Partagez | 
 

 Droit d'asile [pv Wolfgang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cavalier(ère)
avatar
Messages : 73

MessageSujet: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Ven 30 Nov - 11:29



14 novembre 697

Le froid glaçait le sang de Kayssa, c'était pire que l'hiver de la Lande. Les côtes de la Lathorie avaient été légèrement plus clémentes que les pleines montagnes qui entouraient la capitale. En quittant un petit village de pêcheur sur la côte lathorienne, Kayssa avait demandé à avoir un guide pour rentrer dans les Landes. Le retour subit au bercail avait forcé la cavalière à s'expliquer auprès de sa troupe. Profitant d'une petite pause dans leur trajets vers Lathor, elle réunit les quelques guerriers qui cherchaient avec elle l'artefact elfique. Ils étaient partis depuis un certain temps de la Lande et alors que leurs recherches étaient vaines il fallait une bonne raison à la cavalière pour faire marche arrière et couper en travers des terres de Lathorie.


Elle tenait fermement le papier dans les mains. Elles étaient engourdies par le froid, pourtant elle ne claquait pas des dents comme une de ces jeunes recrues. Elle ne grelottait pas comme son second. Elle se tenait droite fière, alors qu'elle était harassée. C'était l'expérience qui lui permettait de faire encore bonne figure devant ceux qu'elle guidait.

« Comme certains d'entre vous l'on déjà comprit nous rentrons à la Citadelle. »

Les murmures d'incompréhension s'échappaient des lèvres de sa troupe.

« Allons, un peu de calme. Si ce retour n'était pas prévu, il est nécessaire. Les Juges fomentent un coup d'état pour prendre possession de la Citadelle et du pouvoir. Il est de notre devoir à tous, cavaliers, guerriers de la Lande de protéger la hiérarchie instaurée et de remettre les Juges à leurs places. »

L'étonnement, la colère grondait dans le campement avant que le silence se fasse à nouveau quand la jeune femme s'exprima.

« Notre guide, Ramjak, va nous mener le plus rapidement aux frontières de la Lande. C'est pour cette raison que nous coupons à travers les montagnes. Vous savez tous autant que moi que les terres de glaces sont dangereuses et on s'y perdrait facilement. Vous devrez donc suivre autant mes ordres que ceux de Ramjak dans le sens où sans lui nous pourrions errer sans fin. Soyons donc des plus courtois avec lui. Reposez vous une petite heure et nous repartons.»

Une fois son petit discours terminé, elle retourna auprès de Ramjak qui restait sagement dans la tente de fortune de la belle.

-« Nous sommes encore loin Ramjak ? Les hommes ont froid et sont fatigués. »
- « Il reste encore trois heures de marche si nous parvenons à garder le rythme. Dans tous les cas il faut atteindre Lathor avant la nuit. Vous ne survivriez pas sinon. »

Kayssa acquiesça. L'urgence de la situation lui fronçait les sourcils.

-« Bien, repose toi aussi. Nous avons besoin de toi au meilleur de ta forme. Repose toi sur ma couche. »
- « Et vous chevalier Enara ? »
- « Me sous estimes-tu ? » fit-elle désagréable.
- « Non. Pardonnez moi. »

Elle quitta la tente et retrouva les chevaux positionnés près du feu. Eux aussi avait du mal de supporter le temps glacial. Caressant le pelage de son étalon, elle songea à la missive reçue quelques jours plus tôt. Le mouvement des Juges étaient d'autant plus inquiétant qui arrivait à une période où presque aucun cavalier n'était proche de la Citadelle. Et si ils arrivaient trop tard? Elle fourra ses mains sur le flanc de l'animal pour ressentir sa chaleur et apprécia ce moment de répit. Elle posa la tête contre la bête et soupira lentement. La vapeur d'eau qui se forma autour de son souffle se perdit rapidement dans l'air. Elle sentit enfin la fatigue sur ces épaules. Elle aurait aimé dormir. Mais avec ce soir c'était une idée suicidaire. Se secouant la tête, elle retourna dans sa tente et observa le jeune thériantrophe qui l'accompagnait. Il s'était assoupi près du feu.

« Si vous emmenez mon fils, faites le nécessaire pour qu'ils soient entraînés comme un guerrier à Lathor. »

Le souvenir des paroles de la mère du jeune guide lui revenait en tête. Elle aurait aimé que sa mère lui dise ce genre de choses. Elle n'avait rien refusé à la vieille dame. Elle n'aurait pas pu le faire, sinon le voyage de retour vers la Lande aurait été d'autant plus long. Restant éveillée et passant le plus clair de son temps à marcher pour voir ou en était le moral des troupes, l'heure passa.

Elle harnacha sa monture et rassembla ses hommes.

« Soyez prêt à partir d'ici dix minutes. »

Le petit groupe reparti à nouveau vers sa destination. Chaque pas dans la neige devenait de plus en plus fatiguant. L'épaisseur de la poudreuse et les étendues blanches avaient de quoi en rendre plus d'un fou. Quelques hommes commençaient à trainer. Kayssa laissa le guide devant et se mit en queue de convoi.

« Le premier que je vois traîner va se prendre une raclée monumentale ! Un seul rythme. Nous y sommes presque. »

Lorsque les toits de la Grande Résidence et des remparts de la capitale furent enfin en vue, la joie s'empara du groupe et on accéléra le pas.

« Allez les amis, ce soir nous dînons aux chandelles et au chaud ! »

L'idée d'avoir un repas chaud galvanisait le cœur de ses compagnons et ils arrivèrent enfin au pied des larges portes de Lathor. Ici on les arrêta.

-« Halte là voyageurs ! Que venez-vous faire ici ? »
- « Nous sommes des guerriers de la Lande. Nous faisons route vers notre cité et avons besoin d'un peu de repos avant de reprendre notre chemin. Serait-il possible d'obtenir un quelconque hébergement dans votre capitale? »

Sceptique le garde ne semblait pas prêt à leur laisser le droit d'entrer.

- « J'escorte également un de vos congénères qui a bien voulu nous guider jusqu'à votre grande capitale. Ce ne serait pas poli de laisser cette future recrue de votre meilleur maître d'armes , Sir... Vonërsh, au pied de votre forteresse. »

Kayssa y allait au bluffe, elle n'avait plus de choix et espéra de tout son cœur que cet homme gobe le tout. Elle avait entendu le gamin parler d'un certain Vonërsh, un puissant maître d'armes et manifestement son idole. Malheureusement, il semblait que le baratin de Kayssa ne suffisait pas et le garde demanda la présence du meilleur maître d'armes de la tribu d'Esmerin. Elle devrait donc faire face à ce Vonërsh et il faudrait le convaincre si elle ne voulait pas voir ses hommes mourir de froid.


Dernière édition par Kayssa Enara le Mer 19 Déc - 11:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Ven 30 Nov - 12:31

Alors que la nuit s'apprêtait à tomber sur la Capitale, Wolfgang, Maître de Guerre de la Tribu d'Esmerin errait comme à son habitude dans les ruelles de la ville prolongeant volontairement sa marche afin de ne pas rentrer tout de suite chez lui, il n'en avait pas envie et aurait volontiers profiter un peu plus de son temps libre pour se dégourdir les jambes, voilà bien longtemps qu'il n'avait pas eu l'occasion de sortir de l'enceinte de « lathor » afin de reposer son corps bien trop épuisé par les récents évènements. Aujourd'hui, il se baladait sans trop de contrainte, ses longs cheveux cuivrés se flottant librement au gré du vent qui venait lui caresser le visage par la même occasion, saluant au passage quelques guerriers qui effectuaient leur ronde quotidienne afin de s'assurer que le calme régnant actuellement perdure suffisamment longtemps, à la tête de ces combattants un homme, l'ainé de la famille Vonërsh qui s'avérait être respecté ici tout autant que leur Chef Elirël.

