Partagez | 
 

 Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier d'Ekalesias
avatar
Messages : 38

MessageSujet: Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE   Mar 16 Oct - 19:58

Irina d' H élios




● Nom & prénom:
Irina d'Hélios

● Sexe:
Féminin

● Age:
18 ans

● Race:
Thériantrope

● Groupe:
Principautés humaines

● Rang:
Chevalier de la Guilde des Cinq

● Métier:
Chevalier / Mercenaire


I. Physique


D’un point de vu global, Irina n’est pas ce qui existe de mieux dans le style imposant. Effectivement elle est loin d’être une montagne de muscles bodybuildés qu’on n’oserait pas défier une seule seconde si tant soit peu que l’on possède une once de jugeote.
D’une stature moyenne, svelte, quelques formes généreuses et aguicheuses, une longue chevelure d’ébène irisée de reflets d’un bleu aussi profond que le cœur de la nuit, Irina est loin d’être l’image stéréotypée de ce qu’elle devrait représenté. Que me diriez-vous si je vous avouais que cette ravissante jeune femme n’est autre qu’un puissant chevalier membre de la Guilde des Cinq ? Vous me ririez au nez n’est ce pas ? Cependant gare à vous, même si l’apparence ne laisse rien paraître sous cette peau blanche et fine roule une musculature entraînée durant des années durant sans le moindre répis et pouvant décupler une force phénoménale quand elle prend le soin de vous donner une bonne raclée. Ajouter à cela une agilité hors pair, son âme animale lui prodiguant des mouvements fluides telle la danse gracieuse d’une loutre dans les remous agités de la rivière doublée d’une facilité peu commune à se mouvoir.
Quand je vous dis qu’il faut vous méfiez des apparences ce n’est pas pour rien…!
Un regard particulier, perçant, juste, parfois sauvage, d’un intense vert émeraude. S’en suit un nez aquilin surplombant une bouche aux lèvres fines souvent bercé d’un sourire amusé. Un visage au traits se perdant entre la dureté d’une vie d’adulte et la rondeur de l’innocence d’un enfant, délaissant tout juste une adolescence à peine flétrit.

D’un coté vestimentaire, Irina a depuis longtemps troqué ses robes de princesse contre un attirail beaucoup plus.. masculin. Effectivement à être habituer à s’entraîner comme tout bon soldat elle eut vite fait de se sentir plus à l’aise dans un pantalon de toile simple que dans les froufrous d’une robe de soie. Même si l’armure ne lui sied pas autant qu’une belle tenue princière c’est ainsi qu’Irina est, et cela n’est pas près de changer. La féminité de la cour n’est plus qu’un vague rêve enfantin, être chevalier demande des sacrifices et le tout premier quand il s’agit d’une femme est bien d’oublier ce que l’on est pour mieux revêtir l’honneur du code.





II. Caractère



De nature assez enjouée Erine a toujours eu cet esprit de battante. Ayant toujours connu un certain esprit de compétition envers ses coéquipiers d’entrainement, elle ne s’est jamais laissée abattre et s’est toujours forcée à donner le meilleur d’elle-même malgré les simagrées à répétition qu’on lui lançait car elle était une fille et non un garçon. Toutes ses piques verbales ne l’endurcirent que plus encore et renforcèrent son envie de leur montrer qu’ils avaient tous tords de la sous-estimer.
Il fut vrai que ses débuts furent loin d’être facile, mais c’est avec bravoure qu’au file des années elle trouva sa place dans ce monde qui n’était pas fait pour être le sien.
De plus de forgé son corps, elle aiguisa son esprit sous le joug d’un vieux tuteur aux oreilles étrangement pointu. Altruiste, Irina est une personne très facilement aimée proposant toujours son aide, dans la mesure du possible, à quiconque la réclame. D’ailleurs cette attitude ne lui fut que bénéfique pour le respect du code d’honneur de tout Chevalier qui se respecte.
Mais derrière tous ses airs chevaleresques comme si elle était capable de porter une partie du monde sur ses épaules Irina reste une femme. Sous cette carapace se cache une âme sensible en quête de tendresse dont elle a été si souvent privée. Et au plus profond d’elle-même, là où même sa propre conscience n’a cure, se cache tapis dans l’ombre de son ignorance une nature bien plus profonde, plus brut, plus sauvage presque animale prête à bondir à tout instant…





III. Histoire




An 669,
Sud est d’Ekalesias, petit village côtier.


