Partagez | 
 

 Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Sam 17 Nov - 12:53

[Hrp : Je peux modifier à ta guise cette introduction, je suis désolé, mais comme je te l'ai dit sur la Cb j'ai toujours un peu mal avec les ouvertures.]

Un nouveau jour se levait sur Kandor et qui dit nouvelle journée, dit nouveau programme pour l'Organisation de la Main d'Ah qui tuait le temps en récoltant diverses informations pouvant s'avérer être utile. Aujourd'hui, Klaus lui-même faisait le déplacement accompagné de son plus fidèle proche, Aenys. Pour une fois il faisait presque beau, malgré cette période de froid qui approchait à toujours un peu plus au fur et à mesure que les mois s'écoulaient sur Merak, quelques rayons des soleils traversaient de temps à autre les épais nuages gris qui progressaient lentement vers la ville. Il fallut plusieurs jours de marche pour que les deux hommes arrivent à voir se dessiner l'ombre de la forteresse. Un petit sourire de satisfaction se dessina sur le visage du Maître qui jeta un rapide coup d'oeil en coin à son compagnon qui comme à son habitude lui suivait sans dire un mot, il aurait pu faire ce voyage seul qu'il n'aurait pas vue la différence, mais passons. Comme dit un peu plus haut, les deux hommes étaient présents en quête d'information, malheureusement pour Klaus qui aurait préféré se divertir avec un petit contrat, bien entendu de temps en temps, un petit meurtre par-ci par là ne faisait de mal à personne ou presque. Mais Aenys et lui était les seuls apte à revenir vivant de cette ville grouillant de garde, d'après les dires Archenior possède la meilleure armée et la plus écrasante des Principautés détail qui n'est pas négligeable pour des missions visant cette capitale.

Actuellement, ils se tenaient dans les campagnes de Fejuar. D'ici la vue des immenses et imposantes constructions de la ville étaient imprenables, il ne restait plus qu'à savoir ou se rendre pour récolter des informations importantes sur la Principauté et pourquoi pas la tête couronnée. Au loin on pouvait apercevoir un petit amas de poussières se soulever, rapidement Klaus marqua un arrêt tentent d'observer ce qui approchait. Alors que le vent commençait à souffler légèrement d'une douce brise rafraichissante, le Thériantrophe se pencha près du sol afin d'en savoir un peu plus tandis que plus naturellement Aenys sortit une petite lunette de l'intérieur de sa veste pour être peut-être un peu plus précis que son confrère.


« Ils sont plusieurs, dont des gardes lourdement armée. » Se relevant doucement il tourna la tête vers son ami avant de reprendre lentement : « Un convois très certainement, je pense qu'on ne va pas devoir aller aussi loin finalement qu'en penses-tu ? »

« Ai-je vraiment mon mot à dire ? Si ce n'est qu'un convoi en pleine journée avec autant de gardes ce n'est jamais bon signe. » Rapidement il fut interrompu par Klaus qui reprit ses premiers mots avec un ton quelque peu agacé.

« Bien entendu, sinon à quoi bon te demander ton opinion mon ami. Enfin soit ! Regagnons la route, afin de ne pas paraître plus suspect que nous le sommes déjà. En route ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, sans dire un mot Aenys rangea sa lunette et s'exécuta. Pour cette fois il prit les devants afin de protéger Klaus en cas de danger, un petit soupire échappa alors au Maître de la Main d'Ah à l'idée de devoir être défendu et de ne pas pouvoir agir. En avançant tous les deux lentement vers le convoi, ils purent se rendre compte rapidement qu'en effet il y avait plusieurs gardes lourdement armées et que cette caravane n'était autre que celle de la Reine d'Archenior. Visiblement, les choses allaient être plus compliquées que prévus ou en fait non, voilà une opportunité pour Klaus de se rapprocher d'une des personnalités les plus importantes de la ville. Avant tout il devait trouver le moyen de faire arrêter le cortège et trouver le moyen de ne pas se faire empaler par tous les hommes présents. Sans ordre précis du Commanditaire de l'Organisation, la souveraine n'avait rien à craindre pour le moment, heureusement pour elle et malheureusement pour Klaus qui aurait bien aimé pouvoir planter sa petite dague dans la gorge de sa victime afin de se divertir à la vue du sang éclaboussant les alentours. Rapidement il mit la main sur l'épaule de son garde du corps afin de lui souffler quelques directives.

« Surtout laisse-moi faire et fait exactement tout ce que je fais en présence de la Reine, c'est-à-dire que s'il faut la saluer ne te fait pas prier. » Klaus connaissait parfaitement Aenys et connaissait ses réactions qui pouvaient être souvent un peu excessive, voilà pourquoi prendre quelques précautions étaient la bienvenue.

« Je ne plie devant aucune femme, tu devrais le savoir. » Comme d'habitude, il faisait preuve de franchise et ne mâchait pas ses mots même en présence de son supérieur.

« Devant aucune femme, mais devant moi c'est autre chose. Contente-toi de faire ce que je te dis et tout ira bien pour toi... Et pour moi. » Le ton était donné, maintenant il savait à quoi s'en tenir s'il ne l'écoutait pas. Mais tout cela n'était qu'un rappel à l'ordre afin qu'il ne s'égare pas trop, les écarts de conduite d'Aenys étaient très peu fréquents.

Tapotant un peu ses vêtements, il se déplaça légèrement sur l'extrémité de la route afin de les laisser passer. Pour finir il retira sa capuche pour laisser visible son visage et ne pas être interpellé inutilement par les gardes, un petit contrôle d'identité peu très vite mal tourner si Klaus est de mauvais poil. Quand le cortège fut à sa hauteur, il fut le premier à se courber légèrement suivi de son compagnon espérant accrocher le regard de cette femme de pouvoir, bien entendu il espérait que son charme suffirait pour attirer son attention, mais il espérait aussi que cette dernière était assez proche de son peuple pour saluer ceux qui ressemblent aux siens. Une fois le contact engagé, il suffirait de mentir un petit peu comme sait si bien le faire le Maître, depuis toutes ses années il avait tout fait, Noble, Marchand d'armes et autres types de provisions, enfin la liste est longue pour cet homme aux multiples facettes...


« La voilà... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Sam 17 Nov - 20:28

{hrp: je ne suis pas très sûr de ma réponse, cela fait des lustres que je n'ai pas fait ce genre de rp... J'espère néanmoins que tu en seras satisfait et que cela t'inspirera Smile Si jamais tu aimerais que je change quoique ce soit dedans pour que cela reste cohérent, n'hésites pas à me le dire Smile }


S'il y avait bien un moment dans la journée qu'Eleora appréciait entre tous c'était quand les astres solaires s'élevaient dans le ciel et chassaient les ténèbres glacées de la nuit pour réchauffer les cœurs. Et très souvent, voire même tout le temps, elle quittait son lit et enfilait son chaud peignoir de coton couleur crème pour se poster devant les immenses baies vitrées de la chambre royale afin d'admirer ce beau spectacle qui acheva de dissiper les brumes du sommeil qui hantaient encore son esprit. Il y avait bien des lunes que sa couche était froide de toute présence et seuls les rayons solaires et les sourires aimant de son fils arrivaient à la garder sur le chemin, c'était encore une nouvelle matinée en avance sur ses habilleuses qu'Eleora affronta avec une joie sereine le plus fermement ancrée en son cœur.

S'habillant ce jour-là dans une robe bleu nuit un peu plus épaisse et sombre que de coutume mais sans la gêner outre mesure, la reine se para de boucle et collier couleur lagon pour aller avec ses yeux avant de relever ses cheveux en un chignon légèrement lâche, quelques mèches chatouillant ses pommettes hautes et le bout de son nez droit. Vérifiant que tout étant en ordre avec sa toilette et qu'elle n'avait pas oublié sa fine couronne en argent, parce qu'une reine se devait d'être le plus parfait possible, Eleora finit par quitter ses appartements pour se rendre à son bureau, le mollet souple et le pied agile, écoutant avec attention et toujours avec le sourire les doléances de ses conseillers.

Qu'il était éprouvant de tout gérer quand votre cœur se rongeait d'inquiétude face à l'absence de l'être aimé... Déjà que Siegfried était presqu'un étranger, le voilà partit guerroyer elle ne savait où et sans donner de nouvelle... Il avait beau ne plus se préoccuper de sa famille, elle ne pouvait s'empêcher de soupirer après lui... Ainsi allaient les durs maux qu'infligeaient Amour...

Mais Eleora se devait de garder la tête froide pour le royaume alors elle respira un bon coup en ouvrant les portes de sa pièce et affronta les dossiers du jour sans se départir de son sourire doux, ce qui permit d'apaiser quelques esprits. En voilà certains qui ne lui chercheraient pas vraiment querelle en cette journée... Gracieusement, elle prit place dans son fauteuil et attrapa sa plume qu'elle trempa dans l'encre avant de les regarder : le signe des hostilités fut lancé.

La matinée se passa ainsi, la reine abreuvée de doléance comme lorsque l'on arrose une plante. Ecouter sans se plaindre, comprendre le problème, réfléchir à une solution avant de l'exposer, argumenter pour la défendre ou la modifier, etc etc etc etc... C'était donc avec soulagement qu'elle remercia Vyolia, sa servante, lorsque cette dernière referma la porte de son cabinet pour signifier qu'il était temps pour la reine de faire une pause et accessoirement se sustenter un peu.

- Madame, vous devriez penser à vous ménager...
- Je sais... Mais Siegfried ne se ménageait pas lui...
- Oui mais quand même !
- Ca suffit Vyolia, cette discussion est déjà stérile. Apportes-moi mon repas au jardin d'hiver, je le prendrais là-bas avant de faire une promenade par la suite. Veilles donc à ce que des ordres soient donnés en ce sens.
- Bien madame...

Ce n'était pas de la faute de Vyolia si elle paraissait familière avec la reine mais à cause de cette dernière justement : têtue de garder cette simplicité qui la caractérise tant, Eleora avait fait ami-ami avec une des servantes qu'on lui avait attribué et depuis, elle se permettait quelques commentaires sans craindre une quelconque punition de la part de sa maîtresse qui comprenait juste qu'il s'agissait d'inquiétude à son égard étant donné que les femmes s'étaient très attachés l'une à l'autre.

S'installant à sa table, la reine mangea frugalement en savourant la sérénité qui se dégageait de ses lieux enchanteurs, le tintement cristallin des gouttes d'eau s'écrasant sur le marbre blanc des fontaines, le froufroutement des feuilles entre elles au détour d'une brise malicieuse. Le silence ne pouvait pas régner mais la tranquillité de ce jardin permit à Eleora d'effacer la lassitude de la matinée et de la ressourcer de quelques forces qu'elle aiguiserait par sa prochaine chevauchée.

Déjà les serviteurs débarrassèrent sa table et elle remonta dans ses appartements pour attraper un manteau dont elle recouvrit ses épaules pour ne pas attraper froid avant de redescendre dans l'allée principale où l'attendait son éternel escorte ainsi que son cheval et quelques personnalités de la Cour qui avait décidé de l'accompagner histoire de se faire bien voir.

Le temps où elle pouvait chevaucher en toute liberté, bien loin de tout ce théâtre et étalage d'influence ou de richesse... C'était le prix à payer d'être reine du royaume d'Archenior.

Cependant, elle oublia bien vite ses déboires quand elle grimpa sur son destrier préféré, un étalon alezan typé champagne or nommé Sandur. Quand on était sur son dos, on avait toujours la délicieuse impression de voler dans les airs et d'être libérée de toutes entraves, ne faisant plus qu'un pour croquer la vie à pleine dent avec une insouciance très loin des responsabilité. Et, malgré la présence de son 'escorte' non désirée, Eleora gardait quand même un sentiment de victoire sur la langue quand elle réarrangea les plis de sa robe sur son assise avant de donner le silence de départ.

Quittant l'enceinte du palais dans une démarche lente, elle avait un sourire épanouis aux lèvres en sentant les muscles durs de son cheval sous ses cuisses, sa puissance nerveuse qui ne demandait qu'à être libéré pour une folle virée. Mais étant toujours en ville, le protocole était de mise alors elle se tint bien droite sur la selle en saluant le peuple, les regardant avec fierté et tendresse face à leur apparente bonne santé, semant quelques pièces de son aumônière pour ceux qui en avait besoin avant de s'extirper de la gangue sociale pour enfin fouler la campagne et les terrains verdoyants alentours. L'envie de rendre fous ses gardes la tarauda mais elle attendait le bon moment et si possible loin de la ville pour pouvoir enfin galoper pleinement comme elle le faisait avant.

Pour l'heure, elle se contentant d'une marche lente, parfois ponctuée de léger trots mais sans plus : l'instant était plus au badinage inutile et à la découverte, ou redécouverte, des paysages plus qu'autre chose. Et cela semblait régler comme du papier à musique jusqu'à ce qu'elle aperçut un duo de cavalier un peu plus haut sur leur chemin qui semblaient les regarder avec curiosité : tiens, un petit hasard qui parviendra peut-être à chasser l'indolence du convois royale.

Les yeux brillants de curiosité, Eleora rongea son frein jusqu'à ce qu'ils arrivent à la hauteur des hommes qui s'inclinèrent lorsqu'ils virent qu'il s'agissait de la reine. Tous deux apparemment alertes, elle fixa celui qui semblait être le meneur, ce dernier plongeant son regard de façon très impertinente dans celui de la noble dame. Il arborait le visage charmeur de ceux qui ne doutait de rien et profitait des dons reçus à la naissance presqu'à outrance, Eleora avait beau paraître jeune, elle connaissait très bien les stratégies des hommes et, à part vis à vis de son mari, il y avait bien longtemps que les charmes masculins ne l'avaient pas attirée dans une quelconque folie. Pourtant, les yeux brillants de ruse émoustillaient sa curiosité, la poussant à se demander ce qu'il en serait d'une conversation en sa compagnie...

La caravane poursuivit sereinement son chemin sans suivre pour autant les pensées de la reine et elle dépassa les deux jeunes hommes sans s'arrêter, escaladant la colline avant de commencer à disparaître derrière. L'histoire aurait très bien pu s'arrêter là si l'un des gardes ne s'était pas arrêté avant de rebrousser chemin pour retourner à leur hauteur.

- Bien le bonjour à vous voyageur. Ma maîtresse, la reine Eleora d'Archenior vous invite tous deux à la retrouver en tête de cortège afin de partager des nouvelles du continent, dit-il en le regardant avec franchise avant de baisser la tête en signe de politesse pour ensuite faire virer son cheval, prêt à reprendre sa route pour retrouver le reste du convoi. Cela vous sied messires ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Lun 19 Nov - 5:21

Tandis que la caravane approchait, les deux cavaliers se tenaient prêt, ils étaient alors tous les deux descendus de leur monture afin d'être en position de saluer le convoi royal et pourquoi pas s'attirer les bonnes grâces de la Reine Olafson. Après quelques minutes d'attentes, elle arriva à hauteur des deux hommes qui s'inclinèrent sans perdre une seconde ou presque et tout cela malgré le fait qu'Aenys marqua une courte hésitation comme à son habitude. Il lui fallut surement un peu de temps pour se rappeler les précédentes paroles du Maître et enfin s'incliner pour ne pas s'attirer ses foudres. Rapidement, la Souverain fixa Klaus qui était vraisemblablement désigné comme le meneur, mais aussi celui qui lui jetait un regard quelque peu insistant sans même éprouver une once de gêne face à la demoiselle. A vrai dire, il ne la regardait plus pour tenter de capter son attention, seul le doux parfum du meurtre marquait désormais son visage le rendant un peu plus confiant qu'il ne l'est déjà. Cependant, Klaus affichait un visage tout ce qu'il y a de plus amical, voilà donc la fameuse capacité de l'homme à masquer ses émotions, il en faisait déjà preuve alors que la journée n'avait fait que commencer pour eux. Un bon nombre d'idées s'accumulèrent dans la tête du Thériantrophe qui fit son possible pour ne pas se ruer sur la cavalière afin de lui porter le coup de grâce, mais il était encore trop tôt, ce n'était pas le moment ni le jour d'ailleurs pour tenter quoi que ce soit et prendre la fuite avec tous les gardes seraient bien plus compliqué qu'il n'y parait pour eux.

Pour en revenir à la Reine, son apparence et celle d'une personne plutôt frêle. Derrière son apparence si jeune se cache pourtant une dame un peu plus vieille que l'homme à qui elle fait face, tout cela n'est que détail, mais ils ont leur importance sur la manière dont il faudra aborder cette personne d'expérience qui ne se laissera surement pas duper par le premier venu. Son regard est fait de gris, une couleur plutôt énigmatique croisa celui de Klaus fait d'un marron tout ce qu'il y a de plus sombre jusqu'à ce que la caravane passe son chemin laissant les deux hommes dans la même position jusqu'à ce que le convoi soit à distance raisonnable pour se redresser lentement et aussitôt Aenys poussa un léger grognement de mécontentement, la Reine ne s'était même pas arrêter. Pourtant, Klaus ne parut pas inquiet, il patienta même un peu avant de réagir à la présence d'un soldat qui faisait route vers eux. D'un petit geste de la main, il stoppa Aenys qui s'apprêtait à dégainer son arme surement pour se divertir un petit peu, un garde seul est toujours un bon prétexte pour mettre un terme à sa misérable vie de petit soldat bon à tout faire. Une fois à la hauteur de Klaus, il prit la parole pour les inviter à regagner Eleora en tête de cortège, l'homme faisait preuve de politesse face aux deux compagnons qui se regardèrent tous les deux, tour à tour avant que le Serpent daigne prendre la parole :


« Bonjour. Puisque votre Maîtresse nous fait part d'une invitation, nous allons l'accepter à l'unanimité. Cependant, je vous pris de bien vouloir patienter un court instant le temps que je donne quelque directive à mon homme de main. » Klaus veilla à être lui aussi le plus respectueux possible avant de tourner la tête vers Aenys pour ensuite s'approcher de lui et lui glisser quelques mots à l'oreille.

« Je suis à vous mon brave. »

D'un petit mouvement souple il se mit sur la selle de son destrier qui était d'une couleur encore plus sombre que la nuit, son cheval est de la race des Frisons* il a une morphologie à mi-chemin entre le cheval à sang froid et le cheval à sang chaud, Klaus a opté pour cette race dont les caractéristiques sont plus ou moins remarquables.

Quant à son congénère Aenys, ce dernier se dirigeait vers la Capitale il avait reçu pour ordre d'aller recueillir des informations durant la petite balade de son supérieur qui n'avait rien à craindre avec un tel convoi personne ne tenterait de mettre un terme à sa vie en présence de la Reine et sa garde rapprochée ce qui était un bon point pour l'homme qui pouvait se sentir un peu plus en sécurité que jamais. Alors que le Soldat se dirigeait vers la colline qu'avait passée la caravane, le cavalier le suivait de près sans pour autant être trop proche de lui. Klaus éprouvait tout de même une certaine gêne face aux militaires qu'il n'affectionnait pas particulièrement, probablement depuis le jour où sa cadette c'est engagé dans la Marine d'Ekalesias d'ailleurs. Après peu de temps, ils arrivèrent à hauteur de la Reine que Klaus s'empressa de saluer de nouveau d'un mouvement de tête. Une fois que le garde fut assuré qu'il n'y avait aucun risque pour sa Maîtresse, il s'éloigna un peu marquant une courte distance entre lui et le Thériantrophe pour être prêt à réagir en cas de soucis. Pauvre petit soldat ignorant, s'il savait à qui il avait affaire, il saurait qu'à cette distance il n'aurait pas le temps de lever le petit doigt que la Souveraine toucherait déjà le sol gisant dans une flaque de sang. Rien qu'à cette idée, il ne put pas s'empêcher d'afficher un petit sourire jusqu'à ce qu'il reporte son attention sur la cavalière à ses côtés. A vrai dire, il ne savait pas vraiment comment se comporter avec une personne aussi importante, généralement il ne côtoie pas les têtes couronnées qu'il envisage d'assassiner tôt ou tard, mais soit ! Il fallait bien se lancer et c'est ce qu'il fit sans plus attendre.


« Ma Reine ! Je vous remercie de cette invitation. Je me nomme Klaus, c'est un honneur de vous rencontrer. » Etrangement, il ne la regardait plus dans les yeux. Probablement pour éviter d'être un peu trop tenter par cette dernière. Néanmoins, il faisait preuve d'assurance, une assurance qui lui a souvent fait défaut aux yeux de beaucoup de personnes, mais qu'importe. Klaus n'est pas le genre de personne à se soucier de ce que pense les autres, s'il s'avère que ces derniers sont gênants pour ses projets quoi qu'il en soit, il les élimine. Sa monture affichait quelques signes de nervosité, l'allure de la Caravane ne semblait pas lui convenir, ni à son cavalier d'ailleurs qui malgré ses quelques secondes en présence de la Dame s'ennuyait déjà et regrettait de ne pas avoir laissé sa place à Aenys pour se rendre lui-même en ville où il y aurait eu surement un peu plus d'action.

« Pardonnez-nous Madame, mon ami ici présent et moi n'avons guère l'habitude d'une telle allure. » marquant une courte pause, son côté curieux prit le dessus rapidement : « Si je puis me permettre que nous vaux l'honneur d'une telle personnalité dans les Campagnes d'Archenior, en ses temps de tension il n'est pas prudent de voyager en pleine journée... » Décidément il n'était pas doué du tout, se montrer curieux dès le premier échange... D'autant plus qu'il ne semblait pas du tout à l'aise en présence de la Reine. A moins que tout cela ne soit qu'un simple subterfuge dont il a l'habitude qui sait. Ses premiers mots furent ponctués un petit sourire sadique tout juste visible qui disparu après une courte seconde, pour reporter son attention sur la femme.


[Hrp : En espérant t'ouvrir suffisamment le rp pour avoir de répondre Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mar 20 Nov - 6:55

{hrp: j'espère que ma propre réponse t'inspirera aussi ^^ La tienne m'a beaucoup plut Smile }



Alors que la caravane passait son chemin comme si elle niait l'existence de ces deux étranges cavaliers, Eleora, elle, ne put s'empêcher de fixer l'horizon en se posant des questions à leur sujet. Qui pouvaient-ils être ? D'où venaient-ils ? Quels paysages avaient-ils pu bien voir dans leur virée ? C'était si mystérieux et la reine avait tellement besoin de cet élément étranger de son éternel quotidien, elle se faisait si lasse à tant de solitude... Heureusement que voir son fils un minimum heureux apaisait quelque peu les tourments de son cœur esseulé.

Oui, à la réflexion, écouter le bavardage de ses hommes lui changerait sûrement et agréablement les idées.

- Ethan ?
- Oui ma reine ?
- Retournez auprès des voyageurs et invitez-les à prendre part à notre balade, voulez-vous ?
- A vos ordres majesté.

Inclinant le buste, le soldat Ethan donna un coup de rêne et vira de bord, remontant la colonne de la caravane pour disparaître derrière la colline, transmettant le message d'Eleora à ces intrigants voyageurs. En attendant leur venue, tout le monde continua d'avancer avec lenteur et indolence, les nobles piaillant entre eux et la reine fixant l'horizon en les écoutant d'une oreille plus que distraite : les cancanages et les rumeurs ne l'avaient jamais intéressé, elle savait à quel point cela pouvait être destructeurs. De toute façon, elle n'avait jamais comprit l'utilité d'une telle discussion, d'un tel rassemblement de ragot : à quoi bon mêler la sexualité d'une personne alors que seuls ses capacités en économie ou en politique, ses aptitudes aux combats ou encore son savoir et ses conseils, importaient davantage pour le bien-être de son pays.

