Partagez | 
 

 Elirël Sigrïn, l'histoire du chef de la tribu d'Esmerin [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chef du Clan du Nord, tribu d'Esmerin
avatar
Ennemis : Ceux qui m'empêcheront d'atteindre mon but
Messages : 122

MessageSujet: Elirël Sigrïn, l'histoire du chef de la tribu d'Esmerin [Validé]   Lun 19 Mar - 12:33

Fiche de personnage



© Julin20
Elirël

Sigrïn

"Rusé comme un renard"


Informations principales

.

* Prénom : Elirël
* Nom : Sigrïn
* Age : 27 ans
* Race : Thériantrophe

* Groupe : Clan du Nord
* Rang : Chef de la tribu d'Esmerin
* Métier : Un chef n'a pas besoin de ça, si?


Je pense donc je suis
.


Je fais partie de ces gens du clan qui, malgré tout ce qu'ils peuvent dire, s'entendent bien avec leur animal totem. Je le hais autant que je l'aime, c'est une relation spéciale que nous entretenons et que je ne peux vraiment définir. Je suis lui autant qu'il est moi, il est impossible de nous dissocier, je lui ressemble mentalement autant que physiquement. C'est pour cela que je me décris comme une personne plutôt intelligente, ou du moins rusée. Je n'aime pas me battre et physiquement je ne suis pas apte non plus à faire face à un lion, je ne suis pas insensé donc j'use d'autres méthodes moins conventionnelles pour réussir car je déteste perdre face à quelqu'un, je crois qu'on appelle ça être mauvais joueur... Malgré tout, je me considère comme un stratège, c'est pour cela que j'ai été choisi pour succéder à notre dernier chef, j'ai la stature adéquate. Après tout, je suis très charismatique et aussi charmeur, j'use des mots aussi bien que de mon physique pour conquérir : les femmes, les hommes, toute personne qui semble avoir un minimum d'intérêt, un minimum d'intelligence, assez pour réveiller dans mon regard une lueur de jeu et ainsi devenir ma proie. Une fois que j'ai épuisé toutes les ressources de cette personne (dans tous les sens du terme), je m'amuse à détruire tout ce sentiment de confiance que j'avais réussi à installer avant de l'abandonner car je ne m'arrête pas aux relations à long terme... Ça serait trop ennuyant, bien sûr, je ne suis pas si cruel face aux membres de mon clan, après tout, les gens sont avertis de mon caractère... Spécial. Je pense être quelqu'un qui cherche toujours à avoir ce qu'il ne peut posséder, souvent pour mon plaisir personnel, qu'il soit mental ou charnel. La vie est un jeu et il faut en profiter un maximum, je suis curieux de tout mais je m'ennuie facilement, je me considère faire partie de ces personnes qui cherchent toujours le défi, l'action. C'est pour cela que je suis froid avec tout ceux qui ne présentent aucun intérêt à mes yeux, je peux ainsi devenir sans gêne et manipulateur, je prends un malin plaisir à jouer avec les esprits que je considère faibles, même si je cherche constamment une personne à ma hauteur, ce serait pour moi le meilleur des défis. Je n'ai pas peur d'avouer que je suis plutôt orgueilleux et j'aime mettre les gens plus bas que terre, voir cette lueur dans leurs yeux me rend fou de joie. Je n'aime pas être ignoré, à vrai dire, je déteste ça et c'est pour cela que certains disent de moi que j'ai des comportements plutôt enfantins, un enfant gâté qui veut être admiré de tous... Je les laisse parler, cela ne me dérange pas. La paresse est aussi l'un de mes pires défauts, j'ai beau vouloir de l'action, je ne me bougerais pas si cela ne m'amuse pas. Contrairement à mes frères, je n'ai plus peur de cette malédiction et il m'arrive même de remercier ce don qui m'a rendu ainsi, c'est pour cela que j'ai appris à la combattre et à accepter mon animal totem après de nombreuses années très difficiles. Je voudrais qu'ils soient tous capables de faire de même et je les entraîne durement pour y arriver, en plus de les diriger d'une main de maître, même si je profite un peu de leur côté peureux pour les contrôler plus facilement et faire d'eux tout ce que je veux. J'essaie de donner aux gens l'image d'un homme droit, prêt à tout pour protéger les gens de son clan. Je n'ai peur de rien et je pourrais me mettre en danger juste pour sauver la vie d'un de mes frères tout comme je ne crains pas de me salir moi-même les mains et c'est l'une des raisons pour laquelle la haine envers le clan du Sud n'est pas prête de faiblir, je veux apporter à mon clan la vengeance qu'ils recherchent, la guerre ne m'effraie pas et je pourrais m'allier avec tous ceux qui seront capables de m'aider dans cette quête. Je veux que le clan du Sud soit humilié, je veux le voir se jeter à nos pieds. Je suis un homme avide de pouvoir, tout le monde peut le voir dans mes yeux, je ne le cache pas, c'est pour cela que je ne veux qu'une seule chose ; avoir le contrôle sur tous les Thériantrophes.