Lorsque les étoiles de feu annoncèrent le début de l’été sur Merak et que les trois lunes sacrées furent au plus haut du firmament qu’un petit être de chair poussa son premier cri de vie. Modeste fille d’un couple de pêcheur vivant dans un petit village tranquille elle était vouée à un destin tout tracé. Elle grandirait, s’épanouirait sous les rayons bienfaiteurs des deux astres, et tout comme ses parents, un jour chasserait le poisson pour sa assurer sa propre survie. Futur prospère et sans embûche notoire. Cependant l’avenir avait un tout autre projet pour cette nouvelle âme venue en ces terres hostiles. Parfois les évènements agissaient en sorte que cet enfant fut projeté dans un dessein bien plus grand que de cette fade destinée.

C’est peut être bien pour cela que moins de quelques mois après ce hurlement déchirant qu’est celui d’un nouveau né s’offrant à la vie, que le paisible village fut sauvagement attaqué par un groupe de pirates barbares et sanguinaires - oui on aime les clichés ! – mettant à feu et à sac tout sur leur terrible passage. Brisant les villageois d’un revers tranchant de la lame mortelle de leurs sabres sanglants, pillant chaque demeure, s’appropriant de force des femmes hurlant le désespoir. Ils avancèrent de maison en maison jusqu’à atteindre celle où se trouvait, blottit dans un amas de couverture, pleurant à chaudes larmes toute l’incompréhension du chaos qui régnait d’une main de maître sur le pauvre village, le petit être depuis si peu de temps parmi les vivants et pourtant sur le point de si vite repartir rejoindre les âmes perdues sur le grand registre des morts anonymes.
C’est alors que sortit de nulle part un escadron de sept chevaliers se mêla au combat défendant de leur mieux la vie des pauvres innocents. Le groupe d’élite était mené par le célèbre Gregorist d’Hélios. Ce furent à eux sept seulement qu’ils firent fuir les cruels attaquants jusqu’à leur maudit navire. Mais le mal était fait et du village ne restait plus qu’à présent que des éclopés, des femmes brisées, et… cette petite fille dont le duc venait de sauver la mise.
Pour des raisons qu’Irina apprit bien plus tard, le noble chevalier la ramena jusqu’en Meniev dans l’immense demeure que le Roi lui avait fait cadeau des années de cela au par avant.
C’est ainsi que la jeune fille au lieu d’apprendre à tisser et lancer les filets se vit inculquer des leçons très, mais très, différentes de cela.



An 676
Manoir du Duc d’Hélios dans la contrée de Meniev.


Sept ans c’était déjà écoulé depuis l’affreux incident sur les côtes d’Ekalesias. La petite Irina avait bien grandit depuis ce jour, et telle une fleur à la lueur bienfaitrice des soleils de Merak elle s’épanouissait d’une bien drôle de façon cependant. Son éducation ne ressemblait en rien à tout ce que l’on pouvait apprendre aux petites filles de la haute société. Point de broderie, point de chant. Rien de tout cela.
Depuis presque quatre ans déjà, Irina était sous la tutelle d’un précepteur aussi vieux que l’ère de la deuxième dynastie où le Saint Père Urtiriel Tag’albanon commençait à voir son déclin. Son maître était en faite un Haut Elfe ami de longue date de la famille de son père. Sage et érudit il inculquait la culture du monde à travers les âges, l’Histoire celle qui s’écrit avec un grand H, la lecture et l’écriture. Stricte et sévère, Imiriël était toutefois juste et pourvu d’une patience rodée à toute épreuve.
Depuis à peu près un an de cela, elle avait également entamé son entraînement en tant que futur écuyer de la jeune garde de Meniev.
Cette partie de son enfance fut loin d’être douce et tranquille. Irina dut se battre contre sa propre nature et affronter les railleries perpétuelles de ses camardes d’entraînement lui reprochant d’être une fille donc par conséquent faible et inutile. Cependant, Irina s’en fit une force car elle fut traitée de la même façon que les autres qu’elle soit fille ou pas. S’armant de courage, c'est la tête haute qu’elle relevait chaque défi de la vie à la plus grande fierté de son père.
Cependant ce fut aussi à cet âge que ses rêves prirent plus d’ampleur. Plus de force, vibrant d’une vérité cachée à porter de doigts. La petite fille prit alors la décision de consigner ces songes dans un manuscrit qui au file des années furent le recueille des ses pensées les plus intimes, berceau secret de sa féminité.