Tandis qu'il s'apprêtait à prendre la direction de la demeure familiale au sein de la Grande Résidence, le cri d'un loup vint retentir dans la cité, il s'agissait d'un simple signal que pratiquaient les Guerriers de la tribu lorsqu'il demandait l'assistance du Supérieur, celui-ci semblait provenir des portes, mais n'annonçait a priori rien de bien inquiétant. Là où beaucoup aurait soupiré, lui laissa échapper un petit sourire de satisfaction sous son masque qui lui dissimulait une partie de son visage, recouvrant par la même occasion les nombreuses cicatrices qu'il portait un peu partout, s'il avait pu sauter de joie il l'aurait fait aussi, mais préféra garder son calme ainsi que son sérieux en voyant une nouvelle ronde approcher de sa position. D'un petit mouvement de main, il tira sur sa longue tenue sombre pour la remettre en place et se dirigea d'un pas décidé vers les portes. Qu'allait-il bien pouvoir rencontrer là-bas ? Un humain ? Mmmh, ce n'était pas vraiment le moment pour en recevoir, mais si tel est le cas il ferait l'effort de l'accueillir comme il se doit, tandis qu'au loin la silhouette d'un groupe d'inconnu se dessinait celle de Wolfgang fut alors arrêté par l'intervention d'un soldat s'empressant de lui fournir un rapport rapide de la situation.


« Maître Wolfgang, il y a là-bas un groupe d'individus provenant de la Lande, d'après les dire d'une femme, ils font route vers leur citadelle et désire se reposer à lathor avant de pouvoir reprendre la route, je me suis permis de les retenir en sachant que vous serez plus apte que nous pour prendre une décision. » Reprenant son souffle après avoir parlé avec un débit de parole plutôt impressionnant, il reprit : « D'autant plus qu'ils ont annoncé escorter l'un des nôtres qui les aurait guidés jusqu'à la Capitale, mais permettez-moi de vous dire que je suis à ce poste depuis bien trop longtemps pour ne pas reconnaitre l'un de nos congénères, voilà pourquoi nous vous avons fait demandé. »

« Je vois, merci de ta bienveillance, tu peux retourner à ton poste, je vais me charger de nos visiteurs. Envois cependant une missive aux Guerriers de la Tribu, qu'ils n'agissent pas trop hâtivement avec ces inconnus s'ils venaient à croiser leur route, je ne tiens pas à ce qu'un conflit éclate au coeur de la Tribu. » Puis il fit un signe de tête au Jeune homme qui s'empressa de retourner à son poste pour exécuter les récents ordres communiqués par le Maître de Guerre.

Redressant la tête en direction du petit attroupement, il reprit sa marche, d'un pas cette fois un peu plus lent, ses long cheveux se baladant toujours aussi simplement dans le vent, laissant apparaître au fur et à mesure qu'il avançait sa carrure vêtu d'un long manteau de cuir noir ou était accroché à la taille, une hache et une épée de sa production dont il ne se séparait jamais depuis quelque temps, quand il arriva à la hauteur du groupe, il s'avança vers la personne qui apparaissait comme être le leader du groupe, Rapidement, il l'observa de ses yeux bleus océans, elle n'était pas très grande, lui non plus d'ailleurs, mais probablement un peu plus qu'elle, son physique démontrait qu'il s'agissait d'une personne entraînée physiquement, une véritable guerrière comme celle que l'on peut trouver ici. Quand ses yeux se posèrent dans ceux de la femme, l'instinct animal de l'homme fit surface l'espace d'un moment. Wolfgang connaissait cette sensation par coeur, il savait reconnaitre en quelque sorte l'un des siens ou du moins ceux partageant le même animal totem que lui et cette dernière ne devait pas être originaire de la Lande pour qu'il éprouve une telle sensation. Sous son manteau ses poils se hérissèrent d'excitation, leader d'une famille nombreuse il avait été à plusieurs reprises défié par les siens pour savoir qui était le plus fort et son organisation lui soufflait de s'élancer sans perdre une seconde sur cette inconnue, mais heureusement pour elle et probablement pour lui qu'il maîtrisait son totem à la perfection. Une fois l'échange de regard effectué, il se décida à prendre la parole en s'inclinant très légèrement pour les saluer respectueusement comme tout inconnu.


« Bonsoir, je suis Wolfgang Vonërsh, Maître de Guerre de la Tribu d'Esmerin, à qui ai-je l'honneur ? Et que nous vaut l'honneur de votre visite au sein de notre charmante Capitale ? Bien qu'un peu froide en cette période de l'année pour les non-initiés, je le conçois. » Jetant un rapide coup d'oeil aux hommes se trouvant derrière la femme, comme il le pensait, son guerrier avait vu juste, il n'y avait personne de son clan parmi eux, ce qui agaça légèrement le Tigre prônant la sincérité. « Je vais aller droit au but, vous ne passerez pas ses portes tant que je n'aurais pas la véritable raison de votre venue ici. Après tout vous êtes des Guerriers non ? Pourquoi ne pas établir un campement dans les montagnes ? Est-ce le froid qui vous dérange. » Un bref sourire dissimulé sous son masque apparu, on pouvait cependant le sentir un brin sceptique dans ses paroles. Il avait une voix plutôt calme, loin d'être impressionné par cet attroupement devant lui, même les gardes autour ne prêtaient plus attention à ces visiteurs laissant le Forgeron s'en charger comme il le désire.

« Néanmoins, ne vous en fait pas, nous ferons preuve d'hospitalité envers vous, après, il ne tient qu'à vous de profiter de cette hospitalité dans les meilleures conditions possibles, nos geôles sont certes plus chaude que les grottes de lathorie, elles n'en sont pas moins insalubres. » Il recula alors de quelques pas pour faire avancer le groupe de Guerrier afin qu'il referme les portes lentement, rendant toute retraite impossible. Wolfgang faisait passer la sécurité de son village avant tout et cela peu importe le protocole avec les autres races. Croisant les bras, il observait ces personnes d'un oeil intrigué. Voilà bien longtemps qu'il n'avait pas vue des Guerriers de la Lande faire escale en ces lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Cavalier(ère)
avatar
Messages : 73

MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Sam 1 Déc - 10:16

Le froid mordait la peau de Kayssa. Son groupe était fatigué, et la silhouette qui se découpait à quelques mètres avançait sans se presser. Quand il arriva à leur hauteur, l'homme fit une très légère mais courtoise révérence avant de se présenter. La jeune femme en fit de même et posa les yeux sur son nouvel interlocuteur. Lorsque leurs regards c'était croisés, Kayssa avait sentit quelque chose. Quelque chose qui modifia son regard, elle n'avait pas eu l'occasion d'avoir cette sensation délicieuse depuis longtemps. Le défi s'imposait face à elle. Elle sentait son corps en ébullition et son animal totem s'agita en elle.

*Un tigre?*

Elle ne sourit pas, pourtant ses yeux ne se détachait plus de ce Wolfgang. Elle le détaillait, des cheveux jusqu'aux pieds, sans pour autant paraître dédaigneuse. Ce masque qui couvrait le bas de son visage l'intriguait. Était-ce pour se protéger du froid? Ses pensées se seraient volontairement égarés dans des souvenirs lointains qu'elle ne voulait pas revoir défiler. Elle voulait rester concentrée et se contenta de serrer un poing pour laisser échapper ce souvenir futile.