Baissez les yeux quand j'arrive
.


Je ne veux pas vous décrire immédiatement à quoi je ressemble sous forme humaine, après tout, celle-ci ne diffère pas tant que ça de mon 'moi' animal. J'ai une morphologie plutôt particulière avec mon museau allongé et les oreilles pointues qui se dressent à chaque bruit suspect. Les gens me regardent étrangement à cause de ma gueule qui me donne l'impression de ricaner constamment, soutenue par mon regard futé qui exprime la malice et la ruse. J'ai un corps plutôt fuselé qui fait que je suis plutôt bas sur pattes mais on me respecte avec ma superbe queue longue et touffue. J'ai une fourrure duveteuse, dense et soyeuse à la couleur de feu sauf au niveau de mon ventre, de ma gorge, de la truffe et même du bout de ma queue qui sont de couleur blanche alors que mes pattes arborent une magnifique couleur noir de jais. Exact, je suis un renard. Si je devais donner quelques chiffres pour être plus précis, je devrais vous dire que je mesure au garrot trente-sept centimètres précisément et en longueur, j'atteins le mètre vingt-et-un pour exactement huit kilogrammes. J'ai beau être un poids plume, je ne suis pas si faible que ça grâce à mes crocs bien aiguisés qui se referment sans hésiter sur ma proie. Mon odorat est mon sens le plus développé mais c'est de l'ouïe que je me sers le plus lors de la chasse. Je pose mes yeux marrons-oranges sur tout ce qui bouge et qui peut attirer ma curiosité et même si ma vue est le sens le moins développé, elle n'est pas si médiocre que ça. Je suis un animal plutôt rapide et grâce à mon agilité, je peux exercer des sauts de plus de deux mètres sans difficulté. En plus de ça, je suis plutôt bon nageur et un grimpeur excellent grâce à mon faible poids, ce qui peut en étonner plus d'un.

Spoiler:
 