Citation :
« 8 octobre de l’an 677,
Hier encore j’ai fait ce drôle de rêve. Toujours le même. Comme à chaque fois j’ai l’impression d’être dans le corps de quelqu’un d’autre. Je suis quelqu’un d’autre mais je sais que ce n’est pas moi, c’est vraiment bizarre non ? Il y a de l’eau qui m’entour. Je vois sous l’eau sans que ça me pique les yeux comme quand je vais me baigner dans le lac derrière la maison. Et surtout je reste longtemps sans respirer. Je ne suis même pas morte alors qu’Imiriël m’a pourtant expliqué que c’était impossible pour un humain de faire ça! Fantastique non ?! Mais ce n’est qu’un rêve n’est ce pas… pourtant ça à l’air si vrai Je n’ose pas en parler à Père. Que dirait-il ? Qu’il faut que j’arrête ces enfantillages surement. Je ne dois plus y penser… »


Citation :
« 14 Décembre de l’an 677,
Cela fait presque un cycle des lunes que je n’ai plus fait mes rêves étranges. Je suis contente. Au repas de midi j’ai enfin osé demander à Père ce que je désirais pour mon prochain anniversaire. Quand je lui ai dis que je voulais une maman il a sourit et m’a répondu que parfois même en priant très fort nos souhaits n’étaient pas toujours exaucés, mais qu’il verrait ce qu’il pourrait y faire. Je n’ai pas tout compris mais je suis quand même très impatiente ! »

Citation :
« Eté de l’an 678,
J’ai neuf ans, je suis une grande fille à présent. Je suis si excitée !
Père revient aujourd’hui de la capitale. J’ai prié tout les jours, matin et soir, depuis notre conversation à table.
Peut être que je vais enfin voir ma maman !! »

Citation :
« 10 Juillet de l’an 679,
Les étoiles tombant du ciel ont déjà chassé le printemps. Je ne pris plus sa venue depuis plusieurs mois déjà mais je n’ai toujours pas perdu espoir. Imiriël m’a mené au lac pour m’apprendre la faune et la flore. Il dit que c’est plus intéressant de voir par sa moi-même car on mémorise mieux. J'ai cru voir une bête dans l'eau qui me regardait.»

Citation :
« 11 Juillet de l’an 679,
Je suis retournée au lac voir si l’animal que j’avais vu hier était encore là.
J’ai attendu des heures mais il n’est jamais revenu. »

Citation :
« 10 Septembre de l’an 680,
Je le DETESTE ! Garett est un abruti ! Il s’est encore moqué de moi et m’a humilié devant tous nos frères d’arme.
Pourquoi dit-il des choses si méchantes sur moi ?
Qu’est ce que j’ai bien pu lui faire ?!
C’est un pauvre idiot sans cervelle voilà tout ! »

Citation :
« 23 Février de l’an 681,
Cela fait presque un an que l'animal du lac vient me voir. Imiriël m'a dit que ça s'appellait une loutre !
Aujourd’hui j’ai même presque réussit à la caresser mais quand mes doigts l’ont effleurée elle s’est enfuie.
Dommage, je réessaierais demain. »

Citation :
« 23 Mars de l’an 681,
L’une des trois lunes est particulièrement violette cette année.
Ce matin un homme est venu se présenter à mon Père. Je crois que c’est le plus bel homme que je n’ai jamais vu.
D’après ce que j’ai compris il s’appellerait Anton Seithvelj et viendrait des terres de l’ouest.
Je ne sais pas trop comment l’expliquer mais je crois que je suis amoureuse. Cela n'a pas de sens un Chevalier ne doit pas s'encombrer de tel sentiment.»