La cavalière se reporta donc sur leur hôte. Il les accueillait avec autant de courtoisie et de méfiance qu'il pouvait. Il pouvait les laisser entrer sous la condition qu'elle donne la raison de leur entrée dans la capitale. Elle laissa un maigre soupir s'évader de ses lèvres avant de prendre la parole.

"Je suis Kayssa Enara, cavalier des Guerriers de la Lande. Ma troupe et moi avons besoin de prendre du repos dans un lieu ou ni mes hommes ni les bêtes ne risquent de mourir de froid. Établir un campement en dehors de votre capitale représenterait un danger inutile que je puis aisément empêcher en demandant un peu d'hospitalité. C'est pourquoi je me suis permise de me présenter à vos portes, guidée par l'un des vôtres."

L'homme pensait qu'elle ne disait pas la vérité, pourtant elle n'avait pas cherché à cacher une seule seconde la raison de leur venue. Ils ne voulaient qu'un peu de chaleur. Pourquoi donc cherchait-il une autre explication? Était-ce la mention d'un congénère à eux qui avait alerté le garde?

Elle demanda à Ramjak d'approcher et le posta devant elle, en gardant les mains sur les épaules du jeune homme. Il était plus petit quel et encore assez jeune. Il fixait le maître d'armes avec admiration et humilité. Kayssa elle ne décrochait pas son regard et suivait le moindre geste que le maître d'arme aurait pu faire. Elle était à l'affut. Elle savait autant que lui la nature qu'il partageait et sa curiosité la piquait. Mais avant de pouvoir s'intéresser à lui, elle devait mettre ces hommes en sécurité. Elle finit donc de s'expliquer sur leur présence dans les contrées froides.

"Cet enfant vient d'une village de pêcheurs situé sur la côte. C'est lui qui nous mener ici. En échange de ces services sa famille m'a demandé de le conduire à vous pour qu'il puisse s'entrainer et faire partie de vos hommes."

Répéter son discours auprès de cet homme lui donnait un petit air blasé sur le visage, en plus de ce regard sûr et franc. Elle répugnait à se répéter. Elle était déjà assez épuisée comme ça. Être obligée de faire bonne mine devant ses hommes et d'en plus convaincre un thériantrophe aguerri n'était pas dans les choses qu'elle aurait aimé faire à l'instant. Elle repartit donc à la charge pour tenter d'écourter ces négociations.

"Je ne vous ai donc pas menti, je pense qu'il y a eu un malentendu. Sachez que je ne cherche pas querelle, j'ai besoin de mes hommes en vie. Et il serait stupide de ma part de vouloir vous mentir alors que vous êtes ma seule chance de rentrer dans votre capitale par la grande porte."

Elle n'en dit pas plus. Elle aurait pu expliquer la raison pour laquelle ils coupaient par les terres enneigées, mais elle ne voulait pas en débattre sur la place où ils se trouvaient. Elle jeta un œil derrière eux lorsque les lourdes portes se refermèrent et s'approcha de Wolfgang, et baissa d'un ton, laissant ces hommes et Ramjak quelques pas en arrière.

"Écoutez Sir Vonërsh, si vous ne me faites pas confiance garder moi sous surveillance, mais laisser mes hommes se reposer s'il vous plait. Il en ont besoin."

Elle fixait le regard bleuté de l'homme qui leur barrait la route. Elle ne le suppliait pas, mais pourtant elle lui demandait de garder raison. Elle concevait que son devoir de garder la cité sauve soit plus important que d'offrir l'asile à des voyageurs, mais elle voulait sauver ces hommes avant tout. Elle pouvait être une monnaie d'échange pour montrer sa bonne foie. Elle aurait volontiers laisser son épée, ici, à terre si il le fallait. Peu importait. Elle savait que si elle ne maintenait pas sa troupe vivante, leurs chances de renverser les Juges devenaient quasi nulle. Elle attendait la décision du maître d'armes, en espérant avoir été suffisamment convaincante pour qu'il comprenne que leur but était purement pacifiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du Nord, tribu d'Esmerin
avatar
Ennemis : Ceux qui m'empêcheront d'atteindre mon but
Messages : 122

MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Mar 4 Déc - 16:04

Deux prunelles dorées fixaient sans ciller le paysage glacé qui s'offrait à la vue de tous, loin derrière les remparts de la grande ville. De l'endroit où se trouvaient les quartiers du chef dans la Grande Résidence Elirël avait une vue panoramique sur tout Lathor. Un peu de buée s'affichait sur la vitre glacée à chacune de ses expirations, il ne dormait plus vraiment depuis son voyage en terre elfique et réfléchissait encore aux paroles de la Sage qui lui avait fait part de ses visions. Il restait un peu réticent à l'idée d'envoyer des hommes de la Tribu sur un continent lointain par-delà les mers car il ne connaissait rien à ce sujet et ne voulait pas risquer la vie de ceux qu'il considérait depuis toujours comme sa famille. C'était une chose beaucoup trop précieuse pour lui et il ne pouvait pas accepter aussi facilement une telle demande de leur part même si il respectait les Hauts-Elfes et les considérait avec sérieux sans compter tout l'aspect mystique qui les entourait. Plongé dans ses pensées il ne faisait plus vraiment attention à ce qui se passait à l'extérieur, regardant distraitement son reflet dans la fenêtre face à lui. Il ne sait pas combien de temps il resta ainsi avant que le hurlement d'un loup ne le fasse retrouver ses esprits. Haussant un sourcil de curiosité il regarda la porte principale, il semblait s'y passer quelque chose en effet. Il connaissait bien son maître de guerre et savait bien qu'à cette heure-là il se promenait encore à l'extérieur, pouvant ainsi s'occuper de cette petite affaire. Malgré tout Eli était curieux et finit par se lever du fauteuil moelleux où il se trouvait, revêtant son lourd manteau de fourrure. Après tout il n'arrivait pas à dormir alors autant aller lui-même jeter un coup d'œil, c'était son rôle en tant que chef après tout et mieux valait qu'il se tienne au courant de ce qui se passait dans sa propre ville.

Ne se pressant pas le moins du monde il leva un instant la tête arrivé à l'extérieur, laissant quelques petits flocons se poser sur sa peau tandis que le vent glacé caressait tendrement son visage. La ville était une vraie beauté sous la neige et il aimait plus que tout cette atmosphère gelée qui tranchait si bien avec le caractère chaleureux des habitants. Enfin chaleureux… Seulement entre eux bien évidemment car tout le monde savait combien les thériantrophes du Nord ne supportaient pas les étrangers et c'était la raison qui poussait le renard à se rendre sur place car il se demandait bien qui pouvait agiter la garde à une heure aussi tardive en plein cœur de l'hiver, période où seuls les plus téméraires avaient le courage de s'éloigner en dehors des remparts une fois la nuit tombée. Chacun de ses pas crissaient dans la neige et il appréciait le moindre petit bruit qui l'entourait tout en jetant des regards autour de lui pour s'assurer que tout se passait bien chez les habitants. Personne n'avait relevé l'appel du loup en tout cas donc cela ne devait pas être bien inquiétant pour la Tribu. Il finit par apercevoir au loin les grandes portes qui avaient été fermées et, curieux, il commença à accélérer le pas tandis qu'un nombre élevé de silhouettes se dessinaient dans la neige. Remarquant Wolfgang qui se tenait à l'écart du groupe il s'approcha lentement mais discrètement pour écouter la discussion qui prenait place. Prenant appui contre un mur en relevant le col de fourrure de son manteau il resta un petit moment ainsi à écouter la jeune femme qui s'adressait à son maître de guerre, se présentant comme guerrière de la Lande. Bien évidemment le Tigre était méfiant et c'était à juste titre car les nombreuses tensions qui régnaient à Merak n'encourageaient pas vraiment à laisser pénétrer le premier inconnu dans la ville.