Je vous l'ai dit, sous forme humaine, je ressemble trait pour trait à mon animal totem, c'est pour cela que je ne suis pas très grand, contrairement à la plupart de mes congénères. Pour être plus précis, je mesure un mètre soixante-huit pour cinquante-six kilogrammes à peine. J'ai donc un corps plutôt svelte, mince et tout en longueur, mes muscles sont dessinés mais pas trop présents, ce qui n'empêchera pas de me battre si nécessaire, je suis très tenace. Je l'entretiens grâce à la chasse ou même en m'entraînant avec mes frères, je me bats avec force car je veux conserver cette image de chef aux yeux des autres. J'ai une peau couleur miel doré mais je bronze plutôt facilement si je reste longtemps au soleil. Cette couleur s'accorde plutôt bien avec mes yeux orangés qui semblent étinceler à la lumière du soleil et je profite de ce regard particulier pour déstabiliser ceux qui me regardent. J'aime séduire, c'est donc l'un de mes principaux atouts. On peut souvent y voir une lueur de jeu ou parfois d'ennui si mon entourage ne me satisfait pas mais il arrive d'y voir une lueur de détermination, donnant même l'impression d'une personne cruelle lorsqu'on touche à mon clan. Mon visage est à l'instar de mon corps, c'est à dire plutôt fin et selon l'expression que je lui donne, il peut paraître encore marqué par l'adolescence même si j'approche à grands pas de mes trente ans. En son centre trône mon nez dit 'grec', c'est à dire qu'il trace une verticale du front jusqu'à sa pointe mais cela me va plutôt bien. Il est soutenu par mes lèvres fines qui s'étirent souvent en un sourire amusé et moqueur dévoilant ainsi des canines bien marquées, équivalant à mes crocs sous forme animale. Mais je ne veux pas faire peur, une bonne apparence est le meilleur moyen pour que les gens me fassent confiance après tout. De longues mèches couleur de feu encadrent mon visage, une vraie crinière rousse qui me donne un air sauvage car je ne me coiffe jamais, cela ne sert à rien je pense. Je porte généralement des vêtements amples, des pantalons de toile un peu trop grands pour moi, des chemises aux couleurs variées et une espèce de veste en fourrure pour me tenir chaud au besoin. Malgré tout, je préfère être torse nu la plupart du temps car c'est un avantage lorsque je dois prendre ma forme animale mais ce n'est qu'en été que je me le permets, le froid mordant de l'hiver est impitoyable avec les inconscients. J'ai souvent des colliers de cuir et des chaînes de métal, souvent en argent car c'est la chose que je préfère.


Chaque vie apporte son lot de surprise
.


Je vis depuis ma tendre enfance dans les terres glacées de Lathorie, les vents glacés ne me font plus peur et je peux les combattre sans difficulté. Je suis né là-bas et je mourrais sûrement là-bas. Je n'ai encore jamais vu les autres terres ni même les frontières de ma propre contrée et j'ai toujours voulu explorer le monde malgré la peur de l'inconnu qui nous habite tous. Pour l'instant je sais que je ne peux me le permettre car je me dois de tenir le rôle qu'on m'a confié, c'est à dire celui de chef de la tribu d'Esmerin. J'ai de grandes ambitions que je veux accomplir, cela ne rendra le jeu que plus intéressant, beaucoup plus... Amusant. Je veux offrir à mon clan la chance de vivre hors de ses terres gelées sans peur ni crainte, de pouvoir se venger du clan du Sud et pourquoi pas même les avoir à nos pieds, je voudrais tout contrôler mais pour le moment, je me tiens à la place de chef, mais je me vois comme un roi assit sur le trône de Lathor. Je ne me refuse pas de discuter avec les voyageurs et commerçants de passage pour en apprendre plus, je suis très curieux de la vie qui m'entoure, je souhaite en savoir un maximum car c'est le meilleur moyen de contrôler mon peuple, mes frères. Je m'appelle Elirël Sigrïn et je vais vous raconter mon histoire pour vous permettre de comprendre qui je suis, comment je suis devenu ainsi.

