui redonnant sa clairvoyance, sa dignité et sa sincérité. Mais cela demande toute une vie. Certains n'y sont jamais parvenus. C'est une quête en quelque sorte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille du Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 51

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Jeu 19 Avr - 14:32


La fillette regardait son mentor droit dans les yeux, elle savait bien qu’elle avait tout donné. Elle finit par baisser les yeux et dit honteusement.

-J’ai tout donné maître, je…

Elle était sur le point d’avouer qu’elle ne pouvait pas faire mieux, qu’elle avait échoué. Cependant, elle se ravisa, et leva la tête doucement.

-Je trouverai le moyen de résister plus longtemps.

Sans le quitter du regard, elle écouta attentivement chaque mot qui sortait de sa bouche. C’était un regard intéressé, qui s’abreuvait de chaque parole que l’homme lui disait. Rapidement, elle mémorisait chaque élément de cette éducation sans hésiter. Elle ne voulait pas juste apprendre, elle voulait devenir la meilleure, voulant gagner sa place et non pas la mériter de sang. Dès qu’il eu fini de parler elle se leva et commença à s’entrainer, enchainant mouvement après mouvement tout en restant calme et contrôlant sa respiration. Tout en travaillant les bases avec ardeur, quelques questions lui venaient en tête. Sans se tourner vers Daëron elle parla doucement.

-Maître, vous avez parlé du tao du tigre. Est-ce qu’il est plus important que les autres pour moi vu que cet animal est mon totem? Je veux dire, est-ce que je suis plus susceptible de le comprendre et de mieux le maîtriser?

Tout au fond d’elle elle pensait à son totem, elle ne le connaissait pas du tout au final. Continuant de pratiquer elle ferma les yeux, cherchant dans sa mémoire ce qu’elle connaissait de lui. Tout ce qu’elle pouvait voir de lui était un petit tigre en train de grandir, mais rien d’autre ne lui venait à l’esprit. Elle voulait savoir pourquoi il avait agi ainsi, pourquoi il pensait qu’elle l’enfermerait dans une cage.

Tout d’un coup elle s’immobilisa, gardant sa position sans trembler, avec un équilibre presque parfait. Non pas qu’elle avait maîtrisé cette position de base, mais bien plus que cet entrainement intense emmenait la jeune fille à communiquer avec son totem sans qu’elle ne force les choses. Ce n’était pas une transe aussi intense que la dernière fois, mais assez pour pouvoir observer son animal. Il semblait tourner en rond, faire les cent pas comme s’il était irrité par quelque chose qu’elle ignorait. Peu à peu elle s’approchât de lui sans dire un mot et s’assit tout près sans le déranger. Elle attendais qu’il lui porte attention, ce qu’il fit assez vite en lui disant de manière agressive.

-Quoi, tu viens me narguer avec ta victoire?

La jeune fille secoua doucement la tête et lui sourit. Son regard était doux et invitant, car elle voulait réellement apprendre à connaître cet être qui vivait en elle.

-Non, je veux te connaître.

L’animal resta stupéfait, pourquoi cette enfant voudrait le connaître? Il n’était que menace pour elle et pouvait prendre contrôle de son corps à tout moment. Pourtant, l’enfant ne pensait pas à ce genre de finalité, elle avait réellement compris son mentor et savait que s’il travaillait l’un contre l’autre ils n’arriveraient jamais à se dépasser. Elle s’approchât un peu plus et lui dit doucement.

-Maître a raison, nous sommes plus fort ensemble. Si nous voulons survivre, nous devons nous connaître et apprendre à utiliser les forces de l’autre pour combler nos faiblesses. Veux-tu devenir mon partenaire?

Le tigre le regarda un instant et dit doucement.

-Ton partenaire… non, mais je peux devenir ta partenaire si tu me respectes réellement.

Doucement elle revint à elle, le temps était écoulé et elle devait partir. Luna ouvrit les yeux doucement et regarda Daëron avec le sourire.