- Les êtres humains sont d'une complication...

Un bruit de cavalcade coupa court à ses réflexions et Eleora tourna la tête pour voir qui pouvait bien galoper vers eux, laissant fleurir un doux sourire en constatant qu'Ethan était revenu avec un des voyageurs.

- Tiens ? Je me demande où est le second...

Ce n'était pas ses affaires, bien évidemment, mais se connaissant, elle savait d'avance qu'elle irait lui poser la question. Hochant doucement la tête pour saluer son arrivée à ses côtés, Eleora ne put s'empêcher de rire devant tant de fougue dans ses paroles apostrophantes.

« Ma reine ! Je vous remercie de cette invitation. Je me nomme Klaus, c'est un honneur de vous rencontrer. »

- C'est moi qui vous remercie d'avoir accepté mon invitation sire Klaus, entendre la Cour babiller au sujet de ne je ne sais quel ragot est d'un ennui... Soupira-t-elle avant de lui sourire. Êtes-vous originaire d'Archenior ? Voyagez-vous souvent avec votre acolyte ? Fut une époque je pouvais me permettre ce genre de petit bonheur mais à présent, avec les responsabilités dont j'ai hérité, je ne peux plus... Et je dois bien avouer une chose, c'est que cette période de ma vie me manque, rit-elle en regardant droit devant elle, posant ses mains croisés sur le pommeau de sa selle, les yeux rêveur d'une époque pourtant si lointaine.

Quel étrange personnage néanmoins... Quand ils s'étaient croisés un peu plus haut dans la journée, il avait posément effrontément son regard sur lui et voilà qu'à présent, il faisait ton timide et pudique... C'était perturbant de le voir changer ainsi... Après tout, c'était l'étincelle de malice et de ruse qui avait poussé la reine à l'inviter à les rejoindre.

~ C'est mal de penser cela Eleo', tu deviens comme ces vieilles harpies de la Cour, fais attention ! ~

« Pardonnez-nous Madame, mon ami ici présent et moi n'avons guère l'habitude d'une telle allure. »

- C'est vrai que votre ami semble piaffer d'impatience. Au début Sandur était pareil mais à la longue il a finit par comprendre qu'on ne pouvait plus galoper autant qu'avant sous peine de faire mourir de peur mes soldats et je ne tiens pas à ce qu'ils m'en veulent de cette imprudence, sourit-elle en tapant l'encolure de son cheval avec affection. J'aurais eu 25 ans de moins, je me serais peut-être laissé aller à cette folie afin de galoper à vos côtés, au détriment de ma garde, mais je ne peux aujourd'hui le faire bien que l'envie ne m'en manque pas, sourit-t-elle en haussant les épaules.

« Si je puis me permettre que nous vaux l'honneur d'une telle personnalité dans les Campagnes d'Archenior, en ses temps de tension il n'est pas prudent de voyager en pleine journée. »

- La raison en est très simple messire : je déteste rester enfermée dans cette prison de pierre à crouler sous le poids des responsabilités, je me suis toujours demandée comment mon époux pouvait tenir ce rythme... Murmura-t-elle en fixant tristement devant elle, triturant les rênes de Sandur qui releva l'encolure en tournant ses oreilles vers elle. Peu importe les troubles qui sillonnent nos terres, je ne peux pas rester à faire les cents pas à l'intérieur des murs de mon palais alors chaque après-midi je sors avec mon compagnon et nous nous baladons : l'espace d'un instant je retrouve ma liberté d'antan et cela n'a pas de prix pour nous deux, sourit-elle pauvrement avant de se tourner vers lui, ses grands yeux gris clair le fixant avec curiosité. Et vous sire Klaus ? Pourquoi avoir accepté l'invitation d'une reine ? Vous ennuyez-vous en cette belle journée ? La compagnie de votre acolyte ne vous satisfaisait plus pour que vous ayez répondu seul à mon invitation?

Oui elle faisait sa bavarde très curieuse, mais elle avait tellement peu de compagnie qu'elle désirait simplement savourer la présence de sire Klaus à ses côtés...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mer 21 Nov - 6:18

[Hrp : Je me suis permis de modifier le titre, en espérant que ça ne pose pas de soucis, mais il me semblait plus approprié après mûre réflexion lol]

Alors qu'il ne voulait plus la regarder dans les yeux pour ne pas être envahi d'envie meurtrière, dans sa tête se déroulait en ce moment même un véritable combat contre lui-même. Et quoi de plus dangereux que de s'affronter soi-même, le parfait adversaire, celui qui nous connait mieux que quiconque capable en l'espace d'une fraction de seconde de faire pencher la balance d'une simple parole, d'un simple geste, cet être qui se reflète dans le miroir lorsque nos yeux se posent dessus lentement est bien plus terrifiant pour Klaus que tous les adversaires qu'il a pu rencontrer au cours de son existence. Heureusement pour ce dernier, la Reine mit un terme rapidement sans le savoir à cette bataille d'esprit en prenant la parole. Alors que le Serpent n'affichait aucune expression, s'il avait pu soupirer à ce moment précis il l'aurait fait, mais préféra s'en abstenir afin de ne pas devoir rentrer dans des détails quelque peu futile pour la discussion qui allait suivre. Redressant la tête vers la Souveraine sans pour autant la regarder, il esquissa un léger sourire ne connaissant que trop bien cet ennui qu'est celui des ragots colportés par son entourage qu'il soit constitué de proche ou bien de simple fidèle. Bien entendu son rang de Maître de la Main d'Ah l'obligeait à se tenir au courant de tout ce qu'il pouvait apprendre, même s'il s'en passerait volontiers, car ces discours se ressemblent souvent plus ou moins, ramenant inlassablement le même sujet sur le tapis. Et alors qu'il s'attendait à une simple question, il reçu alors deux questions dont une plus ou moins indiscrète pour une première conversation, après tout il s'agissait de la Reine elle pouvait se le permettre et cela malgré la présence de Klaus qui aujourd'hui n'avait qu'un seul et unique but, se rapprocher comme il le pouvaitt de cette personnalité importante qui visiblement se montrait bien plus compréhensible qu'il ne l'aurait pensé face à l'excitation de son cheval ne demandant qu'à être libéré de cette allure quelque peu médiocre.

« Si je suis originaire d'Archenior ? Et bien non, pas vraiment. J'ai grandi à Ekalesias sous la tutelle du Duché du Loup. Néanmoins, je ne me compare pas à un noble, je n'en suis d'ailleurs pas un malgré les apparences. En espérant bien entendu que cela ne vous pose pas de problème. » Oui tant qu'à faire, autant jouer franc jeu ! Ou presque, se faire passer pour un noble aurait été bien trop compliqué en présence d'une personne comme Eleora qui dispose probablement de contact dans tout le Kandor, elle aurait rapidement eu vent de l'usurpation d'identité de son convive. « Si je voyage toujours en présence de mon... Acolyte ? Bien entendu, il m'accompagne constamment au cours de mes voyages, un peu comme vous et votre escorte les contraintes en moins bien évidemment. » En prononçant ces derniers mots il ne put s'empêcher de rire un peu, tentant par la même occasion de se détendre un peu et reprendre son habituelle sociabilité.

Vint ensuite la réponse à la question pleine de curiosité dont avait fait preuve Klaus, ils avaient visiblement tous les deux un point commun, ils n'aimaient pas rester enfermer pour crouler sous le poids des responsabilités bien que comme la Reine celle du Maître les suivait constamment où qu'il aille et cela peu importe le lieu. Se redressant alors sur sa monture il jeta un rapide coup d'oeil à la Reine qui semblait un peu émotive au simple fait d'évoquer ce qui aux yeux du Serpent n'était qu'une misérable vie qui n'appelait qu'une chose, la mort. Pour lui et son organisation, le destin des têtes couronnées des Principautés était déjà tout tracé, bien que la plupart de ces personnes fussent loin de se douter de ce que l'avenir leur réserve. Comme tous les Souverains, ils se savaient surement plus ou moins menacer, mais probablement étaient-ils loin de se douter qu'une Organisation avait été crée sur mesure rien que pour eux et l'ensemble des Hauts-placés de Kandor. En cette journée plutôt calme, la Reine se faisait bien bavarde et surtout très curieuse, presque autant que le Thériantrophe ne l'était ce qui était d'un côté presque amusant, sans perdre une seconde il fixa la Femme de ses yeux sombres esquissant un petit sourire moqueur avant de prendre la parole :


« Je pense ma Reine que la véritable question est la suivante, est-ce que ma seule présence n'est-elle pas suffisante pour vous satisfaire en cette paisible journée ? » Puis il leva les yeux un court instant avant de reprendre : « Quant à mon compagnon et bien... »

Quelques heures plus tôt


Citation :
Quelque part sur la route en direction d'Archenior :

« Aenys, j'envisage de visiter les appartements royaux. Qu'en dis-tu ? Il y a bien longtemps que nous n'avons pas été récoltés des informations au coeur de la source elle-même. Puis ceci pourrait être en quelque sorte notre défi de la journée, il est tellement simple de progresser en ville questionnant une personne par-ci par là que j'ai bien envie de jouer un peu avec le feu. »

« Et bien ! Pour une fois que tu proposes quelque chose de plus intéressant qu'un pittoresque batifolage. Comment refuser ? Je suppose aussi qu'il serait mal venu de ma part de décliner cette proposition bien plu qu'alléchante. Puis-je tout de même émettre une proposition quant à la méthode que nous allons choisir pour entrer ? »

« A vrai dire, non. » Prononça Klaus froidement, affichant un petit sourire presque sadique. « Quoi qu'il en soit, nous n'avons pas la journée non plus pour visiter le Palais et récolter un maximum d'information, le peuple est aussi une bonne source d'information non-négligeable il faut être en mesure de pouvoir s'adresser à tout le monde en toute discrétion comme d'habitude. »

« Très bien, à votre guise cher Maître. »

Fin du Flashback


« Comme vous l'avez surement remarqué, c'est un grand garçon il est bien capable de s'occuper lui-même de quelques tâches sans ma présence. Je n'ai pas tous les jours l'occasion d'être invité par une personne aussi importante que vous, alors pourquoi ne pas en profiter. Puis d'après ce que je peux voir, je tombe à pic pour vous divertir un peu chère Reine. A vrai dire, je me rendais en Archenior afin d'effectuer quelques achats et passer un peu de bon temps en savourant cette journée, mais comme je vous l'ai dit, mon homme de main pourra s'en occuper pendant que je suis en si bonne compagnie. » En y repensant, elle avait dit un peu plus tôt qu'elle ne souhaitait pas, ou plus précisément ne pouvait pas s'en aller galoper de la sorte sous peine d'inquiéter sa garde. Et c'est avec un air amusé qu'il reprit : « Allons, allons, il n'y a pas d'âge pour laisser place à un instant de folie. Dans le meilleur des cas, nous les distanceront suffisamment pour avoir un peu de calme, car il est vrai que ces bavardages incessants sont assez gênants ! » Dit-il en haussant la voix pour que tout le monde l'entendent. Aussitôt, il fit mouche et un long silence s'installa dans la caravane ou désormais seul le bruit des chevaux résonnait dans la Campagne.

Alors, Klaus se pencha vers son cheval lui glissant quelques mots à l'oreille d'une voix suffisamment basse pour qu'elle ne puisse pas l'entendre, à ce moment l'animal qui faisait preuve auparavant d'agitation se calma, tournant la tête vers son congénère nommé « Sandur. » Pour être honnête, la monture du Maître de la main d'Ah n'était pas qu'un simple canasson, en effet il aurait pu s'agir d'un simple animal, mais ce n'en était pas vraiment un. Tout comme son Cavalier, il s'agissait d'un Thériantrophe au service de Death. Il s'agissait ici d'une façon comme une autre de veiller au bien-être du Dirigeant qui chaque jour courrait un risque. Voilà donc ce qui expliquait tant d'énervement aux côtés de la Reine, le Thériantrophe même sous sa forme animal avait du mal à se contrôler.


« N'êtes-vous pas désireuse d'un peu plus de liberté ? Vous m'avez confié aimer quitter cette prison de pierre, fuir l'espace d'un moment les responsabilités qui vous incombe... Pourquoi ne pas jouer le jeu jusqu'au bout aujourd'hui, puisque je vous en offre l'occasion. » Reprenant son souffle lentement, il conclut cette phrase rapidement : « Ne vous en fait pas, nous laisserons suffisamment de traces pour qu'ils ne nous perdent pas de vue. Enfin, je laisse le soin à son Altesse Sérénissime de prendre la décision finale, je ne voudrais pas vous forcer la main, après tout votre devoir vous appellera bientôt. » C'est avec amusement que Klaus accentuait les responsabilités de la Reine, bien qu'elle soit trop âgé pour se laisser avoir par ce type d'homme un peu trop sur de lui et tous les autres qualificatifs que l'on pourrait attribuer au Thériantrophe, lui savait comment toucher plus ou moins une personne, puis il n'était pas difficile de déceler cette légère envie de liberté chez cette femme qui visiblement par moment se sentait un peu dépassé par les évènements. Au loin il y avait un embranchement, tandis que l'un menait à une route contournant dans un sens la ville, l'autre menait à des campagnes beaucoup moins civilisées que celle parcourue jusqu'à présent, mais certainement tout aussi agréable à traverser...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Jeu 22 Nov - 16:30

« Si je suis originaire d'Archenior ? Et bien non, pas vraiment. J'ai grandi à Ekalesias sous la tutelle du Duché du Loup. Néamoins, je ne me compare pas à un noble, je n'en suis d'ailleurs pas un malgré les apparences. En espérant bien entendu que cela ne vous pose pas de problème. »

Ah voilà ! Il lui semblait bien à Eleora qu'il n'était pas typé d'Archenior mais bon, ce n'était vraiment pas à l'autre bout du continent : Ekalesias se trouvant à la jointure de son royaume et de celui de Berill.

- Ne vous en faites pas messire Klaus, les apparences ne m'intéressent aucunement et je parle toujours avec plaisir avec un pêcheur, un paysan, un mendiant ou un prince ou gouverneur, dit-elle en balayant la futilité des gens d'un geste vague de la main. Et puis votre conversation et votre présence m'est très agréable, lui sourit-elle en tournant ses yeux vers lui.

« Si je voyage toujours en présence de mon... Acolyte ? Bien entendu, il m'accompagne constamment au cours de mes voyages, un peu comme vous et votre escorte les contraintes en moins bien évidemment. »

Klaus avait raison : même si ses soldats tenaient à la sécurité de leur reine, il n'empêchait pas à cette dernière de ressentir de la lassitude à les voir si prévenant et attentif à son bien-être. D'accord elle était la première dame d'un royaume, la mère de son peuple, mais tout de même ! Elle restait une femme qui avait certaines envies et besoins, qui ne souhaitait pas forcément qu'on la couve comme une statue de cristal et d'or ! Soupirant doucement à ses pensées si déprimantes, elle esquissa un pauvre sourire face au rire de son compagnon : un rire léger et agréable mais qui n'arrivait pas à la dérider sur l'instant, elle lui enviait sa liberté et son apparente insouciance.

« Je pense ma Reine que la véritable question est la suivante, est-ce que ma seule présence n'est-elle pas suffisante pour vous satisfaire en cette paisible journée ? »

- Puisque je vous affirme que j'apprécie à sa juste valeur votre présence à mes côtés sire Klaus ! Ne vous en faites pas, je suis vraiment heureuse de vous avoir à mes côtés bien que je regrette une chose : la prévisibilité de cette journée si paisible. Après tout, je fais la même balade chaque jour et, même si elle me détend, j'aimerais avoir un peu d'aventure, dit-elle rêveusement en jouant avec les crins de Sandur : heureusement qu'il lui restait du temps pour prendre soin de lui, son seul ami. Vous et votre ami semble adepte des aventures d'ailleurs, je me trompe ? Pourquoi n'est-il pas là d'ailleurs ?

« Comme vous l'avez sûrement remarqué, c'est un grand garçon, il est bien capable de s'occuper lui-même de quelques tâches sans ma présence. Je n'ai pas tous les jours l'occasion d'être invité par une personne aussi importante que vous, alors pourquoi ne pas en profiter. Puis d'après ce que je peux voir, je tombe à pic pour vous divertir un peu chère Reine. A vrai dire, je me rendais en Archenior afin d'effectuer quelques achats et passer un peu de bon temps en savourant cette journée, mais comme je vous l'ai dit, mon homme de main pourra s'en occuper pendant que je suis en si bonne compagnie. »

- Vous êtes un vil flatteur messire Klaus, sourit-elle de bon cœur, le regard tendre mais pétillant de plaisir : on ne devait jamais ignorer un délicat compliment. Mais vous dites vrai, vous me divertissez de façon très acceptable et je dois même vous confier un secret: je souhaite que cette journée ne se finisse absolument pas, murmura-t-elle doucement en lui faisant un clin d'oeil, heureuse d'être avec lui qui changeait son quotidien. Et puis c'est tellement plus agréable de discuter avec quelqu'un qui a une vrai conversation et non pas des paniers de cancanages insipides, rajouta-t-elle en faisant la moue, jetant un regard exaspéré derrière elle pour signifier qu'entendre ses nobles parler de ragots l'agaçaient au plus haut point.

« Allons, allons, il n'y a pas d'âge pour laisser place à un instant de folie. Dans le meilleur des cas, nous les distancerons suffisamment pour avoir un peu de calme, car il est vrai que ces bavardages incessants sont assez gênants ! »

Là, miracle, la Cour se tut, étonné de s'être fait remit à sa place avant de piailler de colère et d'indignation : comment un simple voyageur avait pu avoir eu le culot de s'élever hors de sa basse extraction ?! Pourtant, elle ne put couiner davantage de frustration puisque la Reine leva la main pour les faire taire avant d'éclater d'un rire haut et joyeux. Enfin une personne naturelle ! Pouffant de rire en voilant son sourire pour essayer de se faire discrète même si ça ne se voyait pas, Eleora regarda Klaus avec des yeux pétillants de malice et de ravissement : voilà pourquoi elle l'avait invité à rejoindre sa caravane, il était exactement ce qu'elle recherchait dans son quotidien si sombre et monotone !

- Pourquoi ne vous ai-je pas rencontré avant sire Klaus ! S'exclama-t-elle en soufflant sur une de ses mèches qui lui chatouillait le bout du nez, Sandur caracolant un bref instant avant de s'adoucir sous la main de sa maîtresse.

« N'êtes-vous pas désireuse d'un peu plus de liberté ? Vous m'avez confié aimer quitter cette prison de pierre, fuir l'espace d'un moment les responsabilités qui vous incombe... Pourquoi ne pas jouer le jeu jusqu'au bout aujourd'hui, puisque je vous en offre l'occasion. Ne vous en faites pas, nous laisserons suffisamment de traces pour qu'ils ne nous perdent pas de vue. Enfin, je laisse le soin à son Altesse Sérénissime de prendre la décision finale, je ne voudrais pas vous forcer la main, après tout votre devoir vous appellera bientôt. »

Charmeur, rusé et moqueur, sans aucun conteste joueur... Klaus était dangereux, Eleora était parfaitement consciente de ce fait : ce genre de seigneur bourré de confiance en eux jusqu'à en étouffer, elle en avait vu des centaines avant lui. Mais il avait ce petit truc animal, sauvage, qui faisait que contrairement aux autres elle avait posé les yeux sur lui, lui donnant une existence que d'autres ne méritaient absolument pas puisqu'en tant normal, ce genre de personne superficiel ne lui plaisait guère. Et puis ses gardes lui en voudraient d'être partit avec un inconnu, même si la dague cachée dans sa manche suffirait à la défendre pour lui offrir l'opportunité d'une fuite... Si jamais elle devait mourir, ce serait avec le sentiment de liberté dans les veines, sans compter que son fils pouvait gouverner sans peine à présent même s'il se perfectionnait...

Qui ne tente rien n'a rien...

Jetant un clin d'oeil malicieux à Klaus, elle se remit à rire en talonnant brusquement Sandur qui hennit de surprise avant de se mettre à galoper avec joie, faisant de longues et puissantes foulées à en arracher les mottes de terre. L'encourageant de vive voix en souriant sous les grognements et les cris de protestation de sa garde, Eleora prit le chemin s'enfonçant dans la campagne en dépassant son invité, se demandant s'il allait la suivre.

Que la course commence !


Dernière édition par Eleora Olafson le Sam 24 Nov - 20:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Ven 23 Nov - 11:25

Une chose ressortait de cette discussion, la présence de Klaus était appréciée parfaitement par la Reine, peut-être un peu trop d'un certain point de vue, mais à quoi bon s'en plaindre après tout il s'agit tout de même d'une femme importante et établir un contact avec elle n'aurait probablement que des avantages pour le Thériantrophe... Et son Organisation. C'était confirmé, il tombait à pic pour bouleverser un peu le quotidien d'Eleora qui était d'un ennui presque tout aussi mortel que la routine dans laquelle était plongée la Main d'Ah depuis quelques semaines, ces deux prétendants s'étaient apparemment bien trouvé, alors il fallait en profiter un maximum. Klaus usait habillement de certaines de ses qualités, la flatterie en faisait partie, mais contrairement à beaucoup il veillait à ne pas en abuser pour ne pas tomber dans l'excès et paraître déplacer, déjà qu'il n'avait pas tout le temps le sens des convenances, il ne manquerait plus que cette journée vire au drame pour une parole quelque peu déplacée. D'après elle, il avait une conversation plus agréable que son entourage, mais ne comptons plus les points pour le moment sinon nous n'en aurions pas fini. C'est avec amusement qu'il observait le visage de son interlocutrice passer d'une expression à l'autre, bien que jusqu'à présent il était un parfait inconnu dans la vie de cette femme, ces quelques paroles prononcées avaient eu l'impact escompté par ce dernier qui afficha un petit sourire de satisfaction, ajoutant même une note d'humour pour réagir aux derniers mots :

« Je pense que ce n'est pas plus mal, bien que vous m'êtes très charmante en m'ayant rencontré plus tôt, vous ne seriez certainement pas à votre place actuelle ma Reine. » Il entendait par là bien sûr le fait que lui est tout de même assez libre malgré les responsabilités qui lui incombent en étant le dirigeant de la Main et qu'en sa présence régulière, cette dernière ne se serait probablement pas retrouvée Souveraine d'Archenior aux côtés de ce Siegfried qui écoeure au plus haut point le Serpent. Alors qu'il ponctuait sa dernière phrase, la femme lui adressa alors un petit clin d'oeil malicieux, qu'avait-elle en tête ? Acceptait-elle la proposition qu'il lui avait faite un peu plus tôt ? Riant alors de plus belle, elle se mit à talonner son destrier soudainement qui laissa alors échapper un hennissement de surprise avant de se mettre d'un coup à partir au galop. Amusé par la situation, il ne put pas s'empêcher de tourner la tête vers la caravane saluant presque poliment le convois avant de s'élancer à son tour à la poursuite de la cavalière qui avait prit un peu de distance, son cheval réalisait lui aussi de grandes et puissantes foulées soulevant un nuage de poussière conséquent qui se dirigeait vers la caravane qui d'ici quelques secondes ne verraient plus grand-chose, c'était le moment, il fallait profiter de cette occasion pour prendre un peu d'avance ce que s'empressa de faire le Thériantrophe sur son Cheval. Un des chemins faisait le tour de la ville, quant à l'autre il menait vers la campagne qui fut alors le chemin choisi par la Reine qui dépassa avec facilité Klaus qui s'élança alors sur un sentier un peu plus haut afin de disparaitre du champ de vision de la belle.