Je ne m'en rappelle pas, on me l'a conté, mais il neigeait le jour de ma naissance, mes premiers cris se firent entendre alors que le soleil perçait enfin à travers le ciel grisâtre, comme une lueur d'espoir. Je posais mes grands yeux dorés sur le monde pour la première fois et e n'étais pas prêt de les fermer. Mon père, ma mère, ils étaient si heureux de m'avoir, ils m'ont éduqué de tout leur coeur, m'inculquant les valeurs de notre tribu avec attention. Je devais faire leur fierté et suivre les règles, je voulais à tout prix voir ce sourire sur leurs visages. J'ai ainsi appris cette malédiction qui nous hantait tous et je ne savais pas Qui j'étais, j'étais encore incapable de prendre ma forme animale et cela inquiétait même les plus anciens pourtant mes parents avaient confiance en moi et ils m'encourageaient tout en essayant de ne pas montrer leur hâte de savoir quel animal ne ferait qu'un avec moi. Ma mère renfermait en elle l'âme d'un magnifique oiseau de proie, un faucon aux plumes dorées qui déployait ses ailes avec prestance pour parcourir les cieux. Mon père quant à lui était un animal plus subtil à la fourrure de feu et au regard malin, parcourant les plaines, agile et rapide, pour accompagner sa femme. Tous deux étaient impatients pour savoir à qui je ressemblerais et plus je grandissais mon physique commençait déjà à indiquer le choix de la nature, une petite crinière couleur de feu, des petits crocs déjà bien visibles et des sens aiguisés pour la chasse, ils n'attendaient plus que mon premier changement de forme pour être sûrs de mon animal totem. Les années passèrent et je continuais de grandir sans ressentir cette présence sauvage de mon âme, cette malédiction. Autour de moi, tous mes camarades avaient déjà entamés leur apprentissage et mes parents commençaient à croire que je n'étais qu'un simple humain, échappant ainsi au mauvais sort. Je ne savais pas quoi penser mais je voyais le visage plein de dédain de certains hommes du clan qui pensaient à une tromperie de ma mère, je ne voulais pas y croire, mon père non plus et ma famille commença à vivre en retrait des autres. Je commençais à douter de mes origines et à croire ce que disaient les anciens, je n'étais pas comme eux et cela me rendait si triste de me sentir exclu... Pourtant ils se trompaient tous, ma toute première transformation se déroulait juste plus tardivement alors que j'atteignais ma huitième année, mon corps laissa place à un tout jeune renardeau en plein repas du soir, surprenant tout le monde et moi le premier. Mon père était fou de joie, j'étais bien son fils, il ne fallait pas croire les mauvaises langues, cette petite forme pas offensive pour deux sous le prouvait et c'est donc lui qui se chargea de mon apprentissage. Je n'étais pas aussi ravi que mon père, je craignais plus que tout mes transformations car j'avais peur de rester coincé dans ce corps animal, cela faisait parti des légendes des anciens pour effrayer les enfants qui refusaient de suivre l'enseignement de leurs parents mais moi j'étais terrifié.


Il me fallut exactement sept années pour réussir à contrôler le renard qui sommeillait en moi et mon père faisait tout pour me rendre plus proche de mon animal qu'il trouvait merveilleux malgré la tristesse de cette malédiction qui pesait sur nous. Mon entraînement pour apprendre à contrôler mon animal totem s'était surtout concentré sur la méditation, je devais apprendre à faire un avec ma partie sauvage pour pouvoir la contrôler et ainsi changer de forme sans difficulté. De nombreuses fois je perdis le contrôle mais ma soif de connaissance poussa mon esprit au delà de mes limites et je réussis à faire face à mon animal, à prendre le dessus sur lui pour le dominer bien plus rapidement que tous les autres. Les anciens pouvaient continuer de parler, je les ignorais, tout ce que je demandais c'était de faire la fierté de ma famille et pour le moment, j'étais sur la bonne route. En plus de cela, j'avais choisi la même voie que mon père et je le suivais souvent lors des chasses, démontrant l'agilité de mon esprit pour créer des stratégies de plus en plus payantes, il le fallait bien lors des grands froids qui frappaient la cité, réduisant considérablement les proies possibles. J'aidais mon père au mieux pour ramener de quoi nourrir la tribu tandis que ma mère se chargeait des jeunes enfants, aidant certains à contrôler leur animal totem car peu de personnes avaient la chance d'accueillir en eux l'âme d'un oiseau. Nous vivions dans une grande famille dirigée par un seul homme que j'admirais énormément, Amändir, le chef de la tribu d'Esmerin. Je le voyais fréquemment car mon père le secondait dans les décisions importantes, je l'accompagnais certains jours, faisant part de mes propres idées que le chef trouvait souvent intéressantes. Il le disait à ma famille, je n'étais pas un enfant comme les autres et j'avais du potentiel, il voulait faire de moi son apprenti et cela ravit mon père au plus haut point, son fils prenait la même route que lui, un niveau au dessus. Amändir proclama donc à tout le monde que j'étais devenu son disciple et les rumeurs à mon sujet se turent dans les jours qui suivirent, j'étais fou de joie de pouvoir accéder à un rang si élevé, je le savais, je prendrai un jour la place du chef pour assurer la sécurité de notre tribu. Je le suivais partout où il allait pour l'aider et apprendre, il m'enseigna ainsi qu'un bon chef se devait de connaître un maximum de personnes et leurs capacités car c'était le meilleur moyen d'élaborer les stratégies. J'étais toujours ébloui par sa manière de réfléchir, il était un des rares à comprendre qu'il ne fallait pas tant rejeter l'animal en nous mais au contraire en profiter. Peut être pas autant que le clan du Sud qui lui vouait un véritable culte mais le dominer et l'exploiter pour le combat pouvait nous donner un grand avantage, je décidais de suivre cette méthode que je pensais juste, mettant au point des entraînement spécifiques à chaque animal. Les années passaient et j'étais de plus en plus respecté parmi les miens, les anciens ne parlaient plus de moi comme d'un Thériantrophe raté, bien au contraire et je profitais de la vie au maximum.