-C’est une femelle maître.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Mer 25 Avr - 7:23

Luna semblait ailleurs pendant quelques instants. Probablement en train de ne faire plus qu'une avec son animal totem. De prime abord, les animaux qui allaient être liés pour toujours à notre existence, prenaient cela comme un affront, une tentative de domination par l'homme de la bête. Pour beaucoup cela était un signe de provocation et c'est donc tout naturellement qu'un combat psychologique s'engageait. Il va de soit que les premiers temps cette lutte était éprouvante mais plus le temps passait plus celle ci tournait en faveur de l'hôte. Le secret résidait uniquement dans l'empathie que le corps d'accueil parviendrait à tisser avec son animal totem. Tous deux devaient comprendre qu'ils ne feraient plus qu'un, chacun tirant sa force de l'autre. Daëron se rappelait alors que bon nombre de Thériantrophe trop prétentieux et avide de pouvoir avaient échoué, sombrant dans la démence. Ils ne pouvaient alors plus prétendre à faire partie intégrante d'aucun Clan. Ils erraient inlassablement sur leurs terres, vivant reclus dans les lieux les plus dangereux qui soient ou alors terrés dans les profondeurs des cavernes. Ces répudiés étaient des êtres dangereux et croiser leur route n'était jamais une bonne chose. Leur animal reprenant souvent le dessus, ils devenaient sauvages, perdant peu à peu leur part d'humanité. C'est en cela que cette étape, celle que traversait Luna était primordiale.

Luna, résister n'est pas la clé qui te mènera à la réussite. Je te l'ai déja dis, tu dois apprendre à écouter. Tu dois utiliser ton énergie intérieur pour trouver un équilibre, tu dois aussi puiser tes ressources dans les forces que transmettent la Terre. c'est ce qu'on appelle l'énergie primordiale. Tu dois savoir entrer en communion avec elle et apprendre à l'accueillir.

Luna s'intéressa ensuite à son animal totem, le tigre. Elle fit le rapprochement avec certaines techniques de combat. Elle venait de toucher un point crucial de son apprentissage. Il est vrai qu'il était plus aisé d'apprendre à se battre sur le modèle de son animal totem plutôt que d'en apprendre un autre. Par ailleurs Daëron n'avait pas le souvenir que se soit déjà arrivé. Cela entrait en contradiction avec les enseignement prodigués.

Oui tu as raison Luna, plus tard, quand le temps sera venue tu pourra apprendre à combattre tel que le fait un tigre. Mais tu as encore le temps pour cela. Avant il te faudra maitriser parfaitement les techniques de bases mais aussi apprendre à vivre selon les philosophies martiales. Je tiens à te dire que tout ce que tu a appris jusque là, tu devras l'oublier au profit d'un autre mode de vie, beaucoup plus exigeant et contraignant. Cela va de ta façon de te nourrir jusqu'à la façon de te comporter. La vraie question à te poser et donc de savoir si tu es prête à t'astreindre à cette vie.

La nuit commençait enfin à tomber. La journée avait été longue mais elle n'était pas terminée, du moins pour Luna. L'épreuve suivant allait être des plus difficiles. Cette journée, chaque exercice exécuté par l'enfant avait mis en avant d'abord le mental, puis la volonté et enfin la résistance physique. Cette fois, tous ces éléments allaient être mis à contribution en même temps. Une des premières règles du monde des arts martiaux est la méditation.

Luna, la prochaine épreuve va être déterminante. Comme je te l'ai dis, je ne ferai pas la différence entre un entrainement adulte et le tiens. Je ne suis pas du genre à ménager les petites âmes, je ne suis pas là pour ça. Aussi je t'autorise à boire quelques gorgées d'eau et un morceau de pain. Cela sera tout ce dont tu auras droit pour cette nuit. Ensuite je t'apprendrais les bases de la méditation. Tu devras être capable après de longs mois à méditer toute une nuit durant. Ne t'en fais pas, tu n'y arriveras pas du premier coup, mais à force de travail cela te viendras naturellement. Tes organisme vont être mis lourdement à contribution, ton mental et ta volonté aussi. Résiste à cette nuit et tu auras pris le bon chemin. Tu vois, tout ce que j'ai commencé à t'apprendre aujourd'hui, tu devras le répéter tous les jours, tout au long de ta vie. Et quand tu seras prête je t'apprendrais es techniques de ton animal totem. Ensuite, demain matin, tu retournera chez toi, dire au revoir à ta mère, puis tu reviendras ici. Une ultime épreuve te sera soumise....réussie là et tu auras mérité ton enseignement...échoue et tu pourras retourner à ton ancienne vie. Il se peut aussi que tu n'en revienne pas saches le.


Daëron alla s'asseoir et fit signe à la jeune Luna de le rejoindre. Il sortit de son sac eau et pain sec puis tendit le tout à l'enfant.