Malgré tout Elirël savait qu'il n'avait pas à se méfier d'eux pour seule et unique raison. Un sourire sur les lèvres il se décolla très lentement du mur sur lequel il prenait appui et s'approcha du groupe, se plaçant à côté de Wolfgang. Ainsi c'est une chevelure d'un roux vif qui fit son apparition au travers de l'obscurité et il posa ses prunelles dorées sur les personnes présentes, constatant que le groupe de voyageurs était exténué. Pas le moins du monde impressionnant au côté du maitre de guerre il gardait malgré tout la carrure de chef quant à sa manière de se comporter et de regarder les guerriers, détaillant chaque visage avec la plus grande attention avant de se concentrer sur la jeune femme qui avait jusque-là prit la parole. Il huma au passage les différentes odeurs qu'il captait dans le groupe, décernant ainsi des Hauts-Elfes, des hybrides ainsi que des humains mais il se concentra plus particulièrement sur la jeune femme qui était, son flair ne le trompait jamais, une thériantrophe. Il finit par afficher un sourire léger qui cassait un peu le visage de marbre qu'il avait jusque-là affiché et inclina doucement la tête.

"Bienvenue à vous étrangers, j'espère que ce temps n'est pas trop rude pour vous. Je suis Elirël Sigrïn, le chef de la Tribu d'Esmerin qui a pris place ici, à Lathor." Jetant un léger regard à l'homme masqué à côté de lui il continua. "Les guerriers de la Landes sont, à ma connaissance, les alliés voire même les protecteurs des Hauts-Elfes. Je ne m'étendrai pas sur le sujet en ces lieux publics mais je pense pouvoir affirmer que ces derniers font à présent partie de ceux que nous ne pouvons guère considérer comme nos ennemis."

Il prit une grande respiration et laissa un temps de silence, les derniers échos de sa voix étant emportés par le vent. Il continuait ainsi à regarder la jeune femme qui finalement s'était détaché du groupe pour s'approcher du maître de guerre et ainsi s'adresser à lui en aparté. Il jeta un regard à celui qu'elle avait un peu plutôt désigné comme faisant partie des leurs et compris vite le malentendu qui régnait et comptait bien éclaircir toute l'histoire. Ne se concentrant plus que sur elle il toussota légèrement pour s'éclaircir la voix.

"Vous avez bien fait de rejoindre Lathor pour vous abriter du froid et des animaux qui peuplent la Lathorie dans le but noble de protéger vos hommes. Veuillez nous pardonner pour la confusion apportée car tout thériantrophe ne fait pas obligatoirement partie d'Esmerin, le peuple du Nord étant actuellement ceindé en deux groupes bien distincts sans compter les nombreux villages isolés qui ne se préoccupent pas vraiment de ce genre d'histoires. C'est la raison pour laquelle les hommes à la garde n'ont guère pu reconnaître un des 'nôtres' pour la simple et bonne raison que ce jeune homme…" Il plongea son regard dans l'intéressé qui n'osait pas vraiment parler. "Ne fait pas encore partie de cette tribu. Mais bien sûr si vraiment il souhaite s'entraîner en ces lieux nous respecterons également les demandes de sa famille et nous l'accepterons parmi nous et ferons de lui un grand guerrier."

Il marqua une nouvelle pause, un peu plus longue que la précédente. Le Renard espérait de cette manière pouvoir éclairer le malentendu que la jeune femme avait relevé un peu plus tôt et ainsi éviter toute tension car c'était de cette manière que commençaient généralement les conflits et il n'était pas d'humeur à devoir gérer ce genre de choses en cette soirée si paisible. Faisant un signe au maître de guerre celui-ci hocha la tête et s'éloigna pour retourner chez lui, accompagné du jeune thériantrophe qui ne savait pas trop où aller. Un léger sourire se dessina une nouvelle fois sur les lèvres de Eli car c'était rassurant de voir le peuple prêt à s'entraîner puis se battre pour leur contrée. Il se demandait tout de même pour quelle raison les guerriers de la Lande se trouvaient en Lathorie mais peut-être était-ce le moyen le plus rapide pour se rendre sur leurs propres terres. Il se souvenait encore très bien de l'agitation qui régnait chez les Hauts-Elfes lorsque ceux-ci les avaient invité à venir pour discuter à propos des visions où ils l'avaient vu mais n'avait pas posé de questions à ce sujet, ne s'étonnant pas vraiment après sa visite dans le Kandor qui fourmillait de complots. Ce n'était pas ses affaires lorsqu'il se trouvait là-bas mais à présent il était en droit de demander des justifications. Ainsi il verrait ce qu'il pourrait faire par la suite car peut-être était-ce en rapport avec l'espèce d'urgence qui régnait dans la demande que leur avaient fait les Hauts-Elfes.

"J'ignore la raison pour laquelle vous avez préféré couper par les terres glacées des thériantrophes du Nord, cette soirée n'est pas là pour éveiller des tensions mais plutôt pour le repos de chacun. Ainsi la ville de Lathor vous offrira l'asile pour vous permettre de reprendre vos forces avant que vous ne repreniez votre route." Il s'approcha de la jeune femme, passant une main dans ses mèches rousses pour dégager sa vue. Il s'adressa à elle à voix basse pour éviter que d'autres ne l'entendent. "Je ne pense guère qu'il soit nécessaire de vous garder sous surveillance personnellement. Vos hommes seront placés dans une auberge qui sera sous l'observation de quelques-uns de nos soldats pour éviter la moindre dérive. Cependant vous semblez être la personne qui dirige ce groupe et je souhaiterai vous poser quelques questions dans un lieu plus… Discret, vous comprendrez. Tout cela dans le but d'affiner mon avis au sujet d'une certaine chose qui vous concerne peut-être, les guerriers de la Lande étant proches des Hauts-Elfes."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier(ère)
avatar
Messages : 73

MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Jeu 6 Déc - 14:21

Avant que Kayssa est le temps de compléter ces explications, un homme à la chevelure de flamme c'était approché, se présentant comme le chef de cette Tribu d'Esmerin. Elirël Sigrïn. Les sens de Kayssa était toujours en éveil face à la nature évidente du totem commun avec le maître d'armes. Cependant, sentir la présence d'un autre thériantrophe la mettait en, éveil. Elle n'avait pas été entouré d'autant de thériantrophes depuis bien trop longtemps et la fatigue n'arrangeant pas les souvenirs remontaient lentement comme des bouts de bois creux, flottant au gré de ce vent glacial.

Ramjak, précédent sujet de malentendu était toujours encadré par les mains de la jeune femme. Le chef de la tribu décida de dissipé les tensions qu'il sentait entre les deux Tigres. Lui aussi savait sûrement de quelle nature elle était. Et même si il n'aurait peut-être pas pu affirmer aussi catégoriquement que Wolfgang que la jeune femme avait pour animal totem le Tigre, il voyait bien qu'entre Kayssa et Wolfgang il y avait cette retenue due au rang, à l'expérience et à la sagesse qu'ils se devaient d'observer. L'enfant parti alors guidé par son nouveau maître d'armes. Le petit voyait son rêve devenir réalité, Kayssa pensait à ce qui attendait le jeune garçon et laissa quelques seconds un regard bienveillant se poser sur l'enfant qui tournait le dos.