« Et bien mon ami, donne tout ce que tu as, je pense qu'il est temps de se défouler un peu, tu as de l'énergie à revendre n'est-ce pas ? Ne me fait pas regretter mon choix, je m'en voudrais de t'envoyer à l'abattoir de part ton manque d'efficacité. » Il avait la menace facile, bien qu'il n'en ferait rien il éprouvait un certain plaisir à mettre une certaine pression sur les siens qui pour la plupart se montraient beaucoup plus efficaces sous la contrainte. Il n'avait pas haussé la voix, ces simples paroles furent glissées à l'oreille du cheval tandis qu'il galopait toujours plus vite à chaque seconde.

Klaus se trouvait désormais sur un chemin en hauteur, il suivait de loin la Reine qui était une excellente cavalière qui cachait bien son jeu en présence de son convoi afin de ne pas trop se faire remarquer probablement, elle et son cheval semblait s'entendre à la perfection et elle faisait tout de même preuve d'une certaine grâce indéniable sur sa monture malgré la vive allure qu'elle avait entrepris pour fuir son entourage aux côtés de cet homme qu'elle connaissait à peine, la Reine était vraisemblablement en confiance peut être un peu trop ? Il ne fallait pas être né de la dernière pluie pour se douter que dans un tel acte se dissimulait une assurance certaine quant à la possibilité de devoir se défendre face à un potentiel agresseur et comme toutes les femmes qui ne sont pas équipées d'épées, donc qui ne sont pas des guerrières, elle devait manifestement en dissimuler une plus petite quelque part, mais qu'importe à quoi bon s'attarder sur ce détail alors qu'il n'était pas là pour la tuer, elle n'aurait pas à se défendre.


« Alors votre Majesté ! On se traine un peu, est-ce l'âge qui vous joue des tours ? » S'écria Klaus lorsqu'il sauta d'un rebord pour atterrir avec sa monture à quelques mètres devant-elle, il avait prit la tête cette fois, mais savait pertinemment qu'elle finirait par le rattraper. Il ne fallait pas oublier que lui et Aenys avait déjà parcouru une longue distance et que leur monture étaient tout de même épuisée malgré leur endurance hors du commun. Dans cette campagne et à cette cadence, les paysages défilaient à toute vitesse, ils n'avaient pas véritablement l'occasion de profiter, mais était-ce vraiment le but de cette escapade ? Probablement pas, il y avait mieux à faire et le petit jeu qui avait prit place entre les deux cavaliers était fort divertissant. Difficile de dire combien de temps il fallut à la damoiselle pour rattraper l'homme qui fit en sorte de suivre le rythme une fois qu'elle fut à sa hauteur, il n'avait plus envie de la laisser prendre les devants et il lui montrait bien, qu'il s'agisse d'une Reine ou non, il ne lui ferait pas de cadeau lors de cette petite chamaillerie visant à la freiner du mieux qu'il le pouvait avec divers moyens. Mais alors que le jeu était à son paroxysme, Klaus fut brusquement déstabilisé lors d'une secousse, la chute paraissait accidentelle et pourtant elle était tout à fait volontaire, il s'agissait aussi en quelque sorte pour lui d'une façon de s'amuser un peu plus avec les émotions de Dame Eleora. Quand il toucha le sol, habillement il déposa ses mains pour ne pas que la chute soit trop lourde avant d'effectuer une série de roulade entraînée par la vitesse, pour enfin atterrir un peu plus loin sur une botte de foin qui vint amortir la cascade. Durant cette cabriole, le Thériantrophe a perdu sa dague sur la route à l'oeil de tout le monde, mais s'empresser de se relever pour la ramasser paraîtrait surement plus suspect qu'autre chose, voyant son cheval continuer sur sa route sur ses ordres donnés discrètement il ne restait plus qu'à espérer que le Reine accourt à sa rescousse. Tout cela n'était qu'un subterfuge afin de quitter la route et donc par la même occasion envoyer la garde sur une fausse piste et gagner suffisamment de temps pour profiter de la journée.

« Et bien c'était une chute plutôt remarquable, heureusement qu'il y a plus de peur que de mal. » Dit-il en souriant presque amusé de la situation, une chute pourtant si brusque aurait normalement calmé les ardeurs de n'importe quel cavalier, mais pas Klaus non, si elle, était une reine de Principauté, lui était le Roi de la mise ne scène. Il négligea volontairement le détail de la dague qu'elle avait surement repéré sur sa route pour rejoindre son invité.

« Si on m'avait dit que je serais secouru par une si charmante personne, j'aurais quant à moi chuté depuis bien longtemps et plus souvent à cheval. » Dit il en ricanant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Ven 23 Nov - 18:56

« Je pense que ce n’est pas plus mal, bien que vous m’êtes très charmante en m’ayant rencontré plus tôt, vous ne seriez certainement pas à votre place actuelle ma Reine. »

Eleora ne comprit pas vraiment ce qu’il voulait entendre par là mais il fallait avoue que les bavardages incessants de ses gens de compagnies avait légèrement tendance à fauter sa capacité de réflexion et la Nature savait à quel point elle n’aimait pas ne pas réussir à se concentrer suffisamment pour comprendre ce qu’on lui racontait. Heureusement que Klaus les moucha suffisamment pour qu’ils se taisent enfin à son plus grand plaisir, lui permettant de se détendre considérablement au point d’éclater d’un rire léger et clair de joie. C’était un homme vraiment excellent et cette journée était absolument radieuse ! Talonnant son cheval qui hennit de surprise avant de pointer les oreilles en avant sous le plaisir qui parcourut ses muscles qui s’échauffaient sur l’exercice de cette course enivrante, un écho en Eleora.

La reine ne faisait qu’un avec Sandur, elle avait retroussé ses jupons en haut de ses cuisses afin de le chevaucher comme un homme, l’encourageant avec sa fougue et sa passion pour sa liberté. Se redressant sur sa selle pour l’aider à galoper en haut des pentes, Eleora sentait avec bonheur son souffle se raccourcir sous l’effet de l’exercice et de l’excitation, ses joues se colorant de ce fripon de sang alors que ses yeux brillaient de milles éclats de plaisir. Se lancer aveuglement dans cette course avec un parfait inconnu était une idée complètement stupide mais savoureux !

Escaladant la colline pour disparaître de l’autre côté aux regards de sa garde et de sire Klaus, Eleora se permit de s’arrêter un bref instant pour retirer sa couronne qu’elle enfouit précieusement dans la sacoche attenante à sa selle, la fermant avec soin avant de défaire son chignon pour la mettre en longue tresse, coinçant son les jupes de sa robe avec une lanière de cuir pour enfin reprendre la course avec entrain. Bougeant son bassin en cœur avec les foulées de sa monture pour accentuer la puissance, la Reine souriait de plaisir en regardant autour d’elle pour repérer son invité, continuant de galoper sans prudence et manquant de piler net sous la surprise de le voir atterrir devant elle.

« Alors votre Majesté ! On se traîne un peu, est-ce l’âge qui vous joue des tours ? »

- Vous allez voir sire Klaus ! Lui cria-t-elle avant de se coucher contre l’encolure de son compagnon. Va comme le vent Sandur, sois la tornade !

Frémissant en sentant ses muscles rouler sous ses jambes face à l’effort de son cheval, Eleora ne quitta pas du regard le dos de son adversaire, satisfaite de voir que la distance qui les séparait s’amenuisait petit à petit. Elle ne faisait pas attention à la Nature qui défilait autour d’eux tant la course l’obnubilait, lui volait toute sa concentration : un plaisir aussi rare se devait d’être savouré jusqu’à la lie ! Botte contre botte, la Reine riait en encourageant sa monture, toute dignité royale ayant disparut dès l’instant où elle avait accepté de faire la course avec Klaus. Et, alors qu’elle était sur le point de prendre la tête de la chevauchée, le cavalier perdit son équilibre et chuta assez violemment à terre, roulant jusqu’à atterrir dans une meule de foin, son cheval continuant à courir dans la campagne.

Hésitant un bref instant, Eleora freina Sandur avant de le faire trotter jusqu’au blessé, se mordant brièvement les lèvres sous l’inquiétude : comment allait-il ?

« Et bien c’était une chute plutôt remarquable, heureusement qu’il y a plus de peur que de mal. »

Son rire et sa légèreté d’humeur rassura la dame qui se mit à sourire avec lui, croisant les bras sur le pommeau de sa selle en stoppant son chevant juste devant lui, tous deux frissonnant de l’arrêt de la course et n’ayant pas remarqué la dague au sol puisqu’il n’avait d’yeux que pour lui en cet instant.

« Si on m’avait dit que je serais secouru par une si charmante personne, j’aurais quant à moi chuté depuis bien longtemps et plus souvent à cheval. »

- Même dans une position comme la vôtre, vous trouvez le moyen de rester charmant sire Klaus, ria-t-elle en descendant de cheval, tapant doucement l’encolure de Sandur avant de s’approcher de lui en souriant. Vous en serez presqu’adorable dites donc !

Le regardant avec malice, Eleora entrava son compagnon qui s’en alla brouter non loin d’eux et s’assit dans la paille à ses côtés, étalant ses jupons avant de regarder autour d’elle avec amusement, le sein se levant encore sous l’effet de son souffle court, les joues toujours un peu rosées par l’excitation et la chaire frémissante : elle rêvait de recommencer.

- Je n’avais pas fait ce genre de folie depuis des années… Souffla-t-elle en remettant une de ses mèches derrière ses oreilles. Dites-moi beau parleur, que faisons-nous à présent que ma garde est perdue derrière nous et que nous sommes seuls avec seulement Sandur en guise de monture ? Avez-vous une idée de poursuite de cette folle épopée ? Lui demanda-t-elle en tournant son visage vers lui, vibrant d'une curiosité impatiente.

La natte assez défaite par la course et les vêtements quelques peu froissés, Eleora se doutait qu’elle ne collait plus du tout à l’image d’une Reine absolument impeccable mais elle devait une bonne chose sans remord : elle se fichait comme de ses premiers bas de ne pas être l’image même de la décence royale.


Dernière édition par Eleora Olafson le Sam 24 Nov - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Sam 24 Nov - 10:50

Une fois que la chute fut amortie par la botte de foin qui se trouvait non loin de là, il put observer Eleora approcher sur sa monture d'un pas lent, affichant une légère inquiétude quant à l'état de son compagnon se trouvant sur le sol, mais comme à son habitude alors qu'il avait joué admirablement la comédie, Klaus ne put pas s'empêcher de ponctuer cette cascade d'une note d'humour qu'il détourna en compliment pour cette dernière, préférant éviter que l'attention de la Reine ne se porte sur l'objet tombé un peu plus tôt, mais visiblement, elle n'avait d'yeux que pour lui en ce moment, ce qui n'échappa pas à l'oeil avisé du Thériantrophe qui s'amusait de la situation une nouvelle fois. Elle le trouvait charmant ? Pour de simples paroles ? Il ne lui en fallait visiblement pas beaucoup, elle qui affichait il y a de ça quelques temps une confiance certaine quant à la rencontre d'un homme rempli d'assurance comme le Maître de la Main d'Ah. Alors, la Reine descendit de son cheval tout en prenant soin de tapoter doucement l'encolure de sa monture avant d'approcher l'homme toujours à terre pour ensuite ajouter qu'il en serait presque adorable. Presque ? Il l'était ! Mais bon n'allons pas trop vite en besogne, ses yeux sombres se posèrent alors respectueusement sur la silhouette de la femme qui approchait tout en lui jetant un regard malicieux en oubliant même Sandur qui s'en alla à ses affaires un peu plus loin. Elle s'installa alors aux côtés de Klaus qui n'avait toujours pas daigné bouger, veillant à remettre ses jupons le plus convenablement possible, en l'observant un court instant on pouvait voir que l'adrénaline qui lui avait procuré cette course folle était encore présente, ses joues toujours ponctués de cette petite nuance rose, ainsi que la respiration courte.

Eleora devança alors Klaus qui s'apprêtait à prendre la parole, mais il ne fallait pas malgré la situation oublier le statut dont elle bénéficiait. Elle n'avait pas fait ça depuis des années ? Il ne fallait pas être un expert pour le remarquer, l'état dans lequel se trouvait la belle suffisait à le démontrer. C'est alors que vint la question fatidique, qu'allait-il bien pouvoir faire maintenant qu'ils avaient tous les deux réussis à distancer la caravane qui sans hésitation était déjà à leur poursuite, à ce moment précis, Klaus se pinça légèrement les lèvres, car en effet il était parti avec la Reine d'Archenior et il risquerait fort d'en subir les conséquences une fois que le convoi de la garde royale les aurait rattrapés... Encore une fois il devrait disparaître dans l'ombre et ne plus jamais revenir comme il le fait souvent lors d'une rencontre avec le sexe opposé n'aimant pas s'étaler, bien que la simple envie de recroiser le visage angélique de la damoiselle le faisait sourire. D'un simple coup d'oeil, il avait réussi à trouver comment procurer un peu de plaisir à cette dernière qui s'est dit crouler sous les responsabilités, une Reine tout simplement. Klaus s'allongea alors dans le foin un court instant afin de s'étirer de tout son long sans gêne, après tout le protocole avait été oublié dès l'instant où ils avaient tous les deux prit l'initiative de se lancer dans un petit duel de cavalier. Avant de se redresser et prendre la parole, sa main se dirigea vers l'une des épaules de la Dame qu'il tapota doucement pour y enlever la poussière qui y avait élu domicile n'attendant pas l'autorisation d'Eleora.


« Presque adorable dites-vous ? J'aurais dit adorable tout simplement pour ma part. » Dit-il avec amusement avant de se relever lentement du foin pour se dresser devant son interlocutrice qu'il ne quittait pas des yeux. « C'est une bonne question, étant donné que votre garde risque de me faire endosser la responsabilité de cette fuite soudaine, je pense que nous pouvons sans hésitation profiter de cette journée jusqu'au bout. Qu'en dites-vous ? » Il n'avait pas tort, mais rien n'obligeait la Souveraine à poursuivre cette épopée bien qu'à la regarder, elle n'était que ça. Il jeta alors un rapide coup d'oeil aux alentours pour trouver une idée. Normalement avec une si ravissante personne, la question ne se serait pas posée très longtemps, surtout dans un endroit aussi calme ou le silence règne et ou le passage se fait rare, mais aujourd'hui il se voulait un peu plus respectueux, après tout s'il voulait se glisser dans les petits papiers de sa majesté il ne fallait pas la brusquer. Soudain il remarqua sa dague posée sur le chemin, sans perdre une seconde il s'empressa de se diriger vers elle en oubliant l'espace d'un instant la personne qui l'accompagnait. Cet objet avait énormément de valeur pour Klaus qui ne s'en séparait jamais et tuerait quiconque tenterait de lui subtiliser. Mais une question se posait, comment allait réagir Eleora en voyant que l'homme avec qui elle a prit la fuite est armée ? Il la ramassa et se retourna vers la belle qu'il regardait toujours fixement, son visage n'affichait aucune expression malveillante et pourtant, dague en main un nombre incalculable d'idée lui traversèrent l'esprit. Pour le moment, il ne pouvait rien faire, il préféra alors s'amuser à faire tournoyer son arme autour de sa main tout en approchant de la femme.

« Pardonnez ma négligence, j'ai omis le fait de vous prévenir que j'étais armé... Cependant, je n'ai pas pu m'empêcher de vous observer méticuleusement et il me semble que nous sommes tous les deux dans le même cas. » Il faut dire que ses yeux s'étaient posés il y a de ça un moment sur la silhouette et les formes de la Reine depuis un moment, observant un mouvement de tissu irrégulier dans sa manche. Tout cela n'était que détail et pourrait paraître étrange voir inhumain, mais pour quelqu'un d'entraîner il était facile de repérer ce genre de détail encore plus quand il s'agit d'un Assassin digne de ce nom. Affichant un petit sourire, une fois arrivée à la hauteur de la Dame, il tendit son arme vers elle avant de reprendre « Puis-je vous la confier ? Maladroit comme je suis, je risquerais de la perdre rapidement et dans tout ce tissu, il vous sera surement plus facile pour vous de la dissimuler. » Finit-il en adressant un petit clin d'oeil.

Klaus connaissait les moindres recoins de Kandor, il connaissait chaque emplacement, tous les petits villages et autres constructions humaines, non loin de leur position actuelle se trouvait un petit village de paysan, voilà peut être l'occasion de vraiment rapprocher la Reine de son peuple et entouré de monde elle se sentirait surement en confiance, des moments plus intimes se feront probablement au court de cette journée qui commençait parfaitement. Se tenant toujours droit vers la femme, il tendit la main pour l'aider à se relever ne la quittant pas des yeux, quand elle fut levée et à quelques centimètres de lui, une nouvelle fois plusieurs idées vinrent troubler sa concentration, ces dernières cette fois moins violente et brutale que les précédentes.


« Je pense que votre ami Sandur ne vous en voudra pas si vous le laisser ici un moment, d'autant plus que votre garde ne devrait plus tarder, elle le récupérera rapidement. Il y a à quelques kilomètres un petit village charmant qui je le pense plairait sans nul doute à votre majesté. » Etant donné qu'elle avait enlevé sa couronne, ils passeraient tous les deux presque inaperçu parmi ces personnes qu'elle ne doit pas avoir l'habitude de fréquenter, cependant il y avait un peu de marche à faire, ils auraient pu y aller à cheval en effet, mais la monture de la Reine ne passerait pas inaperçu et quant à la couronne, elle serait certainement subtilisée rapidement par des personnes avides et sans gêne.

« Ne bougez pas. » Klaus réitéra alors en tapotant la tenue de la Reine dans le dos et sur les épaules balayant diverses saletés qui s'étaient accumulée. Une fois finie, il marqua de nouveau une petite distance afin de tapoter à son tour ses habits qu'il s'empressa de remettre le plus en état possible, veillant à ce que sa capuche ne se soit pas abimée durant la chute qu'il avait réalisée presque avec grâce. (lol)

Une fois qu'elle fut prête, le Thériantrophe s'avança vers elle afin de lui tendre son bras pour qu'elle s'y accroche et puissent tous deux parcourir la courte distance qui les séparait du village.


« Vous pourrez en chemin observer un paysage fort agréable, j'espère que le vent ne vous dérange pas, car sur les quelques collines que nous allons emprunter, le vent ne fait preuve d'aucune clémence. Mais ne vous en faites pas, je veillerai sur vous... »

[Hrp : Bon comme je te l'ai dit, je te laisse un peu de boulot Razz du coup tu fais comme tu le sens pour les descriptions du trajet jusqu'au village et même à l'arrivée il n'y a pas de soucis pour ma part.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Sam 24 Nov - 14:44

Heureusement, il semblait n’y avoir plus de peur que de mal et Eleora put retrouver son sourire chaleureux en se rapprochant de lui. Descendant de cheval, elle le laissa paître à leurs côtés et s’assit à ses côtés en regardant autour d’elle, apaisant son souffle et triturant ses cheveux pour paraître légèrement plus présentable qu’elle ne l’était déjà. Ils se trouvaient tous deux perdus dans la campagne profonde, dans ce qui semblait être un pré à l’abandon dans lequel persistait une assez grosse botte de foin, assez confortable au demeurant. Attrapant un brin qu’elle se mit à mâchonner pensivement, elle sourit en le voyant prendre ses aises pour s’étirer : lui pouvait se permettre des plaisirs simples et cela se voyait à son air nonchalant. Eleora n’avait pas exagéré quand elle lui avait avoué que cela faisait années qu’elle ne s’était pas permise ce genre de chose, de ces petites folies qui faisaient qu’on appréciait de vivre. Alors que son regard s’égara de nouveau dans la simplicité de la Nature qu’elle adorait, elle l’entendit faire bruisser la balle en se redressant et elle se retourna pour le regarder de nouveau, souriante.

« Presque adorable dites-vous ? J’aurais dit adorable tout simplement pour ma part. »

- Allons, ne vous faites pas si stupide que ça : votre éclat joueur et rassuré, votre assurance et confiance en vous… Non sire Klaus, vous êtes bien trop malin pour êtes totalement adorable, rit-elle en plissant les yeux vers lui, le laissant lui enlever la poussière sans rien dire, appréciant néanmoins la petite attention en frissonnant légèrement. A par vous entendre vous complimentez, avez-vous une idée de ce que nous allons devenir ? Lui demanda-t-elle en regardant de nouveau autour d’eux, essayant de se repérer mais sans grand succès.

« C’est une bonne question, étant donné que votre garde risque de me faire endosser la responsabilité de cette fuite soudaine, je pense que nous pouvons sans hésitation profiter de cette journée jusqu’au bout. Qu’en dites-vous ? »

- Que c’est une bonne idée sire Klaus ! Sourit-elle. Mes gardes ont tendance à être un peu trop protecteur donc si jamais ils vous mettent la main dessus, vous risquez d’avoir quelques ennuis, c’est évident… Mais ne vous faites pas trop de mouron, je vous défendrai, pouffa-t-elle de rire en le fixant avec malice.

Elle, la frêle reine, protègerait un inconnu beaucoup plus grand et plus costaud qu’elle ? C’était le monde à l’envers ! Et c’était une si étrange idée qu’elle ne pouvait s’empêcher de rire de malice, vraiment incongrue comme image. Et elle continua de sourire en le regardant se lever pour aller chercher elle ne savait quoi. Pourtant, elle perdit peu à peu son sourire en le voyant ramasser une dague et elle se crispa en blanchissant légèrement quand il revint vers elle. Bien qu’il ne semblait pas menaçant, elle voyait enfin le caractère dangereux de son épopée avec ce parfait inconnu, elle pouvait cerner à quel point cet homme avait confiance en lui et n’était pas ce qu’il paraissait au fond.

« Pardonnez ma négligence, j’ai omis le fait de vous prévenir que j’étais armé… Cependant, je n’ai pas pu m’empêcher de vous observer méticuleusement et il me semble que sommes tous les deux dans le même cas. »

Ecarquillant les yeux, Eleora ne put s’empêcher de baisser les yeux en rougissant légèrement et serra ses bras autour de son corsage, assez gêné de tels mots de sa part. En même temps, c’était elle toute seule comme une grande qui l’avait invité à la rejoindre, c’était elle qui avait décidé librement de faire la course en sa compagnie… Faire la prude après tout ce qu’il s’était passé entre eux, cela ne rimait à rien. Prenant une rapide inspiration, elle toussota en remettant une de ses mèches derrière son oreille mais n’arriva toujours pas à le regarder : le voir jouer avec tant d’aisance avec la dague l’avait secoué et elle se rappelait qu’elle était la mère de tout un peuple et non une jouvencelle qui pouvait faire ce qu’elle voulait de sa vie.