Je ne pensais pas que mon destin se précipiterait aussi rapidement alors que je passais le cap de mes dix-huit ans avec brio. la tribu avait pour coutume d'organiser une grande chasse pour fêter ce passage à l'âge adulte et tous les jeunes gens du même âge que moi prirent leur forme animale pour sortir de la capitale, Lathor. Heureusement que ma fourrure rousse me protégeait bien car le vent soufflait fort et il neigeait abondamment, le temps n'était pas clément pour cette journée spéciale et Amändir sous sa forme sous sa forme de loup arctique nous demanda de faire attention, il fallait bien rester groupé. Nos parents restèrent dans la cité ce jour là car nous, la nouvelle génération, devions faire nos preuves seuls. Seul mon père était là de part son rôle de second et surveillait le groupe avec attention, ramenant les plus fragiles au devant. C'était tout une troupe d'animaux qui marchait dans la neige, certains pouvant supporter facilement le froid tandis que d'autres tremblotaient. Ceux là me faisaient pitié, si cela ne tenait qu'à moi, je les aurais abandonné dans ce désert de glace mais notre chef m'expliqua que toutes ses personnes étaient comme ma famille et que je me devais de les protéger. Je ne devais pas avoir pitié d'eux mais leur apprendre à faire face, c'était plutôt des voyageurs de passage qu'il fallait se méfier. Je comprenais la pensée de celui qui était comme mon second père alors que nous continuions à avancer dans le froid mordant. J'avais décidé d'aider une jeune fille de mon âge qui avait encore du mal à contrôler sa forme animale et qui craignait les basses températures, je transportais donc une petite hermine à la fourrure blanche qui ne pouvait pas marcher dans la neige sans s'enfoncer, me sentant un peu ridicule de part ma condition de renard. Mais au moins, mon père et Amändir étaient fiers de moi et c'était le principal, tous les autres prirent exemple sur moi et aidèrent ceux qui avaient le plus de difficultés, cette chasse nous apprenait à faire confiance à son voisin et à s'entraider au mieux. Notre chef me donna les commandes du groupe quand nous nous arrêtâmes dans une grande plaine protégée des vents grâce aux montagnes, c'était ici que nous allions chasser. Des jappements et grognements pour donner mes ordres, il me tardait de prouver à tous que j'étais digne d'être le disciple de notre chef. J'avais déjà repéré des proies, attiré par leurs petits bruits. Mon père et Amändir nous surveilleraient depuis les hauteurs alors que je commençais à avancer, couché au sol, pour attraper ces tous jeunes lapins qui ne semblaient pas avoir remarqué notre groupe. Ma fourrure rousse ne me permettait pas d'être le plus discret dans la neige alors je laissais faire les plus discrets, veillant au moindre geste, je ne voulais pas qu'ils me désobéissent car nous n'aurions qu'une seule chance. C'est la petite hermine blanche qui jaillit en premier, comme prévu, et elle se jeta sur un lapereau pour lui briser la nuque. C'était le signe, tous les lapins prirent la fuite dans toutes les directions, cela se jouait à qui courrait le plus vite. Je pouvais enfin jouer et je bondis hors de ma cachette pour entamer une course après une grosse proie qui zigzaguait devant moi, je ne regardais pas vraiment où j'allais car j'étais concentré sur l'animal devant, je réussi à l'attraper, le blessant gravement sans lui donner la mort. Soudain j'entendis le hurlement d'Amändir, je m'arrêtais net. Danger... Le sol commença à bouger sous mes pattes, quelque chose de très gros se dirigeait dans notre direction. Je laissais le lapin à son sort pour faire demi-tour, courant pour avertir les autres, mon odorat ne me trompait pas, j'étais suivi de prêt par un gros groupe de rennes. Ils n'étaient pas dangereux en eux même mais nous n'étions pas tous prêts à la chasse et ce n'était pas la première fois qu'un de nos frères se faisait piétiner par ce genre de bêtes sans aucune intelligence. J'allais le plus vite possible à travers la neige, poussant un glapissement glauque pour avertir du danger, c'était la panade, il fallait quitter la pleine au plus vite. J'aidais les plus faibles de notre bande à grimper la côte enneigée alors qu'Amändir les réceptionnait pour les mettre à l'abri, mon père était descendu à mes côtés pour me porter de l'aide et ainsi aller plus vite. Je tenais une nouvelle fois dans ma gueule la jeune hermine qui semblait soulagée de ma présence et alors que je la passais doucement à notre chef, je me sentis glisser. Dans cette grande côte recouverte de neige, impossible de se raccrocher quelque part et je roulais sur moi-même jusqu'à toucher violemment le sol, à demi-conscient. Je ne me rappelle plus vraiment de ce qui s'était passé mais au moment où je repris totalement mes esprits, j'étais revenu à l'abri entre les murs de Lathor. Ma mère pleurait à mes côtés, Amändir avait une main posée sur son épaule, je n'entendis qu'une chose alors que mon coeur se serrait, les larmes brouillant ma vue.