Citation :
« 4 Mai de l’an 683,
Je n’ai plus écrit depuis si longtemps déjà. Le temps a suivit son cours mais peu de choses ont vraiment changé. Père est toujours aussi absent qu’avant, Imiriël se borne toujours à vouloir faire de mon esprit une arme aussi redoutable que mon épée, Garett est toujours aussi arrogant et n’en loupe pas une pour pouvoir me ridiculiser devant tous nos camardes. Je crois qu’il est jaloux d’Anton car il est vraiment désagréable avec moi que quand l'étalon de l'Ouest est au manoir. J’ai reçu un corbeau messager venant de mon Père me disant qu’il serait de retour dès demain. Il a même précisé qu’il avait des choses importantes à me dire, je suis vraiment curieuse. Qu’est ce que cela peut-il bien être ?! »

Citation :
« 5 Mai de l’an 683,
Je ne suis pas la fille de mon Père. Je ne suis même pas de souche Menievienne. Pour dire vrai, je ne suis pas surprise.
Mes premiers doutes sont venus quand Père refusait systématiquement de me parler de ma Mère, mais à l’époque je refusais de m’avouer l’évidence.
Le mensonge donne parfois l’impression de faire moins mal.
Je ne suis pas en colère cependant, Gregorist a toujours était bon et généreux envers moi. »

Citation :
« 24 Aout de l’an 683,
La loutre ne me craint plus. Elle s’appelle même Jehil, elle me l’a dit dans mes rêves.
Les garçons de mon groupe d’entraînement m’on surnommé depuis : la loutre du sud.
J’ai beaucoup aimé. »

Citation :
« 17 Décembre de l’an 683,
J’ai fait un cauchemar horrible. Des monstres terrifiants grognaient et leurs crocs me lacéraient la jambe avec violence. J’ai même sentit le sang chaud et visqueux ruisselait sur ma cuisse et mon mollet. Ce sont les aboiements des chiens qui m’ont réveillé. Je suis allée voir ce qui les rendaient aussi fou et je les ai découvert entrain d’attaquer ma loutre. Quand j’ai réussi à les faire partir il était déjà trop tard – l’encre semble s’être étalée suite à ce qui semble être la trace d’une larme-. Jehil était grièvement blessée, j’ai du lui oter moi-même la vie afin de lui abréger ses souffrances. »


Citation :
« 15 Juin de l’an 684,
J’ai fait mon premier long voyage. Nous sommes allés jusqu’à Mordun. Pour la première fois j’ai foullé la terre de ma contré natale. Père dit que mon destin est lié à la famille royale d’Ekalisias mais que l’heure n’est pas encore venue. Adreas m’a raconté que la Reine Taränisaii était d’une beauté sans pareil à en faire pâlir de jalousie les deux soleils. Je me demande bien à quoi elle ressemble ! »

Citation :
« 2 Juillet de l’an 684,
Mon séjour à la cours a été très instructif et assez impressionnant je dois l’admettre.
On rentre enfin à la maison.

Jehil me manque. »

Citation :
« 18 Octobre de l’an 685,
Cet après midi à l’entrainement j’ai vu un homme traversé la cours. Il était vraiment étrange ses cheveux étaient aussi blanc que neige et sa peau si foncée semblait avoir subit les rayons puissant des soleils d’Arana. Plus étrange encore ceux sont ses motifs noirs qui lui couvrent le visage. Je ne l’ai plus revu depuis. Qui pouvait-il bien être ?»

Citation :
« 2 Novembre de l’an 685,
Garett était furieux aujourd’hui. Et pour cause je lui ai mis une de ses dérouillées ! Je me sens comme... libérée ! Ça lui apprendra à répéter sans cesse que les femmes ne devraient pas porter l’épée et que jamais je n’aurais l’ombre d’une chance der gagner un combat contre lui. »

Citation :
« 1er Janvier de l’an 686,
Encore ce rêve qui me transcende. Une petite voix dans le fond de ma tête me chuchote que Jehil est tout près. Je nage dans le lac. Fluide, gracieuse. Je cherche ma loutre autour de moi mais ne la trouve pas. Pourtant quelque chose me dit que je ne suis pas loin. »

Citation :
« 18 Avril de l’an 686,
Je pars. Quatre mois que mon Père et ses chevaliers sont partis. Je ne sais pas où je vais, ni ce que je vais trouver mais rien ni personne ne pourra m’empêcher car moi Irina d’Hélios, jure sur l’honneur qui m’est propre de retrouver mon Père. »