« Puis-je vous la confier ? Maladroit comme je suis, je risquerais de la perdre rapidement et dans tout ce tissu, il vous sera sûrement plus facile pour vous de la dissimuler. »

- Hn oui… Bien sûr… Dit-elle doucement en attrapant la lame, admirant la belle facture de l’objet avant de relever une de ses jambes qu’elle détroussa de ses jupes afin de glisser la dague entre les deux morceaux de cuir qui constituaient ses bottes d’équitation, s’en fichant de montrer la chaire nue de sa cuisse.

A part avoir jouer avec habileté sous ses yeux, Klaus paraissait toujours aussi insouciant et taquin, la malice au bout de la langue et le regard pétillant de ruse… Il n’avait pas changé, c’était Eleora qui avait vu le voile de la naïveté à son sujet quitter sa vision pour la confronter à la vérité. Regardant la main tendue de son compagnon de chevauché, elle reposa sa jambe à terre et l’empoigna pour se relever, ses pupilles se dilatant légèrement quand elle se rendit compte qu’elle était un peu trop près de Klaus.

« Je pense que votre ami Sandur ne vous en voudra pas si vous le laisser ici un moment, d’autant plus que votre garde ne devrait plus tarder, elle le récupérera rapidement. Il y a à quelques kilomètres un petit village charmant qui je le pense plairait sans nul doute à votre majesté. »

- Oui, profitons de cette journée qui ne se reproduira pas de sitôt, hocha-t-elle la tête en lui souriant doucement, retirant ses doigts pour lisser ses jupons avant de s’avancer vers sa monture en tâtant pensivement la manche contenant sa propre dague de protection tout en sentant celle de Klaus taper doucement contre son mollet.

Caressant doucement l’encolure de sa monture dont elle retira l’entrave, Eleora écrivit un rapide mot disant qu’elle allait bien et qu’elle sera de retour dans la soirée avant de lui murmurer à l’oreille de retrouver le convoi, caressant son chanfrein avant d’embrasser le bout soyeux de son museau. Ce dernier lui donna un coup de tête affectueux avant de caracoler sous le regard tendre de son amie et de virevolter pour galoper jusqu’à la garde de la reine, la couronne de cette dernière et son petit mot bien à l’abri dans la sacoche de la selle.

- Sandur a été parfaitement dressé : il retournera auprès du convoi en jetant la confusion sur ma piste et le petit mot devrait assourdir quelque peu leurs craintes, lui dit-elle en se retournant vers lui, son petit sourire ne quittant pas le coin de ses lèvres alors qu’elle se faisait plus distante.

« Ne bougez pas. »

Haussant un sourcil de perplexité face à sa demande, elle y consentit pourtant donc et écarquilla les yeux de surprise en le voyant l’épousseter, la faisant éternuer mais apaisant sa légère tension. S’il lui avait voulu du mal, Klaus n’aurait pas hésité un seul instant pendant leur course, il aurait encore moins prit le temps de la dépoussiérer avant de faire de même pour lui et ses vêtements. A moins qu’il cherchait à obtenir sa confiance… C’était trop compliqué et elle ne voulait pas du tout réfléchir maintenant, profiter du peu de liberté qu’elle pouvait se permettre était trop demandé ? Souriant, elle s’accrocha au bras qu’il lui avait offert élégamment, ses deux mains cramponnées à lui alors qu’elle commença à marcher à ses côtés.

« Vous pourrez en chemin observer un paysage fort agréable, j’espère que le vent ne vous dérange pas, car sur les quelques collines que nous allons emprunter, le vent ne fait preuve d’aucune clémence. Mais ne vous en faites pas, je veillerais sur vous… »

- Ne vous en faites pas vous : je ne crains pas le vent et ma coiffure n’a plus rien de glorieux dès l’instant où j’ai accepté de faire la course avec vous sire Klaus, sourit-elle en faisant bouger sa pauvre tresse d’un geste de la tête.

Marchant d’un bon pas tranquille, Eleora regarda les arbres et les paysages en souriant, respirant à plein poumon l’air frais et libre de la campagne. Les oiseaux chantaient à son plus grand ravissement et, malgré un fond d’air un peu frais, le soleil les réchauffait agréablement, cette journée restait agréable à savourer. Le bruit de l’eau qui cascadait, la course des biches, la danse des papillons… Cela lui rappelait son enfance et c’était un regard nostalgique et mélancolique qu’elle posa sur la beauté qui les entourait, le manque serrant son cœur alors qu’elle repensait au petit cottage dans les bois dans lequel ses parents l’avaient élevés. Alors qu’ils continuaient leurs chemins, la Reine gardant le silence, ils finirent par atteindre le haut d’une petite colline qui surplomba le fameux village que Klaus semblait vouloir sillonner en sa compagnie.

C’était un homme assez perturbant…

Le regardant brièvement et pensivement, elle le tira vers le village et tous deux descendirent en bas, les gens saluant respectueusement ces personnes à l’allure bien noble.

- Comment connaissez-vous ce village sire Klaus ? Demanda-t-elle avec curiosité en s’arrêtant devant le boulanger pour lui payer deux petits pains au lard bien chaud et sentant très bon, le gratifiant d’un sourire chaleureux et éblouissant qui se vit récompenser par une brioche fourré à la confiture d’abricot. Merci ! Dit-elle avec des yeux pétillants de plaisir, recommençant à marcher en veillant à rester près de son invité. Pourquoi m’avez-vous emmené ici d’ailleurs ?


Dernière édition par Eleora Olafson le Sam 24 Nov - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Sam 24 Nov - 18:23

« Oh je ne m'en fais pas pour si peu, puis malgré cette petite escapade, sa majesté est toute aussi agréable qu'elle ne l'était durant le trajet. » Répliqua Klaus pour passer à autre chose rapidement, il avait remarqué un peu plus tôt, ce changement brutal sur le visage de la Reine lorsqu'elle l'avait aperçu jouant avec la dague. Visiblement, elle venait de comprendre que le simple fait de penser qu'on ne cours aucun risque lors d'une simple escapade est à bannir, encore plus en compagnie d'une personne dont on ne connait presque rien mise à part son prénom. Il est désormais fort probable que cette dernière est enfin comprise le danger qui pouvait planer autour d'elle en ce moment et encore qu'elle était probablement à mille lieux de se douter que l'homme qui l'accompagnait était le Maître d'une des plus grandes organisations d'Assassin ayant jamais existé sur ces terres. Quand elle le comprendrait de toute façon, il serait trop tard pour elle, soit la Souveraine finirait morte, soit il aurait disparu à tout jamais de son petit quotidien sans laisser une seule trace de son passage. Il repensa un court instant à l'endroit ou cette Damoiselle avait rangé la dague qu'il lui avait demandé de garder durant cette excursion, sans gêne elle avait relevé son jupon dévoilant l'une de ses cuisses pour y déposer l'arme à l'intérieur de l'une de ses bottes, il faut dire que malgré son âge, elle avait gardé la beauté de sa jeunesse...

Alors qu'ils commençaient tous les deux à marcher, prenant soin de maintenir suffisamment son bras, Klaus ne prêtait plus vraiment attention à elle, préférant observer les alentours, non pas parce que le paysage l'intéressait, mais simplement parce qu'il ne voulait pas être surpris par de potentiels personnes malveillante souhaitant sa mort, il faut dire qu'au cours de ses nombreuses années, usurper l'identité de plusieurs personnes à souvent de lourdes conséquences qu'il connaissait parfaitement, néanmoins, la Main d'Ah ne dispose pas d'une seule planque située à Berill, un peu partout la Guilde c'est construite de petits camps dont l'existence était secrète, il faut dire que leur couverture était parfaite, pour la plupart il s'agissait souvent de place marchande, d'entrepôt ou même... De village. Il y avait des femmes, des hommes et des enfants n'ayant bien entendu aucun lien avec Klaus et les siens pour s'assurer que la couverture soit parfaite, il fallait bien entendu quelques civiles. Malgré cela, le Thériantrophe veillait à ce que la Reine ne mette pas les pieds n'importe où tandis qu'elle observait le paysage qui défilait cette fois-ci beaucoup plus lentement. Des oiseaux chantaient, malgré la brise légèrement fraîche qui soufflait sur les collines quelques rayons des soleils parvenaient à réchauffer cette atmosphère. Quelques animaux sauvages se lançaient à leur tour dans une course folle tandis que des branches craquaient sous le pas pourtant rempli de légèreté des deux prétendants. Durant la marche, aucun d'entre eux n'osa prendre la parole préférant savourer chacun à leur façon cet instant de répit, après plusieurs longues minutes de marche, ils se retrouvèrent au sommet d'une petite colline qui surplombait le village en question, elle jeta un rapide coup d'oeil vers ce dernier qui ne tourna pas la tête pour autant sentant ce petit regard pesant avant d'être entraîné par la Reine qui le tirait par le bras, pour enfin croiser les premiers habitants qui respectueusement saluèrent les deux étrangers.

Alors que la Souveraine s'arrêta devant un boulanger, vint alors la question tant attendu, comment Klaus avait-il eu connaissance de ce village lui qui n'habitait pas à Archenior ? Death quant à lui se faisait tout de même un peu plus discret sans pour autant que ce petit changement si soudain se fasse remarquer par la Belle qui était bien trop occupé à ce ravitailler chez le commerçant à qui elle acheta deux pains au lard encore tout chaud dont le doux parfum était assez agréable. Quand le commerçant posa les yeux sur Klaus il eut comme un blocage, une goutte de sueur glissa sur son front avant que le Thériantrophe ne détourne ses yeux sombres pour les reporter sur l'agréable silhouette d'Eleora. D'un petit mouvement de main il mangea un morceau du pain, il avala alors lentement avant de répondre à sa question pour ne pas paraitre impoli plus qu'il ne l'est déjà avec elle :


« Je connais beaucoup de choses votre Majesté, si vous ne crouliez pas sous les responsabilités, c'est avec grand plaisir que je me serais dévoué comme guide pour vagabonder dans nos merveilleuses contrées en compagnie d'une charmante et agréable personne. » Dit-il en souriant, jetant un rapide coup d'oeil aux alentours comme s'il cherchait quelque chose ou quelqu'un. Tandis qu'ils reprenaient la marche d'un pas plus lent et plus tranquille, elle profita de l'occasion pour poser une nouvelle question bien que la réponse était évidente. Mais soit il répondrait quand même. Prenant une légère inspiration, il tourna lentement la tête vers la Reine pour lui répondre entre deux bouchées : « Arrêtez-vous un instant et regardez autour de vous. » Il laissa de longues secondes s'installer avant de reprendre : « Personne ne se jette sur vous, les gens prennent le temps de nous saluer sans trop en faire et sans se montrer insistant, bien sûr la plupart connaissent la Reine uniquement de nom et se font une vague idée de votre apparence, hormis quelques physionomistes, personne ne vous reconnaitra. Voici donc l'occasion idéale de se glisser parmi la foule et profiter pleinement de cette journée n'est-ce pas une bonne idée ? Il va de soi que lorsque l'envie s'en fera sentir, nous partirons ma Reine. Je ne voudrais pas vous retenir trop longtemps. Quant à la garde avant qu'elle ait l'idée de venir fouiller les lieux, nous serons déjà partis tous les deux. »

En fait, ce village n'était pas vraiment répertorié sur les cartes, ce qui donnait un avantage certain à Klaus et Eleora pour profiter et prendre un peu de bon temps. Non loin de là, il y avait des résidents que l'homme connaissait depuis bien longtemps, un couple de personnes âgés chez qui il a séjourné durant une mission non loin de là, ce couple est tout ce qu'il y a de plus charmant, ils représentent l'amour parfait, le durable qui jamais n'a eu de situation désespérée, ils ont appris tous les deux à réparer ce qui a été cassé entre eux pour finalement ne faire qu'un et se soutenir dans toutes les épreuves. Quand la vieille femme aperçue de ses yeux fatigués la silhouette de Klaus se dessiner lentement au loin, elle s'empressa de quitter son tablier et rentrer à l'intérieur de sa maison refermant la porte derrière elle, à première vue on aurait pu croire qu'elle fuyait quelque chose, mais non. Après quelques secondes, elle ressortit en compagnie de son époux qui affichait un sourire agréable, ils étaient quant à eux toujours aussi chaleureux, en voyant le Maître de la Main d'Ah dont il connaissait pourtant le rôle la femme tendis les bras. Il fit un petit signe de la tête à Eleora, avant de prendre les devants et prendre dans ses bras cette dame. Etonnante situation pour un homme de la stature de Klaus, à vrai dire il s'agissait des seules personnes après ses parents qu'il affectionnait comme des membres de sa propre famille, pour la petite histoire, ce couple de personne âgé est en fait un duo de chasseur de prime dont le mari avait participé à la fuite de la famille Fell sur le continent d'Arana... Quand la Reine arriva à la hauteur, le Thériantrophe reprit la parole :

« Je vous présente Dame Eleora, c'est une amie dont j'ai fais la connaissance il y a peu. » Puis il présenta alors Emma et Kurt à la Souveraine. « Bon la véritable raison pour laquelle je vous ai amené ici, elle se trouve à l'intérieur, l'heure du déjeune approche en plus, un véritable repas ne vous ferait-il pas plaisir ? Bien entendu, il n'y aura pas de grande cérémonie lors de celui-ci, il se fera en toute simplicité, mais n'en sera pas moins savoureux, je vous le garanti. » Après quoi, une fois les présentations faites ils entrèrent à l'intérieur de la petite chaumière qui n'était pas grande, à l'intérieur régnait une certaine propreté contrairement à l'image que l'on aurait pu se faire de l'extérieur, il faut dire que la vieille dame affectionnait particulièrement la propreté tandis que son époux lui finissait de préparer à manger pendant que nos deux invités s'installèrent à la table. Toujours aussi galant, Klaus tira la chaise à Eleora avant de l'installer convenablement déposant par la suite la main sur son épaule lui adressant un petit regard complice pour enfin se mettre à sa place.

« Une fois que le déjeuner sera achevé, si vous le souhaitez nous pourrons continuer notre visite dans le village à moins que votre affection toute particulière pour les chevaux nous amènes à l'enclo familiale. Je me plierais sans rechigner à toutes les exigences de Madame. » Dit le Thériantrophe avec amusement. A ce moment précis il observa avec un regard encore un peu plus amusé et sur de lui que celui qu'il affichait auparavant, voilà une étrange personne ce Klaus... Aux nombreuses facettes... Que pouvait-il bien réserver pour la suite de cette journée, difficile à dire, mais tout aussi difficile à cerner, voilà ce qui le rendait souvent plus intriguant et attirant que d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Sam 24 Nov - 20:45

Tout comme elle, Klaus avait choisit de garder le silence à mesure que la promenade se déroulait dans un pas mesuré, leur laissant tout le loisir de savourer la vie fourmillante et colorée de la nature. C’était si loin tout cela, toute cette période de bonheur et d’insouciance, cette simplicité si savoureuse qui lui manquait tant… Le poids des responsabilités, l’attente presqu’angoissante de la satisfaction de son peuple et des conseillers qu’il fallait toujours contenter, trouver un juste milieu, penser toujours à ceux… Quand pensait-elle à elle ? Quand se permettait-elle de se faire un caprice pour satisfaire ses propres envies ? A part la course avec Klaus, elle ne s’était pas accordé ce genre de folie depuis des semaines, voire des mois… Les joies de gouverner un royaume, enfin si l’on peut dire…

Soupirant doucement, Eleora resserra la prise de ses mains sur le bras de son invité en descendant la colline pour atteindre le village, retrouvant néanmoins le sourire quand le boulanger lui vendit ses petits pains au lard et la brioche aux abricots. Bien qu’il eut une curieuse réaction en regardant derrière elle, blanchissant de terreur avant de s’incliner et de reprendre son travail comme si de rien n’était mais à part Klaus peu souriant mais au regard agréable, comme s’il la couvait du regard, il n’y avait rien derrière elle… Curieux… Bah c’était peut-être un homme qui passait derrière eux ou une vilaine bête comme un rat. Haussant les épaules en lui faisant un signe d’au revoir, la Reine retourna auprès de son compagnon de route en lui offrant un petit sourire et se mit à manger doucement le petit pain après avoir glissé la brioche dans sa petite bourse qui pendait à sa taille, attachée à sa ceinture.

« Je connais beaucoup de chose votre Majesté, si vous ne croulliez pas sous les responsabilités, c’est avec grand plaisir que je me serais dévoué comme guide pour vagabonder dans nos merveilleuses contrées en compagnie d’une charmante et agréable personne. »

- Du temps où c’était mon époux qui gérait toutes les affaires du royaume, j’avais du temps pour penser à moi et à explorer nos si belles contrées… Lui répondit-elle doucement en regardant autour d’eux. A présent qu’il a quitté le château, j’ai perdu le peu de liberté qu’il me restait à l’instant où je l’ai épousé… Murmura-t-elle tout bas avant de manger une autre bouchée de son petit pain.

« Arrêtez-vous un instant et regardez autour de vous. Personne ne se jette sur vous, les gens prennent le temps de nous saluer sans trop en faire et sans se montrer insistant, bien sûr la plupart connaissent la Reine uniquement de nom et se font une vague idée de votre apparence, hormis quelques physionomistes, personne ne vous reconnaîtra. Voici donc l’occasion idéale de se glisser parmi la foule et profiter pleinement de cette journée n’est-ce pas une bonne idée ? Il va de soi que lorsque l’envie s’en fera sentir , nous partirons ma Reine. Je ne voudrais pas vous retenir trop longtemps. Quant à la garde avant qu’elle ait l’idée de venir fouiller les lieux, nous serons déjà partis tous les deux. »

Klaus avait raison. Ici et aujourd’hui, en sa compagnie, Eleora était libre d’être la femme simple qu’elle avait été jusqu’à sa rencontre avec Siegfried, personne ne savait qui elle était, personne ne savait ce qu’elle était, elle était l’une d’entre eux, elle était n’importe qui et personne à la fois. Continuant de marcher à ses côtés en méditant à ses paroles, mangeant silencieusement son petit pain en savourant la sérénité des lieux, la Reine saluait les gens en souriant, détendue et sereine dans cet environnement parfaitement inconnu. Et ils continuèrent ainsi jusqu’à ce que Klaus la guide à une petite maison en particulier du village, vers une vieille dame qui entra précipitamment chez elle avant d’y ressortir au bras de son homme, tous deux absolument heureux de retrouver son compagnon de promenade qui les prit dans ses bras. Serait-ce sa famille ? Ses parents ou ses grands-parents ?

« Je vous présente Dame Eleora, c’est une amie dont j’ai fait la connaissance il y a peu. »

- Enchantée de faire votre connaissance, leur sourit-elle en s’inclinant poliment, un peu curieuse mais silencieuse pour ne pas être grossière.

« Bon, la véritable raison pour laquelle je vous ai amené ici, elle se trouve à l’intérieur, l’heure du déjeuner approche en plus, un véritable repas ne vous ferait-il pas plaisir ? Bien entendu, il n’y aura pas de grande cérémonie lors de celui-ci, il se fera en toute simplicité, mais n’en sera pas moins savoureux, je vous le garanti. »

- Je serais heureuse de manger un morceau un peu plus consistant que ce délicieux petit pain et j’avoue être enchantée de savoir qu’il n’y aura pas de grande cérémonie : à cause des goûteurs, j’avais tendance à manger à froid, ça me fera du bien de manger chaud pour une fois, pouffa-t-elle de rire en lui faisant un clin d’œil malicieux.

Entrant dans la maison qui avait un intérieur très chaleureux et propre, Eleora prit place à table en souriant de plaisir à Klaus quand il lui tira galamment la chaise, croisant ses mains sur ses genoux. Mais sa main sur son épaule la perturbait grandement : au vu de leur présentation et de la situation, la Reine avait l’impression qu’il présentait sa future épouse à ses parents et… C’était gênant… Détournant la tête en toussotant légèrement, elle repoussa délicatement la main de Klaus et n’osa de nouveau plus le regarder quand il s’assit à ses côtés.

« Une fois que le déjeuner sera achevé, si vous le souhaitez nous pourrons continuer notre visite dans le village à moins que votre affection toute particulière pour les chevaux nous amènes à l’enclos familiale. Je me plierais sans rechigner à toutes les exigences de Madame. »

- Vous êtes charmants sire Klaus : je pencherais pour une visite du village et s’il nous reste du temps, nous pourrions terminer par l’enclos des chevaux, qu’en dites-vous ? Lui dit-elle sans le fixer, humant avec plaisir l’odeur de la nourriture que préparait la vieille femme qui semblait les fixer en souriant.

Remerciant cette dernière avec chaleur et gentillesse, Eleora attrapa le plat de nourriture et aida à servir avant de manger avec appétit après avoir attendu que les autres mangent la première bouchée : il aurait été malvenu d’être irrespectueuse alors que tout se passait bien.

- C’est extrêmement délicieux madame, merci pour ce repas, dit la Reine en continuant de savourer la nourriture mais sans se départir de ses manières délicates.

Elle espérait ne pas faire mauvaise impression…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Dim 25 Nov - 8:14

Alors qu'il déposait la main sur l'épaule de la Reine cette dernière sembla l'espace d'un instant comme gênée, décidément il lui en fallait peu à cette pauvre Souveraine. D'un petit mouvement elle repoussa alors la main de Klaus qui n'y prêta pas plus attention que cela, préférant aller s'installer à ses côtés, le fait de ne pas savoir qui sont vraiment ces personnes, laissait planer un certain mystère, à quoi pouvait-elle bien penser ? Et bien comme tout le monde qu'il s'agit surement de membre de sa famille, voilà donc qui expliquerait cette gêne si soudaine et inattendu pour cette Dame s'étant laisser aller un peu plus tôt lors de cette folle chevauché. Mais soit ! Quoi qu'il en soit, il avait faim et ne s'attarderait pas tout de suite sur ce genre de détail préférant se remplir la panse. Quant à ce qu'ils allaient faire par la suite, tout était planifié, elle avait opté pour une petite visite du village avant de finir par l'enclos si bien entendu ils leur restaient assez de temps. Eleora prononça ses mots sans même le regarder, humant avec plaisir l'odeur se dégageant de la nourriture que préparait le couple. Une fois que le plat fut porté à la table, la Souveraine prit l'initiative en aidant au service tandis que le Thériantrophe lui n'avait pas levé le petit doigt préférant la laisser agir à sa guise, après tout il n'allait pas se comporter comme le reste de la cour à lui rappeler les convenances sans cesse. Klaus fut le premier à avaler la première bouchée suivi de près par le couple ainsi qu'Eleora qui par respect n'avait pas commencé la première. Alors qu'elle remerciait gentiment Emma de cette nourriture délicieuse la vieille dame prit enfin la parole :

« Je vous en prie, nous n'avons pas pour habitude de recevoir une personne aussi importante que vous Madame. Il est rare voir impossible d'apercevoir la Souveraine de l'une de nos chères Principautés. » Dit-elle en souriant ne quittant pas Eleora des yeux tout en veillant à ne pas se montrer insistante. Pendant que de son côté Klaus lui ne s'arrêtait plus de manger, il ingurgitait une quantité monstre de nourriture sans même se soucier de savoir si les autres occupants de la table en avait assez, il faut dire que ces quelques péripéties et le voyage pour arriver jusqu'à Archenior lui avait ouvert l'appétit. Quand il eut fini de manger sa part, bien avant tout le monde il prit la parole tout en observant les deux personnes âgées qui leur faisaient face.