"Elirël, je veux que tu sois mon second."


La vie avait repris son court après des semaines de peine, je m'étais vite ressaisit pour faire face à mes nouvelles responsabilités et soutenir Amändir car il comptait sur moi. Je devais avant tout le seconder car c'était mon nouveau rôle, il me faisait confiance et je ne pouvais pas le décevoir. Mon apprentissage ne cessait pas, bien au contraire, il profitait du fait que je sois à ses côtés pour le préciser. Je continuais de lui apporter mes idées et cela le ravissait mais j'avais remarqué que quelque chose n'allait pas. Notre chef n'était pas si âgé que ça, touchant seulement la quarantaine d'année mais il semblait s'affaiblir de jours en jours, je ne savais pas quoi faire pour l'aider. Nous avions fait appel à notre chaman et la seule chose qu'il nous avoua était que celui qui nous guidait était condamné par la maladie. Il avait donné pour ordre de ne plus l'approcher car cela semblait contagieux mais je continuais de lui tenir compagnie. Peut être que c'est ce geste qui fit de nouveau naître les rumeurs car je passais mes journées à ses côtés sans montrer aucun signe de maladie, j'étais comme immunisé. Les anciens semblaient toujours m'avoir à dos car ils commencèrent à dire que toutes les catastrophes autour de la hiérarchie venaient par ma faute, je ne pouvais pas dire le contraire, je n'avais aucune preuve à leur fournir. J'avais beau être le protégé d'Amändir, j'étais jeune et mes paroles ne faisaient pas le poids face à celles de nos soi-disant sages. Je me contentais de les ignorer, je voulais prouver à tous que j'avais les épaules pour les protéger, ils n'avaient que moi pour reprendre ce rôle. Notre chef tant aimé décéda un soir de pleine lune et je fus le seul à entendre ses dernières paroles, à voir son dernier sourire. Je m'en souviens encore comme si c'était hier, je lui tenais la main pour l'accompagner dans la mort, une larme roula sur ma joue quand je compris qu'il me considérait comme son propre fils qu'il n'avait jamais pu avoir et qu'il était heureux de savoir que je pouvais prendre la relève. Je voulais venger sa mort car c'était en quelque sorte à cause de ses conditions impossibles qu'il n'avait pas survécu, même si nous vivions là depuis des années, il nous fallait du soleil, de la chaleur et non ce froid glacial et ces conditions de vie dangereuses. Je voulais offrir à ma tribu la chance d'avoir de meilleures conditions... Mon père m'avait souvent parlé du clan du Sud, leurs terres étaient vraiment adéquates pour la vie, un climat chaud et humide parfait pour les animaux. Je savais que si je le voulais, je pouvais les faire plier, il suffisait de faire preuve de volonté, c'était devenu mon but, je pourrai m'allier avec n'importe qui pour réussir cela. Moi, Elirël Sigrïn, chef de la tribu d'Esmerin, je le promets à tous mes frères.