*Au revoir Ramjak.*

Et maintenant sa négociation reprenait son cours. Elirël leur offrait l'asile sous condition d'une surveillance minimum que chacun comprenait sans même qu'elle soit énoncé de manière claire. Il était difficile les derniers temps de faire confiance aux autres, même si ils étaient guerriers de la
Lande et par là même des êtres sans désir hostile de dominer ou massacrer.


"Votre bonté n'a pas d'égale. Je peux dire sans difficulté la faveur que vous me faites ici de nous offrir cette chaleur."

Lorsqu'il posa ses doigts sur le visage de la cavalière, celle-ci eu un regard très dur, son expression jusque là neutre se changea en quelque chose de plus sauvage. Elle aurait aimé se retirer mais elle ne voulait pas froisser son hôte. Elle ne cilla pas, continuant de plonger son regard dans celui du chef de tribu. Il lui expliquait qu'il désirait s'entretenir avec elle pour discuter d'un sujet plus sensible que leur propre présence sur les terres de glaces. Elle fit mine de rien et acquiesça faiblement. Avant de réponse à quelques questions que ce soit, elle devait donner ces derniers ordres.

"Ma position m'oblige à m'entretenir plus avant avec notre bon seigneur. Quant à vous, reposez vous au possible et ne me créé pas d'ennuis. Rester fidèles à notre culture. Nous serons reparti dans trois jours maximum. Faites en bon usage, nous aurons besoin de toutes nos forces. Je m'arrangerai avec le chef de tribu pour que nous ayons accès à une
quelconque salle d'entraînement."


Ses hommes partirent, accompagner des quelques gardes du clan du nord qui allaient les surveiller pour le premier quart. De son côté, elle rejoint Elirël. Ses hommes seraient se tenir, elle les connaissaient suffisamment pour ne pas avoir à se soucier de leur comportement, cependant elle rappelait toujours cette règle de bon sens.

"Et bien si vous voulez que nous nous entretenions en privé, nous pouvons y aller."


Elle suivait Elirël à travers le dédale de la glace et espérait que la pièce où il l'a menait serait un de quartiers confortables et chauffés où elle pourrait récupérer un semblant de sensation aux niveaux de ses extrémités. La fatigue et le froid l'engourdissait et maintenant que ces hommes n'étaient plus là elle en profita pour soupirer.

"Vos terres sont loin d'être les plus accueillantes en période hivernale. Il me tardait de trouver un lieu sûr pour les hommes. Une nuit supplémentaire dehors aurait eu raison de nous et nos bêtes, j'en ai bien peur."

Elle laissa le silence se réinstaller, suivant Elirël. Elle savait déjà ce qu'il allait lui demandé. Il allait sûrement lui demander ce qu'une Thériantrophe faisait parmi les rangs des guerriers de la Lande. Mais cette histoire de Hauts Elfes la perturbait. Que pensait-il que la jeune femme pouvait savoir en commun avec les Hauts Elfes? Elle le saurait bien assez tôt.


[hrp, tout est parfait Eli Smile, merci pour ton secours. Désolée pour le petit retard de ma réponse]


Dernière édition par Kayssa Enara le Lun 10 Déc - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du Nord, tribu d'Esmerin
avatar
Ennemis : Ceux qui m'empêcheront d'atteindre mon but
Messages : 122

MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Ven 7 Déc - 20:29

Le Renard ne la quittait pas des yeux, surveillant le moindre de ses mouvements. Ses prunelles couleur ambre n'omettaient aucun détail tandis qu'il affichait un sourire très léger. Ce n'était pas tous les jours qu'il y avait des invités et il aimait recevoir et discuter avec les étrangers car cela lui apportait beaucoup. Sans compter le fait que les Guerriers de la Lande agissaient peu dans le pays glacé, préférant sans doute la douce température du Kandor et de Illithil bien que ce n'était pas vraiment son problème. Chacun ses goûts après tout et lui appréciait largement le vent glacé soufflant sur son visage continuellement, c'était une chose qu'il trouvait rassurante a contrario de ce qu'il avait pu voir à Ekalesias… Bien que ce ne soit pas vraiment un exemple vu que ce jour-là il avait manqué de se faire assassiner. Il soupira légèrement en se remémorant ce souvenir car pour une fois qu'il avait fait un effort avec les humains, lui qui avait entendu des choses horribles à leur sujet durant toute son enfance, s'était retrouvé en danger. Enfin, il n'allait pas non plus attaquer le moindre humain pénétrant sur ses terres sinon il aurait déjà fait tuer les inconnus se trouvant devant lui. Eli continuait d'observer la jeune femme qui avait, à y réfléchir, la même posture que son Maître de Guerre et peut-être le même animal-totem, cela arrivait souvent. Il haussa un sourcil de surprise en voyant ce regard qu'il définissait de doux alors que l'enfant partait accompagné du Tigre, il n'arrivait pas vraiment à comprendre ce genre de choses, la raison pour laquelle la gente féminine s'attachait aussi facilement à un gamin qui ne lui était pourtant pas particulièrement proche. C'est les paroles de la cavalière qui le ramena soudain à la réalité alors que lui-même s'était retourné pour regarder le jeune thériantrophe jusqu'à ce qu'il disparaisse de sa vue. Beuh, il n'aimait d'ailleurs plus employer le terme de 'jeune' car cela le veillait et c'était en effet le cas pour sa race. D'ailleurs ses conseillers lui faisaient bien comprendre en essayant de lui faire passer au passage l'idée de fonder une famille. Chose qui bien évidemment le dégoûtait au plus haut point et il le faisait bien savoir.

Il continuait de la regarder avec ce même air observateur collé sur le visage. Il voulait voir si la fatigue et le froid ne lui avait pas ôté son sang-froid… Sans compter qu'il aimait tester les gens de son entourage mais c'était tellement plus plaisant avec un parfait inconnu. Elle ne bougea pas à son geste, seul son regard lui faisant clairement comprendre que ce n'était pas la meilleure des idées qu'il ait eut. Heureusement qu'il ne prenait pas cela mal et puis il n'était pas le moins du monde intéressé par ce genre de choses. Mais ça s'était une autre affaire bien sûr. Hochant la tête sans rien dire lorsqu'elle acquiesça de la tête il se recula de quelques pas et attendit qu'elle finisse de donner ses directives, écoutant vaguement ce qu'elle disait. De toute manière elle avait intérêt à faire en sorte que ses hommes se tiennent car il ne pardonnerait pas la moindre erreur de leur part alors qu'il faisait preuve de générosité. Il continuait tout de même de les regarder et constatait bien qu'ils étaient tous frigorifiés et épuisés, une énième nuit dehors en aurait sûrement tué plus d'un. Eli remonta légèrement le col de son manteau de fourrure et attendit que le groupe d'hommes s'éloignent, dirigé par quelques thériantrophes que le chef avait appelé. Il en avait profité pour leur indiquer à quel endroit il voulait qu'ils les conduisent et surtout que l'aubergiste, qu'il connaissait, soit mis au courant qu'il serait dédommagé par la suite. Lorsqu'elle l'eut rejoint il partit immédiatement en direction de la Grande Résidence, regardant autour de lui pour voir si tout était toujours calme dans la ville.

"Je doute qu'elles le soient même lorsque la neige fond, enfin c'est l'avis de beaucoup d'étrangers. Enfin vous avez bien fait de venir ici car si vous aviez continué sur votre lignée vous seriez tombé sur un petit groupe de Ravkals que nous n'avons pas encore réussi à éliminer et je doute sincèrement que vous ayez survécu. Rassurez-vous cependant, ils n'attaquent que la nuit."