Manges et écoutes. La méditation est le vide de l'esprit. Il s'agit d'être capable d'agir-sans-agir, faire le vide pour faire des choses utiles. Il ya quatre axes à maitriser. Le premier est "l'attention" . Cette investigation requiert une attention vide de toute attente, de toute anticipation, en quelque sorte, une attention innocente. Ce matin nous sommes paisiblement assis. C'est en quelque sorte notre tranquillité naturelle. Ensuite vient "l'observation" dont l'enseignement repose principalement sur la compréhension. Comprendre est le résultat d'une juste observation. C'est une observation ouverte, sans jugement, sans comparaison ni interprétation. Nous ne pouvons la situer dans l'espace, parce qu'elle est hors du temps. Le temps est une création de la pensée, tandis que l'observation qui émane de la totalité du corps relève, elle, de l'intemporel.

Daëron fixa calmement Luna, depuis le début de la journée, à aucun moment elle n'avait pu voir le visage de l'homme offrir autre chose qu'une visage fermé et sérieux..

Tu me suis Luna? Bon, ensuite vient "Le temps" car la pensée est le temps, la pensée est une fonction. Le temps est une expression de l'intemporel. Le temps doit cesser pour que puisse vivre l'intemporel. Et quand la pensée a découvert ses limites, alors nous sommes ouverts à l'intemporel, au présent éternel. Enfin nous avons "La liberté", la liberté dont vous faites l'expérience en ces moments-là ne peut jamais être objectivée, ni définie. Vous ne pouvez jamais la formuler. La compréhension peut bien se situer dans votre tête, mais être la compréhension n'a plus rien à voir avec la tête, c'est votre perception globale. Si tu as des question n'hésites pas Luna.


Daëron adopta ensuite une posture en tailleur et joint et ses mains, pomme contre pomme, orientée vers le ciel.

Fais comme mois maintenant, ferme les yeux et fais le vide dans ta tête, ouvre toi à tout ce qui t'entoure. Une longue nuit t'attend....Bonne nuit petite fille.

Daëron se leva et alla s'asseoir au bord de la falaise. Il observait de temps à autre Luna. La lnuit serait compliquée pour la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille du Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 51

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Dim 20 Mai - 14:02


Sans dire un mot, elle mangea le morceau de pain, de toute façon elle n’avait rien a dire réellement. Tout ce qu’elle faisait était écouter, assimiler les notions qu’elle devait apprendre et se concentrer sur ce qu’elle devait faire. Bien sûr qu’elle suivait son mentor avec attention, mais surtout elle le comprenait. En fait, elles le comprenaient, son totem commençait lui aussi à s’intéresser à ce mode de vie qui semblait lui accorder une égalité avec la jeune fille. Le fait que les deux esprits soient aussi jeunes et surtout que Luna soit très ouverte d’esprit créait une situation propice pour que les deux êtres réussissent une chimie complète beaucoup plus rapide que la normale, beaucoup plus rapide même.

En fait, ce qui se passait était très étrange, pour la jeune fille il y avait quatre êtres dans cette salle, Daëron, un serpent, son totem et elle. En fait, elle était encore en transe sans le savoir. Doucement elle prit place à l’entrée de la caverne, face à la lune, pour méditer comme il le lui indiquait. Face à elle son totem se plaça et lui parla en ces mots.

-Si tu veux que ça marche, tu dois te donner à moi, c’est à moi de diriger dans le monde des esprits. Si tu t’aventures trop loin dans ce monde sans moi, nous mourrons tous les deux.

De son côté, la jeune fille décida de répondre en pensant, enfin de tenter de communiquer avec son totem sans ouvrir la bouche. Bien qu’elle savait qu’elle n’était pas en train de faire le vide et de méditer comme son mentor venait de lui enseigner, enfin c’est ce qu’elle croyait, elle voulait vivre cette aventure avec son totem.

Avant que l’on parte vers le monde des esprits j’aimerais pouvoir t’appeler par ton nom, nous sommes égaux donc ce n’est pas à moi de te donner un nom. Moi c’est Luna, c’est un peu court pour avoir un surnom.

La jeune tigresse la regarda un instant et lui dit doucement.

-Je me nomme Asatarinelamé pour ma part.

La jeune fille pris quelques secondes pour mémoriser le nom, qui était assez compliquée comparé au siens.

Asaterinelamé, c’est un peu long comme nom hein? Enfin, c’est beau, mais je peux t’appeler Asa?