Ce fut les derniers mots qui furent inscris dans le petit manuscrit. Il ne fut plus jamais réouvert et fut perdu dans l’oublie de sa cachette de la chambre d’Irina. Quant à ce qui se passa par la suite le destin voulut que la jeune femme, poussé par son courage suivit les traces de son Père. On raconte qu’elle remonta seule jusque dans les tréfonds Nord du Berill. Ce fut dans les plaines du royaume qu’elle finit par retrouver Gregorist partit chasser une créature monstrueuse qui terrorisait de nombreux village des environs. La traque avait duré des mois durant jusqu’à ce que le Ravkal fut prit au piège dans les ténèbres d’une grotte. Quelle coïncidence ce ne fut pas quand Irina arriva au moment fatidique du combat. Des quatre Chevalier ne dit-on pas que ce fut elle qui porta le coup fatidique à la bête. De ses écailles elle en décora une broche qu’elle porte durant les grandes occasions.
Son père, duc d’Helios, se décida alors enfin à reconnaitre que sa fille était fin prête. Ainsi raconte t-on que ce fut grâce à cette exploit qu’elle fut envoyée près de la Reine d’Ekasias pour se faire adouber par sa Majesté en personne.
Elle ne remit d’ailleurs plus jamais un seul pied dans la maison qui fut sienne depuis si longtemps au royaume de Meniev pour se consacrer pleinement à sa nouvelle fonction de Chevalier auprès de sa Reine depuis quelques mois déjà. Ce que beaucoup ignore encore aujourd’hui c’est qu’Irina d’Hélios n’est pas qu’un simple chevalier mais fait également partie de la Guilde des Cinq qui depuis peu gagne en réputation dans l’ensemble du Kandor...



IV. HRP


Code: Validé par Wolfgang.

Comment as tu trouvé le forum?
Si je ne l'avais pas adoré je ne me serais surement pas inscrite Wink
L'histoire est assez complexe à intégrer cependant Razz

Commentaires? Pas vraiment :O

Parrain où Marraine?
Oui ça m'aiderait pas mal pour mon intégration dans l'Histoire actuelle du Forum ainsi que deux trois petites broutilles Very Happy



Dernière édition par Irina d'Hélios le Jeu 18 Oct - 8:12, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du sud
avatar
Messages : 1143

MessageSujet: Re: Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE   Mar 16 Oct - 21:27

Bienvenue à toi!!

Préviens-nous lorsque ta fiche est terminée, et bon courage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merak.forum-canada.com
Chevalier d'Ekalesias
avatar
Messages : 38

MessageSujet: Re: Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE   Mer 17 Oct - 9:50

Mh je pense que je peux dire avoir terminé... Est ce que ça va être bon, ça c'est une autre histoire !
Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE   Mer 17 Oct - 10:18

Bien, bien... Une nouvelle fois bienvenue à toi.

Je t'ai notifié sur la CB ce qui pour moi n'allait pas vraiment mise à part ça j'ai bien aimé ta fiche ! Je laisserais aux soins d'un des Administrateurs de donner un verdict. Pour ce qui est du Parrain ou de la Marraine, je suis preneur et disponible si jamais ça t'intéresse bien entendu. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier d'Ekalesias
avatar
Messages : 38

MessageSujet: Re: Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE   Jeu 18 Oct - 8:14

Mh j'ai fait un grosse relecture et j'espère avoir traqué un bon nombre de fautes !

J'accepte avec grand plaisir que Wolfgang soit mon parrain si l'autorité suprême régissant le forum accepte Very Happy

En espérant être dans les normes à présent!

A très vite ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine du "Silence"
avatar
Ennemis : Tous les autres
Messages : 453

MessageSujet: Re: Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE   Jeu 18 Oct - 8:27

Validée ! ^^ Pense à ton parchemin d'identité et ton carnet de voyages ! bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE   

Revenir en haut Aller en bas
 

Irina d'Hélios [Fiche Terminée]VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Signaler une fiche terminée
» Némélios / Pyroar
» Matabei ASASUISEI - Shodaime Kazekage || Fiche terminée
» Fiche terminée ? Faites le nous savoir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: L'Antre du joueurTitre :: Sanctuaire des Joueurs :: Fiches de présentation :: Fiches Validées-