Le grand bâtiment se rapprochait d'eux rapidement car il ne voulait pas la faire trop attendre et elle devait elle aussi être fatiguée de ce voyage. Lorsqu'ils arrivèrent devant la grande porte principale il fit signe aux gardes qui commençaient à bouger que tout allait bien d'un simple signe de main. Ce n'était pas la peine de bouger pour si peu alors qu'il s'occupait de cette affaire et il n'était pas le moins du monde en danger. Dans la grande demeure commune il continuait de marcher, tournant à droite et à gauche. Il y avait tellement de couloirs et de portes à passer que rien ne permettait de savoir où ils se trouvaient vraiment à part pour Eli qui, en tant que maître des lieux, connaissait chaque recoin de la Grande Résidence. Il monta un petit escalier et poussa une porte où deux thériantrophes montaient la garde. Il invita la jeune femme à entrer et fit signe aux hommes de partir, leur laissant leur nuit de repos. Il ne voulait pas qu'ils entendent leur discussion. La pièce dans laquelle il se trouvait était plutôt spacieuse mais les nombreuses étagères remplies de livres plus ou moins poussiéreux prenaient de la place autant que le grand bureau de bois sombre derrière lequel il se glissa. Posant les coudes sur la surface vernie il indiqua d'un geste leste le fauteuil de cuir face à lui avant de croiser ses mains, le visage devenu totalement sérieux.

"Je ne m'attendais guère à croiser des guerriers de la Lande en Lathorie, surtout dans sa période hivernale. Mais ma plus grande surprise a sans doute été de constater qu'une thériantrophe faisait partie de ses rangs et en prenait la direction, à ce que j'ai pu constater. Je pense pouvoir affirmer que vous faisiez partie du Clan du Sud, vu la couleur bleutée affichée sur vos lèvres." Il marqua une courte pause en affichant un léger sourire, regardant une réaction de sa part. "Même si, en général, je n'accepte pas ce genre de personnes sur mes terres, je pense que vous êtes plus fidèle à votre famille d'accueil que la première… Mais ce n'est pas la raison pour laquelle je souhaitai m'entretenir avec vous-même."

C'était maintenant que venait la chose la plus intéressante et la plus délicate. Il ferma un instant les yeux et se mit à réfléchir aux mots qu'il allait pouvoir employer, il ne voulait pas en dévoiler trop si elle n'en savait rien mais en même temps il souhaitait en dire assez pour comprendre. Il rouvrit les yeux et les plongea dans ceux de la jeune femme.

"Je vais être franc, j'ignore si la chose vous concerne réellement. Mais il s'avère que j'ai pu avoir la chance de visiter la terre Elfique et ainsi j'ai moi-même constaté une certaine agitation en ces lieux paisibles. En effet la raison pour laquelle j'ai été appelé à me rendre là-bas concerne un… Nouveau lieu à découvrir. Les Hauts-Elfes essaient de me convaincre certes mais je pense que vous êtes au courant de ce qui se trame là-bas, je souhaiterai être au courant car je ne peux guère envoyer mes hommes en un lieu totalement inconnus de tous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier(ère)
avatar
Messages : 73

MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Lun 10 Déc - 12:20

Le dédale de la prison de glace se déroulait semblait-il sans fin, à moins que la fatigue ne commence à se jouer des sens de la thériantrophe. Accompagnée par le chef de la tribu d'Esmerin, Kayssa tentait d'imprimer le labyrinthe que l'homme lui faisait parcourir. Il cherchait clairement à la perdre, pour qu'en cas de problèmes elle ne soit pas capable de sortir de la Grande Résidence. Et même si elle avait une bonne mémoire, son état ne lui aurait de toute façon pas permis de retenir les incessants va et vient à droit et à gauche. Alors elle ne dit rien, se contentant de suivre son hôte sans la moindre réflexion, son esprit allait bientôt atteindre ce qu'il cherchait : du repos. Mais avant d'obtenir ce qu'elle voulait, elle fut conduite dans un bureau. La pièce n'était pas large, mais ses dimensions étaient suffisantes pour accueillir une riche bibliothèque ainsi qu'un bureau imposant derrière lequel le rouquin s'assit.

Il l'invita à faire de même dans un fauteuil de cuir. Conservant le plus de bonnes manières qu'elle possédait, elle s'assit sans se jeter dans le confort que les accoudoirs encadraient. Elle se mit bien au fond du siège et son regard se posa encore dans les prunelles de l'homme qui lui faisait face. Intérieurement, elle appréciait le moelleux qui était sous son séant. Depuis combien de temps n'avait elle pas pu s’asseoir dans pareille merveille. Si elle aurait aimé dégusté ce rare petit plaisir que lui offrait ce voyage en terres gelées, elle fut coupée dans sa délectation par un discours bien moins agréable. Il parlait d'elle, de son groupe d'intervention. Il s'étonnait de voir une thériantrophe. Il n'était pas le premier, mais mise à part les gens de sa propre race, peu de personnes pouvait se targuer de dire de quel Clan elle provenait. On ne la questionnait pas souvent à se propos et cela lui convenait à la perfection. Mais remuer le passé, son passé, la raidit.

Les yeux dans les yeux, le chef cherchait sûrement un moyen de la déstabiliser. Peut être que la fatigue avait raison d'elle après tout, mais elle ne put que mal contrôler la réaction qui suivit. Elle fronça des sourcils, si le reste de son corps ne bougeait plus d'un pouce, elle redouta ces paroles.

"Je pense pouvoir affirmer que vous faisiez partie du Clan du Sud, vu la couleur bleutée affichée sur vos lèvres."

Le Clan Sud. Elle en faisait partie. Oui. Dans une autre vie. Il y a longtemps. Et alors? Cela importait-il réellement. La colère grondait dans ses prunelles et elle s'apprêta à répliquer. Mais le chef sentit probablement cette réaction. Et il continua son exposé sans réellement sembler sourciller. Son aversion pour le Clan Sud se sentait dans ses paroles, pourtant il ne s’appesantit pas dessus. Il ne l'avait pas mené ici pour un interrogatoire sur ses motivations qui l'avait mené à rejoindre la Citadelle et ces rangs de guerriers.

Elle tenta de se détendre, en écoutant les mots de son interlocuteur. Il c'était concentré pour parler, comme si la chose qu'il voulait évoquée était importante. Trop importante pour tomber dans de mauvaises oreilles. Il ne voulait pas que son propre peuple le sache, c'était pourquoi il avait demandé à ses gardes de partir. Il se mettait en danger. Parce que la chose était plus importante que sa propre vie. Son statut n'était même pas équivalent aux questions qu'il se posait et aux révélations qu'il cherchait.

Il expliqua qu'il avait été au Sanctuaire elfique et que l'agitation des lieux lui avait paru étrange. C'était donc de ça qu'il voulait parler. Elle eu un sourire, crispé, rempli d'ironie. Elle releva un sourcil et se redressa pour faire quelques pas afin de ne pas s'engourdir dans le sommeil qui voulait la happer.

"Ainsi donc, les Elfes en on fait appel à vous." fit-elle pensive.

Ce n'était pas si étonnant, le clan du Nord connaissait bien la rudesse d'un climat froid. Ainsi donc la tâche des guerriers leur avait été léguée. Tournée vers l'une des bibliothèques, elle fit mine de regarder les tranches des livres. Elle soupira. Son état de fatigue grandissait et elle contrôlait moins bien ses émotions, les laissant plus évidentes aux yeux du renard. Elle sortit la missive qu'elle avait fourré dans ses vêtements plus tôt dans la journée, avant de quitter le camp qu'il avait monté pour se reposer. La main se serra sur le papier et elle retourna au bureau. Elle déroula la missive et la posa sur le bureau, sans délicatesse, avec une colère moins contenue. Le choc de sa paume de main sur le bois résonna dans toute la structure du bureau. Elle fixait à présent le parchemin avant de relever les yeux. La colère qui était montée précédemment quand il parlait de son clan d'origine était plus intense, recouverte par celle qui avait été générée en lisant les mots de l'une des Tours de Xanth.