L’animal hochait la tête doucement, il était vrai que ce nom était long. Cependant, la jeune fille aimait bien cette sonorité, c’était doux et qui coule, bien quand on le dit. Peu à peu la jeune fille se sentit plus légère, tout comme un nuage blanc qui flotte par une belle journée ensoleillée. Elle s’éleva sans dire un mot et suivit son totem vers un monde où elle ne connaissait rien. C’était la première fois qu’elle voyait le monde d’une telle hauteur, la première fois qu’elle le monde sous un autre angle. De cette hauteur elle voyait tout Arana, de la montagne jusqu’à leur village. C’est alors que, pris de curiosité elle incita Asa à la suivre un moment vers chez elle. Peu à peu le duo avança vers le palais royal où sa mère semblait faire les cent pas. Bien qu’elle savait où était sa fille, le fait qu’elle ne revenait pas était étrange, ce n’était pas dans ses habitudes. Peu à peu elle s’approchât, voulant lui dire que tout allait bien, mais rien à faire, Kalyäh ne pouvait pas l’entendre. Asaterinelamé s’approcha doucement de la fillette et lui dits d’une voix amusée.

Tu ne peux pas lui parler à elle, son inquiétude pour toi l’empêche d’être attentive à notre monde. Cependant, tu peux lui parler à lui.

Luna leva la tête vers le fond de la salle, où un animal imposant était couché dans un calme étonnant. Le grand félin regardait le duo d’enfant qui venait d’entrer dans la salle avec un petit sourire, bien sûr qu’il les connaissait. Asa s’approchât rapidement de lui et lui faits une embrassade sans hésiter avant de regarder son binôme.

Nous sommes aussi liés que toi et ta mère Luna, nous sommes liés à jamais. C’est ce lien qu’on appelle la famille.

L’enfant s’approchait de l’animal et lui demanda de rassurer sa mère, de lui dire que tout allait bien et qu’elle allait être fière de sa fille. Un simple signe de tête suffit au grand félin pour répondre au duo. Bien qu’il connaissait la véritable origine de l’enfant, il n’avait jamais dévoilé à son totem sa véritable identité, le secret était bien gardé et avec le temps le grand félin avait adopté lui aussi le petit duo pour en faire sa progéniture.

Pendant ce temps le corps de Luna était mis à rude épreuve, l’énergie requise pour le maintenir en vie alors que son âme était en balade était énorme et les sueurs froides qui perlaient sur le petit front innocent le montraient. Cependant, la situation semblait encore sous contrôle, tant qu’elle aurait droit à un repos bien mérité par la suite. Malgré cet effort visible, la jeune fille ne semblait pas réagir à ce dont il l’entourait, elle était réellement absente et rien ni personne ne pouvait la faire revenir pour l’instant.

Se son côté la jeune fille avait repris sa route vers le ciel, courant dans l’air à côté d’Asa. Elles avançaient rapidement vers une aurore australe qui se dessinait au loin. Plus elle approchait de l’aurore, plus elle pouvait y voir une multitude d’animaux. Ce ne fut qu’après plusieurs minutes de course qu’elle arriva à destination. Ce qu’elle vit la figea sur place, l’aurore était en fait une immense forêt remplie d’esprit comme Asa. La jeune fille regarda son totem un instant et lui sourit.

C’est chez toi?

Doucement le tigre secoua la tête.

Non chez moi c’est en toi, nous sommes chez nous ensemble. Ici tu trouveras les esprits des thériantropes qui ont péri par le passé. Ici tu trouveras les conseils que je ne peux t’apporter et nous pourrons nous retrouver pour grandir ensemble lors de tes nuits de méditations. N’oublie jamais que tu fais aussi partie de ce monde, nous faisons tous deux parties des ces deux mondes.

Alors qu’elle allait répondre la jeune fille eut un malaise, elle tomba à genou puis se retrouva directement dans son corps. Elle ouvrit les yeux alors qu’elle suffoquait et tremblait de tous ses membres. Son petit corps était à sa limite, si elle avait résisté et n’était pas revenue à son corps la mort l’aurait emmené. Elle tenta de se lever doucement, mais retomba dans un tremblement intense sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Dim 3 Juin - 13:02