« Bon évidemment, comme je vous l'avais dit, il y a quelque personne qui savent parfaitement qui vous êtes, c'est pourquoi je pense il n'est pas nécessaire de faire des manières, pour une fois que vous avez l'opportunité de passer outre. Puis pour répondre à cette question qui doit vous faire quelque peu cogiter, il s'agit de vieille connaissance familiale, ce sont d'ancien chasseur de prime et malgré les apparences ils sont toujours aussi efficaces. » Dit-il en fixant Kurt.

Tandis qu'ils finissaient le repas tranquillement, Klaus lui se tenait prêt depuis un bon moment guettant le signal du départ de la Dame. Pour patienter il observait le mur opposé ou se trouvait plusieurs décorations dont une qui attira son attention, sans perdre une seconde il se leva pour aller observer de plus près cet élément de décoration sur la cheminée qui n'était autre qu'une réplique quasi-parfaite de sa dague familiale, évidemment en y repensant c'était tout à fait normal que cette dernière se trouve ici, après tout il s'agissait d'ami très proche de la famille, mais rien qu'à l'idée qu'il y ait une arme toute aussi affûté et symbolique ici ne le laissait pas indifférent. Détournant légèrement le regard vers le vieil homme, ce dernier lui fit un petit signe de tête et aussitôt la main de Klaus se porta sur la dague qu'il refit tournoyer comme la précédente autour de sa main avec amusement, pour une fois son expression de visage changea lentement, laissant apparaître un air nostalgique, repensant au bon vieux temps où son père lui enseignait les rudiments du combat et de l'art de se dissimuler dans l'ombre. Son absence dura plusieurs secondes ou minutes, difficile à dire, une chose est sûre lorsqu'il revint à lui et se tourna vers Eleora, cette dernière avait fini le repas qui fut visiblement savoureux pour tout le monde étant donné que les plats étaient tous vides sans exception. Passant derrière la vieille dame, il glissa habillement dans l'une de ses poches une petite bourse de pièce d'Ashé comme à son habitude, pour les remercier du repas, mais aussi pour leur donner un petit coup de main dans le village.


« Je vous remercie de nous avoir reçu de manière impromptue. » Puis il se tourna lentement vers la Reine « Pouvons nous y aller ? »

« C'est toujours un plaisir de recevoir des personnes aussi importantes petit Klaus, tu transmettras nos amitiés à ta soeur si tu as l'occasion de la rencontrer. » Finit Emma d'un air amusé, elle savait pertinemment que les relations entre le frère et la soeur était tout à fait tendu et inexistante depuis quelques temps pour des raisons propres au Thériantrophe. Il serra alors le poing brusquement avant de se détendre en observant la Reine qui l'attendait pour reprendre la visite.

Adressant un petit signe de tête en guise d'au revoir au vieux couple, Klaus reprit la marche toujours accompagnée de la Souveraine afin de poursuivre leur promenade, après ce repas copieux une petite balade digestive était la bienvenue et quoi de mieux qu'une petite marche dans un village aux allures tout à fait accueillantes. Durant son absence à l'intérieur de la maison, il avait mis la dague à l'intérieur de sa veste pour l'emmener avec lui, oh bien entendu que Kurt ou Emme l'avait senti venir, mais après tout ils ne s'y étaient pas opposés donc ce n'était pas un problème. Observant le visage angélique de sa compagne, il lui adressa un sourire.


« J'espère que sa Majesté a apprécié cette petite escale. »

Désormais, ils avançaient tous les deux dans le village d'un pas lent afin qu'elle profite de tout ce qui se trouvait dans ce petit village, des enfants jouaient, tandis que des forgerons travaillaient le métal, le doux parfum de la campagne. Au loin, au détour d'un petit sentier se trouvait une petite cascade d'eau cristalline ou les enfants avaient pour habitude de se baigner pour passer du bon temps, la vue était agréable et le lieu suffisamment reposant pour entamer une petite discussion, c'était le moment ou jamais pour en savoir plus sur certaines habitudes de la Belle et le fonctionnement du palais. Après plusieurs minutes, ils arrivèrent au pied de la cascade qui s'écoulait en continu ou Klaus s'installa sur un rocher ne quittant pas du regard la Reine :

« Dite, puis-je vous poser une question... Quel est le quotidien d'une Reine aussi ravissante que vous ? Je veux dire, comment occupez-vous vos journées ? Il doit être compliqué pour quelqu'un d'être constamment entouré de sa garde, bien que je suppose qu'il vous arrive d'avoir quelques moments plus ou moins intimes, non ? » Voilà que le questionnaire commençait, après tout il ne fallait pas oublier pourquoi il avait accepté l'invitation de cette dernière, s'il ne revenait pas avec un minimum d'information concernant la principauté d'Archénior il aurait perdu son temps, enfin plus ou moins. Et puis après tout il était curieux donc pourquoi ne pas se lancer.

« Je ne vous oblige pas à répondre votre Majesté, mais nous avons l'occasion de faire plus ample connaissance et cette atmosphère est propice. Dites, j'aimerais savoir... Vos prisons sont-elles confortables ? » Dit-il en rigolant. « Après tout je risque fort de m'y retrouver à la fin de cette journée, alors autant prévoir un minimum de confort. Enfin, se serait une occasion de visiter le palais, je n'ai jamais eu l'occasion d'y mettre un pied encore et pourtant je suis sûr qu'il est tout aussi splendide que vous... En y repensant, je suis agréablement surpris, je ne m'attendais pas à faire une rencontre aussi bonne que la vôtre Dame Eleora... » Le rocher sur lequel était posé Klaus était glissant, il manqua à plusieurs reprises de tomber à l'eau en se perdant dans le regard de son interlocutrice, il avait la tête ailleurs, mais difficile de savoir à quoi il pensait en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Dim 25 Nov - 10:12

« Je vous en prie, nous n’avons pas pour habitude de recevoir une personne aussi importante que vous Madame. Il est rare voire impossible d’apercevoir la Souveraine de l’une de ns chères Principautés. »

Etonnée, Eleora quitta les plats des yeux pour les fixer sur la vieille qui lui sourit tendrement : elle la connaissait alors ? C’était le cas pour tous les gens de ce village ? Même sans sa couronne ? Se mordillant nerveusement les lèvres, elle se sentit pourtant soulagée qu’elle ne cherche pas davantage à poser des questions ou à la juger de son manque de protocole, jetant un rapide coup d’œil à Klaus pour se rassurer qu’elle ne risquait rien.

« Bon évidemment, comme je vous l’avais dit, il y a quelques personnes qui savent parfaitement qui vous êtes, c’est pourquoi je pense il n’est pas nécessaire de faire des manières, pour une fois que vous avez l’opportunité de passer outre. Puis pour répondre à cette question qui doit vous faire quelque peu cogiter, il s’agit de vieilles connaissances familiales, ce sont d’anciens chasseurs de prime et ; malgré les apparences, ils sont toujours aussi efficaces. »

Elle était dans une maison de chasseurs de primes à la retraite en compagnie d’un homme qui semblait extrêmement habile dans le maniement des dagues… Eleora commença à se demander si cette journée était si idéale que ça, si elle avait eu une bonne idée en s’enfuyant avec lui… La petite morsure de la nervosité face au danger commença à mordiller de façon un peu plus dur son palpitant qui se serra alors qu’elle baissa les yeux. Rêveuse et positive, elle n’en demeurait pas moins sage et incrédule : des personnes dangereuses étaient autour d’elle, la seule idée qui la rendait perplexe et engendrait l’indécision de la suite des évènements c’était le fait que, bien que tueurs, ils ne lui avaient rien fait tous les trois, lui parlant normalement en lui souriant. Cette épopée prenait des allures d’univers parallèle…

Fixant pensivement son assiette, la Reine se mit à manger en silence, son oreille guettant les bruits qu’ils faisaient et la balade de Klaus qui, affamé, avait finit avant eux et semblait exploré la demeure. Une fois qu’elle eut terminé, elle se redressa pour le voir jouer encore une fois avec une dague, ressemblant étrangement au demeurant à celle à l’abri dans sa botte, tandis qu’un léger frisson de crainte lui chatouilla l’échine et la poussa à détourner les yeux : elle détestait les armes, la violence et la peur engendrée par les deux là.

« Je vous remercie de nous avoir reçu de manière impromptue. Pouvons-nous y aller ? »

- Oui bien sûr, dit-elle doucement en se mettant debout, inclinant le buste pour remercier l’accueil très agréable de ce couple charmant et attentionné. Je vous suis reconnaissante pour ce délicieux repas.

« C’est toujours une plaisir de recevoir des personnes aussi importantes petit Klaus tu transmettras nos amitiés à ta sœur si tu as l’occasion de la rencontrer. »

De toute évidence, il s’agissait là d’un sujet à ne pas aborder au vu de la réaction de son compagnon de route dont le poing venait de se crisper durement sous le regard inquiet de la Reine. Voilà bien un thème de conversation qu’elle ne traiterait pas mais qu’elle attendrait qu’il parle de lui-même, question de logique et de respect mais aussi de survie au vu de ses compétences. Souriant brièvement, elle sortit de la maison et prit une profonde inspiration avant de reprendre la marche, attentif de l’entendre la suivre mais restant silencieuse. Eleora n’avait pas envie de parler, toutes ces menues découvertes avaient eu le don de la déstabiliser et elle ne savait plus trop où elle en était. Elle regrettait que Sandur ne soit pas à ses côtés, elle se sentait protégée et plus esseulée en sa compagnie, comme s’il comprenait tout ce qu’elle lui confiait. Plongée dans les troubles de son âme quelque peu torturée, elle dressa la tête de surprise en l’entendant lui parler et elle lui offre un pauvre mais doux sourire en le regardant.

« J’espère que sa Majesté a apprécié cette petite escale. »

- Oui, beaucoup sire Klaus : ce sont des gens vraiment très chaleureux et j’ai beaucoup aimé les connaître, dit-elle en hochant la tête avait de recommencer à regarder autour d’eux, ses yeux s’abreuvant de la vie et de ses décors autour d’eux.

Dans un recoin du village, son compagnon les fit s’avancer jusqu’à une petite cascade très belle et dont les petites gouttes volant au vent ressemblaient à de minuscules arc-en-ciel, c’était un beau spectacle. Regardant Klaus s’installer sur un rocher semblant glissant avant de se mettre à la boire du regard, Eleora s’avança près de l’eau avant de s’asseoir sur l’herbe et retroussa son jupon pour retirer ses bas et ses bottes. Fouillant dans sa petite bourse, elle en tira une petite cordelette de cuir et remonta ses jupes jusqu’à dévoiler ses mollets et ses genoux pour les fixer à sa taille. Avec moult précaution, la Reine s’avança dans la petite rivière et tortilla ses orteils de plaisir sous la caresse de l’onde un peu fraîche mais tout de même agréable.

« Dites, puis vous poser une question… Quel est le quotidien d’une reine aussi ravissante que vous ? Je veux dire, comment occupez-vous vos journées ? Il doit être compliqué pour quelqu’un d’être constamment entouré de sa garde, bien que je suppose qu’il vous arrive d’avoir quelques moments plus ou moins intimes, non ? »

- Avant, je me contentais de paraître au bras de Siegfried, paradant à ses côtés comme un beau trophée, et je me rendais en ville pour distribuer argent et nourriture, aidant dans certains hospices et inaugurant certains bâtiments ou fête de villages, finit-elle par répondre en jouant dans l’eau, soufflant sur une mèche rebelle qui lui chatouilla le nez. Mais à présent, je passe mes journées à traiter les problèmes les uns à la suite des autres avant d’aller assister aux cérémonies officielles pour après recommencer à écouter les doléances des gens : je quitte rarement mon bureau ou la salle du trône mais j’arrive à avoir un peu de temps pour me balader dans les jardins ou encore faire cette promenade dans les campagnes de mon Royaume, rajouta-t-elle en haussant les épaules, fixant pensivement l’eau en frissonnant sous la petite caresse du vent.

« Dites, j’aimerais savoir… Vos prisons sont-elles confortables ? Après tout je risque fort de m’y retrouver à la fin de cette journée, alors autant prévoir un minimum de confort. Enfin, ce serait une occasion de visiter le palais, je n’ai jamais pu y mettre un pieds encore et pourtant je suis sûr qu’il est tout aussi splendide que vous… En y repensant, je suis agréablement surpris, je ne m’attendais pas à faire une rencontre aussi bonne que la vôtre Dame Eleora… »

- Ne vous en faites pas, mes cachots sont lugubres mais sec et chaud : dans un sens, on peut dire qu’ils sont confortables et propres, rit-elle en esquissant vaguement de petits pas de danse dans l’eau. Mais vous n’irez pas séjourner dedans : je les en empêcherais quand ils nous retrouveront. Je serais peut-être encore une fois traitée de faible et trop émotive mais ils respecteront ma décision et ne vous feront rien, soyez en rassuré sire Klaus, le rassura-t-elle avant de se tourner vers lui et de rire de plus belle en le voyant manquer de tomber à l’eau. Est-ce que vous parlez aux femmes tout le temps de cette façon ? De façon charmeuse et galante, qu’est-ce que cela vous apporte à le faire ? Attendez-vous quelque chose de précis de ma part en réponse à tout ces compliments ? Lui demanda-t-elle malicieusement en se rapprochant de lui mais toujours dans l’eau, ne le quittant pas du regard en attendant sa réponse. Des flatteurs comme vous, j’en vois tous les jours dans mon cabinet et ils souhaitent toujours quelque chose de ma part, en quoi serez-vous différent sire Klaus ? Continua-t-elle en posant ses mains sur sa taille, haussant un sourcil parfaitement épilé alors que son regard gris clair se posa de façon insistante sur le jeune seigneur qui finirait par tomber à l’eau, moins souriante mais non agressive, toujours douce et juste curieuse elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Dim 25 Nov - 11:50

Alors que Klaus se posait sur son rocher paisiblement malgré une fâcheuse tendance à perdre l'équilibre de temps en temps, la Reine prenant quelque peu ses aises visiblement un peu moins préoccupée que lors du repas et le trajet effectué pour arriver jusque là. Il y avait de quoi être perturbé, la journée était pleine de surprise puis quant à elle, ce n'était pas dans ses habitudes de ressentir un bouleversement de la sorte, sa routine ayant été complètement chamboulée par l'apparition du Serpent. De temps à autre un peu de piment dans la vie ne fait jamais de mal surtout quand ce piment et surplombé d'un petit brin d'adrénaline, tandis que cette dernière remontait ses jupons afin de pouvoir mettre les pieds dans l'eau il l'observait avec amusement en prenant soin de la questionner sans pour autant être impoli dans sa façon de parler. Eleora jouait dans l'eau comme une enfant tout en prenant le temps de répondre à son interlocuteur entre deux mouvements.

Comme il le pensait, la vie de la Souveraine n'avait rien de bien passionnant s'il avait pu s'assoupir durant cette réponse il l'aurait fait volontiers, mais ce n'était pas de sa faute à vrai dire, il s'agissait là des responsabilités habituelles des têtes couronnées. Dans cette discussion, la seule information plus ou moins importante était celle concernant ses aller et venues dans son bureau, mais aussi la salle du trône qu'elle ne quittait pas souvent. Au moins lorsqu'il viendrait s'occuper d'elle lors d'un prochain contrat il saurait où la chercher en premier lieu, bien que visiter ses appartements pourraient être tout aussi enrichissant, après tout en tant que Reine, elle doit bien posséder divers bijoux pouvant se revendre une fortune, non pas que l'argent de Helh'hen était insuffisant, mais pour quelques plaisirs personnels il faut bien quelques fois y mettre les moyens nécessaires. L'espace d'un instant, elle se laissa entraînée par ses pensées en fixant l'eau jusqu'à ce que le Thériantrophe l'interpelle de nouveau pour en savoir encore et toujours un peu plus.

Bien ! D'après la Souveraine, ses cachots sont quelque peu lugubre mais sec et chaud, un endroit parfait pour se reposer en fait, durant ses missions Klaus avait connu bien pire et beaucoup moins confortable, toujours avec un air amusé, il la regardait fixement réaliser quelques mouvements de danse dans l'eau assurant par la suite qu'il n'irait pas séjourner dedans, prétextant qu'elle s'opposerait à cette sentence, mais au fond de lui il savait très bien que si la décision était prise par le Roi lui-même, elle n'aurait aucun mot à dire. Souriant tout de même, il n'apparaissait pourtant pas inquiet face aux circonstances, quoi qu'il en soit, s'il finissait en prison, il ne lui faudrait pas plus d'une demi-journée pour s'évader et pourquoi ne pas passer saluer une dernière fois la charmante Eleora. Alors qu'il manqua de tomber à l'eau, cette dernière ne put pas s'empêcher de rire avant d'en venir au fait, s'il parlait aux femmes de cette façon ? Oui bien entendu, après tout il ne s'en cachait pas véritablement, d'où toute cette assurance qu'il a accumulé avec le temps. Tandis qu'elle se rapprochait de lui tout en restant dans l'eau, les questions s'accumulaient jusqu'à ce qu'elle se dresse devant lui posant alors ses mains sur sa taille haussant un sourcil tout en posant son regard quelque peu insistant. Un peu perdu dans ses pensées ou plutôt sur la silhouette qui prêtait à rêver de la Reine, Klaus perdu l'équilibre s'apprêtant à tomber la tête la première dans l'eau il eut la présence d'esprit de mettre les mains dans l'eau en premier pour réaliser un poirier avant de se redresser à quelques centimètres de la Reine faisant preuve d'agilité, une autre facette que la femme ne connaissait pas chez lui, mise à part l'avoir vu réaliser quelques mouvements avec une arme blanche, elle ne savait pas grand-chose, un petit rictus s'afficha comme ci de rien n'était. En se redressant il avait éclaboussé légèrement la Souveraine, sa main se posa alors derrière sa tête l'espace d'un instant en signe de gêne, bien que ce n'était pas véritablement le cas.


« Je ne vous mentirai pas en vous disant que je suis fidèle à moi-même avec toutes les femmes, bien que certaines tout comme vous réussisses à attirer mon attention plus que d'autre. Je suis de nature galante et charmeuse, à quoi bon aller contre ce que je suis. » Dit-il en retirant doucement quelques parties de son équipement pesant leur poids dans l'eau, puis surtout pour se trouver un peu plus à l'aise et libre sans pour autant se dévêtir. « Si j'attend quelque chose de votre part ? Bien entendu, allons ! Je ne serais pas un homme un vrai si ce n'était pas le cas, mes intentions sont cependant, probablement moins répréhensibles que tous ses flatteurs que vous dites recevoir ! » S'exclama t'il sur un ton amusé, il ne prenait pas mal les questions venant de la Reine, elles étaient la bienvenue puis si cette dernière se prêtait au jeu des questions réponses, il pouvait faire de même. « J'attends de votre part de simples réponses à mes questions et j'en ferais de même, ce n'est pas tous les jours que l'on a l'occasion de rencontrer une femme de votre importance. » Soudain, il posa la main dans l'eau avant de la remonter brusquement vers la Reine l'éclaboussant pour s'amuser ainsi que probablement lui rafraichir les idées et répondre une bonne fois pour toute à cette question : « En quoi suis-je différent de tous ces hommes ? N'avez-vous pas déjà une image de moi prêtant à la méfiance de part mon assurance, si en plus je me mets à me jeter des fleurs, notre rencontre va rapidement s'achever, je vous dirais en toute simplicité que si je n'étais pas différent nous ne serions pas ici aujourd'hui tous les deux en tête-à-tête. » Puis de nouveau il éclaboussa la Souveraine en prenant soin de reculer pour ne pas se prendre un revers de la main en guise de mécontentement, Klaus était d'humeur taquine en cette journée plus qu'agréable puis l'eau était suffisamment bonne pour que personne n'attrape froid, les enfants avaient déserté les lieux très certainement pour leur sieste quotidienne, il ne restait plus que nos deux prétendants qui se dévisageaient jusqu'à ce que le Thériantrophe hausse à son tour un sourcil et place ses mains sur sa taille pour imiter Eleora. Il se moquait ouvertement d'elle, mais après tout jusqu'à présent elle avait suffisamment preuve de compréhension pour ne pas mal réagir.

« Et vous votre « Majesté » qu'est-ce que cela vous apporte t'il de rester à mes côtés, après tout vous m'avez dit en rencontrer plusieurs et souvent des flatteurs comme moi, alors à quoi bon s'éterniser ? » Il était à son tour moins souriant sans pour autant se montrer agressif, il tombait simplement dans l'imitation. Puis il se mit à reculer pour parer à toutes tentatives d'éclaboussures, jusqu'à se retrouver contre les parois de la cascade qui s'écoulait à quelques mètres de lui désormais, un geste un peu trop brusque et il finirait arrosé par une gigantesque douche, quoi que cela, ne lui ferait certainement pas de mal après cette journée. Observant de nouveau le regard gris de la cavalière il aimait se perdre à l'intérieur de ses yeux prenant cela une nouvelle fois comme un jeu qui avait parfois tendance à donner l'impression d'être un jeu de séduction, mais après tout elle ne se laisserait pas avoir par un homme aussi flatteur et coureur de jupon comme Klaus... Qui sait.

Pendant que nos deux personnages étaient en plein duel de regard, un cheval semblable à celui qu'avec le Thériantrophe à son arrivée vint approcher le petit court d'eau afin de se désaltéré, il s'agissait belle et bien de la monture du Maître qui se promenait librement comme ci de rien n'était autour de l'eau. Un petit hennissement retenti alors brusquement avant qu'il ne reparte tranquillement dans une clairière un peu plus loin, laissant place au bruit de la cascade qui s'écoulait et aux quelques rayons des soleils qui venaient se refléter sur la surface de l'eau. Cette journée leur appartenait et Klaus ne laisserait pas passer le moyen de se faire plus proche de la Reine qu'il ne l'est déjà en ce moment...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Lun 26 Nov - 16:06

Eleora perdit de suite de sa superbe et son assurance, complètement déstabilisée de voir autant d'aplomb dans la verve de la part de Klaus. Après tout, elle n'était pas la seule à savoir parler et entortiller les gens autour de son doigt. Affichant une légère moue, elle croisa les bras en détournant le visage, se demandant si elle allait fuir et s'avancer pour danser dans l'eau comme si de rien n'était ou affronter la conséquence de ses questions... Hnnn elle était Reine, elle devait assumer ses questions et puis elle l'appréciait bien au fond, il lui parlait sans faire de manières même s'il gardait un certain respect, sans compter sa ruse et ses compliments.

Qui ne tente rien, n'a rien !

Se frottant doucement les bras, elle garda sa position face à lui et le regarda se soulager de sa légère armure de voyage, un léger sourire planant sur ses lèvres.