"Il y a déjà quelques temps, les Elfes nous ont investit d'une tâche que nous effectuons très régulièrement. La recherche d'artefact."

Elle fit une pause.

"Notre ordre est basé sur ce devoir de recherche."

Les cavaliers de la Lande étaient reconnus pour beaucoup pour ce genre de devoirs. Leur lien avec le Sanctuaire les y obligeait en quelque sorte, bien que les guerriers de la Lande ne le vivent pas comme une contrainte mais plutôt comme une opportunité de voyager.

"L'artefact est toujours introuvable et l'importance de celui-ci est capitale. Malheureusement, nous avons déployé des cavaliers à travers les terres connues et nous avons été incapable de mettre la main dessus."

Elle laissa encore une pause, les traits de son visage se faisait plus visiblement fatigué et on sentait le poids de quelque chose qui pesait sur ses épaules.

"Cette missive nous est parvenu lorsque nous étions dans un village de pêcheur au Nord de la Lathorie."

Elle avança le parchemin vers le Elirël pour qu'il soit à porté de lecture.

"Notre ordre à été compromis par les Juges. Ils ont renversé celui qui est notre supérieur à tous. C'est pour ça que mes hommes et moi avons du prendre le risque de traverser vos terres. Ici on risque moins qu'en prenant les chemins connus. Et nous arriverons plus vite en renforts."

Elirël n'avait pas à savoir que nombreux des cavaliers c'était rangé aux côtés des Juges, légitimant ainsi cet odieux coup d'état. Mais tant qu'ils y auraient des hommes à se battre pour la justice, les Juges n'auraient pas aussi facilement gain de cause. Kayssa comprenait maintenant pourquoi le chef de cette tribu avait donc cette nouvelle mission. La situation dans la Lande devait être fragile depuis un moment, les elfes l'avait senti.

"Si les elfes vous demandent de parcourir les terres inconnues, c'est parce que malgré nos efforts, l'artefact ne semble pas avoir été abrité ici."

Peut-être était-il trop puissant? Elle se souvenait bien des ordres de Xanth sur cette pièce. Elle semblait plus que primordiale et l'incapacité des guerriers à remplir leur mission avait du s'accompagner d'inquiétudes auprès des habitants du Sanctuaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du Clan du Nord, tribu d'Esmerin
avatar
Ennemis : Ceux qui m'empêcheront d'atteindre mon but
Messages : 122

MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Dim 16 Déc - 13:14

Les deux prunelles couleur ambre ne cessaient d'observer la jeune femme sans omettre le moindre détail et il se moquait de savoir si son regard orangé pouvait être dérangeant pour son vis-à-vis car après tout il était sur ses terres et elle n'avait rien à lui dire à ce sujet. Elirël voulait en apprendre un maximum à son sujet et observer son comportement n'était pas difficile, ils n'étaient bien étrangers à ceux qu'il connaissait dans le Nord. Sans compter que la fatigue à cause du long voyage lui permettait de lire en elle comme dans un livre ouvert. Il espérait tout de même que cet épuisement ne la ferait pas s'endormir sur place car il risquerait dans le cas contraire de le prendre très mal. En tout cas ses propres paroles l'avaient vite fait réagir. Le Renard ne savait guère l'histoire de la jeune femme et s'en moquait sincèrement mais la voir s'enflammer aussi rapidement pour de simples mots montraient clairement qu'elle n'avait pas eu une enfance des plus joyeuses. Un très vague sourire retenu fendit légèrement les lèvres du chef qui ne cessait de la fixer et ainsi soutenir ses yeux brûlants de colère. Heureusement qu'il ne s'attardait pas sur ce genre de choses car il était certain qu'elle voulait lui répondre, mais mieux valait que la cavalière ne l'interrompt pas, c'était là une chose dont il avait horreur. Ses yeux continuaient de la suivre alors qu'elle se levait pour faire quelques pas dans le petit bureau, quittant le confort que procuraient les fauteuils de cuir recouverts de fourrure blanche. Il hocha la tête en l'entendant mais ne savait pas si elle l'avait vraiment vu faire. De toute manière le sujet était lancé et il espérait ne pas avoir à trop parler pour la convaincre de tout lui dévoiler.

Les coudes toujours posés sur la surface plane et les mains croisées juste au niveau de son regard il continuait de l'observer tandis qu'elle semblait occupée par les différents livres présents dans le bureau. Il y en avait une certaine quantité et beaucoup relataient de l'histoire du clan d'Esmerin, d'autres de légendes et encore à propos des contrées avoisinantes. La plupart d'entre eux étaient écrits par les thériantrophes eux-mêmes qui voulaient faire comprendre à leurs congénères peureux que le monde était beau, c'était d'ailleurs ce qui donnait constamment envie à Eli de voir le monde malgré son statut de chef. Un léger sourire marqua un instant son visage. Maintenant il se considérait trop vieux pour de telles bêtises, il devait se concentrer sur ce que lui disait la jeune femme. Haussant un sourcil il la regarda d'ailleurs tirer d'il-ne-savait-trop-où une missive qui devait contenir les informations qu'il cherchait à avoir. Curieux il ne bougea pas de son siège, attendant de voir ce qu'elle allait dire. Mais au lieu de ça elle serra la main sur le papier avant de s'approcher pour dérouler la lettre sous ses yeux. Il ne réagit pas le moins du monde lorsqu'elle posa rudement le parchemin sur la table, le bruit sourd sur le bois résonnant un instant dans la pièce. Elle semblait aussi en colère voire plus que précédemment et il posa son regard flamboyant sur la missive avant de la regarder à nouveau. Ainsi les chevaliers de la Lande avait pour mission d'aller chercher un artefact, Eli ne connaissait pas assez bien ces personnes pour le savoir alors se contentait de l'écouter avec curiosité. Ce qu'elle lui dévoilait semblait peser sur ses épaules tandis qu'il gardait le silence. Il comprenait peu à peu pourquoi la terre elfique était en pleine agitation et cela l'inquiétait un peu, le Renard se pencha pour lire rapidement la missive qu'elle lui présentait enfin.

"Bien, je comprends donc votre présence en ces lieux mais aussi la raison pour laquelle les Hauts-Elfes nous ont fait cette demande." Il marqua une pause, pensif. "Les informations que vous m'avez dévoilé à présent me seront utiles mais je ne peux encore prendre ma décision, bien que je sois le chef de cette Tribu je préfère avant toute chose en discuter avec mes conseillers. Je me rendrai donc en terre elfique une fois ma décision prise car je doute que le temps de votre passage ici me sera suffisant pour une réflexion correcte sur les avantages et inconvénients que cela sous-entend. Par ailleurs concernant votre présence ici, vous avez l'opportunité de prendre du repos dans la grande résidence si vous le souhaitez, à moins que vous ne préféreriez rejoindre vos hommes dans l'auberge désignée pour les accueillir."

Il restait encore assez sceptique et ne voulait pas envoyer à la mort les membres de sa tribu, sa famille lui était beaucoup trop précieuse pour qu'il se le permette. Et puis il ne pouvait pas prendre la décision seul, il fallait qu'il parle avec les anciens de la Tribu pour qu'il puisse en apprendre d'avantage à ce sujet. Peut-être que son peuple avait connu ce revirement de situation un jour et ainsi il pourrait savoir comment agir en conséquence.