La nuit battait son plein depuis 2 voire 3 heures à peine et la petite Luna montrait des signes de fébrilité. Elle ne parvenait pas complètement à prendre le pas sur son animal totem Mais ce combat était le sien et seule sa volonté devait lui permettre d'y parvenir. Le rôle de Daëron étant de lui donner les clefs pour arriver à grandir et réussir. C'était là son unique chance, au petit matin le chef du clan des assassin déciderait de poursuivre ou non son enseignement. Il décida donc de la laisser seule et partit sur un plateau situé plus bas dans la montagne, à une heure à peine de marche. Là bas il y rencontra un de ses hommes de mains. Venu sur ordre de Kalyah, il savait à tout moment où trouver Daëron. Il lui remis un pli qu'il ouvrit et parcouru la dizaine de lignes écrites à la plumes et marqué d'un tampon à la cire de bougie qui avait légèrement bavé.


"Bien "Oiseau rieur, préviens "Gourde vide", nous partons dans deux jours...rendez-vous comme d'habitude."


Son acolyte disparut dans l'obscurité de la forêt. Quant à lui Daëron remonta vers le haut plateau de la montagne tout en se remémorant les premiers instant de sa rencontre avec "oiseau rieur".

*Flashback*

Daëron Thaliôn arpentait les rues désertes. Les éclats des pleines lunes projetaient des ombres étranges dans les allées obscures qui bordaient la route. Cela faisait des mois qu'il n'avait pas foulé du pied le sol de grand-Rivage, cette ville elfique, mais même à cette heure il aurait dû trouver dans les rues de nombreux elfes se livrant à toutes sortes de plaisirs. Ses pensées furent interrompues par un murmure et il se retourna pour tenter de déceler la source du bruit: une ombre disparut dans les ténèbres d'une ruelle. L'assassin rit de sa nervosité. Ce ne devait être qu'un rat. Il n'était plus très loin de sa planque et la chaleur de son foyer allait être d'un grand réconfort. Il avait laissé les siens pour rejoindre un raid et pendant neuf mois son Clan d’assassins avait sillonné la Mer du Sud pour lancer des attaques sur les campements des environs. Ce voyage avait été profitable à tout point de vue et la part des profits accordée à Daëron allait lui permettre de changer de statut. Il allait au moins pouvoir aménager son chez lui et mettre en place des structures pour son enseignement à la hauteur de ses compétences , quelque peu soulagé d'abandonner cet endroit où le meurtre et le vol étaient choses courantes. Un nouveau bruit le fit se retourner une fois de plus, impossible à confondre cette fois avec le grouillement de la vermine. Quelques mètres devant lui, il vit la silhouette qui lui faisait face et devina à la longueur de ses cheveux qu il devait s'agir d'une femme. Ses mains étaient serrées sur la garde de deux poignards incurvés et elle demeurait immobile. Le Thériantrophe regarda par-dessus son épaule et vit que son chemin était bloqué par une autre femme. Une pensée soudaine fit s'accélérer brutalement son rythme cardiaque. Les rues désertes et la pleine lune... Il avait fait preuve d'une telle inconscience! C'était la Nuit des Supplices, les Furies étaient sorties des temples pour se livrer au massacre des innocents. Les deux femmes avancèrent en direction de Daëron. Leurs mouvements étaient gracieux et il aurait pu les trouver séduisantes si l'éclat de leurs lames mortelles ne l'avait pas ramené à la réalité. Alors qu'elles s'approchaient, l'homme distingua les visages attirants, leurs traits d'une perfection ahurissante, leurs longs cheveux noirs qui semblaient flotter dans l'air de leur propre volonté. Les corps minces aux courbes voluptueuses n'étaient couverts qu'en quelques endroits par un peu de soie violette et leurs longues jambes pâles étaient prises dans des bottes de cuir noir qui leur arrivaient au genou. Il se serait senti au paradis s'il n'avait pas été pleinement conscient de leurs intentions, mais ces deux êtres étaient des furies et s'il voulait conserver la moindre chance de survivre à cette rencontre il ne devait pas se laisser distraire par leur apparence ensorcelante. Tirant lentement sa propre lame de son fourreau, il recula pour se placer dos à un mur et protéger ses arrières. Elles se tenaient maintenant devant lui, il voyait à leurs yeux injectés de sang et à leurs pupilles dilatées que leurs esprits étaient embrumés par quelques potions légendaires qui créaient leur état de dépendance au sang. Ces légendes étaient elles donc vraies. Lui qui avaient cherché pendant tant et tant de mois à mettre la main sur ces êtres..elles avaient fini par lui mettre la main dessus les premières.