« Je ne vous mentirais pas en vous disant que je suis fidèle à moi-même avec toutes les femmes, bien que certaines tout comme vous réussissent à attirer mon attention plus que d'autre. Je suis de nature galante et charmeuse, à quoi bon aller contre ce que je suis. Si j'attends quelque chose de votre part ? Bien entendu, allons ! Je ne serais pas un homme un vrai si ce n'était pas le cas, mes intentions sont cependant moins répréhensibles que tous ses flatteurs que vous dites recevoir. »

- Sire Klaus, mes oreilles me trompent-elles ou j'ai bien entendu que vous reconnaissiez séduire les femmes ? Me séduisez-vous ? Lui demanda-t-elle en haussant un sourcil, interloquée. Si vous ne recherchez pas quelques faveurs politiques ou économiques de ma part, que souhaitez-vous de moi ? Continua-t-elle en fronçant les sourcils, perplexe, se demandant s'il désirait des faveurs plus... Plus physiques.

L'incertitude de cette journée et de cette rencontre lui pesait un peu, tous ces mystères et ses manières, sa façon de parler... Sa curiosité naturelle la dévorait et la poussait à chercher des réponses à ses questions mais plus elle interrogeait Klaus plus ce dernier tissait sa toile autour d'elle sans l'aider à comprendre ce qu'il se passait. On lui refusait à elle la Reine des réponses ! C'était le monde à l'envers ! Mais en même temps... Personne ne le faisait avec elle, souhaitant être dans ses petits papiers, la brossant dans le sens du poil pour avoir ses faveurs, alors qu'un homme aussi inconnu que séduisant avait l'audace de le faire comme s'il n'avait pas peur de se faire punir.

C'était audacieux et culotté... Au fond, la Reine appréciait.

« J'attends de votre part de simples réponses à mes questions et j'en ferais de même, ce n'est pas tous les jours que l'on a l'occasion de rencontrer une femme de votre importance. »

- Que...

Alors qu'elle le fixait avec de plus en plus de surprise, Eleora fit un bon en arrière en couinant, s'essuyant le visage alors qu'elle se mit à frissonner sous la caresse des gouttes d'eau.

- Klaus ! S'exclama-t-elle, étonnée, oubliant complètement ce à quoi elle pensait.

Interloquée, elle finit par pouffer de rire en le regardant avant de se pencher pour faire de même, lui offrant une éclaboussure en guise de réponse : elle aussi pouvait être joueuse.

« En quoi suis-je différent de tous ces hommes ? N'avez-vous pas déjà une image de moi prêtant à la méfiance de part mon assurance, si en plus je me mets à me jeter des fleurs, notre rencontre va rapidement s'achever, je vous dirais en tout simplicité que si je n'étais pas différent, nous ne serions pas ici aujourd'hui tous les deux en tête-à-tête. »

Et il se remit à l'éclabousser comme pour appuyer ses paroles. En même temps, Klaus avait raison : c'est parce qu'il changeait de tous ces mâles quémandeurs qu'Eleora lui avait demandé de l'accompagner, parce qu'ils n'étaient pas comme eux qu'elle ne voulait pas que cette journée finisse, parce qu'il était différent qu'elle prenait beaucoup de plaisir en sa compagnie. Souriant de malice, elle s'avança vers lui puisqu'il avait reculé et l'aspergea de nouveau en riant, frissonnant alors que les gouttes un peu trop fraîche pour son corps roulaient sur sa peau en semant la chaire de poule.

- Que... ?

Voilà qu'il se mettait à la singer !

« Et vous votre « Majesté » qu'est-ce que cela vous rapporte-t-il de rester à mes côtés, après tout vous m'avez dit en rencontrer plusieurs et souvent des flatteurs comme moi, alors à quoi bon s'éterniser ? »

- Justement sire Klaus, parce que vous êtes différents de ces coqs qui espèrent abuser sans que je me rende compte de ma crédulité de femme, parce que j'ai beau être reine, je ne suis qu'une femme stupide à leurs yeux et, à mon plus grand bonheur, ils se mordent les doigts quand je n'accède pas à leurs désirs, mon plaisir de la journée, pouffa-t-elle de rire en jouant avec ses mèches, l'oeil étincelant de malice et de ruse. Vous êtes quelqu'un de mystérieux, que je n'arrive pas à cerner, et c'est tellement rafraîchissant de jouer avec vous ! Vous m'amusez et me donnez la liberté, c'est pour ça que je vous ai suivit, je le regretterais peut-être, mais là, maintenant, je vous suis reconnaissante et je suis ravis de poursuivre cette journée avec vous, rajouta-t-elle en lui offrant un grand sourire éblouissant, les joues rosées par le froid et l'excitation du jeu.

Elle le forçait à reculer, menaçant de l'arroser et le conduisant inconsciemment sous l'eau de la cascade, pétillant de plus belle jusqu'à laisser éclater un rire claire, se redressant fièrement, les mollets toujours dans la rivière alors que Klaus venait tout simplement et purement de prendre une douche sous ses yeux. Le goût de la victoire fondait agréablement sur sa langue et Eleora posa ses mains sur ses hanches, la mine triomphante alors qu'elle se moquait gentiment de lui et de sa déconfiture, ses lèvres s'étirant dans un sourire joueur et heureux.

- Si vous aviez su que vous vous laveriez, je suppose que vous auriez pensé à prendre votre savon, n'est-ce pas ? Dit-elle d'un ton faussement innocent, reculant prudemment jusqu'à s’asseoir sur la rive sans le quitter un seul instant du regard, toujours autant amusée.

Le pauvre, il devait avoir bien froid et ses vêtements devaient être inconfortable... Qu'importe, le soleil se chargerait de le réchauffer, déjà ses rayons chassaient la fraîcheur des gouttes d'eau qui étaient sur le corps de la Reine. Pouffant de rire en voyant ses mèches pendre sur son visage et goutter sur sa peau, Eleora s'allongea sur l'herbe pour fixer le ciel, croisant ses mains sous sa nuque alors qu'elle étira ses jambes pour réchauffer ses mollets nus quelque peu frigorifiés.


Dernière édition par Eleora Olafson le Mar 27 Nov - 6:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mar 27 Nov - 5:41

Un petit jeu avait pris entre les deux protagonistes qui s'arrosaient de plus belle à chaque fois que l'un d'entre eux avait l'occasion de lancer l'offensive, il en fallait vraiment peu pour se divertir en cette belle journée. Ici, il s'agissait d'une simple technique pour faire diversion afin de ne pas attirer l'attention sur les paroles qu'avaient proférées Klaus qui ne souhaitait pas que la Souveraine s'attarde dessus sans quoi la discussion risquerait d'être beaucoup moins productive et enrichissante que prévus. Désormais contre la paroi de la cascade, il ne pouvait plus bouger subissant les quelques assauts de son assaillante qui profitait agréablement bien de la situation, jusqu'à ce qu'elle remarque que le serpent se mette à la singe, la ressemblance était presque parfaite si ce n'est que Klaus était un homme et qu'indéniablement cette posture ne le mettait pas en valeur. Questionnant Eleora, elle ne se fit pas prier pour répondre tout en pouffant de rire, il était vrai que jusqu'à présent elle avait fait preuve de caractère bien que facilement distraite contrairement à ce qu'elle voulait laisser paraître, ce n'est pas pour autant qu'il sous estimait cette dernière bien au contraire, il s'en amusait plus qu'autre chose. Après quoi le Thériantrophe répliqua avec un petit sourire, s'imaginant parfaitement la Reine torturer habilement ces gens mettant en doute sa personne parce qu'ils s'adressent à une femme.

Elle qualifia Klaus comme quelqu'un de mystérieux, elle visait juste et cela était préférable qu'il ne soit pas si simple à percer à jour, sinon sa couverture en prendrait une sacrée claque et sa situation aurait été plusieurs fois menacées. La Reine s'amusait et pouvait enfin profiter de toute cette liberté dont le monde extérieur faisait preuve de temps en temps, tout se déroulait comme prévus pour le moment. Elle termina sa phrase sur un agréable sourire tout en gardant les joues rosées par le froid que procurait les quelques gouttes d'eau sur son visage qui gardait toute sa splendeur malgré les circonstances. Alors qu'il était déjà au pied du mur, Eleora avançait encore un peu plus vers lui l'obligeant à reculer tout autant à chaque fois, le bruit de la cascade se rapprochait à chaque mouvement, mais son attention était retenue par sa Majesté qui avançait dans sa direction, alors Klaus n'y prêta pas attention. Soudain, le bruit de l'eau se fit encore un peu plus assourdissant et pour cause, il venait de se retrouver sous la cascade prenant par la même occasion une sacrée douche, tandis qu'Eleora prit une posture fière elle éclata de rire du moins c'est ce qu'il en conclu en la voyant, car le bruit de l'eau était assourdissant et comme il lui tombait pile sur la tête son ouïe était péniblement réduite. Après quoi il s'avança suffisamment pour en sortir. Visiblement, elle était plutôt contente d'elle, posant ses mains sur ses hanches le visage triomphant elle se moquait ouvertement du Thériantrophe qui avait les vêtements trempés, ses cheveux en bataille lui tombait un peu partout sur le visage. Se débouchant les oreilles en inclinant la tête légèrement sur le côté il l'entendit prononcer alors quelques mots.


« En effet, si j'avais su, j'aurais pris quelques précautions auparavant. » Dit-il amusé prenant plutôt bien la situation, observant la Reine reculer prudemment afin de s'asseoir sur la rive. Elle faisait bien, le revanche ne saurait tarder connaissant Klaus il ne lui faudrait pas longtemps pour faire tourner la roue, mais pas tout de suite désormais il y avait le problème des vêtements à régler. En voyant qu'elle s'allongeait confortablement dans l'herbe, il en profite pour retirer un à un ses hauts qui étaient trempés, l'avantage c'est qu'avec ces soleils encore présents et la matière des habits il ne faudrait pas longtemps pour les faire sécher. Il garda tout de même son pantalon pour ne pas paraître incorrect bien que l'envie le démangeait, la sensation du tissu collant à la peau était assez désagréable il n'appréciait pas spécialement, mais il ferait avec... Par réflexe il vint toucher une partie de son dos qui avait été marqué par de nombreux coups de fouet qu'il avait reçu durant son enfant lors de son apprentissage auprès du Noble issu Duché du loup qui se voulait être un véritable tirant même avec les plus jeunes et le caractère rebelle et protecteur de Klaus ne l'avait pas aidé. Prenant le temps de tordre délicatement ses tissus afin de pouvoir les étendre sur un rocher, il n'oubliait pas pour autant la Reine un peu plus loin toujours allongée dans l'herbe probablement un peu pensive quant à cette journée et cette rencontre.

Soudain, le Thériantrophe vint troubler la tranquillité de la Reine qui avait les mains sous sa nuque installée de façon confortable, mais cela n'allait pas arrêter Klaus qui était revanchard. Attrapant alors les chevilles d'Eleora tout en gardant les pieds dans l'eau, il la tira brusquement jusqu'à pouvoir la mettre sur son épaule.


« Bien, bien ! Je pense qu'il est temps pour sa Majesté de prendre une douche aussi. » Ne lui laissant pas le temps de dire quoi que ce soit, il l'emmena en direction de la cascade affichant un sourire moqueur qu'elle ne pouvait voir. Une fois sous cette dernière il marqua un moment d'hésitation, il aurait pu la jeter sous la cascade et prendre la fuite, mais cela n'aurait rien d'amusant alors, il décida de s'y glisser avec la belle sur son épaule qu'il déposa pile poil sous la cascade afin de prendre à son tour une posture fière et amusée de la situation, la singeant de nouveau il ne pu s'empêcher d'éclater de rire à son tour une fois la revanche accomplie.

« Allons, croyez-vous que votre position de Reine m'empêcherais vraiment du vous faire subir le même sort ? » Répliqua Klaus sortant de la cascade pour y laisser seul Eleora qui était à son tour toute trempée de la tête aux pieds. Mais alors qu'ils profitaient tous les deux de cette situation, le bruit d'un cor résonna dans la clairière, la garde royale ? Ici ? Déjà ? Comment était-ce possible ? Cette journée allait se terminer plus rapidement que prévus s'ils les trouvaient ici, d'autant plus que dans cette position, la prison serait la seule issue pour celui qui serait présenté comme le ravisseur de la Reine. Sans perdre une seconde il se jeta en direction de la cascade, attrapant cette dernière par la taille, il l'attira contre lui derrière la cascade ses mains sur sa taille il la tenait pour ne pas qu'elle bouge tout de suite.

« Et bien moi qui pensai avoir un moment de répit plus long, il s'avère que votre garde est dans le village votre Majesté, il ne tient plus qu'à vous de vous jouer une nouvelle fois d'eux ou d'aller les rejoindre. » Dit-il le visage à quelques centimètres du sien, observant avec malice ses yeux jetant un rapide coup d'oeil sur les lèvres d'Eleora, il fut tenté l'espace d'un instant de prendre le risque, mais il ne voulait pas être incorrect, il avait déjà les mains autour de sa taille pour la garder près de lui afin d'être le moins visible, en faire trop ne serait peut-être pas la bienvenue. Quant à sa réponse, il la connaissait plus ou moins, cela paraîtrait étrange qu'elle décide de regagner sa garde dans un tel état d'autant plus que la journée était loin d'être fini, il y avait encore tant de choses à voir... ou à faire.

« Nous en avons pour un moment sous cette cascade Dame Eleora... J'espère que vous êtes aussi patiente que séduisante. » Une nouvelle fois, malgré la situation, il se voulait sur de lui et toujours aussi flatteur, on ne changeait pas les bonnes vieilles habitudes après tout n'est-ce pas. Son regard se porta lentement sur la silhouette de la Cavalière qui lui apparaissait trempée et tout d'avantage plus agréable qu'elle ne l'était un peu plus tôt. Ses yeux sombres remontèrent lentement pour se porter dans les prunelles grises de la Reine. Un peu plus loin la garde approchait, elle allait surement trouver les vêtements étendus de Klaus, il ne fallait plus qu'espérer qu'ils n'aient pas l'intelligence de se mouiller pour passer sous la cascade qui était déjà suffisamment étroite pour deux, mais avec leur armure cela semblait fort improbable.

[Hrp : Bien, bah je te laisse prendre autant de liberté que tu le souhaites pour la suite, il n'y a pas de soucis pour ma part. Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mar 27 Nov - 6:50

{hrp: j'ai glissé trois références tirées d'autre oeuvre, sauras-tu les trouver? :p}



Victorieuse et fière d'avoir réussit à le berner pour le faire prendre une douche forcée, Eleora ne cessait de le regarder dans sa déconfiture en pouffant de rire, ses yeux pétillants de malice alors que ses lèvres s'étiraient dans un grand sourire joueur. Au vu de sa pose et de la situation, on aurait pu croire que la Reine était une chasseresse ravie d'avoir coincé une proie très appétissante. Mais étant donné son point de vue sur la violence, elle n'en avait que brièvement cette apparence. Pouffant de rire, elle trouva refuge sur la rive pour se sécher quelque peu, admirant la beauté des soleils en somnolant légèrement sous la chaleur de leurs rayons avant de fermer les yeux en rougissant quand elle se rendit compte qu'il commençait à se dévêtir pour essayer de se sécher à son tour. C'est vrai que c'était une action logique... Et puis, rien qu'à la vue de son torse... Hmm garde les yeux fermés Eleora, ce sera beaucoup plus raisonnable.

Et de ce fait, elle ne se rendit pas compte que Klaus avait finit de se déshabiller et que son regard criait vengeance. Perdue dans sa somnolence, elle fit un bond en poussant un cri de surprise alors qu'elle le regardait d'un air interloqué l'attraper pour la prendre dans ses bras, la jetant sur son épaule comme si elle était un misérable sac de pomme de terre.

« Bien, bien : Je pense qu'il est temps pour sa Majesté de prendre une douche aussi. »

- K-Klaus ! Lâchez-moi ! S'exclama-t-elle en se débattant mais il avait la prise solide le bougre. Je suis la Reine alors reposez-moi sur la rive ! Criait-elle en continuant de plus belle.

Mais il était apparemment rancunier puisqu'il continua son chemin l'air de rien vers la cascade. Ah oui ? Et bien s'il croyait qu'elle allait le laisser la jeter dans l'eau, il se mettait mettait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude ! Plissant les yeux, Eleora se redressa tant bien que mal et enroula autour de lui ses jambes et ses bras, s'accrochant à lui en cachant son visage contre son cou pour étouffer le cri de surprise et d'inconfort qu'elle émit alors que l'eau trop froide à son goût s'abattit sur eux deux. Tremblant en le laissant la reposer presqu'avec soin dans l'eau, Eleora serra ses bras autour d'elle avant de se retirer d'en dessous en le fusillant du regard, claquant des dents alors que ses lèvres bleuirent légèrement.

« Allons, croyez-vous que votre position de Reine m'empêcherait vraiment de vous faire subir le même sort ? »

- C-c'est malin ça... Fit-elle en affichant une moue boudeuse.

Le bruit d'un cor au loin la fit de nouveau sursauter et Eleora jeta un coup d'oeil nerveux à Klaus qui ne semblait pas détendu non plus : si ça garde venait à la voir dans un spectacle pareil, il risquait purement et simplement de se faire embrocher avant qu'elle ne puisse dire quoique ce soit, sans compter les rumeurs qui risquaient de lui attirer des ennuis. Dieu qu'elle haïssait les cancans !

- Qu'est-ce qu'on fait à présent ? Lui demanda-t-elle en le fixant avec incertitude, ses bras continuant de la frictionner à cause des frissons de froid.

Couinant de surprise quant il l'attrapa brusquement, Eleora grogna d'inconfort quand ils se retrouvèrent de nouveau tous deux sous l'eau, le fusillant du regard avant de détourner les yeux alors qu'elle se rendit compte qu'un simple rempart de vêtements les séparait tant ils étaient étroitement serrés l'un contre l'autre. C'était... C'était vraiment gênant d'un coup...

« Et bien moi qui pensais avoir un moment de répit plus long, il s'avère que votre garde est dans le village avec votre Majesté, il ne tient plus qu'à voir de vous jouer une nouvelle fois d'eux ou d'aller les rejoindre. »

-... Vous avez de la chance que je vous apprécie sire Klaus, maintenant silence, je les entends venir... Murmura-t-elle en lui jetant un coup d'oeil méfiant et un peu gêné à cause de la situation « intime » qu'il se passait : pourquoi n'avaient-ils pas trouvé une cascade plus grande !

Elle pouvait sentir son souffle près de ses propres lèvres, ses bras et mains enroulés autour de sa fine taille pour la pelotonner contre lui de façon à ce qu'on ne puisse pas les reconnaître depuis la rive. Dans un sens, cette proximité avec quelque chose de bénéfique parce que la chaleur insidieuse qui s’infiltrait en elle au point de chasser légèrement le froid de l'eau, la faisant soupirer de façon presque imperceptible alors qu'elle vissait son regard de l'autre côté du rideau d'eau.

« Nous en avons pour un moment sous cette cascade Dame Eleora... J'espère que vous êtes aussi patiente que séduisante . »

- Autant j'apprécie toujours vos compliments sire Klaus, autant là ils sont plutôt malvenus alors que ma garde ne cesse de se rapprocher... Chuchota-t-elle en lui offrant une légère oeillade noire, ses doigts glissant sur le torse du jeune seigneur jusqu'à trouver sa hanche et la pincer pour lui intimer l'ordre de se taire, le regard légèrement suppliant.

- Soldat Louis ?
- Oui Lieutenant Ethan ?
- Avez-vous retrouvé notre Reine ?
- Non monsieur, les gens de ce village n'ont croisé personne ressemblant à Dame Eleora dans les environs.
- Continuez de chercher ! Elle ne doit pas se trouver bien loin... Quelle imprudence en ces temps de trouble, le conseiller Illian va être furieux si on rentre sans elle.
- Chef !
- Oui soldat ?
- Là, des vêtements !

Eleora se mordit les lèvres en regardant Klaus d'un œil angoissé, se serrant de plus belle contre lui en frissonnant de froid, s'accrochant à lui.

- Un homme et... Une femme vu les bottes et les bas !

M**** ! C'est vrai qu'elle les avait mit sur l'herbe pour se glisser dans l'eau à son aise ! Cependant c'était des hommes donc elle doutait qu'ils les recommencent comme étant les siens, mais sait-on jamais...

- Soldat Ryan ?
- Nous avons été demandé au village à qui cela pouvait bien apparaître et un couple de vieilles personnes ont juré qu'ils appartenaient à leur fils qui venait de leur présenter leur bru avant de se promener dans la campagne.
- Je vois... Vers le nord, nous les trouverons peut-être !

Grognant de rage, le Lieutenant Ethan fit cabrer son cheval avant de partir au galop, toute la garde le suivant de près. Peu à peu le nuage de poussière se dissipa ainsi que le tonnerre des sabots des montures, le calme de l'endroit redevenant maître. A présent que son stress s'apaisa, Eleora eut un nouveau coup au cœur quand elle se souvint dans la situation dans laquelle elle se trouvait et elle releva les yeux pour le fixer d'un air un peu perdu et timide, ses mains tremblants légèrement sur les hanches de Klaus.

- Hnn i-ils sont partis... Souffla-t-elle en détournant les yeux, n'osant bouger, ne sachant que faire. Nous... Nous devrions sortir, nous allons attraper froid...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mar 27 Nov - 7:45

Evidemment ce rapprochement soudain n'avait pas spécialement fait plaisir à la Reine et encore que se rapprochement ne semblait pas tant la déranger que cela étant donné le fait qu'elle n'ait pas prit la peine de se libérer de son étreinte qui n'était pas remplis de force et de violence, il se voulait suffisamment délicat pour qu'elle puisse se mouvoir comme il se doit malgré le fait qu'elle soit contre lui. Cette chaleur qui se dégageait des deux corps en faisait presque oublié l'humidité et la fraicheur de la cascade, comme à son habitude dans n'importe quelle circonstance il trouvait le moyen soit de plaisanter soit de proférer de belles paroles ce qui n'était apparemment pas au gout de la Reine visiblement bien trop inquiète. Quant à lui il ne s'en faisait pas plus que cela, il savait que les villageois ne diraient rien, ici la garde royale n'est pas spécialement la bienvenue peut-être est-ce dû au fait qu'il s'agisse d'un petit campement de la Main d'Ah. A plusieurs moments elle le fusilla d'un regard tout aussi noir, rendant la belle presque un peu plus charmante qu'elle ne l'était, même de mauvaise humeur elle était toujours aussi agréable. Elle laissa alors ses doigts glisser sur le torse de Klaus jusqu'à arriver à attraper l'une de ses hanches pour la lui pincer afin qu'il se taise, bien entendu il s'exécuta, il n'allait tout de même pas révéler sa position.

Ecoutant attentivement la garde discuter entre deux grondements de cascade, ils espéraient tous les deux ne pas rencontrer de quelconques problèmes sous cette cascade, bien que si la situation devait durer plus longtemps cela ne poserait pas de problème au Thériantrophe qui profitait de cette proximité pour frictionner de ses mains le dos de la Reine pour éviter qu'elle ne prenne froid durant cet instant, la chaleur des corps qui s'en dégageait toujours n'était pas vraiment suffisante pour réchauffer l'atmosphère se faisant un peu plus froide à chaque seconde. Ils venaient de trouver les vêtements et les bottes de la Reine, à cet instant il lui jeta à son tour un regard noir presque menaçant l'espace d'un instant en pensant à la dague qu'elle avait enfilé à l'intérieur un peu plus tôt, son étreinte se fit un peu plus forte, il ne manquerait plus qu'ils aient emporté ces dernières obligeant par la suite Klaus à regagner le Palais pour aller récupérer son arme.