"D'après ce que vous m'avez dit, les Hauts-Elfes pensent donc que cet artefact que vous cherchez ce trouve sur ce continent encore inconnu. Vous n'avez aucune autre information à ce sujet? Savez-vous où se trouve cet endroit et même si celui-ci est plutôt dangereux? Contrairement à vous les thériantrophes du Nord ne supportent pas vraiment la chaleur… En tout cas pour la majorité… Comment est cet artefact?" Il repensa à ce qu'elle avait dit à propos des juges. "Je pense que vous réussirez à étouffer cette rébellion, cependant nos terres sont dangereuses et comme je vous l'ai dit précédemment il y a encore des créatures menaçantes sur votre passage. C'est la raison pour laquelle lorsque vous vous sentirez prêts à partir mes hommes et moi-même, si rien ne m'en empêche, vous accompagneront jusqu'à la frontière. Nous n'irons cependant pas plus loin."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier(ère)
avatar
Messages : 73

MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   Mer 19 Déc - 11:54

La discussion qu'entretenait les deux thériantrophes virait à la mission diplomatique. Elirël, chef de la tribu d'Esmerin avait décidé de prendre une décision sage avant de mettre en branle son peuple et ses hommes pour accomplir la mission que les elfes lui avait donné. Il comprenait non seulement la présence de Kayssa et son groupe, mais aussi que si les Elfes avait confier cette mission au clan du Nord ce n'était pas un hasard. Avait-il sentit le grand bouleversement qui opérait à la Citadelle. Savaient-ils que des Guerriers de la Lande risqueraient leurs vies en terres gelées pour rejoindre plus rapidement les leurs. Savaient-ils? C'était à présent Kayssa qui se s'interrogeait. Si les elfes avaient vu tout ceci, même de façon incertaine, si les guerriers de la lande avait pu savoir en avance? Qu'est-ce que cela aurait changé? Est-ce que la donne aurait pu être inversée? Les guerriers qui s'étaient fidélisés aux Juges n'auraient pu trahir, laissant ainsi l'équilibre de la Citadelle dans un statut de fragilité que seuls les traîtres auraient connu. Finalement, il fallait peut-être en passer par là pour épurer les rangs d'un clan qui devait honorer des valeurs. Les valeurs... Combien les avaient-elles oubliées?

Lasse, torturée, Kayssa recula, reprenant la missive et la fourrant dans ses couches de vêtements. Elirël pesait le poids des informations délivrées. Il savait leur valeur, mais cela n'était pas suffisant pour lever une armée vers les Terres inconnues. Sa prudence était compréhensible, à sa place, elle aurait fait pareil. La vie des hommes que l'on comptait à ses côtés importait, il ne fallait pas les envoyer à la boucherie sans aucun espoir de retour, surtout pour trouver un objet caché dont nul n'aurait pu jurer qu'il se trouvait bien dans les terres inconnues. L'homme face à elle pesait le pour et le contre et devrait le faire avec conseillers. Il était plus sage qu'on aurait pu le penser de prime abord. Il parlait à voix haute de ce qu'il aurait pu penser, se disant que le temps pour prendre une initiative serait plus long que le temps de repos du groupe de la Lande. Il lui proposait de loger dans la grande résidence.

Cette idée la dérangeait, mais à vrai dire elle avait pour habitude d'avoir sa propre tente. Ce n'était pas parce qu'elle se trouvait supérieure à ses hommes, c'était plutôt qu'elle voulait pouvoir souffler un peu et être seule par moment, pouvoir se détacher de ses vêtements, se métamorphoser, profiter de sa forme animale et ne pas avoir à surveiller ses arrières pour qu'on ne voit pas ses cicatrices. Elle le laissa terminé avant d'accepter sa proposition.

"C'est un honneur que vous me faites là et j'accepte. Les hommes me supportent sans cesse, un peu de répit leur fera le plus grand bien."

Il continuait de se poser des questions sur l'artefact, sur les terres inconnues et sur ce qu'elle réservait. Kayssa aurait aimé pouvoir lui répondre, le rassurer, l'aider même dans sa quête si tout ces soucis n'étaient présents. Et par dessus tout il l'encourageait pour apaiser la situation de la Citadelle. Il était plein de bonne volonté finalement. La vie des siens prônait sur le reste. C'est une qualité rare et non négligeable chez un dirigeant, quelque chose qui forçait le respect naturel et pur.

Et pour clore son discours il offrait son aide pour sécuriser la fin du trajet des siens jusqu'à la fin du territoire de la Lathorie. Elle l'observa, encore un peu méfiante mais sincère.

"Votre aide est aussi inattendue que prophétique. J'ai conscience de ce qu'implique cette décision pour vous et je vous remercie de votre générosité."

Elle rejoignit le fauteuil qu'elle avait délaissé et soupira.

"Pour ce qui est de l'artefact, la description que l'on nous à faites est restée vague, cependant on sait qu'il est un élément puissant et crucial. Si il tombait entre de mauvaises mains... je pense que les hauts-elfes craignent que cela arrive. L'ordre de retrouver cet artefact à surpasser nos autres recherches. On nous a convoqués tous, chose assez exceptionnel. C'est rare que tous les cavaliers partent pour rechercher le même artefact. Et nous savons pertinemment ce que nous faisons. Autrement dit, il y a une chance très infime qu'il soit ici. Reste donc les terres inconnues en toute logique. Mais personne ne sait réellement ce qu'elles sont. On les dit inhabité, d'autres disent qu'au contraire elles seraient peuplés de créatures immondes qui la rendent inaccessible. Il sera difficile de savoir ce qu'elles renferment, tout comme le pouvoir qu'abrite l'artefact. Mais ce qui est certain c'est que ce ne sera pas une partie de plaisir."

Elle marqua une pause, grave. A part les rumeurs et les rares livres qui tentaient de relater ce que le continent savait sur les terres inconnues, Kayssa ne connaissait rien de cet endroit. Était-ce chaud? Froid? Elle ne savait même pas cela. Mais elle ce l'était toujours imaginé glacial. Plus encore que la Lathorie. Plus impitoyable et peuplée de monstres. Peut-être que certaines créatures humaines avait pu y survivre, ou quelques thériantrophe. L'ennui avec ce qui est un connu c'est qu'on peu en pensé ce que l'on veut, il n'y a qu'un moyen de savoir. Et foncer tête baisser aurait été trop dangereux et synonyme de nombreuses pertes.

"Aucun des fous qui ont tenté de s'expatrier là bas ne sont revenus? Est-ce un paradis ou est-ce l'enfer. Allez savoir. Pour sûr ce ne sera pas une promenade digestive, il vous faudra vos meilleurs hommes si vous décidez à partir."

Elle croisa les doigts et s'enfonça un peu plus dans le fauteuil. L'ambiance était moins tendue entre les deux individus, restait cependant en suspend ces questions que chacun se posait. Kayssa sentit son corps faiblir. Elle se redressa et fit un mouvement de tête apparenté à une marque de respect.

"Il est bien tard à présent pour prendre une décision ou convoquer vos conseillers. Et mon aide ne vous sera plus utile. Si vous le permettez je vais rejoindre les quartiers que vous m'affecterez pour me reposer. Lorsque nous partirons nous devrons être prêt pour faire face à nos propres rangs."

Elle attendit un geste d'Elirël avant de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Droit d'asile [pv Wolfgang]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Droit d'asile [pv Wolfgang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Droit d'asile
» Du Droit Canon et de l'Officialité Épiscopale
» Le droit d'objection du Président de la République
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Inauguration du Bureau Haitien du Droit d'Auteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lunes de Merak :: MerakTitre :: Lathorie :: Lathor-