"Tu n'as que deux choix." lui dit l'une des femmes d'une voix aussi séduisante que son corps.


"Tu peux nous suivre calmement et connaître des plaisirs dépassant tes rêves les plus fous avant d'apprendre la véritable signification de la douleur, ou..." Elle fit courir sa langue le long de son poignard "Nous pouvons offrir ton corps en sacrifice à Khaine là où tu te trouves."

L'invitation de ces deux folles était une offre séduisante mais Daëron préférait rester en vie, ce que ne lui permettait aucune des deux options. Il porta en direction de l'une des furies un coup de dague qu'elle para avec aisance avant de riposter d'un coup ascendant de ses deux armes en même temps. Il eut à peine le temps d'esquiver cette attaque avant que son autre assaillante ne soit sur lui pour tenter de lui trancher le cou mais il parvint à éviter le coup en se baissant au dernier moment et tira une courte dague de sa botte. La première se jeta à nouveau sur lui. Anticipant son attaque, il fit un rapide pas de côté et, profitant du déséquilibre momentané de cette tueuse, lui enfonça profondément la dague dans la cage thoracique. Lorsque la seconde se jeta sur lui encore une fois, il ne put que tenter de la repousser d un coup de pied, mais sa botte percuta un genou et il l'envoya rouler dans la poussière. Le thériantrophe descendit la rue en courant, se félicitant de sa chance et de l'expérience du combat qu'il avait acquise lors des mois précédents. Sa maison était proche, s'il ne parvenait pas à y entrer, il allait mourir avant d'avoir à nouveau l'occasion de voir le soleil se lever. Tournant le coin d'une allée, il sentit presque son cœur défaillir : devant lui, la porte de sa demeure pendait, à peine retenue par ses gonds défoncés. Il bondit à grandes enjambées vers l'entrée. Il courut en direction de sa chambre où un tas de chair ensanglantée recroquevillé dans un des coins de la pièce vint confirmer ses craintes. Des thériantrophes qui l'accompagnaient étaient morts, une épée à la main, là où ils avaient essayé en vain de repousser les intrus aux intentions meurtrières. L'esprit submergé par la colère, il n'entendit pas derrière lui la furie pénétrer dans la pièce. Sa vie en fut sauvée in extremis par une autre femme, assez jeune, qui para le coup que la tueuse allait lui porter et lui trancha la gorge.

"J'arrive à temps on dirait!" Daëron avait déjà entendu cette voix douce et sensuelle. Ce fut le départ d'une nouvelle relation entre les deux thériantrophes, nouant entre eux une confiance indéfectible.


*De retour sur le plateau*

Daëron vit la petite Luna à son retour allongée par terre. Elle avait succombé à la fatigue physique et mentale infligée par des heures et des heures de méditation. Il s'approcha d'elle et s'accroupit. Il se saisit d'une outre d'eau qu'il ouvrit et aspergea le visage de la jeune enfant.

"Luna..t'ai je dis de te reposer ?...Tu dois apprendre à faire abstraction de la douleur, elle n'est qu'une des nombreuses étapes à franchir et loin d'être la plus dure. Le jour se lève dans 5H. A toi de choisir ce que tu souhaite faire."

Il se savait dur mais il était ainsi. Tout ce qui se tramait dans Mérak n'augurait rien de bon et la violence faisait rage de toutes parts. La compassion, la pitié et la faiblesse n'y avait pas sa place.. C'est cela que Luna devait apprendre également.

"Luna, une dernière chose, demain, je veux que tu me dise ce que tu appris et par dessus tout, ce que tu as compris."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille du Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 51

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 4 Juin - 4:05


-ASA!

C’est dans ce cri qu’elle se réveilla rapidement, cherchant des yeux la petite tigresse avec qui elle avait tant voyagé ces dernières heures. Dans ce cri et avec la sensation étrange que l’on venait de la projeter contre un mur de fer. Tout ce dont elle se souvenait était cet entrainement au milieu de l’Aurore astrale avec son totem. Puis tout d’un coup plus rien, le néant total pour finalement sentir ce coup si violent qu’elle se réveilla en criant. Bien que la fatigue avait pris le dessus peu après qu’elle se soit écroulée, le petit duo avait, par on ne sait quel moyen, réussi à retourner dans un état de transe via le rêve astral. Rapidement la jeune fille regarda partout autour d’elle, comme si la grande caverne lui était tout d’un coup inconnue. Ses yeux avaient pris une autre couleur, un bleu plus clair, plus étincelant, se démarquait de son jeune visage. Ce fut seulement lorsqu’elle posa le regard sur Daëron qu’elle comprit qu’elle était toujours dans cette grotte. Il lui annonça que le jour se levait dans cinq heures. Cependant, pour la jeune Luna, c’était totalement impossible.