Un léger grognement se fit entendre alors qu'il écoutait toujours l'opération en train de se dérouler non loin de lui. Comme il le pensait, les villageois et notamment le couple de personne âgé rencontré un peu plus tôt avait parfaitement joué leur rôle en prenant soin de donner des fausses indications. Il ne restait plus qu'à espérer que le Lieutenant ne se rende pas compte qu'il s'agit en effet des bottes de la Reine ce qui risquerait de compliquer légèrement la situation. Peu de temps après, l'homme à la tête de la Garde ordonna de vive voix à l'un de ses hommes de ramasser la paire de botte, sans doute pour tenter de s'assurer sur place qu'il s'agissait des bottes d'Eleora, s'en suivi alors le grondement des sabots des chevaux qui s'élançaient aux galops d'après les dire de leur supérieur vers le Nord espérant enfin trouvé ceux qu'ils étaient venus chercher.

Une fois que la situation s'apaisa, la Souveraine d'Archenior pris un peu plus conscience de la posture dans laquelle elle se trouvait en ce moment, relevant les yeux vers Klaus elle le fixa timidement tandis que ses mains tremblaient sur les hanches de ce dernier.


« Oui je pense que la voie est libre. » Dit-il levant la tête lentement vers la cascade quittant la belle des yeux un court instant, avant de plonger de nouveau son regard dans le sien, Eleora semblait troublée par la situation, à ce moment il aurait aimé pouvoir faire quelque chose de plus inattendu qu'il ne l'a déjà fait jusqu'à présent. Mais en le voyant toute tremblant et quelque peu perdu il n'en fit rien, préférant la repousser légèrement afin de pouvoir la soulever et la prendre dans ses bras, voulant ainsi lui éviter d'avoir les pieds de nouveau trempé et tous efforts possibles pour regagner la rive. Ses bras étaient solides, il ne bougeait pas et le poids de la Reine ne semblait pas le gêner, le Thériantrophe restait tout de même très costaud pour quelqu'un qui passe son temps à voyager, la fixant du regard il pencha sa tête sur la sienne au moment de passer sous la cascade rapprochant une nouvelle fois ses lèvres des siennes en prenant soin de seulement les effleurer afin de lui éviter une nouvelle douche sur le visage.

« Pardonnez-moi pour ce compliment inattendu, ce n'était ni le moment, ni le lieu. » Lui dit-il en la déposant sur la rive près du rocher sur lequel il se trouvait un peu plus tôt, lui montrant de la main la roche qui était chaude pour ne pas dire presque brulante sous les rayons du soleil, mais peu importe, son corps était encore humide et suffisamment froid pour qu'elle ne se brule pas. Afin de tenter de la réchauffer, Klaus se mit à lui frictionner les bras de nouveau ne pouvant pas s'empêcher par la même occasion de regarder les alentours cherchant en vint la paire de botte de la reine qui avait visiblement disparu.

« Et bien je crois que nous allons avoir un souci de plus, enfin après tout... nous ne sommes plus à ça près, n'est-ce pas. J'espère que le palais est plus accueillant que votre garde, car j'ai un bien précieux à aller récupérer désormais. » Sa voix était un peu plus tranchante, veillant cependant à ne pas paraître trop froid, on pouvait tout de même déceler un brin de colère concernant la disparition d'une simple dague. Se reprenant tant bien que mal il jeta un regard à Eleora souriant oubliant toute expression de colère son visage reprit aussitôt son apparence chaleureuse en se perdant dans les prunelles de la femme qu'il dévorait du regard.

« Que d'émotion en cette journée, moi qui envisageais notre simple fuite à cheval comme montée d'adrénaline je me rends compte que j'étais loin de compte, mais ce n'est pas pour me déplaire, j'aime que cette routine soit bouleversée de temps à autre. Qu'en dites-vous ma chère ? » Repensant alors à ce moment d'intimité sous la cascade, Klaus s'en voulait de ne pas avoir profité de l'occasion pour se lancer, qui lui normalement n'aurait pas hésité semblait tout de même bien différent avec celle-ci ne sachant pas vraiment comment s'y prendre pour ne pas l'offusquer et voir ses chances d'obtenir d'elle suffisamment d'information sur la Principauté d'Archenior, ce qui était toujours son objectif principal. Bien que l'idée de se rapprocher un peu plus intimement d'elle ne lui déplaisait pas, il se verrait comme ça en mesure de pouvoir parer à toutes les éventualités lors des prochaines missions dans cette contrée.

« Puis-je maintenant me permettre de vous dire que votre majesté dégage un parfum fort agréable... » Puis il s'étira de tout son long, toujours torse nu il lui tourna le dos l'espace d'un instant révélant ses marques de fouet au grand jour, il observait les environs afin de réfléchir à ce que donnerait le restant de la journée, il se tenait droit les bras le long du corps, laissant se dessiner un peu plus chacun de ses muscles soigneusement mouillés par l'eau, passant sa main dans ses cheveux il reprit : « Est-ce que Dame Eleora aurait quelques qualités dont elle aimerait me faire part ou même des envies particulières, vous m'avez laissé vous guider tout le long, que diriez-vous de prendre les reines pour cette après-midi une fois que vous aurez suffisamment séché pour vous déplacer. Il ne faudrait pas que tout le monde profite de cette agréable silhouette qu'est la vôtre comme je l'ai fait un peu plus tôt. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mar 27 Nov - 8:26

Évidemment, trop de zèle de leur part avait eu pour conséquence le kidnapping de ses bottes bien qu'elle ne comprit pas leur geste : pourquoi prendre les bottes pour laisser ses bas et les vêtements de Klaus derrière eux ? La logique des soldats lui échapperaient toujours autant. Soupirant de frustration en les voyant partir avec, Eleora ne put s'empêcher de baisser les yeux en signe de contrition en voyant la colère de son compagnon : après tout, sa dague était à l'abri dans l'une des siennes. Mais ça ne l'empêcha pas de soupirer de soulagement quand ils s'en allèrent : les ennuis étaient au loin même si la proximité de leurs deux corps l'angoissaient légèrement tout en l'excitant vaguement. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait plus été aussi intime avec un homme.

« Oui, je pense que la voie est libre. »

Hochant doucement la tête, elle s'accrocha à son cou en le laissant la porter, prenant soin de ne pas le regarder, relevant les yeux avec curiosité quant elle le sentit se pencher sur elle, rougissant en détournant vivement le regard quand ses lèvres vinrent effleurer brièvement les siennes. Au fond, en y réfléchissant, pourquoi avait-il ressentit le besoin de la porter ? Ils étaient tous les deux trempés jusqu'à l'os alors un peu plus ou un peu moins ne faisait pas grand changement.

Hmmm ce qu'elle s'était dit à propos des soldats était la même pour les hommes en général au fond, c'était une étrange espèce...

Gardant le silence, Eleora lui sourit néanmoins avec gratitude quand il la reposa sur l'herbe et s'assit sur le rocher bien chaud en soupirant d'aise, appréciant de sentir les frissons de froid disparaître peu à peu alors qu'elle ne devait plus ressembler à grand chose. Sa robe lui paraissait si lourde et si collante, la Reine comprit à quel point cela avait été inconfortable pour Klaus quand elle l'avait poussé sous la cascade. Mais se déshabiller en compagnie d'un homme à moitié nu n'était vraiment pas décent, voire très peu protocolaire au vu de son niveau sociale...

- Atcha ! Eternua-t-elle avant de froncer le nez, claquant doucement des dents alors que son compagnon se mit à la frictionner pour chasser le froid.

Au diable le protocole ! Grognant en repoussant doucement les mains de Klaus, elle retira sa robe de parure qu'elle étala à ses côtés, restant dans sa simple sous-robe de lin, serrant ses bras autour de son torse pour garder un semblant de pudeur, soufflant sur ses mèches trempées qui collaient à son visage.

« Et bien je crois que nous allons avoir un souci de plus, enfin après tout... Nous ne sommes plus à ça près, n'est-ce pas ? J'espère que le palais est plus accueillant que votre garde, car j'ai un bien précieux à aller récupérer désormais. »

- Oh c'est bon hein ? Ne vous fâchez pas et assumez le fait de m'avoir confié votre si précieuse dague voulez-vous ? Dit-elle en plissant le nez, le fixant en refusant de se laisser aller à la culpabilité, lui tenant tête. J'avoue que la mettre dans mon corsage aurait été sûrement plus judicieux mais ce n'est pas l'idée qui m'est venu en premier !

C'est vrai non mais oh ! Pour qui se prenait-il ?! Ils étaient deux dans l'histoire ! Grelottant un peu moins, elle fixa la surface de l'eau en se frottant les bras, couvrant sa poitrine généreuse qu'on aurait pu apercevoir au travers du lin mouillé.

« Que d'émotion en cette journée, moi qui envisageait notre simple fuite à cheval comme montée d'adrénaline je me rends compte que j'étais loin du compte, mais ce n'est pas pour me déplaire, j'aime que cette routine soit bouleversée de temps à autre. Qu'en dites-vous ma chère ? »

- J'avoue que c'est assez excitant sur le coup et que ça me change agréablement de mon devoir de Reine, finit-il par lui dire en pouffant de rire, lui lançant un regard du coin de l'oeil.

« Puis-je maintenant me permettre de vous dire que votre majesté dégage un parfum fort agréable. »

- Vous ne perdez pas le nord sire Klaus, sourit-elle en le regardant. Je dois vous avouer que vous fleurez bon tout autant, rajouta-t-elle avec malice, ses yeux déshabillant son corps du regard.

Un sourire qu'elle perdit en voyant les cicatrices et elle regarda la peau de son dos en se mordant les lèvres, posant sa main dessus pour retracer les déliés et les courbes des plaies du bout de ses doigts tendres.

- Vous n'avez pas eu un passé simple... Souffla-t-elle sans cesser de les caresser comme pour les effacer.

« Est-ce que Dame Eleora aurait quelques qualités dont elle aimerait me faire part ou même des envies particulières, vous m'avez laissé vous guider tout le long, que diriez-vous de prendre les reines pour cet après-midi une fois que vous aurez suffisamment séché pour vous déplacer. Il ne faudrait pas que tout le monde profite de cette agréable silhouette qu'est la vôtre comme je l'ai fait un peu plus tôt. »

- Oh ? Seriez-vous en train d'être possessif envers ma personne sire Klaus ? Sourit-elle doucement en retirant ses doigts de sa peau pour ne pas paraître impolie, serrant ses bras autour d'elle alors qu'elle constata que sa robe de lin était presque sèche. Je pense qu'il serait judicieux de me trouver une nouvelle paire de botte et peut-être quelques provisions : nous n'aurons qu'à marcher vers la capitale en prenant notre temps, qu'en dites-vous ? Demanda-t-elle tranquillement en le regardant, les joues un peu rouge de se sentir presque nue. Ou on peut rester dans ce village le temps de la nuit et aller à la capitale au matin? A moins que nous empruntions un cheval et nous nous rendons au cottage où mes parents m'ont élevée, il est désert et hormis moi, personne ne sait où il se trouve: nous serons tranquille le temps que la nuit passe pour aller tranquillement jusqu'au palais au matin? Qu'en dites-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mar 27 Nov - 11:04

Il aurait pu paraître étrange pour la Reine que Klaus ait la soudaine envie de la porte pour lui éviter les désagréments du trajet, après tout elle était déjà trempée alors à quoi bon ? Mais au final en y réfléchissant un peu, le séchage aurait très certainement prit plus de temps que prévu si ses habits tout entier avait une nouvelle fois de plus été mouillé par l'eau de la cascade. Quand soudain, elle éternua, en fronçant le nez et claquant des dents, à ce moment il ne put pas s'empêcher de sourire un peu tout en prenant soin de la frictionner suffisamment pour chasser le froid, mais rapidement elle le poussa doucement afin de retirer sa robe de parure qu'elle étala à ses côtés restant dans la plus simple des tenues qu'était ça sous-robe de lin, immédiatement elle serra ses bras autour de son torse certainement par pudeur avant de souffler l'une de ses mèches qui se baladaient sur son visage, l'homme détourna alors légèrement la tête avant de reprendre la conversation gardant tout de même un oeil sur le corps de la Reine qui n'était pas du tout déplaisant à regarder. Il est vrai qu'il s'était un peu emporté au sujet de la dague, mais comment auriez-vous réagis si votre bien le plus précieux avait disparu sous votre nez sans pouvoir faire quoi que ce soit ? Elle lui tenait tête ? Situation amusante dans la mesure où elle ne savait pas qui était Klaus, sinon cette assurance dont elle faisait preuve actuellement aurait très vite disparu. Il est vrai qu'en y repensant dans son corsage cette dernière aurait été on ne peut plus à l'abri et par la même occasion bien au chaud. A la fin de cette journée si elle continuait comme cela, Eleora n'arriverait plus à se séparer de cette liberté dont elle avait fait l'acquisition depuis ce matin.

Tandis qu'il la complimentait avec finesse, elle remarqua aussi que le Thériantrophe dégageait une odeur agréable ce qu'elle ne put pas s'empêcher de dire en regardant de ses yeux gris le corps de son interlocuteur qui se tourna quelques secondes après, pensif, il ne fit pas attention à la Reine qui approchait dans son dos afin de poser sa main sur les cicatrices qui parcouraient le corps de Klaus. Ces doigts étaient doux, l'espace d'un instant, il ferma les yeux profitant de ce moment pour sentir les doigts d'Eleora lui parcourir le dos, menant à ce qui semblait être des caresses de sa part alors qu'elle souffla doucement quelques mots appuyant le fait qu'il n'ait pas eu un passé simple, elle visait juste et il ne fallait pas être d'une perspicacité légendaire pour s'en rendre compte, son dos en était la preuve après tout.


« Moi ? Possessif ? Absolument pas, j'essaie de me mettre simplement à votre place quant à la possibilité que certaine personne posent leur yeux sur une chose aussi agréable que vous, avec des idées que je ne souhaite pas envisager le simple fait d'y penser me met hors de moi. » Disait-il la vérité ? Probablement, après tout bien que coureur de jupon, il s'amusait avec les femmes sans pour autant les prendre pour des objets, un minimum de respect s'imposait envers le sexe opposé. Eleora retira alors ses doigts lentement, pour resserrer une nouvelle fois ses bras autour d'elle. Klaus ouvrit alors lentement les yeux en sentant les doigts de la Reine se retirer, puis il se tourna vers elle la déshabillant à son tour du regard remontant des pieds jusqu'à la tête le plus discrètement possible, le lin presque sec dissimulait de nouveau la poitrine généreuse de la belle, mais n'en laissait pas moins les courbes visibles. En effet, trouver une nouvelle paire de botte serait une bonne idée, il ne restait plus qu'à se rendre au village, encore faut-il qu'elle accepte de s'y rendre dans cet état, faire quelques provisions étaient une bonne idée aussi à vrai dire la Principauté d'Archenior était maintenant à plusieurs kilomètres et le temps de s'y rendre il serait de bonne augure d'avoir de quoi manger un bout.

« Oh, voilà une idée qui m'est forte agréable. » Passer une nuit avec la Reine ? Pourquoi pas. En tout bien tout honneur probablement, mais avant tout il y avait encore quelques petits détails à régler, regardant autour de lui, il approcha ses doigts sur près de sa bouche et siffla un grand coup laissant place au silence qui fut rapidement interrompu par le bruit d'un cheval galopant à toute vitesse vers les deux Cavaliers. Le Frison de Klaus était arrivé aussi rapidement qu'il était parti, comme le vent l'animal avait traversé la clairière, il n'était à l'origine pas si loin, l'enclos du village abritait de nombreux chevaux dont celui du Maître de la Main qui s'en approcha lentement tapotant légèrement la tête de ce dernier avant de glisser la main dans un sac dont il sortit un grand tissu sombre.

« Tenez, ceci devrait amplement recouvrir votre corps délicat votre Majesté en attendant que votre tissu sèche convenablement. Vous venez déjà d'attraper froid, il ne faudrait pas en rajouter. » Dit-il en approchant la femme qui avait encore les mains autour de sa taille, d'un mouvement il plaça le tissu autour d'Eleora jusqu'à le refermer au niveau de sa gorge, avant quoi il l'approcha une nouvelle fois de lui glissant le tissu doucement sur son corps avant de reculer de quelques pas le regard sombre toujours aussi envoutant et plein de confiance.

« Pour le cheval nous avons ce qu'il faut et c'est avec plaisir que je me laisserais guider jusqu'à ce cottage où vous avez grandi, Après tout s'il est désert pourquoi ne pas en profiter si le coeur vous en dit. Je m'empresserais de vous ramener au Palais aux premiers rayons de soleils. » Puis il leva les yeux vers le ciel avant de reprendre amusé : « Votre Garde risque d'être sur le pied de guerre demain matin après une journée entière d'absence, prions pour que votre cher et tendre époux ne soit pas de retour durant votre absence, car récupérer cette dague risque de s'avérer bien plus compliquer que je ne le pensais plus tôt. » Son époux qui serait très certainement victime d'un tragique accident, si Klaus passait par là, mais pour le moment ce n'était pas un problème, du moins espérons que le fait d'évoquer son nom ne perturbe pas de nouveau la Reine au point de voir s'écourter la nuit en sa compagnie.

En attendant que les habits d'Eleora finissent de sécher, Klaus monta sur son cheval, prenant soin de s'allonger paisiblement observant les nuages avancer lentement au rythme du vent qui soufflait un peu plus lentement. En y repensant les Gardes allaient se diriger vers le Nord, mais à moins d'être complètement stupide, ils feraient demi-tour, là-bas il n'y a que les côtes... Quoi que si cela pouvait encore les induire en erreur, Klaus ne s'en plaindrait pas. Jetant un rapide coup d'oeil vers la Reine qui se rhabillait, le Thériantrophe ne put pas s'empêcher de sourire de nouveau, en parlant de sourire, il ne l'avait pas autant fait qu'en cette journée. Quand elle fut prête, il l'invita à monter sur son cheval, ne prenant pas la peine de se vêtir pour le moment, il tourna la tête vers la cavalière.


« Si vous le voulez bien, je prends les reines jusqu’au village afin d’acheter le nécessaire et vous trouver une nouvelle paire de botte, après quoi je laisserais sa majesté nous guider. » Volontairement il fit cabrer son cheval pour qu’elle se retienne à lui, profitant par la même occasion de la situation une nouvelle fois en prenant la direction du village qui se trouvait à quelques pas de là. Sur place, il fallait encore acheter de la nourriture ainsi que les fameuses bottes. Pour cela, Klaus décida de se séparer quelques minutes de la Reine afin de vaquer paisiblement et rapidement à ces occupations à savoir se rendre chez Emma et Kurt rapidement.

« Je vous abandonne ici un court instant, le temps que vous choisissiez les bottes qui vous convienne le mieux, faite votre choix, malgré les bas prix pratiqué ici, leur matière reste de bonne qualité. » Après quoi il tourna les talons laissant cette dernière avec sa monture pour regagner la maison de ses amis qui en le voyant arrivé dévêtu ne purent pas s'empêcher de rire, le laissant lever les yeux au ciel en leur signifiant que ce n'était pas ce qu'il croyait, les remerciant cependant de leur collaboration avec la Garde de la Souveraine qui avait soudainement envahi le visage. Klaus était soulagé de constater qu'il n'y avait pas eu de dérapage de la part des siens, d'ailleurs le village semblait tourner comme-ci de rien n'était, ici les soldats n'étaient pas la bienvenue, mais leur présence passaient tout à fait inaperçu du moment qu'aucuns troubles n'étaient causés. Il entra alors dans la demeure pour en ressortir avec une tenue toute neuve ainsi qu'un sac plein de vivres, prévoyant il aimait avoir de quoi se changer lorsqu'il était en déplacement et sa tenue était dans un bien piteuse état. Pour s'assurer de la bonne qualité de sa tenue, il mit sa capuche et réalisa quelques mouvements plus ou moins ample pour s'assurer qu'elle ne risquait pas de se déchirer aussi facilement que la dernière. Il salua de la main le couple avant de les quitter une bonne fois pour toute et rejoindre la Reine qui se trouvait on ne sait trop où dans le village. Klaus alla trouver le seul commerçant du village qui vendait des bottes afin d'y retrouver la Reine en plein essayage.

« Êtes-vous prête Madame ? » Dit Klaus d'une voix calme et posée tout en retirant sa capuche pour être un peu plus présentable, il replaça alors convenablement son haut tout en observant du coin de l'oeil sa partenaire. « Pour ma part j'ai été récupérer les vivres nécessaires au trajet, je n'attends plus que vous. J'espère que vous ne voyez pas d'inconvenant à ce qui nous ne prenions qu'un seul cheval, mais vis-à-vis des habitants du village, je n'aimerais pas faire cadeau d'une monture à vos congénères de Fejuar. »

Une fois prêt tous les deux, Klaus s'avança vers le cheval afin d'aider la Reine à monter, elle n'en avait pas réellement besoin, mais après tout il était galant et aimant le montrer. Bien entendu il en profita pour admirer encore une fois le corps de cette dernière avant de monter derrière elle, ne se tenant pas vraiment pour ne pas avoir à se montrer impoli et poser ses mains une nouvelle fois sur Eleora qui s'apprêtait à le mener dans un endroit dont il ne connaissait rien, à charge de revanche, il l'avait fait alors pourquoi pas elle, ne restait plus qu'à espérer que le trajet se passe sans encombre ainsi que la nuit qui d'ici quelques heures allait tomber sur la campagne, la nuit allait être surement fraiche étant donné la brise qui se levait petit à petit sur le Village, mais quoi qu'il en soit ce n'était pas un problème.

« Allons-y ! Je suis tout à vous ma Reine. » fini-t-il sur une petite note d'humour pour ne pas changer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mer 28 Nov - 2:57

Sentir les crevasses de ses cicatrices sous ses doigts étaient quelque chose de très perturbant mais elle espérait que la douceur de sa caresse apaise le feu de ses souvenirs, comme si les cajoler du bout de ses doigts permettraient qu'elles disparaissent. Elle était la bonté et la compassion incarnée, elle ne pouvait pas s'empêcher d'être prévenante et attentionnée, et elle appréciait Klaus alors pour elle, agir de cette façon était tout à fait normal. Peut-être espérait-elle amadouer l'animal sauvage qu'il était à ses yeux.

« Moi ? Possessif ? Absolument pas, j'essaie de me mettre simplement à votre place quant à la possibilité que certaine personne posent les yeux sur une chose aussi agréable que vous, avec des idées que je ne souhaite pas envisager, le simple fait d'y penser me met hors de moi. »

- Comme cela est délicat de votre part sire Klaus mais je ne suis pas une chose, dit-elle en souriant légèrement, se serrant ses membres autour d'elle comme pour fuir le regard quelque peu deshabilleur de son compagnon. Et puis, n'avez-vous pas honte de briser les espoirs de la jouvencelle que je suis en niant être possessif à mon égard ? Pouffa-t-elle de rire en fixant de nouveau les eaux de la rivière.

Quand elle l'entendit siffler, Eleora se tourna vers lui avec surprise avant de regarder s'avancer le beau cheval de son compagnon qui répondait à son appel dans un hennit sa venue.