Derrière l'écran
.


*Code: Validé par Xanth Tar'Ashaman
*Comment as-tu trouvé le forum?: Le bouche à oreille fonctionne bien! ^^
*As-tu des commentaires?: J'aime beaucoup le contexte, l'histoire, tout ça tout ça! C'est vraiment un univers intéressant.



Dernière édition par Elirël Sigrïn le Sam 12 Mai - 10:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Grand Maître
avatar
Messages : 101

MessageSujet: Re: Elirël Sigrïn, l'histoire du chef de la tribu d'Esmerin [Validé]   Mar 20 Mar - 11:53

Bonjour et bienvenu parmis nous! Pour commencer, il s'agit là d'une bien belle fiche bien remplie. Par contre, même si nous ne demandons pas la perfection, j'aimerais que tu te révise et que tu corriges certaines erreurs comme « [...] il fallait quitter la pleine "plaine" au plus vite.» ou encore «[...] et Amändir sous sa forme sous sa forme de loup arctique [...]». C'est le genre d'erreurs d'inattention qui sont fatales pour un RP. Sinon j'aime bien, tout est bien orchestré et bien détaillé, sache toutefois que de posséder un poste de chef de tribu ne sera pas chose facile et que la région de la Lathorie est une zone de dangers et de mystère. Alors prend garde à toi; la trentaine ça reste jeune pour avoir de si grandes responsabilités. Quoiqu'il en soit, j'attends une confirmation que tu as bien révisé ta fiche avant de la valider!


Dernière édition par Xanth Tar'Ashaman le Mar 20 Mar - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du Nord, tribu d'Esmerin
avatar
Ennemis : Ceux qui m'empêcheront d'atteindre mon but
Messages : 122

MessageSujet: Re: Elirël Sigrïn, l'histoire du chef de la tribu d'Esmerin [Validé]   Mar 20 Mar - 15:40

Merci beaucoup ^^

Je me suis relu et j'ai corrigé les fautes que j'ai pu voir (heureusement d'ailleurs c'est pas du joli U_U)

Pour la trentaine d'années, c'est volontaire car comme expliqué dans l'histoire, il n'aurait pas dû avoir ce poste avant plusieurs autres longues années mais veut prouver aux membres de la tribu qu'il peut le faire, tout est une question de volonté après tout ^^

Voilà voilà, j'espère que tout est bon et que le poste sera accepté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Grand Maître
avatar
Messages : 101

MessageSujet: Re: Elirël Sigrïn, l'histoire du chef de la tribu d'Esmerin [Validé]   Mar 20 Mar - 15:59

Bon c'est très bien, je ne vois donc aucune raison de ne pas te valider. N'oublies pas que les admin (nous) sommes toujours là pour aider ou répondre à tes questions! Bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Elirël Sigrïn, l'histoire du chef de la tribu d'Esmerin [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elirël Sigrïn, l'histoire du chef de la tribu d'Esmerin [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gordan le fourbe, chef de la tribu de Manustr
» Yakari Fils du chef et cavalier de Cheyenne
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: L'Antre du joueurTitre :: Sanctuaire des Joueurs :: Fiches de présentation :: Fiches Validées-