-Mais… j’ai voyagé avec Asa pendant deux jours et nous nous sommes entrainés pendant une journée.

Il était plus qu’évident que la jeune fille ne réalisait pas encore ce qui s’était passé. En fait, elle était encore à moitié dans cette transe, vacillant entre son retour vers le monde des esprits et sa présence dans le monde réel. Sans dire un mot, elle se replaça, prête à recommencer sans attendre. Aucune excuse, elle n’avait pas ce regard désolé comme les autres fois. Non tout ce que l’on pouvait voir était qu’elle n’abandonnerait pas, qu’avant même qu’il réponde à cette affirmation, qui était plus pour elle-même que pour son maître, elle y retournait. À ce point il n’était plus question de contrôler où non Asatarinelamé, il était question d’apprendre à la connaitre et d’apprendre de ce qu’elle savait. Ce n’était pas seulement un devoir dans l’esprit de l’enfant, mais bien plus l’envie d’être près de son animal. Tout ce temps passé avec lui, même si en réalité il ne s’était écoulé que quelques heures, avait permis aux deux êtres de planter les graines d’une amitié qui deviendrait sans faille avec le temps.

Sans dire un mot, Luna se sentit s’élever doucement. Elle retournait vers Asa en vitesse, elle qui l’attendait tout en haut de la montagne pour continuer de parler avec la jeune fille. Arrivé à destination, l’enfant s’assit tout près du félin et eut un petit rire.

Espérons que nous ne serons pas dérangés avant le matin. Au fait! Tu sais qu’il ne sait passer que quelques heures dans le vrai monde?

-Le vrai monde? Parce que le monde des esprits n’est pas réel peut-être?

Luna avait touché un point sensible pour Asa, insinuer que le monde des esprits n’était pas réel était avouer que le totem n’était qu’une illusion, donc qu’Asa elle-même n’était qu’un vilain tour que l’on jouait à l’enfant. La jeune fille pensa quelques secondes puis secoua la tête.

Non, tu as raison. Nous sommes toujours dans le vrai monde. Cependant, je ne sais pas comment appeler ton monde, dans un sens il est vraiment différent du mien. C’est, vraiment étonnant à quel point tout est différent de ton point de vue. C’est à la fois plus simple et plus compliqué. Les lois de la nature sont différentes et j’ai encore du mal à les comprendre.

C’est donc sur ce sujet dont les deux êtres discutèrent pendant mainte et maintes heures. Au fil de la discussion, les sujets s’enchainaient, mais les deux nouveaux amis ne se lassaient pas de parler de tout et de rien. En fait, sans le savoir, la jeune enfant apprenait la philosophie et son totem était son professeur. Mais, ce qui était le plus intéressant dans cette discussion, qui sembla durer des jours pour les deux enfants, est que tous deux comprirent qu’ils pouvaient apprendre de l’autre. Que cette relation n’allait pas avantager l’un ou l’autre, mais les deux à la fois. Pourtant toute bonne chose ayant une fin la jeune fille du regagner son corps avec les premiers rayons du soleil. Elle se réveilla en silence, un air reposé et le sourire aux lèvres. Ce fut avec une voie calme et sereine qu’elle s’adressa à son professeur.

-Elle se nomme Asatarinelamé, nous avons le même âge, mais dans ce monde le temps semble filé à vive allure. J’ai l’impression que j’y ai passé des jours à parler avec elle. Je n’ai pas besoin de la dompter ou de la dominer, elle est mon amie et elle a beaucoup à m’apprendre senseï. Moi aussi je peux lui apprendre des choses. Je crois que ce que j’ai appris de plus important… c’est que même si Asa était physiquement à mes côtés pour m’aider, ce duo serait plus faible que lorsque nous ne faisons qu’un. Ensemble tout est possible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des quatre venimeux
avatar
Messages : 75

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   Lun 18 Juin - 5:53

"Bien...nous allons tout résumer maintenant. Ensuite tu pourras rentrer chez toi et méditer sur tout ce que tu as appris. Je viendrai te chercher dans 1 mois jour pour jour. Là nous commencerons ton entrainement martial."