« Tenez, ceci devrait amplement recouvrir votre corps délicat votre Majesté en attendant que votre tissu sèche convenablement. Vous venez déjà d'attraper froid, il ne faudrait pas en rajouter. »

- Merci sire Klaus, lui dit-elle avec gratitude en s'enfouissant dans sa cape, respirant discrètement mais avec plaisir le parfum de l'homme.

« Pour le cheval nous avons ce qu'il faut et c'est avec plaisir que je me laisserais guider jusqu'à ce cottage où vous avez grandit. Après tout, s'il est désert, pourquoi ne pas en profiter si le cœur vous en dit. Je m'empresserais de vous ramener au Palais aux premiers rayons du soleils. Votre garde risque d'être sur le pied de guerre demain matin après une journée entière d'absence, prions pour que votre cher et tendre époux ne soit pas de retour durant votre absence, car récupérer cette dague risque de s'avérer bien plus compliquer que je ne le pensais plus tôt. »

Siegfried... Tout un concept... Soupirant doucement en hochant la tête, Eleora retira sa cape une fois sûr d'être sèche et se rhabilla quand il en fut de même avec sa robe d’apparat, gardant le silence en se mordillant les lèvres. Une fois correctement prête, elle accepta sa main et monta derrière lui à cheval, poussant un cri de surprise quand sa monture se cabra, s'accrochant à lui.

Trottant jusqu'au village sans prononcer un mot, la Reine descendit à terre et fixa Klaus, attentive.

« Je vous abandonne ici un court instant, le temps que vous choisissiez les bottes qui vous convienne le mieux, faites votre choix, malgré les bas prix pratiqué ici, leur matière reste de bonne qualité. »

- Ne vous en faites pas, je reste en compagnie de votre ami, dit-elle doucement en hochant la tête, attrapant les rênes du Frison et s'avançant vers l'étal du cordonnier en commençant à regarder, une fois sûr que Klaus ait disparu faire elle ne savait quoi.

Prenant tout son temps, elle essaya divers bottes avant d'acheter une paire qui était confortable et pratique, le cuir sombre et souple galbant avec finesse son mollet. Satisfaite de son achat, elle se rendit juste à côté où se trouvait un stand de fruits et légumes, et acheta des pommes dans l'intention de séduire la monture, caressant son encolure en lui montrant les sucreries. C'est dans cette position que Klaus la trouva.

« Etes-vous prête Madame ? Pour ma part j'ai été récupéré les vivres nécessaires au trajet, je n'attends plus que vous. J'espère que vous ne voyez pas d'inconvénient à ce que nous prenions qu'un seul cheval, mais vis-à-vis des habitants du village, je n'aimerais pas faire cadeau d'une monture à vos congénères de Fejuar. »

- Oh euh oui ! Nous n'attendions plus que vous, lui sourit-elle en se tournant vers lui avant de soulever le jupon pour exhiber avec fierté ses nouvelles bottes. Ne vous en faites pas pour le cheval, je comprends tout à fait le dilemme et si ça n'embête pas votre Frison de nous porter tous les deux, chevaucher ensemble sera un réel plaisir, dit-elle avec enthousiasme avant de lui tendre une pomme. Vous en voulez une ?

Grimpant sur le cheval comme un homme, Eleora attendit un instant que Klaus monte derrière elle avant d'attraper les rênes.

« Allons-y ! Je suis tout à vous ma Reine. »

- Faites attention à ce que je ne prenne pas vos mots au pied de la lettre sire Klaus, rit-elle en faisant claquer les rênes, mettant le cheval au pas en le dirigeant vers les bois.

Une fois sortit du village, la Reine mit le Frison au trot puis au galop, souriant de plaisir de chevaucher une bête aussi magnifique. Traversant la forêt en faisant attention aux ornières, ils continuèrent à chevaucher quelques heures jusqu'à arriver devant un petit cottage silencieux, perdu dans une petite cuvette au fond des bois. Regardant autour d'elle, Eleora ralentit l'allure jusqu'à marcher au pas, répugnant à interrompre ce moment très agréable: la chaleur de Klaus l'entourait et la réchauffait, son parfum titillait son nez délicat. Voilà vraiment bien longtemps qu'elle n'avait pas été aussi proche avec un homme...

- Nous voici arrivé sire Klaus... Dit-elle doucement avant d'arrêter le cheval, se retournant vers lui. Vous descendez que je vous fasse découvrir mon chez moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mer 28 Nov - 5:39

Tandis qu'il se rapprochait de la Reine cette dernière avait visiblement fait l'acquisition d'une nouvelle paire de botte qu'elle arbora fièrement, quand il lui jeta un bref regard il put apercevoir cette dernière en train de vouloir amadouer sa monture avec quelques sucreries, levant les yeux au ciel l'espace d'un instant il la laissa faire à sa guise après tout pourquoi la contrarier, En lui adressant la parole il ne prit pas la peine d'attendre qu'elle lui montre son acquisition qu'il l'observait avec amusement, se rappelant l'espace d'un instant la douche qu'elle avait prise un peu plus tôt dévoilant un peu plus les courbes de son corps difficiles à oublier pour n'importe quel homme soit-il. Alors, elle souleva ses jupons afin que Klaus observe ces nouvelles bottes, elle avait bon gout qui plus est, elles lui allaient parfaitement bien malgré le fait qu'elles n'aient rien à voir avec une paire de botte royale. Heureusement pour lui elle comprenait tout à fait le fait qu'il ne tenait pas à offrir l'une de ses montures à la Principauté d'Archenior, lorsqu'elle lui tendit une pomme pleine d'enthousiasme. Il fallut au Thériantrophe plusieurs secondes avant qu'il accepte l'offrande d'Eleora, non pas qu'il doutait de cette dernière, mais il lui était arrivé à plusieurs reprises d'être victime d'empoisonnement stoppé à la dernière minute par le médecin de l'Organisation. Par réflexe il vint croquer lentement dans la pomme laissant s'écouler une nouvelle fois quelques secondes avant de croquer dedans à nouveau, il n'y avait rien à craindre et il le comprit rapidement tandis qu'ils montèrent tous les deux sur le Cheval qui ne demandait plus qu'à s'élancer guidé par les soins de la Reine qui fit claquer les rênes pour diriger l'animal vers les bois.

« Oh vous le pouvez volontiers, je n’y vois pas vraiment d’inconvenant pour ma part. » répliqua Klaus tout en souriant observant tant bien que mal la Cavalière dont une odeur toujours aussi agréable s’échappait malgré la douche qu’elle avait prise un peu plus tôt à cause du Maître de la Main d’Ah.

Une fois sortit du village la Reine mit au trot le Frison puis au galop, obligeant par la même occasion le Thériantrophe à se tenir un peu plus, postant une main sur la selle ainsi qu’une qu’il déposa délicatement sur la hanche de la Cavalière sans trop se tenir pour ne pas l’offenser, traversant la forêt l’homme se perdit un peu dans ses pensées en observant le paysage défiler, il était rare pour lui d’avoir le temps et l’occasion de profiter d’une telle vue lors de ses déplacements qui étaient en général beaucoup plus mouvementés, c’est avec plaisir qu’il savourait cet instant sans pour autant oublier qu’il était en charmante compagnie, la Reine chevauchait avec passion et cela se voyait. Il fallut environ quelques heures au duo pour arriver au petit cottage dont lui avait fait mention Eleora, il était difficile de s’imaginer qu’elle avait grandi ou du moins été élevée dans un lieu aussi reculé et à l’abri de tout, sa situation géographique le dissimulait parfaitement dans une petite cuvette entourée d'une immense forêt qui la bordait. Ralentissant l’allure jusqu'à marcher au pas, Klaus retira doucement sa main caressant légèrement la hanche de la Belle tout en ne quittant pas les lieux de ses yeux sombres qui se posaient tour à tour sur chaque élément présent. Mais il fallait mettre un terme à ce moment de rapprochement entre les deux, tandis qu’elle s’apprêtait à arrêter le cheval elle se retourna vers lui annonçant qu’ils étaient arrivés, Klaus hocha doucement la tête avant de descendre en réalisant une petite cabriole.


« Nous voilà donc arrivé, je dois dire que je ne m'attendais pas à un endroit aussi reculé. C'est donc là que sa Majesté a passé une partie de son enfance ? » Dit-il en approchant le cheval pour tendre sa main vers la Reine et l'aider à descendre sa monture. Pour ensuite tirer légèrement sa main, afin qu'elle descende un peu plus vite et se retrouver presque collé à lui, s'amusant une nouvelle fois de la situation et de cet espace qui se réduit entre eux un peu plus au fur et à mesure que le temps passe. Contournant ensuite la Reine en laissant trainer l'une de ses mains sur sa taille, il arriva jusqu'au sac de provision qu'il avait ramené avec eux pour le trajet et la nuit, il ne fallait pas oublier qu'ils allaient tous les deux passer la nuit ici et qu'il fallait encore diner... D'ailleurs ce diner risque d'être amusant étant donné que Klaus n'a jamais vraiment eu l'occasion de faire réellement à manger, il fallait espérer qu'Eleora s'y connaisse un peu mieux que lui en la matière sinon le repas serait vraiment léger. Klaus ne fait pas partie de ces personnes qui ne savent pas cuisiner, mais il a appris à survivre avec le strict minimum et lors de ses déplacements, il avait pour habitude de se préparer des repas froids à la va vite, le feu ayant tendance à trop attirer l'attention sur le moindre petit campement improvisé.

« Bien c'est donc vous la guide en cette belle fin d'après-midi ? » Dit-il en mettant le sac de provision sur son épaule en attendant de trouver un endroit où le déposer. « J'espère que vous en valez vraiment la peine votre Majesté, vos talents de guide et de narration seront mis à rude épreuve. » lança Klaus en rigolant, taquinant encore et toujours la Souveraine d'Archenior, jetant une nouvelle fois un oeil malicieux à cette dernière en attendant qu'elle daigne ouvrir la marche.

« D'après ce que je vois, vos parents avaient de très bons goûts. Ce cottage isolé de tout est un lieu parfait pour toutes personnes voulant un peu ce ressourcer ou même profiter d'un moment d'intimité à l'abri de tout piaillement... » Puis il se moqua ensuite de l'état quelque peu insalubre de la bâtisse qui était visiblement déserte depuis un bout de temps. « J'espère que les lits n'ont pas été dévoré par les thermites et que son Altesse n'est pas allergique à la poussière... » Bon il y allait un peu fort, exagérant quelques peu ses propos, mais il n'y avait rien d'amusant à les mesurer pour ne pas faire de sortir ses gonds sa compagne de route. Se tenant un peu plus loin il observait les lieux avec un certain plaisir en envisageant pourquoi pas un jour d'en faire un lieu dont lui seul aurait connaissance qu'il pourrait regagner lorsque le besoin s'en ferait sentir, après tout il était désert non ? Les morts ne devraient pas vraiment s'en plaindre.

« La nuit s'annonce fraîche... » En conclus Klaus lorsqu'une brise presque glaciale vint effleurer son visage soulevant par la même occasion quelques parties de ses vêtements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mer 28 Nov - 9:49

Eleora profitait de ne plus être dans dans sa vie engoncée au palais pour redevenir la jeune femme naturelle et spontanée qu'elle était au fond de son cœur et qui était brimée par la politique et la décence royale. Avec Klaus, elle redevenait elle-même mais c'était quelque peu effrayant parce que cela faisait déjà bien longtemps qu'elle n'avait pu être elle-même. Effrayant mais en même temps si enivrant... Elle pourrait un peu trop s'attacher à son compagnon qui déjà la fascinait un peu trop pour son mental... Mais c'était plus fort qu'elle...

Souriant en lui tendant presque victorieusement sa pomme verte, Eleora fut ravis de voir que Klaus l'accepta et la croqua, ça voulait dire que lui aussi se laissait aller en sa compagnie ? Qu'il avait oublié les aléas des responsabilités ? Elle l'espérait, il aurait été injuste qu'elle soit la seule à savourer cette journée particulière mais au fond agréable. Tous deux chevauchèrent en silence jusqu'au cottage, la Reine savourant le contact de la main douce et chaude de Klaus sur sa hanche et l'air frais de la liberté dans ses poumons. Ses hanches basculaient en rythme pour soulager le dos du cheval, sa main douce mais sûr tenant les rênes... Eleora se sentait dans son élément.

Le soleil était en train de caresser la cime des hauts arbres de la forêt quand ils finirent par arriver au fameux cottage de son enfance et c'est avec une bouffée de tendre nostalgie que la Reine contempla son havre de paix. Elle frissonna légèrement quand Klaus bougea sa main et se retourna pour le regarder descendre, un léger rire s'échappant de ses lèvres quand elle le vit faire le mariole.

« Nous voilà donc arrivé, je dois dire que je ne m'attendais pas à un endroit aussi reculé. C'est donc là que sa Majesté a passé une partie de son enfance ? »

- Mes parents prônaient l'éducation simple et loin du poison qu'est la cour alors quand je suis venue au monde, ils ont fait construire cette petite maison avant de m'y élever, juste eux deux et moi, aucuns serviteurs ni gardes, la simplicité à l'état pur, lui expliqua-t-elle en souriant, attrapant sa main avant de se laisser tomber dans ses bras , rougissant légèrement en s'accrochant à lui avant de détourner les yeux.

C'était gênant... Mais plaisant... Collée à lui, la chaleur de son corps traversa les vêtements de la femme pour se confondre avec la sienne et il sentait si bon... Eleora finit par reculer et lissa les plats invisibles de sa robe avant de triturer sa longue natte pour s'occuper les mains, son regard vissé sur le cottage familiale. C'en était presque intoxicant de sentir ses doigts s'égarer sur son corps de femme... Frissonnant de nouveau alors qu'elle constatait une fois de plus que Klaus laissa traîner ses mains sur elle, Eleora tourna la tête vers lui quand il attrapa les affaires pour passer la nuit.

« Bien c'est donc vous la guide en cette belle fin d'après-midi ? J'espère que vous en valez la peine votre Majesté, vos talents de guide et de narration seront mis à rude épreuve. »

- Je suis la reine voyons, je suis censée être parfaite et, grâce en soit rendu à mes parents, je suis capable de cuisiner, rit-elle avant de lui tirer la langue. Cessez donc un peu de vous moquez de moi sire Klaus, surtout si vous escomptez un peu d'eau chaude pour le bain, lui lança-t-elle malicieusement et avec une pointe de moquerie.

De l'eau qu'elle avait bien l'intention de lui demander d'aller lui chercher tout à l'heure... L'invitant à le suivre, Eleora ouvrit la marche et conduisit son compagnon à l'entrée de la maison, elle clancha la porte et regarda l'intérieur...

- Je suis de retour... Murmura-t-elle aux fantômes de son passé, serrant ses bras autour d'elle alors que ses yeux se promenaient sur les meubles.

« D'après ce que je vois, vos parents avaient de très bons goûts. Ce cottage isolé de tout est un lieu parfait pour toutes personnes voulant un peu ce ressourcer ou même profiter d'un moment d'intimité à l'abri de tout piaillement... J'espère que les lits n'ont pas été dévoré par les termites et que son Altesse n'est pas allergique à la poussière... »

- Eh ! Klaus ! S'indigna-t-elle avant de se mettre à lui tirer de nouveau la langue. Je m'y suis rendue il y a moins d'un mois alors le taux de poussière sera très acceptable, de même que la qualité des lits seigneur Klaus, rajouta-t-elle en s'avançant dans le salon, fronçant le nez en regardant la cheminée.

« La nuit s'annonce fraîche... »

- Posez les sacs dans la cuisine et aller chercher quelques bûches voulez-vous ? Il doit en rester sous le portique, lui dit-elle en remontant les manches avant de le guider à l'arrière de la maison, dans la cuisine plus précisément, et lui montra une porte. Cela vous conduira aux bûches sire Klaus, sourit-elle avant d'aller vers un placard et d'en tirer un balai. Je vais enlever la poussière qui pourrait heurter les narines si délicates de vos personnes avant de faire les lits pour la nuit, le piqua-t-elle malicieusement alors qu'un sourire joueur fleurit sur ses lèvres. Oh ! Et si vous ne voulez pas que votre cheval passe la nuit dans le froid et le ventre vide, j'ai pensé à prendre de la luzerne en achetant les bottes et les pommes, et il y a un box à côté des bûches, lui lança-t-elle avant de le laisser seul dans la cuisine, partant faire un brin de ménage en fredonnant distraitement, profondément heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   Mer 28 Nov - 10:44

Qui aurait pensé que la Reine n'avait pas grandi au sein de la cour entouré par tout ce beau monde, Ses parents étaient visiblement bien avisés et plus intelligent que certain, prônant la simplicité pour leur fille unique Eleora, sans aucun garde, ni serviteur qui l'aurait cru. Voici ce qui expliquait la véritable nature de cette femme n'aimant pas particulièrement tous ces jacassements de nobles et toutes autres personnes pouvant faire partie de son entourage. Mais alors qu'il pensait être le seul à être sûr de lui, il s'avéra qu'elle le semblait tout autant, se disant parfaite et même capable de faire la cuisine tout cela bien sûr avec une note d'humour afin de ne pas paraître trop présomptueuse. Voilà qui convenait parfaitement à Klaus, au moins il ne serait pas chargé de cette corvée pour une fois et aurait l'occasion de se rendre compte de la perfection de celle-ci tout au long de cette fin de journée, bien qu'à la regarder, son apparence agréable révélait déjà une part de cette soi-disant perfection et il était difficile de nier l'évidence. Pour ne pas s'attarder ni lui donner raison, le Thériantrophe rigola doucement quand elle lui tira la langue jusqu'à le menacer de ne pas se doucher avec de l'eau chaude pour le bain, il ne manquerait plus que ça, après cette douche glaciale sous la cascade un bain froid pourrait venir couronner le tout. Préférant hausser les épaules afin de faire abstraction de cette remarque pour le moment, Eleora l'invita alors à le suivre jusqu'à la porte du domicile avant d'y pénétrer.

A ce moment, Klaus ne put pas s'empêcher de faire remarquer la poussière présente, bien sûr il plaisantait et n'était pas dérangé par-ci peu, les conditions ici étaient bien plus confortables que celles qu'il rencontre habituellement, une nouvelle fois, elle se tourna pour lui tirer la langue, langue qu'il aurait bien volontiers attrapé l'espace d'un instant pour lui faire passer l'envie de la tirer, mais il ne voulait pas paraître trop méchant et devait se mesurer quant à sa façon de réagir avec cette dernière, il y a moins d'un mois Eleora s'était rendu ici ? Il faut donc noter qu'il lui arrive plus souvent qu'il n'y parait de quitter le palais, voilà enfin une autre information intéressante qu'il nota consciencieusement dans un coin de sa tête. En s'enfonçant un peu dans le salon, on put apercevoir une cheminée, bien entendu il n'y avait pas de buche et elle n'eut pas à dire un mot que le Thériantrophe se voyait déjà partir chercher les bûches pour le feu. Mais rapidement, elle lui indiqua ou déposer le sac de provision pour ensuite aller chercher le bois qui se trouvait d'après elle sous le portique, alors qu'elle remontait ses manches la femme le guida jusqu'à l'arrière de la maison ou se trouvait par la même occasion la cuisine.


« Oh ! Mais il semblerait que son Altesse prenne ses aises, je ne suis pas le seul à être un brin moqueur. » Répliqua Klaus lorsqu'elle le titilla sur la poussière, il n'allait tout de même pas se laisser faire ! Il ne manquerait plus que ça. « Soit je m'en vais chercher le bois et m'occuper de ma monture, je vous en remercie ma Reine. » Puis il passa la porte menant à l'extérieur prenant une grande inspiration avant de se mettre au travail, la luzerne en main il se dirigea vers ce qui ressemblait à un box où il trouva déjà installé son Frison qui n'avait pas attendu les directives pour se mettre au chaud. Tapotant ensuite l'encolure du Cheval, il lui glissa quelques mots à l'oreille, il comptait sur lui pour veiller à ce qu'ils ne soient pas dérangé de la nuit, après tout il s'agissait lui aussi d'un Thériantrophe il n'était pas plus stupide qu'un autre et réussirait à s'en charger. Malgré tout, Klaus jeta un regard sceptique sur les environs, bien que calment ils pouvaient laisser apparaître quelques surprises, mais espérons que cette nuit il ne se passe rien, pour une fois. Il resta un long moment à l'extérieur observant encore et toujours les lieux, il aimait savoir où il mettait les pieds afin de préparer une retraite anticipée en cas de danger, bien entendu si comme elle le dit cet endroit est suffisamment isolé, personne hormis Eleora n'en connait l'existence.

Après quoi il rentra à l'intérieur le bois en main, se dirigeant de mémoire jusqu'au salon pour y retrouver le Reine qui était en plein nettoyage balais en main, tandis qu'il déposait les bûches à l'intérieur de la cheminée afin de s'occuper du feu.


« Et bien votre Majesté ! Un peu plus de vigueur, il en reste un peu par là » pouffa l'homme en indiquant le recoin de la pièce. « En tout cas une chose est sûre, même un balais en main vous m'êtes toujours aussi agréable à regarder. » Il fallait bien un petit compliment, après tout cela faisait longtemps. Une fois que le feu fut allumé il resta devant un moment observant les flammes dansées ne prêtant plus vraiment attention à la belle et son balai, puis rapidement il reprit ses esprits observant les décorations sur les murs jusqu'à apercevoir ce qui semblait être un portrait d'Eleora un peu pour ne pas dire beaucoup plus jeune. C'est avec amusement qu'il lui fit remarquer : « Déjà étant Jeune vous étiez toute aussi charmante, c'est impressionnant comme on dirait que le temps n'a pas d'emprise sur vous. »

Se redressant un peu plus, il s'étira avant de se tourner vers la Reine qui venait tout juste de finir de faire le ménage. Proposant son aide à cette dernière qui allait s'occuper de faire les lits pour ce soir, par la même occasion il aurait l'occasion de faire un petit repérage des lieux pour savoir si elle allait être loin de lui, toujours aussi vigilant il ne voulait pas casser ce rapprochement qui avait lieu entre les deux protagonistes, passant non loin d'elle, il la déshabilla du regard avant d'attendre une réponse de sa part prêt à agir dans le besoin pour ne pas la laisser s'occuper de tout.

« Mon cheval est convenablement installé, le bois est allumé, que puis-je faire pour vous être agréable ? N'oubliez pas ! Je vous l'ai dit, je suis tout à vous pour cette fin de journée, profitez-en. J'oubliais ! Ne vous lancer pas dans un nouveau défi pour savoir si je vais avoir accès à un peu d'eau chaude pour ce soir, car il me semble que si je ne vais pas chercher l'eau, vous n'en aurez pas non plus ma chère Eleora. » Puis à son tour il lui tira la langue ne la quittant pas des yeux prêt à accueillir une nouvelle remarque de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis [Pv Eleora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sois proche de tes amis, …
» Des amis ze veux pleins d'amis et pourquoi pas des ennemis haha :)
» Dolfi' ~ Le bonheur c'est d'avoir des amis tous aussi fou que soit..
» Plus proche de ses ennemis que de ses amis (Merlin)
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: MerakTitre :: KandorTitre :: Archenior-