Daëron marcha jusqu'à ses affaires qu'il commença à ranger. La petit Luna avait passé une journée puis une nuit très difficile. Pour un corps non encore habitué à ces souffrances mentales et physiques, ces exercices étaient compliqués. Il fallait de la force de caractère, du courage et de l'abnégation. Luna, n'en manquait pas mais était loin encore très loin de saisir tout le sens des choses qui l'entourent. Elle pensait sincèrement avoir compris. Alors certes elle avait su écouter et retenir quelques informations...mais de là à avoir compris. J'en doutais fortement car même le plus avisé des pratiquants mettait des mois voir des années.

Luna..La boxe est la base de notre art martial et tient son nom du monastère où elle est née. Le Monastère de Jade, stué au plus haut d'un mont, au nord de nos terres. Il est magnifiques et situé au milieu d'une forêt de conifères sillonnée de ruisseaux murmurants. C'est là que son nés les arts martiaux...et l'on dit que l'eau qui y coule donne force, savoir et sagesse à ceux qui la boivent. L'atteindre est une véritable épreuve. Aussi je te demanderais de respecter ce lieu et les anciens qui y ont vécu dans le passé."

Daeron termina de ranger ses affaires et porta son sac sur son épaule droite alors que Luna l'écoutait. Il sortit de la caverne et commença à marcher pour descendre de la montagne. Il se tourna vers elle
.

"Allez..viens, on rentre. Tu sais pourquoi la boxe est si réputée dans notre culture Luna ? Parce qu'elle est liée à des faits d'armes du temps jadis. Selon de nombreux documents, récits et témoignages le monastère de Jade a commencé dès les premiers jours l'entraînement aux arts martiaux. Son premier bonze supérieur, Bhadra, recrutait des jeunes physiquement aptes qui s'étaient initiés à ces arts, leur faisait raser le crâne et les entraînait à la boxe. Le second bonze supérieur, Chou, était à l'origine un petit bonze faible et malingre, souvent malmené par son entourage. De dépit, il se mit à s'entraîner à la boxe et acquit bientôt une force suffisante pour soulever des poids énormes et mettre à la raison ses offenseurs. Oui je sais je ne suis pas rasé, cette tradition s'est perdu au fil des ans."

"Les arts martiaux de Jade se firent connaître dès la fin de la deuxième dynastie. Son premier fait d'arme fut une attaque punitive contre le clan du Nord. Leur premier exploit, la capture du neveu de chef de l'époque. Grâce à ces combattants farouches, le clan du sud força le Nord à la capitulation. Le seigneur du Clan du Sud leur offrit une récompense et fit inscrire leurs faits d'armes sur des stèles de pierre, dont seule ta mère détient les secrets. Le monastère reçut en outre 270 ha de terres pour l'agrandissement des temples et organiser « les troupes de moines ». Dès lors, la boxe de Jade profita d'une renommée sans précédent et le monastère ne cessa de développer ses activités en arts martiaux. Pour renforcer leur capacité de combat, les moines-soldats de Jade se livrèrent à des entraînements toujours plus variés : boxe à mains nues, maniement d'armes, combat à cheval, combat de fantassins. Les brillants faits d'armes accomplis par ces moines leur valurent l'honneur d'être recrutés à maintes reprises sous les drapeaux du Clan sous couverture totale de leur identité. Aujourd'hui personne à part trois personnes et toi maintenant sont au courant de notre existence. Et je serai très ferme là dessus, tu dois respecter cet état de fait Luna."

Les heures passaient et enfin les deux Thériantrophes arrivaient en bas de la montagne. Daëron raccompagna Luna jusqu'à chez elle. La route se fit en silence lorsque le maître avait terminé son premier cour qui s'était ponctué par un léger récit sur la création des arts martiaux. Il était important de connaître les origine de cet art pour en saisir le sens tout au long de sa vie et ne jamais oublié qui on est.
"Voilà Luna..on est arrivé. Dans un mois, je serai là et tu devras être prête. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans les hauteurs de la montagnes de la victoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voyage dans les hauteurs Népaliennes
» M - Parce que c'est dans l'ombre et la clandestinité que la victoire se prépare... [FINIE]
» [flashback] Campagne contre les brigands des montagnes
» Quand le vent siffle dans les montagnes...
» A l'approche des Montagnes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: MerakTitre :: Arana :: Les Montagnes de la Victoire-